LeSocial  EmploiSocial  PrepaSocial  SocioDoc  Formateque  Facebook  Twitter

Rapport de stage

Afficher :
Classer par:

Dans le projet d’établissement, les professionnels de l’IME reconnaissent les parents comme « premiers éducateurs » et le travail de l’équipe pluridisciplinaire consiste à comprendre, à respecter et accompagner le lien enfants/parents. Les familles sont inclues dans l’accompagnement de l’usager en étant intégrées dans le projet individualisé de l’enfant afin de réaliser une réelle co-construction avec l’équipe pluridisciplinaire.  

Bien que les parents ne rencontrent pas tous les jours les professionnels, de par l’éloignement géographique et également le ramassage scolaire en bus, des échanges sont établis lors de plusieurs rencontres. En effet, une réunion de pré-rentrée est prévue pour accueillir les nouveaux parents, une autre réunion un mois après la rentrée est mise en place pour favoriser la rencontre parents/professionnels ainsi qu’une journée portes ouvertes qui est organisée vers la fin de l’année scolaire.

De plus, les professionnels peuvent planifier des groupes de paroles répartis sur l’année afin que les parents se rencontrent aussi entre eux, partagent leurs expériences, leur vécu et leur ressenti.         

Par ailleurs, exercer auprès de ces enfants marqués par l’absence du père relève d’une mission majeure : permettre aux enfants de se confier sur les représentations qu’ils ont de leurs pères & extérioriser toutes les émotions qui y sont associées. Cette mission prend naissance dans le fait que l’éducateur doit permettre à l’enfant de se libérer des éléments traumatiques liés à son père qui l’empêchent d’avancer.

Dans sa relation avec l’éducateur, l’enfant cherche à s’approprier tous les éléments bénéfiques à sa construction identitaire. L’auteur admet, ainsi, que l’éducateur peut servir de cibles aux enfants qui cherchent un bouc émissaire à leurs histoires. Le rôle joué par l’éducateur est primordial car ce travail d’expression est le fondement d’une relation de complicité et de confiance.

J’ai effectué mon stage Découverte n°1, dans la période du 19 novembre 2001 au 8 février 2002, au sein d’un Relais assistantes maternelles /parents /enfants. N’ayant aucune connaissance sur le sujet en tout début de stage, j’ai découvert petit à petit le Relais sous tous ses angles, ses missions et les nombreux avantages qu’il peut présenter pour les parents, les assistantes maternelles et bien sûr les enfants. Dans un premier temps, je vous parlerai de son évolution dans le temps, et des difficultés auxquelles il s’est confronté. Dans un deuxième temps, je ferai apparaître le fonctionnement ainsi que les missions du Relais. Le stage m’a aussi permis de découvrir le métier d’assistante maternelle que je décrirai dans un troisième temps. Pour finir, je parlerai de la profession de Responsable ou Animateur de Relais ainsi que des limites de ce métier.
Je suis en stage à responsabilité éducative mais également salariée, en qualité d’aide-éducatrice à l’école maternelle Haut Poirier. Cette école est située à Mulhouse, dans le quartier de Dornach, dans un quartier proche d’une zone d’éducation prioritaire. Cette école fait partie du groupe scolaire Haut Poirier accueillant des enfants de la maternelle au CM2. La population accueillie est diverse : enfants d’ouvriers, de professeurs des écoles, d’employés etc…. Quelques enfants sont issus de l’immigration, principalement turque. La majorité des familles habitent le quartier. Les enfants fréquentant l’école ont entre 3 et 6 ans et sont approximativement au nombre de 80. Les enfants sont répartis en trois classes : une classe de petits, deux de moyens-grands. L’équipe éducative est composée de trois institutrices qui travaillent en collaboration avec deux ATSEM et d’une aide-éducatrice à mi temps (moi-même). Le financement de l’école provient en partie de la ville pour le matériel (locaux, fourniture, matériel pédagogique…) et de l’Education Nationale, avec une petite participation des parents. Les parents sont quelques fois présents pour fournir une aide ponctuelle et occasionnelle lors de projets (terre, bricolage, kermesse…). Ils participent également à l’encadrement des sorties (bibliothèque, cirque, berges de l’Ill…).
J’ai effectué mon stage long dans un centre de loisirs associé à l’école (Clae), au cours duquel j’ai eu l’occasion, lors de visites accompagnée de L.., EJE et directrice du Clae, de rencontrer l’animateur socioculturel du Centre social de Bellefontaine, A... Ces diverses rencontres m’ont permis d’entrevoir le travail de partenariat que l’on peut mettre en place avec le Clae, et également avec le réseau associatif en lien avec les familles du quartier et donc des enfants du Clae. J’ai eu envie de comprendre les mécanismes du partenariat dans un quartier populaire de Toulouse.
La halte-garderie est une structure gérée par le CCAS (centre communal d’action sociale). La PMI (protection maternelle et infantile) leur accorde un agrément pour 20 enfants par heure de présence, âgés de 3 mois à 6 ans (les 3-6 ans sont rarement inscrits puisqu’ils vont le plus souvent au centre de loisirs) avec une limite d’accueil de 15 heures hebdomadaire par enfant. En tout environ 80 enfants sont inscrits à la halte-garderie. Pas plus de 20 enfants par heure peuvent être inscrits pour des raisons de règles établies par rapport au personnel présent mais des exceptions peuvent être faites si les parents ont des besoins importants (entretiens professionnels, rendez-vous médicaux...).
Les premières années de la vie de l’enfant sont essentielles à son développement physique et psychique. Durant cette période, les enfants sont dépendants des adultes qui s’occupent de lui, pour grandir et devenir un adulte à leur tour. Dans les structures d’accueil collectives, la prise en charge au quotidien de l’enfant, se fait en collaboration avec les familles, dans le respect de certaines normes. J’ai choisi de traiter dans ce dossier, des situations se rattachant à différents lieu d’accueil de la petite enfance. En effet, le rôle de l’Educatrice de Jeunes Enfants (E.J.E.) diffère, l’équipe avec laquelle elle travaille, est composée de professionnels ayant des connaissances diverses, dans le domaine de la pédiatrie et des conduites à tenir.
J’ai choisi d’effectuer mon stage au sein de cette école car la pédagogie Montessori m’intéressait. En effet, le professeur des écoles s’en inspire. Elle est basée sur l’autonomie des enfants, et leur responsabilisation. Comme le dit Maria Montessori, fondatrice de cette pédagogie, « l’enfant nous demande de l’aider à agir seul ». De plus, je pense qu’il est important de découvrir l’univers de l’école, ses apprentissages et ses exigences. En tant que future Educatrice de Jeunes Enfants, j’effectuerais un travail en amont de celui de la professeure des écoles. Afin d’accompagner les enfants vers le monde de l’école, de les préparer à cette entrée, il est essentiel d’avoir cette connaissance préalable. De ce fait, je pourrais adapter mes interventions auprès des enfants pour qu’ils soient au mieux préparer à l’école.
« L’institut accueille les enfants, adolescents ou jeunes adultes qui présentent des difficultés psychologiques dont l’expression notamment l’intensité des troubles du comportement, perturbe gravement la socialisation et l’accès aux apprentissages. Ces jeunes enfants, adolescents et jeunes adultes malgré des potentialités intellectuelles préservées, engagés dans un processus handicapant qui nécessite le recours à des actions conjuguées et à un accompagnement personnalisé au moyen d’une intervention interdisciplinaire (thérapeutique : psychiatre, psychologue, psychomotricienne, éducatif : éducateurs spécialisés, moniteurs-éducateurs, pédagogique : instituteurs). » Décret n°2005-11 du 6/01/2005.
J’ai effectué mon stage dans une école maternelle, dans une classe de grande section, où l’institutrice utilise des outils de la pédagogie Freinet. Avec cette pédagogie, je voulais voir comment on pouvait prendre le vécu de l’enfant comme fondement de travail, favoriser l’expression, la communication de l’enfant, et observer la vie de groupe, la coopération et le tâtonnement expérimental. Il y’a 22 enfants dans la classe. Celle-ci suit un rythme particulier :
C’est au Canada, et plus particulièrement au Québec que j’ai réalisé ce travail à finalité éducative. Le «Répit Providence» est situé à Montréal. C’est un organisme à but non lucratif appelé Organisme Communautaire. La mission de l'organisme s'articule autour de 4 aspects principaux : - procurer à l'enfant un lieu de répit, de sécurisation et de récupération - prévenir le placement en permettant aux familles en difficulté de rétablir la dynamique familiale et de traverser les états de crise - maintenir un lien positif entre parents / enfants et frères / sœurs - assurer la protection temporaire de l'enfant en situation à risque
Aujourd’hui, concilier vie professionnelle et vie familiale est un véritable problème, au regard du manque de structures d’accueils collectifs. Pour palier à ce manque, de nombreux enfants sont accueillis chaque jour chez des assistantes maternelles. Travaillant souvent de manière isolée, sans déclaration sociale parfois, cette profession éprouve des difficultés à se structurer. Face à cette problématique et à la demande croissante des familles en matière de garde pour leur enfant, les Relais Assistante Maternelle (RAM) sont en mesure d’apporter un début de réponse ou une offre complémentaire aux services traditionnels.
Ce premier stage du domaine de formation numéro deux, intitulé « Action éducative en direction du jeune enfant », s’est déroulé dans une crèche collective de 70 berceaux. Cette crèche est divisée en trois sections : bébés, moyens, grands. Elle accueille des enfants de trois mois jusqu’à l’entrée en école maternelle. Ce stage a duré trois mois, ce qui m’a permis d’appréhender le fonctionnement de la crèche, de l’équipe pluri-professionnelle, le projet pédagogique, sa mise en place et bien évidement j’ai pu côtoyer le quotidien des enfants dans les différentes sections.
Le service de portage de repas à domicile est principalement utilisé par les personnes âgées de plus de 60 ans (65 ans dans certaines communes), en particulier celles habitant seules, malades, handicapées ou dépendantes. Dans le passé, les personnes âgées étaient d’avantage prises en charge dans le cadre de la solidarité familiale. Aujourd’hui 30% des personnes âgées de 60 ans et plus vivent seules. L’évolution des modes de vie et des mentalités conduit les enfants à faire preuve d’une disponibilité moindre à l’égard de leurs aînés; et les aînés à refuser d’être une charge pour leurs enfants. Les services à domicile permettent donc de favoriser le maintient à domicile et de « décharger » la famille.
La structure multi-accueil du Mas Fleuri a ouvert ses portes en décembre 2004. C’était alors une crèche collective de 20 places à temps complet et 5 places à mi-temps. Elle était alors dirigée par une infirmière. En raison de la nouvelle législation, cette dernière ne put conserver son poste. Elle le laissant donc vacant un mois plus tard soit en janvier 2005 pour passer son diplôme d’état de Puéricultrice.
Pour élaborer ce dossier, je vous présenterai des observations d’enfants à l’accueil de la salle de sieste et au moment de l’endormissement. A partir de ces observations, une problématique va émerger. Dans une deuxième partie, deux comptes rendu vont être réalisés pour répondre à cette question, et comprendre ce qui peut se jouer chez ces enfants et pour la structure. Un commentaire impliqué clôturera cette deuxième partie, qui permettra de mettre en relation les lectures aux observations des enfants.
Lors de ce stage, j’ai remarqué que le moment du change n’était pas exploité comme un temps éducatif. Peu de choses étaient mises en place, tant au niveau humain que matériel, pour que les soins soient source de plaisir et de découverte pour l’enfant et le professionnel. C’est pourquoi j’ai réalisé une situation éducative sur le change. Après la présentation de la structure, le recueil d’observation permettra une analyse globale d’où découlera un questionnement auquel je tenterai de répondre par des propositions d’action. Je préciserai les attitudes éducatives à tenir.
Dans le cadre de ma 1ère année de formation d’EJE, j’ai choisi d’effectuer mon stage se référent au DC1 « Accueil et accompagnement de l’enfant et de sa famille » dans un jardin d’enfants. Ce lieu d’accueil peut être défini comme une année de transition, entre la crèche et l’école maternelle. Il accueille des enfants d’âge pré-scolaire, de 27 mois à 4 ans, méritant une attention particulière, répartis donc en petits groupes, mais possédant déjà de grandes capacités motrices et cognitives.
Implantée tout d’abord aux Abymes en 1986, La crèche associative existe depuis une vingtaine d’année. Au départ une garderie, elle change de statut et devient une crèche associative selon la loi 1901 en 1992, ses locaux sont implantés à Grontand Sablier à Pointe-à-Pitre. Elle accueille une trentaine d’enfants âgés de 3 mois à 3 ans. En 2000, la crèche change d’adresse. Les locaux sont dorénavant implantés à Cité Miquel et permettent d’accueillir 20 enfants de 1 à 3 ans. En 2008, l’agrément est fixé à 15 enfants.
Lors de ce stage, j’ai remarqué que le moment du change n’était pas exploité comme un temps éducatif. Peu de choses étaient mises en place, tant au niveau humain que matériel, pour que les soins soient source de plaisir et de découverte pour l’enfant et le professionnel. C’est pourquoi j’ai réalisé une situation éducative sur le change.

Abonnement

Connexion

Recherche