LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Educateur spécialisé

L'éducateur spécialisé est un travailleur social qui participe à l'éducation d'enfants et d'adolescents dits inadaptés. Il soutient aussi des adultes présentant des déficiences physiques et/ou psychiques pour les aider à retrouver de l'autonomie.

Fiche de lecture Educateur spécialisé

Afficher:

Maurice BERGER, dans ce livre, nous présente ces travaux sur la mise en place de soins aux enfants présentant des troubles psychiques suite à une défaillance du lien affectif parental, tout en tenant compte des dérives éventuelles que peuvent engendrer le maintien dans la famille ou les visites parentales, dans le cas de placement. L’auteur, dans un premier temps, nous fait part de ses différentes expériences qui ont remis en cause ses premières idées sur la séparation parent-enfant et qui lui ont permis d’analyser plusieurs limites à la mise en place de travail avec les parents « défaillants ».

Dans le cadre de ce champ de formation, il m’a été nécessaire de revenir sur ma pratique. L’inadaptation est un sujet vaste qui nécessite tant un regard critique qu’une conception personnelle. L’inadaptation fait référence à la norme, aux représentations sociales et subjectives. En parallèle à ces concepts, un fait particulièrement croissant peut –être observé : l’ère des violences urbaines. En partant de l’idée que la violence est un comportement inadapté, j’ai choisi le livre de Jean-Marie Petitclerc « EDUQUER OU ENFERMER » En tentant de trouver un éclairage par rapport à ma pratique en internat je présenterai cet écrit en plusieurs parties.

Dans le cas d'une séparation due au placement, Maurice Berger affirme que la souffrance et la pathologie de l'enfant sont constantes et sous-estimées. Il décrit dans cette partie du livre la vie psychique complexe de l'enfant placé et les difficultés thérapeutiques qui en découlent. Il présente également les diverses raisons, extérieures à l'enfant, qui font que le travail de soins est difficile.

A travers de multiples exemples, des faits précis, des dessins, propos, comportements, témoignages dont certains textes en sont tirés, elle va démontrer que les enfants victimes d'inceste ou de pédophilie sont aussi des êtres crédibles. Catherine BONNET compare le syndrome post-traumatique des enfants victimes d'abus sexuels à celui des victimes de guerre. Elle incite, dans ses propos, à ne négliger aucun symptôme, et elle évoque la manière d'aborder la question avec l'enfant, le rôle des parents, la stratégie de l'agresseur.

Elisabeth ZUCMAN est médecin de réadaptation fonctionnelle, elle a été directrice fondateur du CESAP (Comité d’Etudes et de Soins aux Polyhandicapés), conseillère technique de CTNERHI, professeur au CNEFEI de Suresnes et médecin responsable de l’association « des Amis de Karen » (accueil d’enfants et d’adultes polyhandicapés).

Après avoir exercé de nombreuses années comme éducateur spécialisé, Joseph Rouzel est aujourd’hui psychanalyste en cabinet et formateur. Diplôme en ethnologie de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, DEA d’études philosophiques et psychanalytiques. Il est bien connu dans le secteur social et médico-social pour ses ouvrages et ses articles dans la presse spécialisée. Ses prises de position questionnent une éthique de l’acte dans les professions sociales et visent le développement d’une clinique du sujet éclairée par la psychanalyse. Il intervient en formation permanente, à la demande d’institutions, sur des thématiques, en supervision ou régulation d’équipes.

Le livre que j’ai choisi et : Travail Culture et Handicap de Claude CHALAGUIER. Cet ouvrage traite du rapport entre le travail, la norme, les relations sociales de personnes adultes porteuses de handicap mental. Il bouleverse la question de norme, voir même du handicap.

Ce livre a été élaboré à la suite d’un colloque en septembre 1998 sur le thème « la personne handicapée : d’objet à sujet, de l’intention à l’acte » à l’initiative du Collectif de recherche et sur le handicap et l’éducation spécialisée, sous le patronage de M. Claude Allègre, ministre de l’éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie, de Mme Martine Aubry, ministre de l’Emploi et de la Solidarité, de Mme Marie-Georges Buffet, ministre de la jeunesse et des Sports, et de M. Daniel Tarschys, secrétaire général du Conseil de l’Europe. Cet ouvrage paraît un an après ce colloque

Stanislas Tomkiewicz et Pascal Vivet sont les premiers à avoir enquêté sur la maltraitance dans les institutions. Ce livre est le fruit d’une recherche engagée des auteurs. Ils ont voulu rapporter des témoignages, des réflexions, des révoltes sur le thème des violences institutionnelles. Le fil rouge des auteurs tout au long de l’ouvrage est la distinction entre violence réputées légitimes et violences illicites.

Daniel Roquefort est psychanalyste et membre de l’Ecole Lacanienne de Psychanalyse. Celle-ci s’est créée le 17 novembre 1985 à partir d’un double mouvement d’approbation et de refus : l’approbation de la dissolution de l’Ecole Freudienne de Paris, le refus du geste de Lacan désignant à ses élèves une école non distinguée de sa propre famille. En 1976, Roquefort est nommé directeur d’un Institut Médico-Pédagogique en Charente Maritime. Il assure sa direction pendant 17 ans. Il crée en 1987 un foyer d’adolescents à Royan qu’il dirigera jusqu’en 1992. Il organise en 1989 des cycles de formation pour les professionnels du secteur médico-social.

Le docteur Lemay est né en 1931, il a commencé sa carrière en Bretagne comme éducateur spécialisé, puis comme directeur des études à l’école d’éducateurs spécialisés de Rennes. À la fin des années cinquante, il s’est fait connaître par ses publications consacrées à la jeune profession de l’éducation spécialisée. Ayant réalisé pendant cette période ses études de médecine, il est devenu médecin chef du CMPP de Rennes.

L’AUTEUR ET SON ŒUVRE : Les années 50 à 70 ont assisté à l’essor de nombreux courants de pensée en sciences humaines. Anthropologue de formation, Claude Levi-Strauss est le père fondateur du structuralisme. Il s’est particulièrement attaché à étudier les relations entre nature et culture. Levi-Strauss conçoit la société humaine comme un système où les relations sociales se construisent inconsciemment à partir de combinaisons structurées. « Race et histoire » est un essai publié en 1952, destiné à l’Unesco, pour des brochures oeuvrant sur le problème du racisme dans le monde. Cet ouvrage se situe parmi les premiers dans la bibliographie de l’auteur : les fondements du structuralisme y sont exposés.

CHAPITRE I : PSYCHO-SOCILOGIE DE L'EDUCATION: "" Puisque la science de l'éducation a pour objectif de considérer toute action par laquelle un individu risque d'en modifier un autre ou d'être modifié par lui" elle relève necessairement de la psycho-sociologie, seule science qui étudie les relations humaines totales dans leur plus grande généralité" Historique de la psychosociologie: 1- la bible avec les 10 commandements 2- les recherches de E. Mayo sur la morale par rapport au travail 3- J.L Morene (1842 - 1974) qui a inventé la science des lois sociales: la socionomie 4- K. Lewin (1890 - 1947) qui a mis au point la théorie des champs et la dynamique des groupes.

Dans cet ouvrage, Elisabeth BADINTER, philosophe, traite de la crise de l’identité masculine. Elle part du constat que si le sentiment d’être une femme apparaît naturellement notamment à travers la procréation, la masculinité doit se conquérir, se prouver. L’homme a jusqu’à aujourd’hui occupé la sphère publique, réduisant le rôle de la femme à s’occuper de la sphère privée. Aujourd’hui, avec la redéfinition de la place de la femme dans la société, la masculinité s’en voit bouleverser puisque elle-même est définie en fonction de cette place.

Ces dernières décennies ont vu évoluer les rôles des hommes et des femmes dans la société. En ne considérant plus les générations précédentes comme des modèles, les rapports des sexes se sont modifiés, remettant en cause le pouvoir ‘naturel’ des hommes sur les femmes.

Réflexion personnelle : Cet écrit de E. Badinter a suscité chez moi de nombreux questionnements quant à la condition de la femme à l’heure actuelle et l’évolution qu’elle a connu depuis la parution de cet œuvre. En effet, E. Badinter clôture son livre en s’interrogeant sur les réactions que pourraient avoir les individus de sexe masculin suite à la dépossession de leurs pouvoirs d’antan.

Nul révolte masculine n’a encore explosé comme elle l’avait prédit et cela simplement puisqu’aujourd’hui (15 ans après la publication de L’un est l’autre) on peut remarquer qu’il ne semble plus y avoir d’évolution positive de la condition de la femme. L’avancée vers une égalité des sexes semble s’être tassée.

 

Avec l’évolution de la technologie aussi bien dans les domaines des transports que dans les moyens de communications et d’informations, la spécificité des différentes cités populaires tend à disparaître. Je constate une uniformisation des jeunesses sur un aspect comportemental. Les phénomènes de modes se mondialisent et sont simultanés et par conséquent les crises identitaires également. Il est vrai qu’il existe encore des spécificités en fonction des régions du globe (dépendant de l’histoire, d’une réalité géopolitique et économique). Néanmoins, les spécificités régionales d’un état viennent à s’atténuer. Il est donc difficile à l’heure actuelle de parler des jeunes des quartiers populaires du nord de la France sans risquer un amalgame avec tous les jeunes des cités populaires de France. L’auteur parle de l’importance d’être propriétaire d’un véhicule. C’est un phénomène qui s’est également développé dans les D.O.M. T.O.M. au début des années 90 et qui se caractérisait par le “tunning”. Pourtant, il existe encore des particularités sur le fond agissant sur les raisons de leur comportement.

En résumé, il y a eut une globalisation des conduites des jeunes issus de milieux différents. Ce livre a été écrit dans les années 90. A cet époque, le service militaire exister encore, les conditions économiques et politiques, nationales et internationales n’étaient pas les mêmes. Depuis, quelques évènements ont montré la prise de conscience des jeunes sur l’importance de s’investir dans la vie de la cité. L’émergence d’un parti d’extrême droite aux élections présidentielles semble l’exemple le plus concret. A ces élections, l’abstentionnisme des 18-24 ans a montré le désintérêt et la méfiance à l’égard des partis politiques traditionnels. Les manifestations qui ont suivi le premier tour de ces élections (21 avril 2002), ont montré le refus d’un parti nationaliste et ont mis en évidence la prise de conscience des jeunes vis-à-vis de la vie citoyenne. Paradoxalement, ces manifestations remettent en cause le principe actuel de notre république : le suffrage universel. Les commentaires journalistiques de l’époque montraient des jeunes désireux de réinventer une citoyenneté. Ces événements qui auraient pu être fédérateur pour une auto prise en charge des jeunes dans leur avenir citoyen n’ont eut que pour effet à un retour aux partis traditionnels.

Cette Action de Formation, s’appuie sur l’anthropologie, discipline traitant du sens que les hommes en collectivité donnent à leur existence. L’anthropologie, du fait de son caractère "transdisciplinaire", fournit des outils et concepts qui doivent permettre à l’individu et plus particulièrement à l’éducateur de saisir le réel dans lequel il doit agir. La session a été précédée de la lecture de plusieurs ouvrages regroupés autour des cinq thèmes suivants : "Travail et question sociale", "Individus et individualisme dans la société moderne", "Approche alternative des populations migrantes : l’ethnopsychiatrie ", "L’anthropologie et les sociétés primitives", "La crise des sociétés occidentales". Des exposés oraux de chaque ouvrage se sont succédés, complétés par le formateur. Ce dernier a finalement répondu aux questions générales soulevées par l’ensemble des exposés. Cette synthèse présente le résumé d’un de ces ouvrages,

La fatigue d’être soi d’Alain Ehrenberg, qui traite de la dépression. Alain Ehrenberg, sociologue, dirige le groupe de recherche «psychotropes, Politique, Société » du CNRS. La fatigue d’être soi est la 3e partie de cette étude sur l’individu contemporain, La 1ère explique comment notre société basée sur la compétition a généré un individu en quête de réussite sociale et d’identité personnelle. La 2nd souligne l’attention nouvelle de notre société pour la souffrance psychique et s’intéresse ainsi à nos rapports aux psychotropes et à la télévision. Cette 3ème partie, qui traite de la notion psychiatrique de dépression, est justifiée par le débat rapprochant médicaments psychotropes et drogues illicites et le mode de vie qu’il révèle. Il s’agit en effet d’une approche sociologique qui s’attache à traiter la dépression dans son contexte c’est à dire comme un phénomène directement lié au mode de fonctionnement de notre «société moderne». Cette synthèse se poursuit avec la réflexion personnelle qu’a induite cette session.

Célestin Freinet est l’initiateur du mouvement de l’Education Nouvelle. Si la pédagogie de Freinet devait se résumer à une seule idée, ce serait qu’on ne comprend bien que ce qu’on transforme. Autrement dit, le savoir et l’apprentissage doit dans l’alchimie d’expériences de vécu de l’enfant avoir un sens pour être compris et retenu par lui. Tout en gardant bien sûr comme principe de base le respect et la confiance de l’enfant. Une réputation de « révolutionnaire » l’école Freinet c’est une autre idée de l’école en rupture avec l’école traditionnelle comme elle va et qu’elle dénonce.

Pour cette fiche de lecture, j’ai fait le choix de présenter le chapitre s’intitulant Karl MARX (p.p141-217) dans les Etapes de la pensée sociologique de Raymond ARON. Cette fiche se décline en trois axes. Le premier consistera à présenter l’auteur et l’œuvre en question.

Ensuite, j’aborderai le contenu et la problématique qui ont été débattus dans cet ouvrage. En dernier lieu, je tenterai d’exprimer les impressions que cette lecture m’a inspirée

Grâce et dénuement, roman d’Alice Ferney, paru en 1997 aux éditions Actes Sud dans la collection Babel, 289 pages. L’ouvrage est découpé en 4 parties (chacune découpée en 6 ; 7 ; 7 et 8 éléments) et un épilogue. Une table des citations rassemble les références des 24 ouvrages (contes …) utilisés dans le roman.

Il est à noter que sur l’édition que j’ai utilisée la couverture présente une photo en noir et blanc de 2 jeunes filles en tenue qui montre une misère (réelle ou posée ?) profonde et un questionnement dans le regard qui ne me laissa pas sans réactions et sans imagination sur le contenu de l’ouvrage.

Connexion

Educateur spécialisé

Abonnement

Recherche