LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Moniteur-éducateur

Le moniteur-éducateur a un rôle d'animation, de prévention et d'éducation auprès de personnes en difficulté : enfants, ados, adultes ou personnes âgées. Il est le bras droit de l'éducateur spécialisé, qui détient la responsabilité d'élaborer des projets.

Reperage institutionnel

Reperage institutionnel

Le métier de Moniteur Éducateur est enrichissant et j’ai pu approfondir mes connaissances, situer le rôle du Moniteur Éducateur dans l’institution au regard de la législation. Le cadre réglementaire  protège l’enfant et nous protège en tant que professionnel. Mon intervention auprès de jeunes et adolescents dans le champ de la protection de l’enfance m’a permis de voir et de comprendre l’importance et la nécessité du travail en équipe pluridisciplinaire et en partenariat.

Je dois m’informer et me former pour faire évoluer mes pratiques. Il y a toujours possibilité de faire évoluer ses pratiques par des accompagnements innovants.

Je me suis appuyé sur mes connaissances théoriques. En mobilisant ces connaissances théoriques et au travers de ma pratique professionnelle, j’ai pu avoir une bonne ouverture d’esprit, mieux comprendre les usagers, mieux appréhender les problématiques, et mieux cibler leurs besoins.

Grâce à cet écrit, j'ai pu me rendre compte que Clair Printemps ainsi que la plupart des autres MECS sont situés dans la périphérie des villes. On trouve donc un cadre apaisant, calme, sécurisant, loin du tumulte de la ville auquel sont déjà habitués les enfants.

(...)

Les MECS sont les établissements qui ont pris le rôle anciennement dévolu aux orphelinats. Les établissements qui fonctionnent en internat complet ou en foyer ouvert (les enfants sont alors scolarisés à l’extérieur pour la plupart) ; ils sont le plus souvent gérés par des associations à but non lucratif (loi 1901).

La responsabilité de la protection de l'enfance revient entièrement aux départements depuis la Loi du 5 mars 2007 réformant la protection de l'enfance : ce texte consacre le Département comme chef de file de la protection de l’enfance.

Les MECS ne bénéficient pas de trésorerie propre, elles disposent de crédits alloués par le département. Les établissements sont financés par le biais du prix de journée ; le département leur alloue une somme fixe par enfant accueilli et par jour. La somme est variable selon les lieux et les structures, ce prix de journée est le fruit de négociations entre l'association gestionnaire et le conseil général. On peut considérer qu'il oscille autour de 150 euros.

Les établissements dépendent du CG[1], qui donne l'habilitation pour recevoir des enfants relevant de l'ASE[2], et qu'il finance. Certaines MECS possèdent également l'habilitation Justice et mineurs délinquants (ordonnance du 2 février 1945).

Toutes les MECS n'ont pas l’habilitation :

            → pour accueillir des enfants confiés directement par l'autorité judiciaire, les établissements publics ou privés doivent obtenir un agrément de l’état donné après avis du CG.

            → pour accueillir des mineurs délinquants au titre de l'ordonnance du 2 février 1945 sur l'enfance délinquante.

[1]CG : Conseil Général

[2]ASE : Aide Sociale à l’Enfance

Catégorie: Travaux U.F. Moniteur-éducateur
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 08-11-2018
Licence

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Accepter le terme et la condition

Documents associés

En quoi la médiation vient-elle faire éducation en atelier ?
En quoi la médiation vient-elle faire éducation en atelier ?
Les techniques éducatives désignent une pratique professionnelle de l’éducateur. Ces pratiques font fonction de médiations, définies comme « entremise, intervention destinée à amener un accord » ou encore « procédure de règlement des conflits collectifs du travail dans laquelle intervient un médiateur » . Elles peuvent être familiales, judiciaires, conjugales...Dans le travail du moniteur éducateur ces médiations sont avant tout sociales et éducatives. On peut citer par exemple les médiations animales, culturelles, artistiques ou encore sportives, et les termes d’articulation, de réparation et de création de lien sont utilisés pour la définir alors. Véritable support et outil éducatif, il nous a été proposé, au sein de notre formation de moniteur éducateur à l’IRTS, de découvrir et de participer à des ateliers de techniques éducatives, chacun dirigé par un professionnel amenant sa spécialité : atelier marionnette, mosaïque, et photographie.

À la fois sceptique et curieuse, je me suis demandée en quoi la médiation vient-elle faire éducation en atelier ? Il s’agit ici de médiations artistiques dont je vais présenter le dérouler et mon ressenti durant la session, avant de traiter de l’intérêt de ces médiations dans le travail d’accompagnement du moniteur éducateur. Dans le secteur du social, proposer une médiation à une personne, à un public en difficulté, qu’elle soit artistique, sportive, animale, C’est lui proposer un moyen de se créer ou de se recréer dans le monde avec lequel elle est rupture. La médiation est donc pleinement éducative. Ces séances de techniques éducatives m’ont fait comprendre qu’une activité, au-delà d’être occupationnelle, peut et doit être utilisée par le moniteur éducateur comme outil de compréhension de la personne accompagnée et comme moyen de communication avec elle. Dorénavant, au cours de futures expériences en tant que moniteur éducateur, j’envisagerais les médiations différemment, et prêterait une plus grande attention à l’usager et a son ressenti durant celles-ci. Il s’agit aussi bien de temps récréatifs que re-créatifs.
Note de réflexion dans un lieu de vie
Note de réflexion dans un lieu de vie
Lors de mon arrivée en stage au lieu de vie, la question de l'entrée en relation m'a poussée dans une démarche de réflexion et de remise en question professionnelle et personnelle sur ma capacité à créer du lien de façon juste et non intrusive. Les enfants accueillis sont en demande d'un cadre stable et protecteur et j'étais soucieuse de ne pas perturber leurs repères car finalement, en entrant dans ce lieu de vie, j'entrais chez eux, dans leur maison.
Atelier d'expression
Atelier d'expression
L’un des pires maux de l’homme est la conséquence de souffrances non extériorisées. Ces souffrances que l’être humain cherche à enfouir au fond de lui finissent toujours par ressortir par de la violence, le passage à l’acte ou encore en somatisant ; et ces éruptions incontrôlées sont ensuite, à leur tour source de souffrance pour la personne concernée et pour son entourage. Pour éviter ce cercle vicieux, seule l’extériorisation de la souffrance initiale est réellement efficace. Cette souffrance interne qui doit devenir externe, a comme voie royale la verbalisation, mais elle n’est pas accessible à tous. Afin de soulager l’esprit sans passer par la verbalisation, l’ensemble des arts inventés par les hommes sert aussi de voie d’extériorisation, souvent détournée et parfois incompréhensible ou insoupçonnée, des souffrances internes.
Vie quotidienne : La collation de dix-sept heures
Vie quotidienne : La collation de dix-sept heures
Pour P. Gaberan (2004), le moniteur éducateur est « un organisateur de la vie quotidienne », en effet, même s’il intervient sur les différentes activités de jour de la personne accompagnée (temps scolaire, temps d’apprentissage ou temps de travail), ce professionnel accompagne tout autant le résident (enfant ou adulte) dans les temps du « avant et/ou après » les activités, ces temps libres qui peuvent être le lever, la toilette, les repas, les devoirs, les veillées, les week-ends, les vacances... et par cet accompagnement, l’éducateur partage le quotidien de l’usager. Lors de mon stage de première année, il y a un moment, un temps précis du quotidien du foyer et des résidents qui parallèlement faisait partie de mon propre quotidien : la collation de dix-sept heures. Dans un premier temps, je définirai la notion de « quotidien » et présenterai le moment de la collation au foyer de « la chaussée Haut » ; dans un second temps, j’analyserai la portée éducative de ce temps journalier, dans un troisième temps je rendrai compte du pourquoi et du comment de mon positionnement en tant que stagiaire durant cet instant et enfin, dans un quatrième temps, je démontrerai comment la notion de projet intercède dans le quotidien du foyer et des résidents. Le but de cet écrit est de pouvoir démontrer que ce temps du quotidien qu’est la collation de dix-sept heures n’est pas seulement un moment « banal » dans la vie de l’usager et de l’éducateur, mais est aussi véritablement un temps éducatif profitable aux deux. I) Le quotidien 1) Qu’est-ce que le « quotidien » ? Selon le Larousse, le quotidien est : « Qui se fait chaque jour, qui relève de la vie de tous les jours et n'a donc rien d'exceptionnel : Des tâches des plus quotidiennes » (1), cette définition nous renvoi à la description plutôt péjorative que Claude Javeau (2011) nous fait du quotidien en associant ce concept à tout ce qui est du « jour-le-jour » sans grand intérêt, voir même routinier ». D’après Joseph Rouzel, (1995) « Le quotidien est un espace de répétition de l’archaïque et en même temps un lieu d’intervention et de création, le lieu de la rencontre entre les humains. » « Lieu de la rencontre entre les humains », ce qui définit exactement ce temps du quotidien qu’est « la collation » de dix-sept heures.

Connexion

Moniteur-éducateur

Abonnement

Recherche