LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Educateur de jeunes enfants

L’éducateur de jeunes enfants favorise le développement et l’épanouissement des enfants de moins de 7 ans. Il intervient principalement dans les lieux de garde collectifs et toutes les structures d’accueil de la petite enfance.

Autre Educateur de jeunes enfants

Afficher:

Depuis quelques années, le regard de la société sur la petite enfance a changé. L’augmentation du travail des femmes, la régulation des naissances ont nécessité une prise en charge des touts-petits, d’où l’émergence et le développement des modes de garde. Un professionnalisation a été nécessaire pour répondre à ces besoins, ainsi, la profession de jardinière d’enfants s’est développée pour devenir celle d’éducateurs de jeunes enfants en 1973. L’EJE1 s’attache à favoriser le développement des enfants de 0 à 6 ans, qui se trouvent temporairement ou non hors de leur famille.

Il travaille sur le plan social, éducatif et psychologique dans tous les milieux d’accueil de la petite enfance : crèche, halte-garderie, jardin d’enfants, pouponnière, établissement sanitaire… En relation avec les parents, au sein d’une équipe et en relation avec d’autres professionnels, il exerce une action éducative et contribue à l’éveil de chaque enfant, il assure l’intégrité et la sécurité des enfants en créant des conditions matérielles, psychologiques et d’accueil pour permettre à chaque enfant de structurer sa personnalité et de devenir autonome. L’EJE a donc plusieurs spécificités. Ainsi, dans une première partie, je ferais un descriptif du rôle de l’EJE observé au multi-accueil où j’ai effectué mon stage. Je développerais ensuite le travail en collaboration avec les parents car cet aspect du travail m’a interessé pendant mon stage et puis le travail au sein d’une équipe pluridisciplinaire, qui me semble primordial dans tous les métiers de la Petite Enfance.

Le but premier de l’école maternelle est de préparer les enfants à l’entrée en cours préparatoire. Ainsi, pré-apprentissage du calcul, du graphisme, de la lecture, de la vie en collectivité sont de rigueur, ce qui permet aussi une socialisation. Entre tous ces apprentissages dirigés, la place laissée au jeu est minime. A l’école maternelle George Sand, les moments où les enfants peuvent jouer sont comptés : à l’accueil, le matin de 8h à 8h30 et pendant les temps de récréation. Ainsi, pendant ces petits moments de jeux totalement libres, les enfants laissent libre cours à leur imagination.

Par le jeu, ils s’expriment, créent, ils sont acteurs. Le jeu permet à l’enfant de se découvrir et d’exprimer ses émotions. Dans les classes, ils ont à leur disposition des jeux qu’ils peuvent exploiter à leurs convenances. Sans toujours connaître les véritables règles du jeu, les enfants conviennent d’une manière de jouer qui les satisfont. J’ai par exemple pu observer pendant l’accueil du matin Karine (3 ans ½), Ambre (3 ans ½) et Manon (4 ans) jouer au docteur en utilisant des ustensiles de cuisine qui servaient à « couper », « coudre », « panser ».

Dans la cour, j’ai également pu observer plusieurs fois des groupes d’enfants jouant au dentiste, à la maquilleuse, coiffeuse ou encore à la maîtresse d’école et ceci, en laissant libre cours à leur créativité en utilisant souvent des objets de la nature (feuille, herbe, pétale, bout de bois…). Pendant l’accueil, j’ai noté que les enfants investissent aussi très souvent le coin cuisine pour « faire semblant » d’être papa-maman, ou encore le coin livre où ils racontent des histoires à d’autres enfants. Lors de ces jeux de « faire semblant », je n’ai fait aucune distinction de sexe car les garçons jouaient aussi bien à la poupée ou au coin cuisine que les filles.

J’ai effectué mon stage dans un établissement accueillant des enfants de 7 à 15 ans, porteurs de polyhandicaps, en situation d’internat. J’ai décidé d’orienter ma note sur la dimension sensorielle, très importante pour la prise en charge des enfants polyhandicapés, car elle constitue une communication non verbale très riche à laquelle la majorité des enfants ont accès.

Cet aspect sensoriel est développé au cours de différentes unités de formation notamment lors du cours sur l’éveil sensoriel ou l’approche du vivant, mais également en pédagogie (M. Montessori, R. Steiner...), ou en psychologie de l’enfant (par exemple réactions proprioceptives de Wallon...). L’enfant atteint de polyhandicaps est très réceptif à ce qui l’entoure. Il se découvre et découvre le monde grâce, notamment aux stimulations sensorielles.

J’ai construit, sans que ce processus ne soit achevé, mon identité au travers de mes stages pour la plus grande partie mais également avec un appui théorique et un accompagnement des formateurs de l’institut st simon. Tout d’abord les appuis théoriques m’ont permis d’acquérir de larges connaissances sur le développement psychosocial de l’enfant, l’accompagnement par le biais de la parole m’a aidé à mettre des mots sur des situations, des ressentis et de les accepter dans cette identité professionnelle.

Ces apports m’ont permis de donner du sens à ce que je fais et m’ont donné des outils nécessaires pour appréhender les différentes situations, interactions avec de « l’humain ».

Le cadre, l’autorité, les limites sont indispensables à la structuration de l’enfant. Dans une famille, l’enfant doit passer en dernier. Le couple est une priorité. Il est primordial de s’occuper de soi avant tout, puis de son partenaire et ensuite de l’enfant. (Cela ne veut pas dire exclure l’enfant). L’adulte doit être cohérent et mettre l’enfant à la place de l’enfant. Il est absolument nécessaire que la relation de couple soit différente et distinguée de la relation de parents.

Le bien être de l’enfant dépend du bien être de l’adulte. L’enfant ressent tout et sait tout même si on ne lui a rien dit. Il peut tout percevoir, les soucis et angoisses des parents, les choses non dites. Il est donc important de mettre des mots sur les situations.

Le jardin d’enfants est un accueil dit permanent, qui répond aux besoins de garde d’enfant non scolarisé. Il peut être définit comme une structure passerelle pour la petite enfance, entre une garde à domicile, une garde en crèche ou au domicile d’assistantes maternelles et l’école maternelle. L’accueil du jardin d’enfants est possible de 8h45 à 12h00 et de 14h00 à 17h00, sauf les mercredis, samedis, dimanches et jours de fêtes.

Le jardin d’enfants est ouvert uniquement pendant les périodes scolaires. Un service de garderie périscolaire (7h30 – 8h30 et 17h15 – 18h30) et de restauration peuvent venir compléter la prise en charge de l’enfant au sein du jardin d’enfants.

Il existe en effet différents troubles respiratoires, qu’ils soient purement psychosomatiques ou organiques et psychosomatiques. L’HYPERVENTILATION (cf. schéma page 3) Normalement, le cycle de la respiration permet aux poumons de prendre de l’oxygène de l’air pour nourrir l’organisme et éliminer le gaz carbonique dans le sang. Un adulte respire entre 8 et 15 fois par minute. Lors d’une hyperventilation, le rythme respiratoire est accéléré.

L’organisme apporte trop d’oxygène dans les poumons pour un corps au repos. Entre 6 et 10% des gens souffrent de ce symptôme. L’accélération du débit respiratoire accompagne le volume respiratoire (quand on panique on respire plus vite et plus fort) ce qui provoque des réactions en chaîne non dangereuses mais désagréables et perturbantes :

Ce dossier a comme objet spécifique la communication entre les professionnels faisant partie d'une même équipe au sein d'une structure. Il aura pour but de mettre en avant et d'étudier quelques situations observées durant mon stage, puis, d'en extraire les informations importantes qui, associées à de la théorie, me permettront de me forger un positionnement professionnel répondant à la problématique définie.

Le projet pédagogique de l’établissement porte sur le toucher. En effet, pour un bébé le toucher c’est le moyen de s’exprimer, cela lui permet de communiquer avec envie. L’enfant reconnaît un objet et fait la découverte du monde qui l’entoure. Le toucher familiarise l’enfant à la diversité des matières, développe ses sens et sa créativité.

Le toucher c’est aussi un moyen d’expression qui donne du plaisir. L’objectif de ce projet est la socialisation. En effet, l’autre permet la construction de la personne, la découverte du corps et de ses actes par rapport à l’autre.

L'allaitement maternel est une pratique intime dont le choix revient aux mères et pour qu’un allaitement se passe bien, une seule règle, la décision doit être prise en toute liberté en accord avec soi-même. C'est un droit à protéger et à encourager.

Il n'est bien sûr pas question de culpabiliser les mères qui ne souhaitent pas allaiter ou le faire seulement pendant une courte période. En revanche, il faudrait tout faire pour que toutes les femmes qui veulent allaiter puissent le faire dans des conditions satisfaisantes pour elles-mêmes et leur enfant.

Cette année j’ai effectué un stage d’un mois dans deux relais assistantes maternelles différents. Je connaissais déjà ce type de structure puisque j’avais réalisé le stage à responsabilité éducative dans un relais assistantes maternelles. L’objectif que je m’étais donné pour ce mois était de vérifier l’aspect socialisant des relais assistantes maternelles. En accord avec les responsables des relais, j’ai alors observé les interactions entre enfants lors des activités proposées. J’ai ainsi participé aux activités d’éveil musical, de motricité, de lecture… en tant qu’observatrice extérieure.

Aujourd’hui j’ai choisi de faire le point sur les observations que j’ai prises lors du stage. Dans un premier temps je présenterai les deux relais assistantes maternelles, puis je reviendrai sur les conditions nécessaires pour que les enfants entrent en relation, enfin j’analyserai des observations sur le conflit, la négociation, l’imitation. Dans le deuxième temps de mon stage, j’ai demandé aux responsables des relais si je pouvais observer d’autres temps d’accueil, notamment les temps de réunions entre assistantes maternelles. Ma demande a été acceptée, j’ai alors eu l’occasion d’observer la façon dont fonctionnaient les assistantes maternelles en groupe. C’est ainsi que j’ai pu vérifier que les activités étaient formatrices pour les assistantes maternelles. C’est donc dans ce deuxième travail que je parlerai de la formation des assistantes maternelles.

Le thème de cette conférence était la communication avec les familles en crèche. On peut cependant l'étendre à d'autres structures ou institutions.

Christine Schuhl insiste sur le fait que les premières rencontres avec les parents sont fondamentales. le parent pénètre dans un lieu qui lui est inconnu et confie ce qu'il a de plus cher: son enfant. Il faut donc trouver un juste équilibre dans cette relation tripartite (parent/professionnels/parents). Chacun est là avec ses propres valeurs et représentations il faut pouvoir les faire cohabiter. Le parent reste toujours le principal éducateur de son enfant même si ce dernier a parfois de grandes amplitudes horaires dans la structure. Les parents ont une représentation égocentrique centrée sur leur enfant, ils ne connaissent pas les contraintes de la collectivité et justifient souvent ce mode de garde pour "favoriser la socialisation". Hors la collectivité ne prend de sens pour l'enfant qu'à partir de 18 mois avant cela l'enfant est en demande d'exclusivité.

J’effectue mon stage DF2 au sein d’un multi accueil associatif (loi 1901), à gestion parental. Cette structure a une capacité d’accueil de 35 enfants, répartis en trois espaces de vie : Au sein du même espace coexiste, sans cloisonnement, une section d’enfants âgés de 10 semaines à 14 mois et une section d’enfants de 15 à 24 mois. Enfin, un troisième espace distinct et fermé pour les enfants de 2 à 4 ans. C’est au sein du groupe d’enfants de 2 à 4 ans que j’effectue mon stage.

J’évolue avec une référente Educatrice de Jeunes Enfants (EJE) et trois assistantes de crèches titulaires du Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP) petite enfance. Les professionnelles souhaitent, cette année, travailler sur le thème du temps qui passe et des saisons, ce qui m’a amené à développer un projet créativité en lien avec les repères spatio-temporel de l’enfant.

Le bruit est partout : la nuit, le jour, dedans, dehors. Il agresse ou enveloppe, il est nuisance ou harmonie, il fait sens ou perturbe. Le bruit est paradoxal, il peut rassurer ou angoisser, agiter ou calmer, tout dépend de nos propres limites. Chaque être humain, au cours de sa vie, sera baigné dans un environnement sonore et devra composer avec. Au cours de mes expériences professionnelles et lors de mes stages, j’ai été sensible à l’impact du bruit sur l’enfant et l’adulte dans les structures d’accueil du jeune enfant. Les notions de gênes et de difficultés de santé[1] engendrées par le bruit m’ont interpellé.

C’est pour cette raison que je souhaite m’attarder sur la thématique du bruit dans le cadre de la réalisation de ce dossier santé. Je souhaite limiter les agressions par le bruit et valoriser les ambiances sonores, les rendre plus agréable tant pour les enfants que pour les professionnels, en prenant soin de la santé de chacun. Toutefois, je tiens à préciser que je n’aborderai pas la question du bruit sous le prisme de la surdité, ou très peu, car cela mériterai de faire l’objet d’une étude à part entière.  

[1] Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) « La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité» Actes officiels de n°. 2, p. 100, entré en vigueur le 7 avril 1948. Cette définition n'a pas été modifiée depuis 1946.

Connexion

Educateur de jeunes enfants

Abonnement

Recherche