LeSocial  EmploiSocial  PrepaSocial  SocioDoc  Formateque  Facebook  Twitter

Rapport de stage

Afficher :
Classer par:

Voici le rapport de stage de 1ère année de BTS ESF, fait dans une CCAS dans une épicerie sociale, l'activité porte sur les économies d'énergies

(...)

L’épicerie sociale est une petite surface alimentaire, où il est possible de faire ses courses et de bénéficier de la gratuité ou bien de verser une participation financière de 10 ou de 15%. L'épicerie est également un lieu de rencontre et de partage, elle propose un accueil et des conseils (recettes de cuisine, conseil relatif à l'équilibre alimentaire et autres). Elle propose un véritable accompagnement aux personnes en difficultés financières : produits de première nécessité, ateliers pédagogiques et même sorties occasionnelles.

En 2017, à Madagascar, 82% des enfants de moins de 18 ans vivent en dessous du seuil de pauvreté, un taux plus élevé que la moyenne nationale qui est de 76%. En raison d’un accès compliqué à la scolarité, dû notamment au prix des études, nombreux sont les jeunes qui errent dans la rue, partagés entre l’aide apportée aux parents dans leurs tâches quotidiennes et le vagabondage. C’est pour répondre à cette problématique qu’a été créé le Centre Social des Enfants Vulnérables de Mahajanga (CSEV) en 2011.

 Il est né des besoins qui ont émergé à la suite d’une enquête sociale menée dans le quartier de Tsararano Ambany, quartier très pauvre de Mahajanga. En effet, après de nombreuses visites à domicile, il est apparu que suite à la crise politique subie par le pays entre 2002 et 2009, une paupérisation importante s’est produite et par conséquent, le taux de scolarisation des enfants s’est extrêmement affaiblit.

Tsararano Ambany est en effet un quartier populaire ou les familles le plus souvent monoparentales élèvent leur enfant dans des maisons de taule. Ces mères célibataires, en précarité, n’ont pas les moyens de payer les frais demandés par les écoles privées du secteur. En ce sens, le CSEV a été mis en place pour permettre à ces enfants d’accéder à l’instruction. Ces missions diverses d’articulent autour d’une problématique centrale : la lutte contre le phénomène des enfants des rues. C’est dans cette structure intégré dans ce pays plein de contrastes que j’ai eu le privilège de vivre mon stage à travers ma formation d’éducateur spécialisé et mon immersion dans une culture nouvelle.

Mon rapport de stage met en lumière mon expérience durant ces deux mois, mon parcours alimenté par mes rencontres, mes interventions éducatives, les difficultés et les imprévus majeurs que j’ai rencontré.

Mon stage d’observation s’est déroulé à l’IME de * et se déroule sur une période de 16 semaines.

J’ai fait le choix de vous présenter mon journal de la manière suivante ; j’ai tenu un journal quotidien durant la première période de stage et j’ai sélectionné deux jours de celui-ci (écrits en italique) afin de développer certains points et thèmes qui me semblent pertinents dans l’observation et l’analyse de ce premier stage.

Mes ressentis, mes questionnements seront donc évoqués et je terminerai ce journal de bord par les points positifs et négatifs pour moi durant ce stage et mes prochaines attentes pour le prochain.

Mon choix de stage en 1ère année s’est porté sur la protection de l’enfance et plus précisément en MECS (Maison d’enfants à caractère social) afin de découvrir plus en profondeur un public avec des problématiques que j’avais pu entre-apercevoir en stage de découverte avant mon entrée a l’ARFRIPS. En commençant ce stage j’avais pour but de découvrir la prise en charge de l’adolescence dans un collectif, comment à cet âge-là nous participons en tant que professionnels au développement de l’autonomie afin d’envisager une sortie future ou un retour au domicile familial.

Il me semblait important aussi de connaître leurs passé, leurs parcours institutionnels, leurs problématiques de placement pour envisager de comprendre certaines paroles et comportements de leurs part.

Enfin, comme il s’agissait d’un stage court, mon objectif était davantage axé sur l’une des grandes fonctions de l’éducateur : l’animation de la vie quotidienne et l’instauration d’une relation avec les jeunes.

Journal d'Etude Clinique réalisé en foyer d'accueil d'urgence dans la protection de l'enfance

Dans le cadre de ma formation d’éducatrice spécialisée, j’effectue mon stage de troisième année au Centre Départemental Enfance et Familles (C.D.E.F.) et plus précisément sur le service Nénuphar.

Le Centre Départemental Enfance et Familles accueille des mineurs placés au titre de la protection de l’enfance. Selon l’article L112-3 de la loi du 5 mars 2007, la protection de l’enfance a pour but « de prévenir les difficultés auxquelles les parents peuvent être confrontés dans l’exercice de leurs responsabilités éducatives, d’accompagner les familles et d’assurer, le cas échéant, selon des modalités adaptées à leurs besoins, une prise en charge partielle ou totale des mineurs. Elle comporte à cet effet un ensemble d’interventions en faveur de ceux-ci et de leurs parents. […]

La protection de l’enfance a également pour but de prévenir les difficultés que peuvent rencontrer les mineurs privés temporairement ou définitivement de la protection de leur famille et d’assurer leur prise en charge. » Le C.D.E.F. est sous la responsabilité du Conseil Départemental de Loire Atlantique et est intégralement financé par ce dernier. Il regroupe plusieurs services ayant pour missions d’accueillir, d’observer et d’orienter les mineurs placés.

DOSSIER DE PARTENARIAT ET RESEAU ( dtpr)    fais dans le cadre d'une formation Educateur en situation d'emploi dans l'accompagnement au décrochage scolaire .

Je suis actuellement en formation d’éducatrice spécialisée en cours d’emploi, mon dossier de partenariat et de réseau a été élaboré lors de mon premier stage de formation durant huit semaines. J’ai été accueillie dans un service d’appartements partagés KAP (Kairos Appartement Partagés) au sein de l’association AVVEJ, le service accueille des jeunes de 16 ans à 18 ans relevant de la protection de l’enfance.

Mon choix s’est porté sur cette structure car je n’avais pas d’expérience avec le public de la protection de l’enfance, il s’agissait pour moi de découvrir ce vaste domaine.

La particularité de cette structure est qu’elle offre un accueil proche de l’hébergement en milieu ouvert en proposant un accompagnement au quotidien de type internat.

Dossier de partenariat réseaux pour le DEES.Pendant ma formation, j’ai fait un premier stage dans un foyer de vie pour adultes en situation de handicap. Mon second stage s’est déroulé dans un service de milieu ouvert de la Protection Judiciaire de la Jeunesse.

Au travers de ces différentes expériences, il m’a semblé que lorsque l’institution ne dispose pas des moyens nécessaires pour mener au mieux ses missions, elle s’appuie sur son réseau et ses partenaires présents sur son territoire.

Ce Dossier de travail en partenariat et réseaux, en lien avec le Domaine de Compétence 4 « Politiques sociales et dynamiques partenariales » doit permettre de situer mon action et ma compréhension de cette dimension du travail de l’éducateur spécialisé.

Afin d’illustrer mon appropriation de cette dynamique, je présenterai dans un premier temps mon lieu d’apprentissage. Dans un second temps, j’étayerai mon dossier avec une approche conceptuelle des notions de partenariat, réseau, territoire. Je présenterai enfin une situation mettant en lumière mon appropriation des différentes notions abordées.

Dans le social, le travail d’équipe repose sur des individus qui n’ont pas la même profession, les mêmes fonctions. De par leurs différences et leurs pratiques complémentaires, l’équipe pluridisciplinaire soutient et accompagne les personnes accueillies pour qu’ils puissent exister, se réaliser, s’épanouir.

Au sein du CDJ, l’équipe pluridisciplinaire permet aux jeunes de se projeter et de s’inscrire dans un champ des possibles sur le plan personnel, social, familiale et professionnel.  Elle développe ainsi des projets d’actions individualisés en prenant en compte les centres d’intérêt, les difficultés et les besoins de chaque jeune accueilli.

La mise en commun des analyses de chacun des membres de l’équipe permet de mettre en œuvre des axes d’accompagnement adaptés. Le CDJ propose ainsi différents supports.

Mon stage se déroule au sein de leur établissement des P. à L, c'est un IES (Institut d’Éducation Sensorielle) qui assure des soins et une éducation spécialisée pour des enfants et des adolescents de 4 à 25 ans, déficients visuels, aveugles ou amblyopes. Il est agréé pour recevoir 43 jeunes déficients visuels présentant des troubles associés pouvant entraîner une restriction plus ou moins importante de l’autonomie ; avec des possibilités d'acquisition, d'expression et de relation.

Ainsi que 12 jeunes présentant des troubles envahissants du spectre autistique avec déficience visuelle associée. Depuis Janvier 2016 l'établissement bénéficie d'une extension d'agrément leur permettant d'accueillir 5 jeunes autistes voyants.

Objectivement, l'amplitude des troubles associés peut varier de la simple déficience intellectuelle aux troubles complexes du développement, ils peuvent aussi relever du handicap rare.

 L'institut des Primevères propose un accueil de jour et un accueil de nuit en internat, du lundi au vendredi. En ce qui concerne le quotidien auprès des enfants il existe trois pôles :

-  Le pôle éducatif qui propose un accueil de jour constitué de 10 unités, chacune d'elle dispose d'une équipe éducative (éducateurs spécialisés, moniteurs éducateurs, aides médico-psychologiques, aides-soignants) dont un coordinateur. Les jeunes sont répartis dans ces pôles en fonction de besoins communs. Ils peuvent être entre 3 et 9 par unité de jour..

Pour ma deuxième année en formation d'éducateur spécialisé j'ai eu la chance de pouvoir effectuer mon stage "Action Social et Développement" à Montréal en binôme avec une étudiante en formation d'assistante de service social. Cet écrit s'intéresse à la notion de réseau et de partenariat que j'ai pu observer, analyser et mettre en pratique durant mon stage.

 Parmi les terrains de stage au Canada proposés par l'IMF j'ai choisi le SIARI, Service d'Interprètes, d'Aide et de Référence aux Immigrés. La problématique de l'accueil des immigrés est présente dans tous les pays et est de plus en plus forte. À cela s'ajoute d'autres problématiques tel que la précarité ou l'isolement. De ce fait le travail en réseau et en partenariat est une composante essentielle car elle permet aux organismes de travailler de manière complémentaire. Ce stage m'a permis de travailler avec un important panel de la population du quartier Côtes-des-Neiges de Montréal, un quartier très cosmopolite.

Ainsi je me suis retrouvé à accompagner une population immigrée tout en étant moi-même un immigré, même si cela ne fut que pendant quatre mois. Tout en gardant mes objectifs de stage en tête il m'a fallu m'intégrer dans un nouvel environnement, découvrir et comprendre la politique d'immigration d'un nouveau pays ainsi que sa culture et ses mentalités qui diffèrent de la France.

Stage long d'un éducateur spécialisée dans un C.H.R.S Ce rapport traite de l'intégration et de l'insertion professionnelle des travailleurs handicapés,du statut des C.A.T et du besoin fondamental pour l'homme de travailler.

Le chômage qui frappe les pays occidentaux n’est pas principalement le fait d’une mauvaise conjoncture économique mais avant tout la conséquence de modifications structurelles propres à nos sociétés développées. On compte ainsi un nombre croissant de jeunes chômeurs de longues durée, dont l’incorporation au marché du travail nécessitera du temps, des méthodes adaptées et donc une mobilisation importante de la part des différents intervenants. Toutefois, les jeunes qui sont accueillis ne sont pas uniquement et simplement victimes de la crise économique. Ils sont en rupture familiale, parfois dès l’enfance, en échec scolaire pour l’essentiel, d’autres sont issus de l’immigration. Ils présentent aussi des troubles du comportement liés à divers types de pathologies. Certains ont connu l’hôpital psychiatrique, d’autres la prison... Ainsi, ces jeunes, déjà fragilisées, sont les premiers touchées par la crise économique. L’action d’accompagnement et de soutien doit tenir compte de cette structure psychosociologique propre à la majorité des jeunes accueillis.
Les drogues ont toujours existé. Elles ont été utilisées autrefois pour soigner et soulager les soldats de leurs blessures de guerre en Occident. Chez d’autres peuples d’Asie ou d’Afrique, les drogues sont toujours considérées comme un usage culturel et convivial, ancré dans les coutumes du pays. Les drogues sont aujourd’hui en France et dans d’autres pays intégrées à notre vie quotidienne. Symptôme d’une incapacité à surmonter des difficultés d’origine relationnelle ou sociale, la toxicomanie n’est pas une maladie, mais une déviance qui condamne la vie d’une personne et l’instaure dans un processus de marginalisation. Cette dépendance à un produit peut-être traiter en aidant le toxicomane à aborder les problèmes qu’il croit résoudre avec la drogue. C’est dans cette perspective d’aide aux usagers de drogues, que l’association C accueille une population extrêmement marginalisée et dépendante de substances illicites. Cette structure aborde les problèmes liés à l’usage et travaille à la réduction des risques et à la réinsertion sociale et professionnelle.
La psychothérapie institutionnelle peut être considérée comme une instance critique de la psychanalyse. L’abord de la psychose ne pouvant être que collectif, elle crée un collectif de vie qui peut être nommé “communauté structurelle”. Celle-ci intègre dans son existence socio-économique originale des faisceaux de “relations élémentaires” dont l’étude et l’efficacité nécessitent un processus permanent “d’analyse généralisée”. Il y a ainsi création d’un collectif dont le but est de débloquer les énergies gelées dans les systèmes étatiques. La psychothérapie institutionnelle met en valeur une diversité de contrats, lesquels surdéterminent des réseaux d’échange variés, dans le but d’accueillir ce qui est de l’ordre du singulier, du désir, du fantasme.
Dans le cadre de notre formation d’éducateur spécialisé, nous avons effectué différents stages en institutions, lieux où les réunions de synthèse tiennent une place importante dans le processus d’évaluation des prises en charge éducatives. Pour faire ce travail, nous nous sommes basés, dans un premier temps, sur différents écrits, ce qui nous a permis de recueillir des éléments généraux théoriques, indispensables à la compréhension de cette phase de réflexion institutionnelle. Nous avons pris comme support pratique, la situation d’un enfant accueilli en foyer d‘urgence de S, pour lequel une réunion de synthèse de circonscription a été programmée. Ensuite nous présenterons le foyer d’accueil ainsi que le descriptif de son fonctionnement. Également, il nous a paru utile pour introduire la problématique familiale, nécessaire à la compréhension de cette synthèse, de définir la fonction et le rôle de chaque intervenant assistant à cette réunion. Nous conclurons ce travail en présentant ce processus institutionnel, comme un élément incontournable aux propositions d’orientation concourant à la protection de l’enfance.
J’ai pour projet d’effectuer mon premier stage de découverte dans un service s’occupant d’AEMO, désireux de mieux connaître le travail avec les familles. En effet, certaines compétences se sont révélées lors de médiations scolaires, et mon expérience antérieure dans le secteur économique m’a habitué à la communication. De plus, le centre “C J” de l’OSE accueille des jeunes de différents âges, ceux-ci vont de trois à dix huit ans, ce qui me permettra une approche des difficultés liées à plusieurs tranches d’âges. Pendant ce stage, le participerai avec l’équipe éducative au projet et aux activités de l’établissement, tout en mettant à profit mon expérience théorique.

J’ai pour projet d’effectuer mon stage hors secteur dans un service de documentation et recherche pour les raison suivantes : L’importance et la quantité que revêt l’information à notre époque, nécessitent une gestion rationnelle de celle-ci. Dans notre métier de travailleur social, le besoin d’être informé sur la législation et ses mutations, occupe une place importante au quotidien, et le plus souvent les institutions ne possèdent pas de service gérant ce type d’information.

Chaque travailleur social est alors obligé de s’organiser afin d’avoir le plus rapidement possible à sa disposition, les renseignements nécessaires aux diverses situations rencontrées. De ce fait, je pense que les méthodes et les connaissances organisationnelles sur la collecte et la gestion de l’information, acquises lors de ce stage, me seront utile pour ma future fonction d’éducateur.

Dans le déroulement de notre formation à l’I nous avons eu à réfléchir et à essayer de mettre en place un projet dans le secteur du travail social. Ce travail de groupe doit nous amener à utiliser les connaissances méthodologiques qui nous ont été enseignées et à nous faire travailler dans une perspective opérationnelle. Les groupes de travail se sont ainsi formés librement, autour d’une idée partagée à priori par tous, mais chaque membre aura à soutenir la démarche qu’il a eue tout au long du projet. Nous nous sommes ainsi retrouvés au nombre de sept (1 élève assistante sociale et 6 élèves éducateurs spécialisés) autour du projet suivant : mettre en place sur la Loire une structure d’accueil, de relais et de médiation pour des jeunes placés en institution ou en famille d’accueil. Nous avons principalement utilisé les connaissances pratiques que nous ont données nos expériences professionnelles respectives pour aborder une problématique et avons privilégié l’opérationnel plutôt que le théorique. Ainsi, notre approche et sans doute certaines de nos affirmations peuvent risquer d’apparaître comme hâtives mais nous souhaitons que cela soit dépassé au profit de l’aspect opérationnel et concret de notre projet.
Le CHRS où j’ai établi cette note souhaite encourager, dans le cadre de l’insertion socioprofessionnelle, différentes mesures dont l’expression de l’usager, ceci afin de favoriser l’apprentissage de la citoyenneté des personnes qui y sont accueillies. Cela en accord avec les principes énoncés par la Fédération Nationale des Associations de Réinsertion Sociale (FNARS), pour qui une des priorités est de leur permettre d’exercer leurs droits et leurs devoirs dès le début de leur hébergement, en vue d’un retour aussi rapide que possible au droit commun, en matière de logement, d’emploi, de santé, de vie familiale... Que “le droit à l’insertion passe en priorité par le respect ou la restauration de la citoyenneté des personnes en difficulté... Les populations accueillies ont droit au droit commun ; celui-ci est la règle de base, les aménagements apportés à cette règle devant être les plus limités possibles, transitoires, et susceptibles de recours ”. Également que les équipes éducatives s’engagent à travailler pour “inventer des formes adaptées d’expression et de participation dans l’établissement ”.
J’ai réalisé ce rapport dans l’institution qui m’a accueillie pendant mon stage long de responsabilité éducative, et qui m’a maintenu en poste au-delà de ma période de scolarité. J’ai effectué dans un premier temps des remplacements estivaux pendant les mois de juillet et août. J’ai ensuite remplacé la conseillère à l’emploi qui effectuait un mi-temps de 22 heures par semaine et une éducatrice qui suivait les jeunes placés en studios relais pour 4 heures hebdomadaires, toutes deux quittant l’institution. De plus, le responsable du centre m’a attribué 9 heures, dans le cadre d’activités innovantes, pour animer, avec un comédien professionnel, un atelier expression théâtrale. Le tout représentant 35 heures hebdomadaires de travail, auxquelles se sont ajoutées 4 heures les trois derniers mois, qui m’ont permis la mise en place et l’animation d’un atelier “expression artistique” au sein de l’institution.

Abonnement

Connexion

Recherche