LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Rapport de stage

Afficher :
Ce présent dossier est organisé en trois parties. Dans la première partie, je tente d'avoir une approche théorique du secteur de la Prévention Spécialisée (historique, juridique, et population concernée). Dans une deuxième partie, je vous présente l'environnement professionnel dans lequel j'effectue mon stage (institution, caractéristiques de la population, réponses éducatives apportées, notamment par rapport à la difficulté d'insertion). La dernière partie constitue une réflexion personnelle sur la notion d'insertion.
Le CCAS de P a mis en place depuis quelques années un dispositif en faveur des personnes sans domicile fixe.C’est donc à l’intérieur de ce dispositif que j’effectue mon stage à responsabilité éducative. Au contact direct de cette population, j’ai pu échanger avec certains d’entre eux sur le parcours qui les a conduit à la rue. On constate très souvent à l’origine une situation de crise dans le milieu familial pour diverses raisons : conflits avec les parents, conflits des parents entre eux, placement en foyer de l’ASE, difficultés économiques des parents, problèmes avec la justice, maltraitance physique ou psychologique... Cette crise avec le milieu d’origine peut s’exprimer de différentes façons entraînant bien souvent une situation de rupture, mais avec ce public en l’occurrence, c’est par la fugue que cette rupture va s’exprimer dans un premier temps pouvant par la suite être relayer par une conduite d’errance. Mais pour pouvoir y voir plus clair, il paraît indispensable de définir au préalable ce que l’on entend par fugue et errance.
INTRODUCTION J’ai effectué mon stage dans un foyer d’accueil pour adultes handicapés mentaux. J’ai souhaité à travers ce stage, découvrir la personne handicapée à part entière et me rendre compte de ses besoins. J’ai me suis aperçue que dans la vie quotidienne, les répercutions du handicap mental, chez les résidents, ne sont pas toujours faciles à assumer en collectivité. Plus particulièrement, je me suis demandée comment les résidents pouvaient supporter une violence quotidienne puisqu’elle était certaine fois pesante pour moi. Dans un premier temps, je tente de donner une définition de la violence et d’évoquer quelques théories à se sujet. Dans un second temps, j’explique les situations de violence auxquelles les résidents et l’équipe éducative ont été confrontés ; puis, j’analyse comment l’équipe et l’institution réagit face à ces comportements et enfin, j’explique mon attitude devant ces situations de violence.
Depuis longtemps déjà, je m'intéresse au problème des violences urbaines et aux politiques mises en place pour tenter de les réguler. Je constate que le malaise des banlieues perdure quel que soit la tendance du gouvernement en place et quel que soit les politiques de la ville appliquées. Dans le cadre de l'UF7, j'ai voulu traiter ce thème. J'ai donc commencé à me documenter sur le sujet. Mon projet de départ était de trouver et de proposer des éléments de réponses pour atténuer le malaise des banlieues. Je me suis alors intéressé aux différentes politiques de la ville mises en place depuis 1981. Après quelque temps, d'autres questions naissaient en moi: Pourquoi les grands ensembles ont-ils été construits? Pourquoi y a t-il un malaise banlieusard? Cette fois j'avais trouvé l'aspect du thème des violences urbaines qui serait l'objet de ma recherche: les causes historiques et contemporaines du malaise des banlieues.
Mon expérience de stage en Prévention Spécialisée m'a souvent amené à considérer les difficultés d'insertion rencontrées par la population d'un quartier, notamment les jeunes, dans leurs dimensions collectives et individuelles. Les jeunes rencontrés connaissent d'importantes difficultés d'insertion sociale et professionnelle. Ils se sentent exclus, rejetés, blessés dans leur narcissisme car inutiles au fonctionnement de la société. Ils se montrent alors inactifs, passifs et révoltés. Cette "oisiveté" de la jeunesse est mère de tous les maux. Aux situations d'échecs scolaires et de non-accès à l'emploi, se greffent alors des comportements délinquants, violents, revendicatifs. Ces jeunes éprouvent aussi une difficulté à se situer dans le temps, à se projeter dans l'avenir. Leurs rapports à la règle et à la loi sont souvent perturbés
RÉFLEXION Á PROPOS DE CETTE EXPÉRIENCE La période de l’adolescence est souvent un passage difficile à négocier dans la vie de chacun, mais sans doute encore plus chez ces jeunes filles aux “histoires” toutes plus lourdes les unes que les autres. Leurs difficultés étaient de plusieurs ordres : · Problèmes de la vie quotidienne et sociale. Par exemple, les lieux d’habitation pas toujours très stables, des rapports familiaux “pauvres” ou conflictuels, donnant lieu à des fuites vers des regroupements en bande, avec risque de basculement dans la petite délinquance, toxicomanie, alcoolisme... · Problèmes de qualification professionnelle, beaucoup d’entre elles n’en ont pas et leurs cursus scolaires souvent ne leur a pas laissé beaucoup de traces, si ce n’est sous formes d’ échecs. · Problèmes psychoaffectifs liés à leur histoire et à la manière dont elles l’ont vécue. Leurs parcours font que souvent, elles n’ont pour modes de fonctionnement, d’adresse que la violence verbale, et il est important que l’éducateur puisse se situer non pas dans une écoute de complaisance mais dans celle qui permet de comprendre au travers des mots quelque chose de leur histoire. Une écoute qui va mettre un peu de sens, en mettant un peu de distance avec les actes débordants. Le travail d’un éducateur dans ce genre de lieu, est aussi d’essayer de trouver un juste milieu, de reposer des limites qui auront pour but de “re-socialiser”, permettre à la jeune de mieux réguler ses attitudes, harmoniser ses relations aux autres, en lui montrant combien ses débordements pourraient lui être préjudiciables, et risqueraient de l’enfermer dans un système de rejet. Pour que l’accompagnement de l’éducateur dans ce genre d’endroit ne se fige pas dans une attitude qui ressemblerait plus à de “l’assistanat ” ou à des séances de gardiennage, il est important de se remettre en cause, l’éducateur mais aussi l’institution.
1) HISTORIQUE 2) PRÉSENTATION DE L’HÔPITAL DE JOUR 3) MON RÔLE À L’HÔPITAL DE JOUR 4) QUELQUES RÉFLEXIONS SUR LE TRAVAIL EN H.J
INTRODUCTION Ce stage théâtre a été un lieu, qui m’a mis en rupture avec mon milieu familial et professionnel, c’est un arrêt sur image, lieu ou la parole a été entendue, voire décodée. « Mettre des mots sur des maux sans que cela soit dangereux » F. DOLTO. Cela a été un outil relationnel qui m’a permis de rompre l’espace «confortable » entre moi et le groupe. Cela a été également un lien possible, un temps de médiation, une sorte de pont entre un avant stage et un après stage, permettant de pointer la reproduction de mon fonctionnement relationnel. Ce stage n’a pas été seulement une réponse à un problème. Il a été «une pause réflexion », s’arrêter avant le problème pour peut être l’éviter.
Mon texte sera orienté uniquement sur ces jeunes qui ont dépassés la zone de vulnérabilité et qui se trouvent actuellement en situation de désaffiliation. Ils sont provoquants à être en marge « en tendant une casserole », et pourtant ils ne demandent rien, ne revendiquent rien. Ils se contentent de se montrer, à travers leurs postures, le look ou leurs animaux. Ces jeunes bien sûr, je les vois rarement et même en tant qu'éducateur dans un service de prévention je les vois très rarement. Ce texte s'appuiera sur ce que je suis amené à entendre quand j'écoute ces jeunes me parler de leurs vies. Et seulement les quelques-uns que j'ai pu recevoir ; ils sont peu nombreux. Ceux qui ont été adressés par les différents partenaires et là aussi je les vois très peu, c'est à dire jamais plus de deux ou trois fois, tant ils sont dans ce domaine comme dans d'autres dans des relations fragmentées
" La prévention et le dépistage (dès la naissance) des handicaps, les soins, l'éducation, la formation, et l'orientation professionnelle, l'emploi, la garantie d'un minimum de ressources, l'intégration sociale et l'accès aux sports et aux loisirs du mineur et de l'adulte handicapés physiques, sensoriels ou mentaux constituent une obligation nationale ”. Tout le monde doit se mobiliser pour mettre en œuvre cette obligation en vue de passer d'un système d'assistance à celui d'une solidarité nationale. La loi d'orientation du 30/06/1975 exige de la société qu'elle corrige les obstacles à l'intégration des personnes handicapées.
En relisant ces pages, je me dis que si les enfants polyhandicapés n’ont guère de moyens pour penser, ils me font néanmoins beaucoup réfléchir et m’interpellent sur plusieurs champs : celui de l’éducatif, de la biologie, de la psychologie, de la philosophie, de l’éthique… Et en ceci, je leur dois bien quelque chose.
Comme suite à mon expérience en internat auprès d’enfants handicapés j’ai sou-haité effectuer mon stage de découverte dans service d’action éducative en mi-lieu ouvert ( AEMO.) Un de mes objectifs durant ce stage était de découvrir le travail permettant à l’enfant de se structurer et de s’épanouir dans son environnement. L’aspect pré-ventif des mesures, en milieu ouvert étant nouveau pour moi. Mon travail en IME est une intervention au quotidien auprès du jeune et essentiellement sur ses pro-pres difficultés. Ce stage me permettant de découvrir une action plus globale en amont du placement ainsi que le travail avec les parents. J’ai effectué ce stage de trois mois au service AEMO de Valence, service de l’Association de Sauvegarde de l’Enfance et de l’Adolescence de la D. Cette situation me permettant aussi d’élargir ma connaissance dans le secteur de la protection à l’enfance.
J’ai effectué mon stage à l’Institut Médico Educatif masculin de T à P qui accueille 64 jeunes en internat de semaine et 10 en semi-internat. Au titre de l’annexe XXIV, cet IME reçoit des jeunes déficients intellectuels ou inadaptés, à partir de 12 ans jusqu’à 20 ans, en échec scolaire plus ou moins massif dans le circuit traditionnel. La plupart de ces jeunes présentent des déficiences intellectuelles (retard mental) plus ou moins sévères, accompagnées dans la majorité des cas de troubles du comportement liés à certaines pathologies mentales (psychoses, névroses…).
J’avais décidé pour terminer ma formation d’éducateur spécialisé d’effectuer mon stage à responsabilité éducative en institut de rééducation auprès d’enfants en situation d’échec scolaire ayant des troubles du comportement et du caractère. Il me paraissait nécessaire et intéressant de mieux connaître ce public réputé difficile. De plus, le choix de réaliser un troisième stage en internat s’inscrivait dans une continuité professionnelle.
Cet écrit tend à rapporter fidèlement mon expérience d’éducatrice spécialisée, en formation, au sein d’une Maison d’Accueil Spécialisée (MAS) accueillant des personnes "lourdement" handicapées physiques. A ce propos, vous trouverez le cadre de l’intervention (légal, agrément, population accueillie, les différentes activités proposées ainsi que l’articulation du projet institutionnel avec la pratique des professionnels et les «problématiques rencontrées » avec les usagers dans la note d’intervention (janvier 2002).
Les Maisons d’Enfants à Caractère Social, j’en avais une vague idée en entrant en formation étant donné que j’y avais effectué un stage de trois semaines (trop court !) avant d’entrer dans un cursus de formation d’éducateur spécialisé. Cependant en arrivant en 3 ème année, mes idées et mes conceptions éducatives ont considérablement évolué et je ne vois plus du tout du même regard la prise en charge des enfants. Aussi, j’ai décidé de faire ce dernier stage de découverte dans l’une d’entres-elles afin de me réconcilier avec ce type d’établissement d’une part, et de mettre en pratique les acquis que j’ai pu assimiler tout au long de ces trois années de formations : En effet, mes acquis au niveau de l’Aide Sociale à l’Enfance ne se limitaient qu’aux cours théoriques que j’avais pu suivre au niveau de l’école d’éducateur, et il me fallait de la pratique pour mieux assimiler son fonctionnement au niveau du département et de la région. Ainsi après avoir brièvement présenté l’association qui m’a accueilli durant ces deux mois de stage ainsi que ses missions, son personnel et le public qu’elle accueille, je tenterai d’élaborer une analyse quant à la place de l’éducateur dans une telle structure. Pour ce faire, j’expliquerai dans un premier temps mon vécu de stage et ce que j’ai pu y réaliser ; puis dans un deuxième temps, je définirai ce que sont à mon sens et au sens de l’établissement, les rôles et fonctions de l’éducateur par rapport aux missions de l’établissement.
La plupart des jeunes hébergés en secteur ALT semblent manquer de repères quand à des choses simples ou en ce qui concerne la question de l’emploi par exemple. Il s’agit donc de réinstaurer un cadre en les informant sur les règles de vie en société. Par exemple, un matin ou j’arrivais au foyer, je m’étonnai de voir Mr R. discuter dans le hall avec d’autres résidents à cette heure où il était censé se trouver à son travail, qu‘il avait commencé quelques jours plus tôt.. Comme je lui demandais si son contrat était fini, Mr R. me répondit que non, mais qu’il n’irait pas travailler aujourd’hui car il était fatigué. Je lui demandai si un médecin lui avait fourni un certificat médical, ce qui sembla le surprendre. En poursuivant la conversation, j’appris donc que Mr R. n’avait pas prévenu son employeur de son absence, car il pensait que cette absence serait simplement déduite de son salaire. Mr R. sembla très surpris d’apprendre que l’on ne pouvait pas agir comme cela. Nous avons donc fait ensemble, au cours d’un entretien, un travail de réajustement où il prit connaissance des règles de fonctionnement du monde du travail. Dans le même registre, au cours d’un entretien avec une jeune fille, je fus amenée à lui apprendre des choses simples concernant les entretiens d’embauche. Melle Z. semblait ignorer des règles de base telles qu’arriver à l’heure, avoir les cheveux et les mains propres, être soigné, faire attention à son vocabulaire. La méconnaissance de règles aussi simples constituent un véritable handicap pour ces jeunes qui passent ainsi à côté de la chance d’obtenir un emploi ou de le conserver. Un simple travail d’information peut-donc se révéler très utile pour eux.
J’ai effectué mon stage dans le cadre de la huitième Expo-Sciences Internationale qui s’est déroulée à Grenoble du 9 au 14 juillet 2001. Initiative d’origine québécoise, les Expos-Sciences se déroulent aujourd’hui dans quarante pays et visent à développer chez les jeunes le goût pour la culture scientifique et technique, à valoriser leurs travaux et à favoriser les échanges internationaux entre jeunes et chercheurs d’une part, et avec le public d’autre-part.
Durant mon stage de découverte 2, je fus amenée a constater une démotivation importante au sein de 1'equipe, voire de 1'ennui pour certains de ses membres. De plus une scission semblait scinder les employés de la structure en deux clans. Ce climat de tension pesait sur 1'equipe. J'ai pu le remarquer par la communication non verbale des personnels: soupirs de lassitude, absence de sourires, attitudes d'absence ou absences tout court témoignaient d'un climat dépressif. Cet état de choses m'a semble étonnant, d'autant plus que lors de mon stage Dl effectue dans un institut médico-éducatif (IME), 1'equipe éducative m'avait marquée de par sa dynamique positive, son énergie considérable et sa volonté manifeste de travailler ensemble. Je me suis donc posée la question de savoir d'ou provenait la capacité de certaines équipes à construire une unicité de travail et a s'investir, et 1'impossibilite pour d'autres de travailler ensemble et de se motiver.
· Remerciements Je tiens à remercier tous les membres de l’équipe des Marmousets, qui m’ont très bien accueillie et m’ont presque intégrée à leur travail d’équipe, en me faisant participer à la vie quotidienne au foyer et en me laissant la liberté de prendre des initiatives par rapport à mes relations avec les enfants. Je leur en suis extrêmement reconnaissante. Je remercie également M. Hahn, qui m’a fait suffisamment confiance pour me permettre de faire un stage dans un lieu où il n’est pas évident pour l’équipe en fonction, comme pour les enfants, d’intégrer une nouvelle personne surtout pour une durée aussi courte.

Abonnement

Connexion

Recherche