LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Conseiller en économie sociale et familiale

Le conseiller en économie sociale et familiale (CESF) a pour objectif d'aider les adultes à résoudre leurs problèmes de vie quotidienne. Individuelle et collective, son action passe par l'information, le conseil et la formation.

Mémoire Conseiller en économie sociale et familiale

Afficher:
Envisager qu’un enfant puisse grandir ailleurs que dans sa famille va à l’encontre du discours qui domine actuellement. Certaines pratiques professionnelles tendent à opposer la logique de la protection de l’enfance et la logique d’aide à la famille dans laquelle s’inscrit désormais l’action sociale. Dans certaines situations pourtant, la séparation, outre qu’elle représente une mesure de protection, peut aussi être un moyen de développement de la qualité des liens entre un enfant et ses parents. «Depuis belle lurette, les sociétés doivent s’occuper de leurs membres les plus démunis. Les maillons les plus vulnérables sont les enfants. L’organisation des services d’aide à l’enfance nous ramène aussi loin que Saint Vincent de Paul qui, à son époque, cherchait à secourir les enfants abandonnés» . En France, c’est l’Aide Sociale à l’Enfance qui chapeaute le dispositif du placement familial au sein du Conseil Général.
La prostitution est une réalité très mal connue à cause du silence et de la méconnaissance de l'opinion publique, des médias et des pouvoirs publics. Ils ignorent complètement les réalités sordides de ce « nouvel esclavage », selon l'expression de l'Organisation des Nations Unies, qui brise des femmes, des hommes et des enfants de plus en plus jeunes. Et pourtant, en France ce phénomène ne cesse d’augmenter. En 2004, l’Office Central pour la Répression de la Traite des Etres Humains (OCRTEH) estime le nombre de personnes prostituées adultes en France entre 15000 et 18000. On entant par le terme « personnes prostituées » les hommes et les femmes qui se livrent à la prostitution.
Le jeu partage la vie de tous mais il s’avère que pour certaines personnes le jeu devient une obsession. L’envie de jouer se transforme progressivement en une nécessité de jouer, puis cette nécessité devient plus forte que tout et le jeu cesse d’être un divertissement. Alors le jeu est une dépendance au détriment de tous les investissements affectifs et sociaux. Cette dépendance, dite jeu pathologique, est une nouvelle forme d’addiction. C’est une « addiction sans drogue »1 comme celle appelée la cyberdépendance (dépendance aux jeux vidéo) ou le « workaholisme » (dépendance au travail). Qu’est ce que le jeu pathologique ? Quelle définition peut-on en donner ? Qui sont les joueurs pathologiques et combien sont-ils en France? Quelles structures traitent cette pathologie ? Autant de questions que vous pouvez vous poser et pour lesquelles il est encore difficile de trouver des réponses.
La notion de handicap a subi une grande évolution principalement depuis le milieu du XXème siècle. En effet, jusqu’aux années 50, on emploie, pour caractériser ces populations, les qualificatifs suivants : «infirmes, invalides, paralysés, mutilés, débiles », termes à caractères péjoratifs et dévalorisants. Durant la deuxième moitié du XXème siècle, l’instauration de lois et la prise de conscience du handicap par l’opinion publique ont permis des avancées significatives. C’est la loi du 23/11/1957 qui permettra, entre autre, une avancée sur le regard de ce public en introduisant pour la première fois le terme de handicap, terminologie à caractère beaucoup moins lourd, qui va permettre une reconnaissance différente des personnes handicapées. Cette loi ne s’intéresse cependant qu’au handicap dans le cadre du travail. Elle expose différentes problématiques telles que la réadaptation de la personne handicapée au travail, la rémunération de ces travailleurs et enfin, une réglementation du travail protégé y est décrite et instaurée. Un tel développement va conduire à réviser de façon importante et plus large les concepts de santé, de soin, de médecine et la place du malade.
Silhouettes isolées, groupes compacts, les média n’en parlent quasiment qu’à l’arrivée, chaque année, des premières nuits de gel et que le premier mort est retrouvé dans la rue. Pourtant ils sont de plus en plus nombreux, jour après jour, semaine après semaine, à hanter les rues de Paris. Et comme le rappelle Fabien Tuleu1, Délégué Général d’Emmaüs France : « On ne meurt pas de froid, on meurt de pauvreté ». Certains ont choisi ce mode de vie, trouvant dans cette errance l’expression de leur liberté, faisant ainsi perdurer la lignée des vagabonds d’autrefois, mais ce n’est pas la majorité. Pour la plupart, c’est en effet, une rupture, un enchaînement d’événements, une suite de problèmes économiques, familiaux, de santé, liés ou non à une faiblesse psychologique qui les a projetés dans la rue. On constate que la fracture est souvent brutale et qu’une sorte de point de non retour est facilement franchi.
Mai 68 : une crise de société contemporaine majeure dont les effets sont nettement perceptibles dès 1960. Au nombre des facteurs, nous pouvons relever celui de la permissivité dont bénéficie sans cesse les jeunes, tandis que les familles sont ébranlées et que la révolution sexuelle se développe. Le père, mais aussi la mère, sont conduits à abandonner largement leur autorité et leur rôle éducatif en même temps qu’ils dévoilent leurs inquiétudes par rapport à leurs situations et leurs emplois. Il est vrai que l’activité économique a marqué un certain ralentissement aux environ de 1966. Leurs enfants peuvent donc ressentir assez aisément un sentiment de mal être et de révolte face à un avenir qui se dessine de manière incertaine. Mai 68 a donc été une date capitale pour l’Autorité puisqu’il a produit des changements considérables dans les mentalités et les mœurs ; les plus manifestes ayant été dans la famille. Les tensions entre générations ont été souvent très dures et les parents laissés dans le plus grand désarroi par une contestation difficile à comprendre. Pourtant, les effets de la liberté individuelle ont été très rapides et visibles dans la décennie suivante. Au plan du droit, dès 1970, on parle d’autorité parentale. La mère est alors garante devant la loi, autant que le père et avec lui, des droits de l’enfant et de son avenir. Certains s’interrogent pourtant devant les dégâts chez les jeunes, d’une éducation qui aurait lâché la bride à tous les désirs : ils proposeraient de faire marche arrière et de refonder l’avenir sur des valeurs classiques qu’ils jugent universelles : discipline, effort, mérite, respect de la hiérarchie.
« Derrière les problèmes d’emploi et d’insertion apparaissent les bouleversements profonds dans le rapport entre les jeunes et la société. Nous ne prenons pas assez conscience de la globalité du phénomène et nous le rapportons trop exclusivement au problème de l’emploi ou à la spécificité d’une culture propre aux jeunes. L’accès à l’emploi ne semble plus fonctionner comme le mode d’accès à l’âge adulte. Ce n’est plus le rite d’initiation qu’il était autrefois : le fait que les jeunes se trouvent devant un avenir aussi incertain est relativement nouveau. S’il reste de l’espoir et du désir, la notion de projet n’a guère de sens dans un monde sans emploi. Dès lors, les jeunes disposent de moins de références pour se construire une identité tant individuelle que collective. » Jean-Baptiste de Foucault, commissaire au plan, 1993. Depuis 1980, la France est entrée dans une période difficile dite « de crise ». De grandes mutations touchent notre société et essentiellement les jeunes générations : chômage massif et précarisation des emplois. Les jeunes ont de plus en plus de mal à s’insérer dans la vie active et leur parcours d’insertion est souvent tumultueux.
Chaque sortie de prison est une aventure individuelle, chaque situation est très différente en fonction du motif de sortie et de la durée de détention. Pour toutes les personnes, incarcérées pendant plusieurs mois ou années, la sortie vers l’extérieur est souvent difficile. Il faut se réinsérer socialement dans un monde qui a évolué. Si le détenu n’a pas été préparé il se retrouve désorienté devant des procédures longues, fastidieuses et parfois compliquées. Il doit se prendre en main, rechercher un emploi, redevenir autonome. La sortie signifie une succession d’épreuves pour recommencer à vivre, s’affirmer et ne pas retomber dans la délinquance. Cette lutte de chaque instant c’est aussi le départ d’une nouvelle vie, une renaissance. J’ai choisi de traiter du public post carcéral car ce sont des personnes fortement stigmatisées avec souvent un parcours de vie atypique. La prison les a marqué à vie et ils en ressortent complètement bouleversé. Il faut réapprendre à vivre, concevoir son futur alors que le poids du passé est toujours présent. Dans ce long parcours vers l’insertion les personnes sortantes de prison sont confrontées à de nombreuses difficultés qu’il leur faudra résoudre
Selon l’enquête HID confiée à l’INSEE entre 1998 et 2001, 12 millions de personnes déclarent avoir au moins une incapacité, une limitation ou une reconnaissance administrative de leur handicap. En 2002, le rapport Assante aboutit à un chiffre proche de 3.5 millions de personnes handicapées, dont 10% accueillies en institutions. Le handicap est une notion relative en fonction de la réalité de la société dans laquelle évolue la personne. C’est la loi du 11 février 2005 qui donne pour la première fois une définition du handicap : « Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant ».
C’est au cours d’une formation dans le cadre d’un emploi saisonnier que j’ai pris conscience de la difficulté pour les travailleurs sociaux et médicaux sociaux d’accompagner les familles et les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Cette journée de formation, qui réunissait des professionnels, m’a permis d’acquérir des connaissances médicales sur la maladie et de découvrir les approches du problème par les travailleurs sociaux. J’ai alors souhaité approfondir la question de cette maladie en m’intéressant aux personnes qui en sont atteintes, à leurs familles et aux accompagnants. Le vieillissement de la population française s’accélère. En 2050, la France comptera plus de 11 millions de personnes âgées de 75 ans et plus. Près de 5 millions de personnes atteindront 85 ans et plus, soit trois fois plus qu’aujourd’hui. Le grand âge est souvent porteur de pathologies telles que la maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées qui représentent un véritable fléau car elles conduisent à la dépendance de la personne malade qui devient « une lourde charge » pour sa famille. La maladie d’Alzheimer est restée très longtemps dans l’ombre. Mais grâce au travail des associations et des chercheurs, en 2007, la maladie d’Alzheimer a été déclarée grande cause nationale, signe que les pouvoirs publics ont pris en compte les difficultés liées à cette maladie pour les aidants, pour les personnes malades et pour les professionnels. Le plan Alzheimer 2008-2012 n’a d’ailleurs pas tardé à voir le jour, après le dépôt du rapport au Président de la République par le Professeur Ménard. Des nouvelles mesures vont être mises en place et notamment pour les personnes malades dont le diagnostic est découvert de manière précoce.
« Prison », « milieu carcéral », « détenu », « sortant de prison », « violence », « crime »… Voilà autant de termes trop souvent utilisés, stigmatisés et souvent incompris pour la plus part des individus. Le « prisonnier » est réduit à l’objet de son délit (vol, meurtre…) et se trouve dénué de toute incarnation humaine. La prison est banalement connue comme le lieu de détention ayant pour objectif de punir et de faire payer un fait commis et reconnu comme crime ou délit dans une société donnée par un individu. Le but de cette punition, est d’isoler l’individu dans une cellule, et lui interdire certains types de libertés pendant la durée de sa peine, afin qu’il « règle sa dette envers la société». La définition des délits et des crimes évolue dans le temps et selon les sociétés. Les sanctions sont dépendantes de ces évolutions, des droits des individus (âge de la majorité, droits à être défendu, droits des femmes, lutte contre les discriminations, informatique et liberté…) et des lois qui en découlent. La prison (l’isolement) apparaît donc comme le seul moyen trouvé par une société pour exclure des personnes en marge, susceptibles de mettre en danger autrui, eux-mêmes ou bien de nuire au bon fonctionnement social et légal, susceptibles encore de porter atteinte aux libertés ou aux jouissances individuelles et communes. Le grand public ignore les évolutions des conditions de détention ou des droits des détenus, par suite ignore aussi ce qu’il advient des individus à leur sortie de prison.
« Il faudra bien, un jour, inscrire, parmi les droits civiques, celui d’être différent sans être exclu ni frustré, sans être perçu ou contraint de se percevoir comme étrange ou comme étranger ». KARIN LUNDSTROM C’est souvent au nom du « droit à la différence » que des associations et des organisations humanitaires affirment la nécessité de respecter les personnes handicapées. A l’opposé, les personnes déficientes mentales veulent avant tout se faire reconnaître comme des êtres semblables à tous et non comme des hommes différents des autres.
Le nombre de personnes âgées de 75 ans et plus, représente 38,96% des personnes de 60 ans ou plus en France métropolitaine. La part des 60 ans et plus constitue, elle-même, plus d’ 1/5 de la population globale au 1er janvier 2007, soit 21.3 % de la population en 2007 contre 19 % en 1990 (1). Cet accroissement est une des conséquences du baby boom, c’est à dire du nombre de personnes nées dans les années 1946-1960, cet accroissement est à associer avec l’allongement de la durée de vie. 150 000 centenaires sont prévus en 2050, contre 6000 actuellement. Ces données montrent l’importance du phénomène du vieillissement, le gouvernement a donc décidé de prendre en charge cette population. Des directives ont été établies pour répondre aux besoins de cette population, comme le « Plan National Nutrition Santé » (PNNS) ou le « Plan national Bien Vieillir »
L’animation auprès des personnes âgées trouverait son origine dans un décret de 1943 qui prévoit que le « travail des hospitalisés soit organisé en vue d’occuper ceux qui sont en état de s’y livrer ». Puis, en lien avec le rapport Laroque publié en 1962, la fonction animation serait apparue. Elle aurait eu pour objectif de « ralentir le processus de déchéance ». (Bernard, 2001) Ainsi, les premières animations se situeraient à partir de 1975. A cette période, la loi n°75-535 du 30 juin 1975 et celle du 4 janvier 1978 conduisent une transformation des hospices en institutions de long séjour mais elles ne font pas encore obligation d’élaborer un projet de vie.
La culture est un code de conduite en société qui permet la cohésion. Dès lors, cela sous-entend-il que la présence de différentes cultures nuit à la cohésion ?… L’inter-culturalité est la mise en relation de deux ou plusieurs cultures différentes. Il est vrai que chaque personne a pour référence sa culture et a du mal à sortir de son système de valeurs. On peut alors se demander comment le travailleur social français arrive à travailler avec une population immigrée inscrite dans une culture différente. Il est en effet dangereux de rester dans son système culturel, de projeter sa culture celle des autres et donc de mal repérer leurs besoins et/ou d’y répondre de façon inadaptée. La question de l’inter-culturalité dans le travail social m’interpelle souvent. Je souhaitais étudier les différents systèmes de valeurs dans le travail social. Etudier comment les travailleurs sociaux français interviennent auprès de populations qui ont une culture, un système de représentations, de valeurs et de normes différents de la notre.
Les personnes Sans Domicile Fixe (SDF) et le logement ? Qu’en est-il à l’heure actuelle ? Quels sont les réels problèmes liés au logement : l’accession ou le maintien ? L’habitat est l’élément le plus important dans la vie d’une personne, c’est ce qui lui permet de construire son identité et de se procurer des repères. De plus, on constate que les politiques sociales sont souvent axées sur le logement en général. Le fait de bénéficier d’une résidence stable permet à l’individu de pouvoir « avancer » dans la vie dans différents domaines : l’emploi, l’estime de soi ; la santé, les loisirs, les liens familiaux et amicaux...
Aujourd’hui, le peuple français est une population multiculturelle. En effet, les politiques d’immigration de la France ont conduit présentement à l’émergence d’individus français issus d’origines étrangères diverses. Ces migrants sont issus principalement des vagues d’immigration entre 1870 et 1970 dans le but de venir contribuer au développement économique du pays. Quelles que soient les causes ou les différentes politiques mises en place, nous ne pouvons plus revenir en arrière, cette situation est un état de fait et personne ne peut la changer. Le peuple français a considérablement évolué ces dernières années notamment du point de vue de ses caractéristiques. Mais cette évolution n’est pas terminée, car elle est en constante mutation selon de multiples facteurs variables tels que les différentes positions et textes de lois établis par le gouvernement concernant ce domaine.
Dans le cadre du module « L’intervention auprès des personnes », j’ai choisi de présenter 2 situations d’accompagnement qui se sont déroulées pendant la même période. Les 2 personnes, aux personnalités très différentes, avaient au départ sensiblement le même projet professionnel mais d’après moi, un potentiel différent pour le mener à bien. Ces situations m’ont interpellée sur plusieurs points et m’ont conduite à réfléchir sur ma façon de travailler avec le public que je reçois. Voici certains thèmes qui seront abordés : Sur quels critères ai-je décidé d’inscrire une personne en association intermédiaire ? La posture de l’accompagnement : identification, transfert… ? L’importance de la demande exprimée au départ et l’adhésion à un cadre, à une démarche d’accompagnement. - Les « outils » : la nécessité de s’adapter à chacun - Recadrer un accompagnement, renégocier des objectifs… - Les limites de l’accompagnement - La gestion des conflits
La conservation des aliments est un sujet, un thème très important, puisqu'il a une influence directe sur la qualité des produits et la santé des individus. Une mauvaise conservation entraîne une dégradation rapide des aliments qui se remarque par de la moisissure, du verdissement ...mais aussi un développement accru des bactéries. Celles-ci peuvent provoquer une intoxication qui peut aller jusqu'à l'hospitalisation, voire la mort pour les personnes les plus faibles c'est-à-dire les enfants, les personnes âgées, les personnes malades …
Lorsqu’une conseillère en économie sociale familiale (CESF) me parle de sa participation à la création d’une auto-école un peu particulière, une « autoécole sociale », encore appelée « auto-école d’insertion », le sujet m’interpelle : l’apprentissage de la conduite serait donc un support d’insertion. Il m’interpelle d’autant plus qu’en tant qu’ancienne monitrice auto-école, j’ai toujours été convaincue que les enjeux du permis de conduire ne se réduisaient pas à l’acquisition de davantage de mobilité. A un niveau personnel, travailler sur ce sujet me donne une possibilité de faire un lien entre ce que j’étais et ce que je souhaite devenir. De plus, me positionnant en tant que futur travailleur social, il me semble important de diversifier les pratiques en vue d’élargir les possibilités de lutte contre l’exclusion, que l’on sait multiforme.

Connexion

Conseiller en économie sociale et familiale

Abonnement

Recherche



Derniers Docs Conseiller en économie sociale et familiale

Les plus vus - Conseiller en économie sociale et familiale

Les plus téléchargés - Conseiller en économie sociale et familiale