LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Assistant de service social

L'assistante de service social, qui est parfois spécialisé (drogue, alcoolisme, santé scolaire, enfance en danger…), apporte aide et soutien à des personnes, familles ou groupes en difficulté, en les aidant à s'insérer socialement ou professionnellement.

Travaux U.F. Assistant de service social

Afficher :

Les établissements maternels ont plusieurs fonctions: Héberger et aider matériellement les femmes enceintes et les mères isolées avec enfant(s) âgés de moins de 3 ans. Il s'agit aussi de rompre leur isolement, de leur apporter une aide éducative et psychologique pour favoriser leur insertion sociale et professionnelle.

Les centres maternels se sont substitués à 2 types d'établissements : Les Maisons Maternelles  et Les Hôtels Maternels La circulaire du 23 Janvier 1981 concernant la Politique sociale d'aide à l'enfance a entrepris de mettre fin à cette distinction et employer le terme générique de « Centre ». La loi du 6 Janvier 1986, dite loi particulière, a introduit l'expression « établissement maternel ». On utilise aussi l'expression « Établissement d'accueil Mère-Enfant »

Contrairement à ce qui est souvent dit, les jurys de concours ne cherchent pas à me « casser », ils cherchent à me connaître. Ce qu’ils ont besoin de savoir :

  • mes motivations réelles qui résultent de mon parcours personnel
  • mes aptitudes intellectuelles
  • mon profil psychologique
  • mon intérêt pour l’actualité
  • ma connaissance du travail social

Les jurys procèdent avec méthode par obligation. Chaque école doit constituer plusieurs jurys qui reçoivent les candidats en masse. Pour assurer le mieux possible l’égalité de chances entre tous, les jurys se donnent des outils d’évaluation des candidats. Il s’agit d’une « grille de notation » dans laquelle une quinzaine de critères vont permettre de noter les candidats. Le total de ces points permettra alors de sélectionner les candidats les plus conformes aux attentes des jurys. C’est donc une sélection dont je dois comprendre les mécanismes.

 

J’effectue mon stage de formation de 2ème année au service social du personnel du Ministère de l’Intérieur. Au cours de mon stage, j’ai l’occasion de rédiger plusieurs types d’écrits professionnels dans le cadre des missions spécifiques de l’assistant social du Ministère de l’Intérieur. Ainsi, je suis amenée à rédiger des rapports de situation sociale pour appuyer une demande d’aide financière, une demande de prêt social, une demande de mutation à caractère dérogatoire, pour appuyer le recrutement d’un conjoint de fonctionnaire de police décédé en service ou l’adaptation au poste de travail d’un agent handicapé. Je suis également amenée à rédiger des comptes-rendus d’enquête sociale à la demande de l’Administration lorsqu’un fonctionnaire de police fait l’objet de sanctions disciplinaires. J’instruis plusieurs types de dossiers (demande de prêts, de prestations du Ministère de l’Intérieur, dossier de pension pour les retraités du MI ou les veufs (ves), dossier COTOREP, dossier de surendettement,…) Enfin, je rédige des courriers divers à l’attention des partenaires internes et externes au MI, aux usagers, aux créanciers,…
I L’institution : Le Ministère de l’Intérieur (de la sécurité intérieure et des libertés locales) • Présentation Le Ministère de L’Intérieur assure sur le territoire le maintien et la cohésion des institutions du pays. Actuellement, c’est Dominique de Villepin qui est chargé de ce ministère (succède à Nicolas Sarkozy) Ses 2 principales missions sont : - administrer le territoire : rôle des 96 préfectures et 231 sous-préfectures métropolitaines qui représentent l’Etat sur l’ensemble du territoire et y appliquent les directives gouvernementales. Services de proximité, elles délivrent les permis de conduire, cartes grises, passeports et autres documents administratifs. (boulevard de la liberté, Lille) - garantir la sécurité des citoyens et des biens : rôle de la Police Nationale. (Celle ci veille par ailleurs à l’intégrité des institutions publiques. La sécurité civile garantie la protection des populations face aux risques naturels ou technologiques et contre les conséquences d’un éventuel conflit.)
Dans un premier temps, nous nous sommes réunis afin que chacun puisse parler de ses connaissances et des représentations qu’il pouvait avoir sur l’asthme, de part ses expériences de stage et expériences de vie. De ce premier regroupement ont émergé plusieurs questions : Qu’est ce que l’asthme ? (Origine, causes, symptômes, traitements,…). Quel est l’impact de cette maladie pour l’enfant et son entourage ? Quel accompagnement l’assistant de service social peut proposer à l’enfant asthmatique ?
Au cours de ce stage, j’ai pu me rendre compte que les personnes restaient longtemps au CADA. Durant mon stage, j’ai rencontré 20 familles, présentes depuis en moyenne 14 mois allant de leur 1er jour à 54 mois, sachant qu’elles sont toutes à un stade de la procédure différent, aussi ce chiffre n’est pas très représentatif de l’attente mais illustre le cas des familles étant actuellement au CADA. Afin d’avoir une idée plus concrète et plus objective de la durée d’attente, j’ai calculé la durée moyenne de la procédure pour les personnes ayant séjourné au CADA du 01/01/2004 au 01/01/2007, cela correspond à 49 familles, soit 179 personnes. La durée des procédures varie selon les situations des personnes, mais la durée moyenne est de 18 mois, comme on peut le voir sur ce schéma. Depuis la réforme du droit d’asile (loi n°2003-1176 du 10.12/2003) les délais du traitement des demandes d’asile ne cessent de diminuer.
Dans son premier ouvrage intitulé La mise en scène de la vie quotidienne, et en particulier le premier tome La présentation de soi, Goffman part du postulat communément admis que « la vie sociale est une scène », sur laquelle chacun d’entre nous construit son personnage. Il présente ainsi son projet dès la préface : « la perspective adoptée ici est celle de la représentation théâtrale [...]. J’examinerai de quelle façon une personne, dans les situations les plus banales, se présente elle-même et présente son activité aux autres, par quels moyens elle oriente et gouverne l’impression qu’elle produit sur eux, et quelles sortes de choses elle peut ou ne peut pas se permettre au cours de sa représentation ». En juin 2003, j’ai eu l’occasion d’assister, en tant que partie civile, à une audience dans un tribunal de Grande Instance. J’avais été surprise des interactions entre juristes. Une impression que ces professionnels du droit, fonctionnaient en mode clos « comme si » le « public » n’existait pas ou à l’inverse qu’ils étaient en « représentation ». D’autre part, j’ai fait du théâtre lorsque j’avais 15 ans. J’ai retrouvé des similitudes entre les comportements des juristes et celles des acteurs de théâtre.
Aujourd’hui, j’effectue mon stage de 2ème au sein du CG de l’Yonne. Je suis auprès d’une ASS spécialisée en pôle enfance. Il faut savoir que le département de l’Yonne fonctionne en pôle. Pôle accueil évaluation, qui traite les demandes ponctuelles et les pôles spécialisés accompagnement qui sont le pôle enfance, le pôle insertion logement et le pôle RMI. Au cours de ce stage, j’ai pu remarquer, suite à plusieurs ESS, que beaucoup d’enfants étaient en difficultés. La plupart ont été orienté en Classe d’intégration scolaire (CLIS).
Aujourd’hui, si le travail peut-être une source de joie et d’épanouissement, dans certains cas il peut aussi se révéler à l’origine d’un mal-être profond. Conflits sociaux et relation au travail sont souvent cités dans les facteurs de risque du suicide. Le suicide étant l'acte délibéré de mettre fin à sa propre vie. En présence d’un suicide, la mort doit être l’intention de l’acte et non simplement une de ses conséquences. Après Renault, La Poste et la Police nationale… les suicides sur les lieux de travail se développent dans la morosité ambiante d’un grand nombre d’entreprise et d’organisations professionnelles dans un quasi-anonymat. En France, les suicides pour cause de conditions de travail sont estimés par le Conseil économique et social à 1 mort par jour (300 à 400 suicides par an pour raisons professionnelles). Causes personnelles, causes professionnelles ? Il est difficile de connaitre les origines exactes. Qu’est-ce qui peut pousser un individu à mettre fin à ses jours sur son lieu de travail ?
La médiatisation de la vie carcérale, l’augmentation constante d’études sociologiques, scientifiques, psychologiques sur les prisons1, les détenus, leur insertion suscitent l’intérêt de nombreuses personnes sur cette société parallèle. Le milieu carcéral, de part sa spécificité d’enfermement obligatoire qui régule son fonctionnement interroge, questionne, fascine2. Cependant, paradoxalement, malgré toutes ces informations, cet univers reste inconnu, presque mystique.
L’association, qui nous permet d’effectuer le stage de seconde année, se situe dans la ville du Pontet. En périphérie Nord d’Avignon, le Pontet est passée de 5047 habitants en 1962 à près de 17 000 habitants en 2007. La structure est une association de quartier de loi 1901 à but non lucratif. C’est dans un contexte social mouvant et sous l’impulsion d’un groupe de jeunes du quartier que l’association va voir le jour en 1996, avec au départ, essentiellement une offre axée sur des activités sportives en direction des 3-18ans. Ses missions, définies dans l’article 2 des statuts de l’association, consistent à l’organisation et la réalisation d’activités socioculturelles et éducatives. Au fil des années, l’évolution sociodémographique du quartier lui a permis de développer de nouvelles activités afin de répondre aux besoins réels de la population.
J’ai choisis la situation de Monsieur X car les problématiques que rencontre ce dernier, sont particulièrement pertinentes dans l’analyse, la réflexion, le travail de diagnostic. En effet la demande initiale de Mr concerne une problématique : logement. Afin d’assurer le maintien de Mr a son travail, il est pertinent que ce dernier puisse trouver un logement décent. Cette démarche éviterait toutes autres problématiques.
L'intervention sociale d'intérêt collectif que je vais vous présenter, et à laquelle j'ai participé dans le cadre de mon stage de deuxième année au sein d'un centre social, porte sur la présentation d'un projet d'un groupe d'échange entre parents d'un même quartier.
Mon stage de troisième année s’est déroulé au sein d’un dispositif de réussite éducative. Ce dispositif mis en place à l’initiative de la commune X, résulte de la mise en œuvre des programmes 15 et 16 du Plan de cohésion sociale pour l’égalité des chances. Le dispositif s’adresse aux enfants de deux collèges, de neuf écoles maternelles et de huit écoles primaires de la ville situés en Zone d’Education Prioritaire (ZEP), là où les retards scolaires sont les plus importants.
Les lois sur l’avortement en France sont le résultat d’un long processus. Pendant très longtemps, les femmes avortaient en toute clandestinité risquant leur vie avec des techniques barbares et étaient sévèrement réprimées par la société, ainsi que les personnes qui les aidaient à avorter. L’avortement était vu comme un crime, dans une société religieuse qui encourageait les familles nombreuses.
L’origine de notre système de protection sociale est issue du compagnonnage du Moyen-Âge et de l’émergence des sociétés de secours mutuels ensuite. A la fin du XIXème siècle des systèmes d’assistance privés gérés par les employeurs et une législation sociale se développent. En 1930, la création des premières assurances sociales permet de protéger les salariés contre certains risques : maladie, maternité, invalidité, vieillesse et décès. C’est la première fois que certaines catégories de la population sont protégées légalement contre ces risques.
Le handicap : diminution de l’intégrité physique ou mentale d’un individu, passagère ou définitive, congénitale ou acquis (due à un accident, à une maladie, ou à l’âge) qui en tout état de cause compromet l’autonomie de la personne. Mental : déficiences psychiques ou intellectuelles Physique : - Moteur (touche l’appareil locomoteur : paraplégie, hémiplégie, tétraplégie…) - Sensoriel (déficiences auditives, visuelles…) - Organique (ou viscérales : insuffisances cardiaques, respiratoires, mucoviscidose…)
La période d’après-Seconde Guerre mondiale jusqu’au début des années soixante-dix constitue pour la France une période de reconstruction et de plein emploi. Toutefois, le choc pétrolier de 1973 a entraîné un ralentissement de la croissance économique et de la productivité et, de ce fait, a favorisé l’essor du chômage entre les années 1973 et 1975. La rupture du rythme de la croissance économique et la montée du chômage ont fait naître la politique de l’emploi qui peut se définir comme « une intervention de nature structurelle sur le marché du travail, avec l’objectif soit d’augmenter le niveau d’emploi dans l’économie et/ ou d’améliorer le fonctionnement du marché du travail, soit de corriger les effets négatifs du chômage sur le bien être .»
Loi 1889 : née dans le but de réprimer les abus de l’exercice de la puissance paternelle : compétence du juge pour déchoir l’un des deux parents de l’autorité parentale en cas de mauvais traitement. Dans ce cas les enfants peuvent être confiés à l’assistance publique ou à une œuvre charitable. Loi 1898 : sanction pénale contre les parents coupables de sévices ou de violences sur leurs enfants mineurs. Le système actuel de protection de l’enfance a pris essence en même temps que le dispositif de l’action sociale en 1945.
Notre travail d’analyse d’un dispositif porte sur l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA). Cette allocation est destinée aux personnes âgées en perte d’autonomie. Nous avons fait le choix d’étudier ce dispositif car chacun d’entre nous avons été en contact avec des personnes âgées sur nos lieux de stage, effectués dans différentes structures réparties sur trois départements, le Gard, l’Hérault et l’Aveyron. Les personnes âgées faisaient partie du public que nous avons rencontré et, pour la plupart, nous étions confrontés à la problématique de la perte d’autonomie.

Connexion

Assistant de service social

Abonnement

Recherche