LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Rapport de stage

Afficher :
J'ai effectué mon stage sur le groupe de vie de la Jet Set. Ce groupe est initialement prévu pour les 16-18 ans, en préparation à la verticalité des groupes, il a évolué vers les 14-18 ans pendant l'année. Grâce à l'expérience acquise sur le terrain, à l'équipe éducative, ainsi que l'apport théorique reçu en formation, mon implication personnelle et professionnelle a beaucoup progressé tout au long de cette année. Je propose une analyse chronologique de mon implication depuis mon entrée à la sortie de stage.
Cet ITEP accueille 25 jeunes de 6 à 14 ans en internat, en internat modulable (deux nuits par semaine en internat) ou en semi internat. Il comprend deux structures séparées, l’une accueille les enfants de 6/10 ans et l’autre les jeunes de 10/14 ans. J’effectue mon stage sur le groupe des 6/10 ans. Celui ci comprend 12 enfants dont 4 internes et 4 internes modulables. Une équipe interdisciplinaire y intervient, elle est constituée d’une psychologue, d’un psychiatre, d’une assistante sociale, de deux institutrices (l’une d’elle travaille davantage sur l’intégration scolaire des enfants), de cinq éducateurs (4 ETP), d’un moniteur d’EPS et d’un psychomotricien. Cet établissement a plusieurs fonctions, des fonctions thérapeutiques, éducatives et pédagogiques.
De plus, à mon désir, notre désir d'équipe, au désir institutionnel se mêle le désir du sujet qu'on ne voit plus. Comment entendre ce qui se dit dans le silence de ces personnes à qui la parole fait souvent défaut? Comment les accompagner pour leur permettre d'exprimer un véritable choix de vie? Dans ce cadre là, comment réinterroger le projet individuel? Il ne s'agit pas de le remettre en cause, car «le mouvement vers un devenir de ce que l'on n'est pas encore, reste au coeur de tout projet humain». Pour autant, je me demande comment favoriser la prise en compte du Sujet dans l'élaboration du projet individuel de la personne en situation de handicap mental sévère?
J’ai effectué mon stage de première année au Foyer M D à B. C’est un foyer occupationnel qui accueille des adultes déficients intellectuels. J’ai pu observer l’équipe éducative au niveau des ateliers occupationnels et aussi au sein de l’internat. Je me suis dirigée dans le secteur médico-social car je n’avais pas eu l’occasion auparavant de me confronter au handicap. J’avais instauré certains liens privilégiés avec des personnes âgées handicapées dans la maison de retraite où je travaillais, donc mon attrait pour ce public n’en était que plus grand. Par ce choix, j’ai voulu voir mon positionnement par rapport à un tel public. Et je souhaitais aussi voir quel était le travail éducatif mis en place au sein de structures médico-sociales.
L’autisme m’était inconnu avant ce stage. Cette maladie m’apparait fascinante car le sujet est dans son monde, dans sa bulle, envahi par ses émotions; le seul moyen d’entrer en communication avec lui est de comprendre sa bulle afin de parvenir à s’y insérer. L’univers de ce jeune est la musique, et c’est grâce à la chanson que j’ai réussi à établir une relation avec lui. J. est un adolescent de 17 ans, parfois sympathique, d’autres fois opposant, ayant un regard observateur et intrigué envers le monde qui l’entoure. De plus, la problématique familiale de ce jeune est conséquente et touchante. Un jeune rejeté par sa mère, en manque d’amour, n’est‐ce pas cela son plus gros handicap ?
En effet, à mon arrivée en stage, il m’a été proposé d’emmener ponctuellement certains enfants sur l’ordinateur. L’Hôpital de Jour dispose de quelques logiciels éducatifs, mais la disponibilité des professionnels, au vu de l’emploi du temps de la Maison des Petits, ne leur permettait pas la mise en place d’une activité « informatique ». Cette activité m’a semblé intéressante à mener : elle m’a, entre autre, permis de développer des relations avec certains enfants. L’ordinateur est en effet un très bon médiateur, qui permet une relation « indirecte », plus accessible aux enfants atteints de troubles envahissants du développement. De plus, l’utilisation de l’outil informatique se fait toujours par le même procédé, ce qui sécurise ces enfants qui ont tant besoin d’immuabilité.
Pour ce dossier de pratiques professionnelles j’ai choisi de m’appuyer sur la situation d’Enzo. Enzo est un petit garçon de 6 ans, placé à l’internat depuis le mois de Septembre 2008. Suite au décès de son mari, la mère rencontre des difficultés dans l’éducation de son fils. Ses problèmes de dépression et d’addictions ne la mettent pas en capacité d’assumer pleinement son fils. Le juge des enfants ordonne un placement direct. Aujourd’hui, Enzo voit sa maman chez lui deux fois par semaine de 11h30 à 16h30.
Tout d’abord, chaque étudiant doit remplir des exigences quant au choix des stages. Il me restait à remplir comme critère adulte et handicap, pour que je puisse avoir libre choix de mon stage en troisième année. J’ai donc réalisé mon stage avec des adultes en situation de handicap mental. Ce critère reste large et laisse un large choix de structures. J’ai réalisé mon stage en établissement et service d’aide par le travail (ESAT), pas nécessairement par choix mais plutôt parce que c’est l’une des seules structures françaises à avoir répondu de manière positive à ma demande. Ensuite, la deuxième raison du choix de mon stage, se porte sur le fait que je ne connaissais que très peu le handicap mental, en effet ma seule expérience envers le handicap mental était envers un public d’enfant, de plus elle était de courte durée.
Dans le cadre d’un placement, certains services ayant la charge d’accueillir l’enfant, choisissent, dans leur fonctionnement, de se rapprocher au plus près d’une « vie familiale ordinaire». Ainsi, il s’agit par exemple de prendre en charge les enfants au sein d’une maison individuelle, de leur permettre de disposer de leur propre chambre, de réaliser des sorties le week-end… Les éducateurs, eux aussi, participent à cette grande « mise en scène » en ce sens qu’ils sont amenés à occuper des fonctions parentales, tel les actes de soins, de santé ou encore d’alimentation. Bien que tout cela ait pour but d’assurer le bien être de l’enfant et de lui apporter la sécurité dont il a besoin, la famille, elle, ne l’entend pas forcement de la même manière.
L'action éducative est structurée par l'activité de jour. En effet, priorité est donnée au temps passé avec les jeunes sur le plan scolaire et l'activité professionnelle. Tous les jours, les deux équipes, de matin et de soir, se rejoignent entre 14h et 15h. Se déroule alors un temps de « consignes » où sont données toutes les informations qui permettront à l'équipe arrivante de disposer de tous les éléments susceptibles d'influencer la relation aux les jeunes.
Les missions principales de l’établissement sont l’accueil, la protection et les soins d’enfants présentant des états de souffrance psychique. Les différents troubles rencontrés ont tous comme point commun le fait d’avoir entraver le processus d’individuation psychique. La démarche thérapeutique repose, alors, sur l’émergence de la vie psychique du sujet et le dépassement des conflits intériorisés. A partir de l’histoire d’une jeune de 11 ans, accueillie à l’Hôpital de Jour « Le Chêne », présentant des difficultés de « séparation-individuation », je vais aborder une situation qui m’a interpellée lors d’une sortie extérieure.
Dans le cadre de mon stage de découverte de première année en formation d’éducatrice spécialisée j’ai pu observer des situations d’usagers ressortant de prise en charge médico-sociale. Le présent écrit est l’étude de cas clinique de l’un d’entre eux en particulier. Après avoir présenté la structure de stage, dans un premier temps, j’établirai quels rôles et fonctions j’ai investi parallèlement à mon statut de stagiaire. Dans un second temps, je présenterai le cas de Chris, jeune adolescente de 13 ans. Les observations directes que j’en ai faite et les observations indirectes que j’ai collectées à son sujet.
Dans le cadre de mon stage de troisième année, dans le service de Placement Familial (PF) de la « Fondation Tremplin » situé à Paris, j'ai été amenée à faire des visites à domicile chez des familles d’accueil. En effet cette pratique utilisée dans les placements familiaux et d’autres services de milieux ouverts est très intéressante. Ici l’éducateur se déplace chez l’assistant familial, qui est son collègue. Il n’est pas rare que cette pratique soit un peu vécue comme une forme de contrôle tant par les accueillants que par les éducateurs. Elle est aussi perçue comme un outil de travail indispensable qui favorise la compréhension parce que la parole de tous est de mise et qu’elle nous permet de rencontrer le jeune dans son environnement quotidien ainsi que les membres de la famille d’accueil.
J’ai eu l’occasion d’effectuer mon stage auprès d’un travailleur social diplômé, dans le service Multi-Accueil de la maison de quartier Trois Fontaines à Reims. Ce stage d’une durée de trois semaines, débutant le vingt-huit janvier et prenant fin le dix-huit février, m’a beaucoup enrichit. En effet, j’ai pu voir ce qu’était réellement le métier de travailleur social, et plus particulièrement, d’Educateur Spécialisé pour les Jeunes Enfants. Ma tutrice de stage était en effet une Educatrice Spécialisée pour jeunes enfants, mais elle avait aussi, au sein de cette structure, le statut de responsable. Durant ce stage j’ai eu l’occasion de connaître la structure, voir et comprendre comment celleci fonctionnait, quels étaient les partenaires qui permettent à cette institution d’exister.
Il me semble aussi essentiel dans un second temps de participer à chacune des réunions organisés dans l’institution: -réunion hebdomadaire -réunion d’unité -réunion des éducateurs Ces réunions étant aussi des moyens de transmission dans l’équipe, qui aborde différents sujets comme la mise en place de nouvelles activités, les problèmes rencontrés par rapport à un jeune etc. Ceci en vu de m’inscrire et de participer au travail d’équipe en faisant part de mes impressions, idées , projets.
En stage au sein d’une MECS1 depuis le mois de , je partage le quotidien de onze jeunes, âgés actuellement de 11 à 15 ans. Ce quotidien est ponctué de temps forts durant lesquels l’accompagnement doit être pensé. En effet, ce sont des moments importants pour ces jeunes, de part les souvenirs qu’ils peuvent rappeler et l’angoisse qu’ils peuvent générer. Il s’agit par exemple du lever, du retour de l’école, du repas ou encore du coucher. Au cours de mon stage, j’ai rencontré des difficultés face à certains de ces temps et à ce qu’ils pouvaient moi-même me faire vivre. Aussi, j’ai choisi de parler de l’un d’entre eux, le coucher, qui représente le dernier temps d’accompagnement pour un éducateur à « », le relais étant ensuite pris par les veilleurs de nuit.
Je me suis questionnée sur le jeu car il prend une place importante dans la journée des enfants, et plus particulièrement sur ce qu’il pouvait apporter dans leur développement. Ivonny Lindquist disait que « le jeu est à l’enfant ce que le travail est à l’adulte » ce qui témoigne de sa nécessité, du temps et de l’intensité qu’ils peuvent y consacrer. Je m’appuierais donc sur la problématique suivante : De quelles manières un jeu pédagogique contribue t-il au développement de l’enfant ? Une journée à l’ITEP est divisée en plusieurs temps distincts (le réveil, la toilette, le petit déjeuner, l’école, le repas du midi, l’école, le goûter, les devoirs, les douches, le temps libre, le repas du soir, quelquefois la veillée et le coucher). Cette division permet aux enfants de se repérer dans la journée.
Les objectifs généraux, au-delà de l’accueil immédiat, visent la réalisation d’une évaluation de la situation du jeune et la proposition d’une orientation si un retour en famille se découvre impossible, ou prématuré. L’évaluation d’une durée de 6 semaines se basera sur l’observation et la prise en compte du jeune dans la vie quotidienne, sur, son histoire, sur des rencontres avec sa familles, les personnes qui lui sont proches, tel que l’école, des associations, des amis. A l’aide des différents partenaires ; de l’avis de notre médecin psychiatre, nous articulerons les différents éléments et écrirons une note de situation rendant compte de l’évolution du jeune au SAU et des différentes démarches et entretiens qui ont ponctués l’évaluation. C’est au terme de cette lecture et analyse de la situation de crise que démarre le temps de l’orientation.
Chaque éducateur a en référence environ deux adolescents et deux autres adolescents en co‐référence. Le référent s’attache au suivi individuel des adolescents. Ce suivi passe par la recherche, la collecte et la synthèse d’informations concernant le jeune et son parcours, sa famille et son histoire familiale. Il prend également en compte les demandes et les besoins de l’adolescent, l’observation personnelle du référent et celle de l’équipe pluridisciplinaire, et ce, pour fixer des objectifs de travail et de construction d’un projet individualisé. C’est le rôle du référent de coordonner (et non d’être seul) les différents interlocuteurs amenés à intervenir dans la situation de l’adolescent (parents, famille, référent ASE, médecins, psychologues, professeurs…). Le référent s’informe et informe, se saisit d’espaces de réflexions pour accompagner au mieux l’usager, et prend des décisions en adéquation avec le projet individuel de celui‐ci.
Dans une première partie, je présenterai d'une manière générale l'institution Emergence : ses différentes structures, son habilitation ainsi que la caractéristique de la population accueillie. Ma deuxième partie sera axée sur la présentation du Service Appartement ; dans laquelle sera détaillée la composition de l'équipe encadrante, les différentes réunions inhérentes à ce service et le fonctionnement de celui-ci. La dernière partie sera consacrée au déroulement de mon stage, avec trois aspects principaux : l'accompagnement éducatif, la dynamique institutionnelle ainsi que ma réflexion professionnelle.

Abonnement

Connexion

Recherche