LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Rapport de stage

Afficher :
Cette équipe gère 3 types de mesures éducatives relative aux placements : - OPP( Ordonnance de Placement Provisoire), placement urgent prescrit par le parquet, - l'AT (Accueil Temporaire), placement dont la situation n'est pas nécessaire d'être judiciarisé, - Le placement en tant que mesure d'assistance éducative, ce dernier est organisé en collaboration et avec l'adhésion des familles. Pour ces 3 types de mesures, l'équipe est chargée d'effectuer le suivi et l'accompagnement des familles et des enfants. A ce titre, il organise entre autre les visites médiatisées ( moment où les parents rencontrent leurs enfants, dans un lieu neutre. Les visites médiatisées sont un outil de maintien du lien familial) .
Dans un premier temps j’ai contacté les institutions de Bamako afin de savoir s’il y’avais possibilité de pouvoir faire un stage au mois de juin et juillet 2009. Lorsque j’ai eu leur accord, je me suis ensuite entretenue avec ma référente de l’école ainsi qu’avec la responsable des stages, nous avons également dû déposer un projet au directeur de l’école. L’objectif de notre stage était de rencontrer des partenaires sociaux bamakois, tel que la pouponnière, l’hôpital psychiatrique, une association de réinsertions pour femmes... par ailleurs, nous souhaitions lutter contre le sida et autres maladies sexuellement transmissibles. Pour réaliser à bien ce projet, nous avons distribué plusieurs centaines de préservatifs, masculins et féminins ainsi que divers plaquettes et petits livres pour enfants de préventions (adaptés au public africains) au planning familial, à un dispensaire et à une association de femmes.
Avant de commencer mon stage, les Instituts Thérapeutiques Educatif et Pédagogiques étaient des structures qui m'attiraient car elles accueillent des enfants avec des difficultés sociales, familiales et psychologiques et connaître ce type de structures en premier stage me permettait de découvrir le métier d'éducateur dans un contexte que je jugeais sans connaître à la fois intéressant et difficile. En effet, je trouve cela humainement très riche de connaître les jeunes de jour en jour un peu plus, de créer du lien avec eux et de mieux comprendre leur contexte familial et les causes des troubles de la conduite et du comportement afin de pouvoir les aider dans leur développement vers plus d'autonomie. En amont de mon stage, je savais que j'aimais travailler avec des adolescents car j'avais déjà encadrer des séjours avec ce public mais il me semblait avoir trop d'interrogations sur comment agir en tant qu'éducatrice auprès de ce public en difficulté pour travailler directement sur un poste éducatif sans passer d'abord par un stage.
En début d’année, le planning de la semaine est organisé par les éducateurs en fonction des enfants accueillis. Le planning peut être modifié dans les semaines qui suivent en fonction des besoins. Sur le groupe des moyens, les enfants sont répartis par 3 ou 4 en rapport avec ce qui est proposé. Nous prenons en compte leurs capacités, leurs envies et nous jugeons si l’activité peut être bénéfique. En effet, chaque enfant est différent et nous n’avons pas les mêmes attentes selon leur handicap et leur possibilité. Les activités sont multiples, elles ont été fixées en fonction de nombreux critères. Pour les sorties extérieures, il a fallu se concerter avec les différentes équipes par rapport aux besoins de chacun pour les mini-bus. Les moyens vont à la ludothèque, à la piscine, à la bibliothèque, dans un gymnase, au centre de loisirs et ils font des sorties découverte de la nature à la ferme ou dans des parcs.
L’accompagnement éducatif des personnes avec autisme a pour objectif d’apporter une éducation adaptée au handicap afin de promouvoir le potentiel de la personne, éviter le sur-handicap par le développement de la communication et de l’autonomie et développer une intégration dans la communauté sociale. Le plus connu des programmes éducatifs est le Treatment and Education of Autistic and related Communication handicaped CHildren (TEACCH, traitement et scolarisation des enfants autistes ou atteints de troubles de la communication similaires), créé aux Etats-Unis et reconnu programme d’Etat en 1972, et depuis largement diffusé à travers le monde. Ce programme, qui offre des services diversifiés aux personnes avec autisme et à leur famille en considérant les besoins à tous les âges de la vie, voit sa transposition, tout au moins en France, souvent incomplète.
Il est important de porter une grande attention à l’expression des jeunes, qu’elle soit verbale ou non verbale. Il me semble qu’un des premiers rôles de l’éducateur travaillant auprès de jeunes en difficultés est de chercher un sens au delà de l’évidence de ce qui est dit. Ainsi, lorsque je perçois un malaise chez un jeune, et avec son accord, je le rencontre en entretien individuel. M’appuyant sur un climat de confiance tissé au quotidien, j’essaie d’interpeller le jeune sur son mal-être (sans que cela soit anxiogène pour lui). Il est important de rester attentif aux « signaux d’alarme » lancés par l’adolescent, et qu’il puisse être accompagné à la verbalisation de ce malaise. Au cours de ces entretiens, j’essaie d’aider le jeune à exprimer ses angoisses et à les dépasser (et à développer avec lui un travail de verbalisation qui donne du sens).
Thème : cette activité corporelle aura pour thème les problématiques corporelles que l’ont peut rencontrer durant la puberté et en particulier chez les adolescents présentant un handicap mental. Les changements corporels, les nouvelles sensations, l’évolution des relations interpersonnelles, les questions autour de la sexualité sont des faits réels bien souvent pas assez compris et qui font désormais partie d’eux. N’être plus un enfant et pas encor un adulte…et tout à la fois pourtant, enfant et adulte. Cette ambiguïté, vécue par tout un chacun, s’avère particulièrement complexe lorsque l’on est attentif aux adolescences des jeunes vivant avec un handicap mental. Non pas tellement parce qu’ils traverseraient des adolescences si différentes, mais certainement parce que les représentations sociales dont nous sommes porteurs nous conduisent soit à nier les corps et les cœurs en transformation, soit à les dramatiser par peur de leurs devenir adultes.
Cependant, ces notions phares du travail social sont peu utilisées dans l’institution où j’effectue mon stage. En effet, le travail en partenariat et en réseau semblent peu présent, voire inexistant. C’est pourquoi, la composition de ce dossier m’a parût complexe au départ. Cependant, après réflexion, je me suis rendue compte que cette situation me permettait d’approfondir l’analyse du principal partenaire reconnu de l’institution : l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) et que mon analyse critique serait davantage ciblée sur ce manque. Avant de commencer ce travail, il est important de préciser que les termes de partenariat et de réseau ne sont pas similaires. En effet, j’ai souvent confondu et assimilé ces deux notions qui sont très proches et dont la limite ne me semblait pas claire. Or, nous le verrons dans ce dossier, ces termes ont des spécificités propres à chacun et il est important de les distinguer pour ne pas faire d’amalgames et pour comprendre leur véritable sens ainsi que leurs enjeux et leurs limites.
En tant qu’étudiant en première année à l’IRTS, je dois effectuer un stage de 3 mois. J’ai choisi de le réaliser dans un ITEP, L’Escale à Jarville la Malgrange L’établissement est un établissement scolaire donc ouvert la journée et dispose également d’un internat. Ce qui m’intéresse dans cet ITEP, c’est le public, la pluridisciplinarité et la possibilité de travailler soit le jour soit la nuit ce qui vous donne une autre approche des jeunes. Lors de mon entretien, la chef de service qui m’a reçu m’a fait comprendre que travailler en ITEP était quelque chose de très difficile car la problématique majoritaire des enfants est le trouble du comportement. D’après elle, ce sont des enfants difficiles, qui vous insultent et qui sont violents et avec qui il n’y a pas de retour, de réciprocité dans les échanges. L’objectif d’un tel discours je pense était de me mettre en garde et de s’assurer que je savais à quoi m’attendre.
La prise en charge éducative cherche à s’adapter aux réalités sociales des jeunes et peut se décliner en deux axes principaux. - D'abord le «faire avec» le jeune, son milieu, son groupe : elle mène des actions et projet adaptés afin d'établir une relation de confiance et ainsi tenter d'inverser les processus de marginalisation, d'exclusion. (Raccrocher les plus isolés au groupe, aider le jeune à reconstruire une image positive de lui-même, …). -Mais aussi «agir avec le milieu» : en essayant de «raccrocher» les jeunes et les familles aux structures de droit communs afin de favoriser le lien social. En agissant avec des groupes, des habitants, elle cherche à favoriser l’émergence de projets collectifs, d'actions inter-quartiers,
Durant ce stage, j’ai été amené à faire des toilettes ou des changes à des usagers. C’était une expérience nouvelle pour moi, les deux premières fois, j’étais un peu gêné devant la nudité des ces personnes. Lors de mes premiers contacts durant les toilettes, j’étais assez hésitant dans mes gestes. Je m’aidais en regardant sur le professionnel qui était à mes côtés pour bien installer la sangle du lève personne afin qu’il ne se produise pas d’accidents si une sangle venait à se détacher. Au premier abord, je me disais que l’éducateur spécialisé n’avait aucune utilité à effectuer des toilettes, que cela n’était pas son travail, mais seulement celui des aides médico-psychologiques. Mais je me suis très vite aperçu que ces temps d’intimités étaient des moments privilégiés qui permettaient d’instaurer une relation de confiance avec l’usager.
Avant d’entrer en formation d’éducateur spécialisé, j’ai eu l’occasion d’effectuer plusieurs stages et remplacements dans le secteur médico-social (Maison d’Accueil Spécialisée, foyer de vie…). J’ai décidé d’effectuer mon stage de première année dans un établissement pour personnes polyhandicapées, un public que je connaissais avec une expérience en maison d’accueil spécialisée pour adultes polyhandicapés mais aussi un public qui me questionnait et avec lequel je voulais approfondir mon travail. J’ai donc effectué mon premier stage dans un centre d’accueil pour enfants, adolescents polyhandicapés. Cet établissement accueille également des adultes.
Antony, est un enfant de 12 ans habitant sur le quartier où j’interviens. Ce jeune souffre de trouble du comportement. Il est en accueil de jour en semaine au sein d’un ITEP. Issus d’une famille de quatre enfants, sa mère souhaite dans la mesure du possible, qu’Antony participe aux différentes actions proposées par les éducateurs de rue et le médiateur. Mes deux référents sont tous les deux en relation avec le jeune et sa famille depuis environ six mois. Je n’ai eu l’occasion d’être en contact avec Antony lors d’une seule activité et n’ai que très peu d’éléments sur lui. L’association possède un jardin. L’équipe a monté un projet « jardinage » pour les enfants de 6/7 ans à 12 ans environ. Antony avait déjà eu l’occasion de participer à l’atelier, où il c’était montré insolent et agressif envers les éducateurs et les jeunes.
Mon second stage d'une durée de douze semaines s 'est déroulé à l'association départementale des maisons pour l'insertion (ADMI) à Amiens et, plus particulièrement dans le service d'Accompagnement social lié au Logement des personnes Réfugiées et/ou Régularisées (ALRR). Cette association aide les personnes à s'insérer dans la société au travers du logement. En effet, il y a à l'ADMI un Centre d'Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS), un Centre d'Accueil des Demandeurs d'Asile (CADA), une Structure d'hébergement pour les Personnes Réfugiées et/ou Régularisées (SPRR) et l'ALRR. Le service ALRR prend en charge les personnes ayant obtenu un statut (réfugié, régularisé ou en protection subsidiaire) et étant hébergé dans une structure annexe. Des couples, des hommes ou femmes seules, des familles, des jeunes, etc sont accueillies dans ce service. Il n'y a pas de limite d'âge en dehors de la majorité. Ce service accompagne les personnes dans leurs démarches concernant le logement. Cette structure existe depuis 2004.
J’ai fait mon stage à responsabilité dans une agence départementale de la solidarité. Cette institution publique est chargée du suivi des enfants placés judiciairement ou administrativement mais a d’autres missions. Ces dernières sont décrites dans le Code de l’Action Sociale et des Familles article L-221-1. Les enfants placés sont sous la responsabilité du président du Conseil Général. Il délègue cette responsabilité à plusieurs attachés dont dépendent plusieurs agences géographiquement regroupées. Toutes les demandes de mises en place de dispositifs éducatifs, les changements ou les évènements importants de situation (placement sur un autre lieu ou décès d’un parent par exemple), les plannings de vacances des enfants transitent par l’attaché. Il peut également intervenir en cas de conflit avec une famille ou pour apporter un autre regard sur une situation compliquée.
J’ai choisi comme stage de première année, un foyer de vie pour adultes pour me former à l’accompagnement de la personne handicapée. N’ayant aucune expérience dans ce domaine, j’ai donc trouvé intéressant de m’enrichir sur les différents modes d’accompagnement des personnes, ainsi que de me renseigner sur les pathologies et souffrance psychiques. J’ai réalisé mon stage au sein de l’équipe externat et plus précisément dans l’atelier « Terre », auprès des résidents Il était important pour moi de repérer et respecter les déficiences, incapacités et handicaps des usagers. Je trouvais intéressant d’être capable d’entrer en contact avec le public à travers une activité manuelle et où chacun est libre de s’exprimer à travers le modelage de la terre.
Pendant mon stage de 10 semaines, j'ai assisté au quotidien d'un éducateur spécialisé qu’il s’agisse de son travail en équipe et de son rôle individuel dans le cadre d’un internat de jeunes déficients intellectuels. J’ai été intégré sur l’appartement de Feytiat avec une capacité d’accueil de 6 jeunes et une équipe de 2 éducatrices. J’ai tout de suite été confronté à la réalité du terrain ce qui m’a permis de peaufiner ma formation pratique sur des moments d’internat. J’ai observé et participé à la dure mais aussi agréable mission de l’éducateur d’internat. Les jeunes de l’appartement sont des jeunes adultes âgées de 17 à 18 ans donc l’appartement est un projet d’autonomie quotidienne, de socialisation, d’orientation et de préparation à la vie futur d’adulte. Ils suivent la section Improbe pour affiner leur projet d’orientation et de futur adulte. Avant le début de mon stage, j’avais des appréhensions par rapport à la distance des jeunes face à l’âge des usagers et du mien (assez proche!). Mais je me suis vite rendu compte que mes gestes, mes attitudes ne trahissait pas mon jeune âge. Et que les jeunes respectent la distance, mon rôle de stagiaire et de futur professionnel que j’avais mis en place au court de ce stage.
Soucieux de connaître les trois grands champs d’intervention de l’éducateur spécialisé (le handicap, la protection de l’enfance, et la grande exclusion), je souhaitais pour mon premier stage intervenir dans une Maison d’Enfants à Caractère Social. Par le biais de cette structure, j’avais pour objectifs de découvrir et développer des savoirs propres à la protection de l’enfance, comme par exemple le cadre légal, tout en m’intéressant à l’organisation et à l’articulation de cette dernière. Ce stage m’a permis tout particulièrement à savoir repérer les sources de bientraitance et de maltraitance, à les analyser, et à travailler en équipe, à moyen terme par le biais de projet avec le public rencontré.
J’ai pu découvrir ce milieu que je connaissais peu, travailler et me former dans l’accompagnement de personnes ayant subi de graves traumatismes, marqués par ce qu’ils ont vécu, et vivant en France dans une situation souvent très précaire à tous les niveaux, financièrement, pour le logement, la nourriture, les déplacements. Ces personnes sont loin de leurs pays et de leurs familles, et de plus se retrouvent confrontées à la barrière de la langue. Je présenterai donc dans une première partie l’association CASAS accueillant et accompagnant les demandeurs d’asile, puis en seconde partie les procédures et le cadre juridique qui régissent le secteur des demandeurs d’asile. La troisième partie présentera les actions que j’ai pu mener et les apports du stage, en y impliquant le rôle de l’éducateur dans l’accompagnement des demandeurs d’asile.
Chaque fonction de l’établissement est définie par une fiche de poste remise à chaque salarié à son embauche. La structure formelle de l’équipe est bien clarifiée par l’institution. Selon Mucchielli « La structure formelle correspond à l’organisation hiérarchique et fonctionnelle du groupe, cette organisation ayant un caractère obligatoire. » Il est essentiel de noter que mon arrivée au sein de l’établissement a été marquée par la démission du directeur du foyer. Ainsi, le chef de service assurait son remplacement. Il est en charge par ailleurs de l’organisation du cadre de travail de l’équipe médico-sociale, du suivi et du contrôle de l’animation. Il est le garant des projets d’accompagnement personnalisés.

Abonnement

Connexion

Recherche