LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Conseiller en économie sociale et familiale

Le conseiller en économie sociale et familiale (CESF) a pour objectif d'aider les adultes à résoudre leurs problèmes de vie quotidienne. Individuelle et collective, son action passe par l'information, le conseil et la formation.

Symbolique de la consommation dans les familles ayant un faible pouvoir d'achat

Symbolique de la consommation dans les familles ayant un faible pouvoir d'achat

La production en occident croit de plus en plus vite et ce depuis la révolution industrielle. C’est la naissance de la société dite de consommation, une société où la population est soucieuse de son niveau de vie. On peut repérer plusieurs étapes depuis un demi-siècle. Dans les années 1950 et 1960, le salariat est intégrateur, les classes sociales sont hiérarchisées. Les consommateurs sont fiers d’arborer les signes de leur enrichissement : voiture, appareils électroménagers, vacances...Nous entrons dans la production standardisée et dans la consommation de masse. Les années 1970 et 1980 se caractérisent par la tertiarisation des emplois et la qualification de la main-d’œuvre. La structure familiale ne contraint plus les comportements. Le symbolique de la consommation s’y emploie activement : hypersegmentation des consommateurs, prolifération artificielle de l’offre, publicités fondées sur les styles de vie. Les années 1990 marquent un revirement brutal. Le chômage est massif, précipitant les consommateurs dans l’inquiétude. La peur de l’avenir incite au repli sur soi. Selon R. Rochefort , une nouvelle symbolique de la consommation voit le jour, liée à ces temps de crise : « la rassurance ». Les thèmes qui lui sont associés sont le terroir, la famille, la tradition, la santé et la solidarité.

Dans la consommation, la décision économique devient quête de reconnaissance, d’identité individuelle et sociale, sous le regard réel ou supposé des autres auxquels on se compare ; chacun est pris dans un filet d’images, modèles, représentations et valeurs qui s’imposent dans chaque réseau social, créant des obligations que l’on ressent comme personnelles, ce qui empêche de manifester son identité et de se valoriser autrement. Toutes les familles ayant un faible pouvoir d’achat n’accordent pas forcément de l’importance à la consommation. Toutes les familles qui accordent de l’importance à la consommation ne le font pas pour un besoin de reconnaissance sociale. Les familles ayant un faible pouvoir d’achat ne manquent pas toutes d’alternatives de reconnaissance sociale. Et enfin, toutes les familles ayant un faible pouvoir d’achat et ayant peu de vecteurs de reconnaissance sociale ne sont pas sensibles aux messages de la société de consommation. Ce qui permet à l’individu d’être assez fort pour maîtriser sa consommation, face aux pressions qu’il subit de toutes parts, c’est d’une part l’héritage reçu (éducation, repères, formation de la personnalité, études, etc.), d’autre part les relations affectives passées (qui ont contribué à la construction d’une estime de soi positive), et en troisième lieu le fait de se trouver bien à sa place dans la société, libre de tout sentiment de manque de considération sociale. Celui qui se sent suffisamment bien par rapport à lui-même, dans ses relations avec ses proches, et dans son positionnement social, peut de ce qui lui est proposé par la société de consommation, ne prendre que ce qui lui est utile pour vivre sans excès, raisonnablement, librement à ces trois niveaux.

Catégorie: Mémoire Conseiller en économie sociale et familiale
Type de fichier: application/pdf
Historique du document:

0

Licence

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Accepter le terme et la condition

Documents associés

L’après prison : réinsertion et liens sociaux
« Prison », « milieu carcéral », « détenu », « sortant de prison », « violence », « crime »… Voilà autant de termes trop souvent utilisés, stigmatisés et souvent incompris pour la plus part des individus. Le « prisonnier » est réduit à l’objet de son délit (vol, meurtre…) et se trouve dénué de toute incarnation humaine. La prison est banalement connue comme le lieu de détention ayant pour objectif de punir et de faire payer un fait commis et reconnu comme crime ou délit dans une société donnée par un individu. Le but de cette punition, est d’isoler l’individu dans une cellule, et lui interdire certains types de libertés pendant la durée de sa peine, afin qu’il « règle sa dette envers la société». La définition des délits et des crimes évolue dans le temps et selon les sociétés. Les sanctions sont dépendantes de ces évolutions, des droits des individus (âge de la majorité, droits à être défendu, droits des femmes, lutte contre les discriminations, informatique et liberté…) et des lois qui en découlent. La prison (l’isolement) apparaît donc comme le seul moyen trouvé par une société pour exclure des personnes en marge, susceptibles de mettre en danger autrui, eux-mêmes ou bien de nuire au bon fonctionnement social et légal, susceptibles encore de porter atteinte aux libertés ou aux jouissances individuelles et communes. Le grand public ignore les évolutions des conditions de détention ou des droits des détenus, par suite ignore aussi ce qu’il advient des individus à leur sortie de prison.
Les travailleurs handicapés vieillissants en fin d'activité salariale en E.S.A.T.
L'ensemble de ces avancées marque une réelle volonté d'intégration de ce public dans la société et le désir d'évolution pour ces populations semble se poursuivre aujourd'hui. La première partie de ce mémoire s'appuie sur des travaux et des études effectuées sur le thème du vieillissement des personnes en situation de handicap, du vieillissement des travailleurs en E.S.A.T. et du handicap en général. Pour cela, vous trouverez dans cette recherche des données statistiques trouvées sur l'I.N.S.E.E. et la D.R.E.E.S., des résultats d'études et de recherches, le cadre législatif et les politiques publiques en vigueur. J'ai posé des constats grâce à mes différentes recherches et mes expériences personnelles. Grâce à tout cela je me suis posée des questions notamment qui sont les personnes en situation de handicap mental vieillissantes ? Ont-elles des caractéristiques spécifiques dans leur vieillissement par rapport à la population générale, du fait de leur handicap? Quels sont leurs besoins d'accompagnement engendrés par leur vieillissement? Au regard de ces informations, mon questionnement s'est orienté vers la prise en charge des personnes en situation de handicap vieillissantes en E.S.A.T. En effet, leur accompagnement agrémente de plus en plus de questions liées à la santé dû à leur vieillissement précoce, liées à la cessation d'activité droits à la retraite, transition vers l'inactivité professionnelle, liées au logement (hébergement ultérieur) et liées à la socialisation (maintien des liens sociaux) A partir de ses éléments, je me suis posée la question suivante : En quoi, la préparation à la cessation d'activité des travailleurs en E.S.A.T. est-elle nécessaire et de quelle manière le C.E.S.F. peut-il apporter son aide à la personne concernée afin d'aborder cette nouvelle évolution de sa vie ? Grâce à des entretiens avec des professionnels et des usagers, à mes différentes recherches, bibliographiques et audiovisuelles, qui m'ont donné davantage d'informations sur les lois et les dispositifs en matière d'accompagnement et de handicap et à mes expériences de stage, j'ai formulé quatre hypothèses : - une personne en situation de handicap connait un vieillissement différent des personnes valides. En effet, « les personnes handicapées vieillissantes connaissent plus tôt que les autres un certain nombre de symptômes du vieillissement. » - le changement d'un environnement stable engendre une perte des capacités et de l'autonomie. Le vieillissement et l'arrêt de l'activité professionnelle engendre des changements. La perte des repères, des acquis est souvent accompagnée de sentiments dépressifs, de dévalorisation de soi... ; - un accompagnement adapté pour préparer la retraite est nécessaire pour aider la personne en situation de handicap, les professionnels apportent des informations, des conseils et un soutien. - un travail en partenariat avec des services d'accompagnement ainsi qu'avec la famille doit se mettre en place
Quel élément déclencheur provoque le départ du domicile de femmes victimes de violences conjugales ?
Les appels au 3919-VCI pour violences conjugales concernent dans leur grande majorité des situations où une femme est victime d’un homme auteur (95% des situations). Du fait de l’importance de la surreprésentation des femmes dans ce phénomène, ce mémoire d’initiation à la recherche ne portera que sur les femmes victimes d’auteurs masculins. Cependant, il existe des victimes masculines avec des auteures de violences féminines. 2,1% des appels concernent des situations « homme-victime/femme-auteure ». Dans une première partie, je développerai le concept de violence conjugale en posant le cadre dans lequel il a évolué. J’évoquerais notamment le cycle des violences conjugales. Dans une deuxième partie, je vous exposerai les obstacles au départ du domicile de ces femmes jusqu'au déclic provoquant le départ, ceci à partir des enseignements tirés des entretiens que j'ai réalisé avec des professionnels et des témoignages lus. Je terminerai mon travail de recherche en vous présentant ma problématique, mes hypothèses et la démarche que je proposerais pour affirmer ou non cette dernière. Au préalable, je vais vous présenter la méthodologie que j'ai utilisée pour cheminer dans ce travail de recherche.
La rupture des liens sociaux des mères adolescentes
Dans les médias, de nombreux reportages sont consacrés aux mères adolescentes, en France mais surtout à l’étranger où des actions sont mises en place pour elles. En Angleterre, face au nombre croissant de mères adolescentes, des écoles spécialisées ont vu le jour afin d’offrir un suivi adapté à ces jeunes filles souvent en difficulté face à leurs nouvelles responsabilités de maman. Je me suis donc informée sur ce qui existait en France. Je me suis documentée sur les centres maternels, leurs missions et l’accompagnement qu’ils proposaient. J’ai également collectée des renseignements sur l’ampleur du phénomène et sur les particularités de ces jeunes filles déjà maman avant d’être adulte. Ces quelques informations sur le sujet m’ont amené à poser la problématique de recherche suivante : - Quels problèmes rencontrent les mères adolescentes pour maintenir des liens sociaux avec leur entourage (famille proche, papa du bébé, ami(e)(s)) ? - Pourquoi les liens sociaux peuvent-ils se fragiliser ? - Comment les adolescentes vivent-elles leur grossesse et leur maternité ? - Que se passe-t-il après la naissance du bébé ? - Comment les institutions répondent-elles à cette problématique ?

Connexion

Conseiller en économie sociale et familiale

Abonnement

Recherche