LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

ISIC

Afficher :

L’inceste, acte entre parent et enfant, est devenue une réalité reconnue. Il y a quelques années seulement ce problème était tu, ignoré volontairement ou nié. Le seul «traitement», quand il y en avait un, était d’ordre judiciaire alors que les effets produits sur la victime étaient ignorés. Ce problème commence à faire l’objet d’étude médicale montrant la souffrance des victimes, les séquelles psychologiques fréquentes et la nécessité d’une réponse thérapeutique et éducative appropriée.

Professionnel ou non, celui qui est amené à rencontrer un enfant victime d’abus sexuel est assailli par une multitude d’interrogations : comment cela est-il possible ? Pourquoi cet enfant-là ? Comment vit-il ? Qui sont ses parents ? … La prise en charge éducative et thérapeutique d’enfants ou d’adolescents ayant subi l’inceste demande une bonne compréhension de cette problématique : c’est une des missions du travailleur social. Quels outils et supports peuvent être alors utilisés ? En effet, le moniteur éducateur doit savoir en quoi telle ou telle activité répond à la problématique d’une jeune victime.

La réflexion que j'ai menée tout au long de ce thème de la maternité adolescente a été très enrichissante pour moi. En effet, cela m'a permis d'approfondir mon questionnement et de mieux cerner les problématiques inhérentes aux jeunes mères. L'accompagnement des mères adolescentes est primordial pour un bon développement de l'enfant et une relation satisfaisante entre ces deux nouvelles personnes qui vont, désormais, "grandir" ensemble. La relation mère-enfant est très importante quant au devenir de ce dernier. Effectivement, si cette relation n'est pas correcte, il se peut que l'enfant développe certaines pathologies telles que la psychose, une carence affective entraînant des troubles du développement ou encore une déficience mentale. Le fondement même de la personnalité d'un individu est basé sur la relation qu'il entretient avec sa mère et ce, dès son plus jeune âge. Le travail de l'éducateur est donc prépondérant dans la prise en charge d'une jeune mère. Il doit pouvoir l'accompagner, lui permettre de s'exprimer et être un modèle d'apprentissage et, si besoin est, être la troisième partie du modèle de triangulation qui permet à la mère et l'enfant de se défusionner. Le travail que j'ai mené avec ces mères, et notamment M., m'a captivé. Ce dernier est connoté d'un immense espoir dans l'avenir d'une jeune mère et de son enfant. En travaillant avec ces personnes, nous avons la possibilité d'agir à LS de ce qui pourrait éventuellement poser problème plus tard. Et si, grâce a ce travail, nous évitions de surcharger les Maisons d'Enfants à Caractère Social ? N'était ce pas là l'espoir inhérent à chacun d'entre nous ?
Lors de mes deux stages de première et deuxième année de formation, je me suis heurtée plusieurs fois à la douleur, la souffrance des personnes handicapées et particulièrement dépendantes (adultes polyhandicapés vieillissants et enfants autistes). J’effectue mon second stage au sein d’un Institut-Médico-Educatif (IME). Cet IME est composé de deux unités : Une Unité d’Education Générale (UEG) accueillant des enfants de 3 à 13 ans, déficients mentaux. Une Unité d’Education et de Soins (UES) accueillant des enfants déficients mentaux moyens ou profonds, associé à des troubles autistiques, et des enfants autistes de 6 à 13 ans. Cette dernière unité est composée de quatre groupes de cinq enfants et de deux éducateurs. J’effectue donc mon stage dans l’UES. Parmi ces vingt enfants, huit s’automutilent. Cette auto agression se présente sous différentes formes : Se mordre la main, se gifler, se taper, se griffer, se cogner la tête contre les murs, se pincer… Pas un jour ne se passe sans que je sois amenée à rencontrer cet acte physique. Malgré le recul, l’analyse de leurs comportement, je ne peux pas m’empêcher de penser qu’ils ont mal et de ressentir leur douleur : « J’ai mal pour eux ». Cette situation est d’autant difficile que je ne comprends pas les raisons de leurs actes.
Le terme de « loi » n’est pas à appréhender qu’au sens législatif, mais avant tout comme « une règle de comportement qui s’impose à un individu ». Une règle est un « code social » qui ne peut avoir de poids que s’il répond à un certain nombre de « normes sociales » (civilité, courtoisie, politesse, savoir-vivre), elles-mêmes soumises à des « valeurs » qui relèvent de l’éthique, de la morale. Ainsi, il incombe à l’éducateur une fonction socialisante qui commence par l’apprentissage des fondamentaux (c’est-à-dire le respect de soi et d’autrui) aux enfants, aux adolescents, voire aux adultes, dont une institution lui a confié la charge.
Il est communément admis que la mère fait l'enfant : l'absence d'autonomie du petit de l'homme pas rapport aux autres espèces animales est réputée soumettre son développement aux influences extérieures. Les recherches récentes sur les interactions précoces mère/enfant, amènent à remettre en cause ce point de vue : si la mère fait l'enfant, l'enfant fait aussi la mère.
La notion de référence est assez récente, elle prend forme dans les années 60. Elle est utilisée comme un outil central dans le secteur social et médico-social. Elle a toujours été un sujet d'échanges parfois houleux entre les professionnels d'un même service peut-être parce qu'elle s'exprime, se vit sur un versant très personnel.
Lorsque je suis arrivé dans l’Institution, Cédric est le jeune homme qui m’a le plus interpellé, de part son comportement qui me paraissait incohérent. J’ai donc voulu mieux le connaître, d’autant plus que les autres membres de l’équipe insistaient sur leurs propres difficultés à le comprendre. Je dois dire que cela n’a pas été chose aisée, du fait d’un dossier quasiment vide, d’informations médicales inexistantes et plus généralement d’une problématique assez complexe. J’ai pu néanmoins, grâce à l’aide de certains collègues et de ma propre observation, regrouper un certain nombre d’informations dont voici la synthèse.
Dans une première partie, je vais expliquer ce qu'est la boisson chaude à la Halte, illustrant mon propos par des descriptions de moments vécus avec différents personnes accueillies. Puis à travers l'analyse de ses observations, je vais m'interroger sur ce qui se joue dans ce moment de vie quotidienne en étayant sur la symbolique de la boisson chaude, la relation professionnel/accueilli et l'outil que la boisson chaude peut devenir pour le moniteur éducateur. La troisième partie abordera la prise de la boisson chaude comme un espace-temps sécurisant, d'expérience et d'apprentissage et de socialisation. Enfin, je questionnerais le positionnement professionnel par rapport à ce moment de vie quotidienne, la systématisation et le don/ contre don.
J'ai choisi pour cette note de réflexion d'évoquer Sophie, une jeune femme de 22 ans dont j'ai la référence de projet. En effet, dans le cadre de son accompagnement, je me suis très souvent questionnée à son sujet. Cet écrit me donne donc l'opportunité d'approfondir mes connaissances en lien avec sa problématique, de les analyser sur la base d'une observation pour pouvoir ensuite proposer des piste quant à son accompagnement éducatif spécialisé. Dans un premier temps, je propose donc de présenter Sophie à travers une anamnèse et l'observation d'une situation. Dans un deuxième temps, je tenterai de répondre à trois questions en m'appuyant sur un étayage théorique pour ensuite avancer trois proposition d'accompagnement éducatif.
Dans cette perspective, j'ai décidé de réaliser une action autour du thème de la consommation des fruits et des légumes des ménages à faibles ressources, l'objectif de ce projet étant d'informer les bénéficiaires de l'Épicerie Sociale sur l'importance de consommer des fruits et légumes chaque jour.
Un lundi après-midi, pendant un cours de VSP. (vie sociale et professionnelle) j'assiste le professeur des écoles spécialisé qui dirige le cours sur la contraception. Un groupe de quatre adolescents, composé de deux filles et de deux garçons, de 15 à 17 ans sont présents. Ils préparent l'entrée en CAP
J'ai fait le choix d'étudier la manière dont je me suis positionnée et impliquée dans les dynamiques institutionnelles et partenariales de ce service, suite à la découverte d'une pipe à eau dans le studio d'une jeune femme bénéficiant d'un APJM. En effet, cet incident m'a semblé riche en tant qu'objet d'étude car il a nécessité que je repère et mobilise les ressources institutionnelles et partenariales, et parce que le projet institutionnel et le cadre juridique y ont influencés mon accompagnement.
J’ai choisi cette situation tout d’abord parce que lorsque j’ai rencontré cette famille la première fois, soit dans les premiers jours de mon stage, je suis ressortie de cette visite à domicile avec des sentiments variés (empathie, stupéfaction, incompréhension, …). De plus, j’ai été étonnée de la tournure de la discussion qu’il y a eu avec cette famille le jour de cet échange car je ne pensais pas que malgré tout le travail fourni avec cette famille, ils auraient pu faire des autant de reproches. J’ai souhaité m’arrêter sur cette situation parce qu’elle pose aussi des questions sur la communication et sur le rôle du moniteur-éducateur et les limites de l’accompagnement social des personnes en difficulté.
J'ai choisi une situation concernant Jules. Je vais le présenter, puis expliquer les différentes étapes de cette situation. J'analyserai ensuite les faits et les enjeux de ce moment. Enfin, il me faudra trouver des réponses et des actions éducatives à mettre en place face à cette situation. Si mes actions ne fonctionnent pas, je pourrai en conclure que l'apprentissage des couleurs ne fonctionne pas de cette manière chez Jules. Peut-être qu'il ne parviendra jamais à actualiser ses connaissances, ainsi, il faudra le solliciter avec une approche différente. En parallèle à cette situation et à l'analyse que j'en ai tirée, j'ai compris qu'il existait différents procédés pour réagir ou opérer en fonction de chaque jeune dans dissemblables situations. Je serai maintenant minutieuse et exigeante sur ma manière d'appréhender les actions éducatives avec les jeunes. Je tiens à montrer l'importance du travail en équipe pour cet écrit. En effet, j'ai pu solliciter la chef de service et l'enseignante de Jules qui ont accepté de m'aider. J'ai pu aussi interpeller la psychomotricienne qui suit Jules. Elle m'a apporté quelques informations grâce au dossier de Jules concernant la psychomotricité. L'une des caractéristiques socio-affective de la déficience est la fragilité de l'estime de soi. Il faut donc que j'apprenne à travailler avec Jules en mettant au cœur de mon intervention : la valorisation. Notre travail n'est pas de mettre en avant les incapacités, mais de mettre en éveil les compétences.
Ce stage de découverte a débouché sur des remplacements pendant une durée de six mois. Grâce à ces remplacements j’ai pu acquérir une expérience dans le milieu du handicap et ainsi confirmer mes motivations pour passer le concours. Et me voici en formation … Ayant déjà une expérience avec un public adulte handicapé, j’ai choisi d’effectuer mon premier stage d’une durée de dix semaines dans un Institut Médico Éducatif (IME). Je souhaitais découvrir un public d’enfant en situation de handicap. Cette expérience a été très enrichissante en termes d’accompagnement et de travail en équipe. Après mon expérience de dix semaines à l’IME, je souhaitais avoir une expérience dans un autre domaine que dans le handicap, c’est pour cela que j’ai effectué mon deuxième stage d’une durée de vingt semaines dans une Maison d’Enfants à Caractère Sociale (MECS) afin de découvrir et partager le quotidien des enfants accueillis dans ces structures et aussi de poursuivre dans le travail en équipe.

Pour ce stage, j’ai été accueillie sur un groupe composé d’enfants de 8 à 13 ans. Je souhaitais comprendre le travail effectué avec les enfants en tant que Moniteur Éducateur. Quelles était ses missions au sein d’une MECS ? Comment se rendre disponible pour des moments individuels dans un collectif ? Je me demandais comment j’allais pouvoir lier ma pratique professionnelle au projet de groupe qui découle du projet d’établissement. Comment mettre en place un projet selon les besoins des jeunes tout en respectant les valeurs de la structure ? Comment établir une relation éducative, une relation de confiance ? Comment faire que mon rôle de Moniteur Éducateur sera reconnu par les jeunes, sera légitimé ? Autant de questions auxquelles j’ai essayé de répondre en me positionnant en tant que Moniteur Éducateur. J’ai pu découvrir les lois relevant de la protection de l’enfance et les modes de placements. Et j’ai ainsi fait le choix d’écrire mon dossier DC4 sur ce stage de 20 semaines. C’est pourquoi dans ce dossier je vais vous présenter le cadre dans lequel j’ai effectué mon stage, le rôle du Moniteur éducateur dans cette structure, ainsi que mon positionnement professionnel dans la dynamique institutionnelle

Abonnement

Connexion

Recherche