LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Technicien en intervention sociale et familiale

Le technicien de l'intervention sociale et familiale (TISF) vient en aide aux familles, aux personnes âgées, aux personnes handicapées ou en situation d'exclusion qui rencontrent des difficultés.

L’inceste

L’inceste

L’inceste, acte entre parent et enfant, est devenue une réalité reconnue. Il y a quelques années seulement ce problème était tu, ignoré volontairement ou nié. Le seul «traitement», quand il y en avait un, était d’ordre judiciaire alors que les effets produits sur la victime étaient ignorés. Ce problème commence à faire l’objet d’étude médicale montrant la souffrance des victimes, les séquelles psychologiques fréquentes et la nécessité d’une réponse thérapeutique et éducative appropriée. Professionnel ou non, celui qui est amené à rencontrer un enfant victime d’abus sexuel est assailli par une multitude d’interrogations : comment cela est-il possible ? Pourquoi cet enfant-là ? Comment vit-il ? Qui sont ses parents ? … La prise en charge éducative et thérapeutique d’enfants ou d’adolescents ayant subi l’inceste demande une bonne compréhension de cette problématique : c’est une des missions du travailleur social. Quels outils et supports peuvent être alors utilisés ? En effet, le moniteur éducateur doit savoir en quoi telle ou telle activité répond à la problématique d’une jeune victime.

J’ai choisi de traiter du sujet de l’inceste car il m’est arrivé, durant mon premier stage en Maison d’Enfants à Caractère Social, de travailler auprès d’enfants qui avaient subi l’inceste (révélé en cours de placement). Cette révélation a induit un changement de comportement chez ces jeunes. Je me suis alors questionné sur tout ce que l’inceste pouvait engendrer chez une victime au niveau social, psychologique. De plus, je me suis demandé quelles attitudes il fallait que j’adopte avec ces enfants : compassion, éviter d’en parler, être davantage présent auprès d’eux ou durcir le cadre face à leurs attitudes. Comment ces jeunes traduisent dans la vie quotidienne le traumatisme qu’ils ont subi ?

Comment réagissent t’ils après le dévoilement ? Pour travailler sur ce thème, j’ai fait une recherche bibliographique. J’ai ainsi trouvé plusieurs référence de livres ou magasines qui traitent de l’inceste. Après lecture d’un livre et d’articles, j’ai pris contact avec un service d’AEMO et j’ai obtenu un rendez-vous avec une éducatrice spécialisée. J’ai élaboré un questionnaire (voir en annexe) en m’aidant du livre. Après un compte rendu de cette visite, une conclusion fera apparaître des commentaires. L’inceste : approche théorique Définitions Le dictionnaire le petit Robert définit l’inceste comme : « des relations sexuelles entre un homme et une femme parents ou alliés à un degré qui entraîne la prohibition du mariage ». D’une façon générale, ce sont les rapports entre parents et enfants ou entre frères et sœurs, qui sont interdits, mais l’interdiction peut s’étendre à d’autres degrés de parenté. On peut noter que d’une société à l’autre, la prohibition de l’inceste concerne des personnes différentes.

L’expression « abus sexuel » caractérise l’exploitation sexuelle par un individu plus âgé d’un enfant qui en raison de son âge est incapable de comprendre la nature du contact et d’y opposer une résistance adéquate. Ainsi, l’inceste est un cas particulier de l’abus sexuel dans le sens où l’agresseur est un membre de la famille. Données épidémiologiques Ces données proviennent du livre « L’inceste, comprendre pour intervenir » (A. Crivillé, 1996) dans lequel plusieurs études de dossiers d’enfants victimes d’abus sexuels et suivis en AEMO judiciaire ont été comparées. Les résultats de ces études sont sensiblement les mêmes. L’enfant Sexe des victimes Environ 80% des cas sont des filles et 20% des garçons. Chez les garçons, l’abus sexuel et souvent accompagné de violence physique. On rejoint alors la problématique de la maltraitance. L’âge Les situations incestueuses commencent tôt, souvent avant 10 ans. La majorité des cas se situent entre 6 et 12 ans. Le nombre de cas d’incestes en fonction de l’âge présente deux maxima : un premier entre 4 et 8 ans, un deuxième entre 12 et 16 ans. Deux groupes de victimes peuvent ainsi être identifiés en fonction de l’âge. Ceci suggère des réflexions : - L’âge des enfants peut nous renseigner sur la problématique de l’abuseur par rapport à son but poursuivi. Entre 4 et 8 ans, il y a prédominance de la problématique de la pédophilie. 

Catégorie: ISIC Technicien en intervention sociale et familiale
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 16-02-2021
Historique du document:

0

Licence

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Accepter le terme et la condition

Documents associés

ISIC dans une épicerie solidaire
ISIC dans une épicerie solidaire
Dans cette perspective, j'ai décidé de réaliser une action autour du thème de la consommation des fruits et des légumes des ménages à faibles ressources, l'objectif de ce projet étant d'informer les bénéficiaires de l'Épicerie Sociale sur l'importance de consommer des fruits et légumes chaque jour.
Note de réflexion: Marie en ESAT
Note de réflexion: Marie en ESAT
J'ai choisi pour cette note de réflexion d'évoquer Sophie, une jeune femme de 22 ans dont j'ai la référence de projet. En effet, dans le cadre de son accompagnement, je me suis très souvent questionnée à son sujet. Cet écrit me donne donc l'opportunité d'approfondir mes connaissances en lien avec sa problématique, de les analyser sur la base d'une observation pour pouvoir ensuite proposer des piste quant à son accompagnement éducatif spécialisé. Dans un premier temps, je propose donc de présenter Sophie à travers une anamnèse et l'observation d'une situation. Dans un deuxième temps, je tenterai de répondre à trois questions en m'appuyant sur un étayage théorique pour ensuite avancer trois proposition d'accompagnement éducatif.
La notion d'espace-temps et la vie quotidienne
La notion d'espace-temps et la vie quotidienne
Dans une première partie, je vais expliquer ce qu'est la boisson chaude à la Halte, illustrant mon propos par des descriptions de moments vécus avec différents personnes accueillies. Puis à travers l'analyse de ses observations, je vais m'interroger sur ce qui se joue dans ce moment de vie quotidienne en étayant sur la symbolique de la boisson chaude, la relation professionnel/accueilli et l'outil que la boisson chaude peut devenir pour le moniteur éducateur. La troisième partie abordera la prise de la boisson chaude comme un espace-temps sécurisant, d'expérience et d'apprentissage et de socialisation. Enfin, je questionnerais le positionnement professionnel par rapport à ce moment de vie quotidienne, la systématisation et le don/ contre don.
Automutilations et affects
Automutilations et affects
Lors de mes deux stages de première et deuxième année de formation, je me suis heurtée plusieurs fois à la douleur, la souffrance des personnes handicapées et particulièrement dépendantes (adultes polyhandicapés vieillissants et enfants autistes). J’effectue mon second stage au sein d’un Institut-Médico-Educatif (IME). Cet IME est composé de deux unités : Une Unité d’Education Générale (UEG) accueillant des enfants de 3 à 13 ans, déficients mentaux. Une Unité d’Education et de Soins (UES) accueillant des enfants déficients mentaux moyens ou profonds, associé à des troubles autistiques, et des enfants autistes de 6 à 13 ans. Cette dernière unité est composée de quatre groupes de cinq enfants et de deux éducateurs. J’effectue donc mon stage dans l’UES. Parmi ces vingt enfants, huit s’automutilent. Cette auto agression se présente sous différentes formes : Se mordre la main, se gifler, se taper, se griffer, se cogner la tête contre les murs, se pincer… Pas un jour ne se passe sans que je sois amenée à rencontrer cet acte physique. Malgré le recul, l’analyse de leurs comportement, je ne peux pas m’empêcher de penser qu’ils ont mal et de ressentir leur douleur : « J’ai mal pour eux ». Cette situation est d’autant difficile que je ne comprends pas les raisons de leurs actes.

Connexion

Technicien en intervention sociale et familiale

Abonnement

Recherche