LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Moniteur-éducateur

Le moniteur-éducateur a un rôle d'animation, de prévention et d'éducation auprès de personnes en difficulté : enfants, ados, adultes ou personnes âgées. Il est le bras droit de l'éducateur spécialisé, qui détient la responsabilité d'élaborer des projets.

Une rencontre si particulière

Une rencontre si particulière Introduction Certaines personnes polyhandicapées ou autistes ont une compréhension du langage verbal limitée. Parfois, elles n’utilisent pas ce moyen d’expression. Leur mode de communication peut être principalement non-verbal. Leur corps devient émetteur et récepteur de signaux. Le professionnel, l’éducateur, accompagnant cette personne a un langage verbal. Il a la capacité d’utiliser des métaphores, d’évoquer au travers des mots ses émotions… La communication verbale est pour lui un moyen d’expression acquis, utilisée depuis son enfance. Sa voix, ses mots, émettent des informations. Ses oreilles sont les principaux récepteurs de messages. Nous avons donc d’un côté une communication non-verbale essentiellement utilisée, avec une compréhension limitée du langage et, d’un autre côté, un mode d’expression essentiellement verbale. Dans ces conditions là :

Conclusion La rencontre entre deux personnes s’effectue au quotidien. Les premiers échanges sont les plus durs à construire. Tous les êtres humains ont leur particularité. L’éducateur comme la personne handicapée a des atouts et des difficultés pour entrer en relation avec « l’autre ». Le corps et l’handicap qui au départ constituent un frein dans l’échange, deviennent par la suite un atout dans la rencontre. En connaissant les réactions de la personne, l’éducateur interprète ses signes non-verbaux plus facilement. Les situations d’incompréhension sont souvent mises en valeur car ce sont ces moments de doute qui nous font évoluer. La personne handicapée va chercher à se faire comprendre autrement et l’éducateur à affiner son action éducative. Suite à ces deux rencontres si particulières, je peux affirmer que c’est grâce à cette complexité relationnelle que j’ai pu évoluer dans ma pratique éducative, parfois mes connaissances ont été mises à mal. Auprès de ce public, j’ai appris que tous comportements ne nécessitent pas forcement une réponse. L’éducateur n’est pas l’unique personne possédant un savoir, la personne handicapée est une source de connaissance à ne pas négliger. Son corps est une source d’information essentielle. Les réponses banalisées sont bannies. Autre richesse de cette rencontre la connaissance de son propre langage corporel. Nous avons l’habitude de tenir compte des réactions non-verbales de la personne accompagnée. Au cours de mes interventions je me suis aperçue que mes attitudes non-verbales influencées l’échange. Notre posture, notre voix et nos expressions faciales sont pour moi importantes à cerner. Elles montrent une image extérieure de nos sensations.
Catégorie: Mémoire Moniteur-éducateur
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 28-06-2019
Historique du document: 0
Licence

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Accepter le terme et la condition

Documents associés

la légitime violence
la légitime violence
La violence au sein des institutions est dénoncée par tous. Par qui est- elle alors pratiquée ? Pourquoi est il aussi difficile de déceler ces violences ? Tous les travailleurs sociaux reconnaissent que la violence existe dans la plupart des institutions, sous différentes formes, mais plus rares sont ceux qui d’eux-mêmes porteront un regard sur leur institution ou encore sur leur propre pratique à priori jamais violente. Ce sujet, tant passionnel que tabou, est d’autant plus délicat à traiter qu’il existe de multiples formes de violences, affectant les résidents mais aussi les professionnels voire l’institution dans son ensemble. Ce sujet de la violence des éducateurs n’a pas été choisi sans fondement. C’est lors de mon stage de première année que je me suis interrogé sur la question. J’ai effectué mon stage de découverte dans un institut de rééducation accueillant des jeunes entre six et dix huit ans. L’équipe éducative du groupe des adolescents (de douze à dix huit ans) m’a accueilli durant quatre mois. Elle était composée de trois éducateurs spécialisés et un éducateur détenteur du Diplôme d’État à la Fonction d’Animateur. Ce dernier a pris le poste d’éducateur quelques semaines avant mon entrée en stage.
L'accompagnement d'enfants dysphasiques
L'accompagnement d'enfants dysphasiques
« J’étais entouré de plein de gens. On aurait dit une réception ou un cocktail et j’avais quelque chose à dire. Je ne sais pas quoi mais c’était très important. Alors je suis allé voir les gens et je leur ai parlé mais personne ne me comprenait. Pourtant, ils parlaient français mais ils me regardaient bizarrement et se regardaient entre eux sans comprendre l’importance et l’urgence de ce que j’avais à dire ». Bien entendu ceci est un rêve, et même un mauvais rêve que font certaines personnes et qu’on pourrait tous faire. Bien loin de faire une étude psychanalytique de ce rêve qui n’est qu’une illustration introductive, cette note écrite s’intéressera aux enfants qui ne rêvent pas cette situation, mais qui la vivent au quotidien. Ces enfants, qui étaient considérés il y a quelques années comme des déficients mentaux, sont reconnus aujourd’hui comme des enfants ayant des troubles sévères du langage : la dysphasie.
La violence, l’agressivité de l’adolescent déficient intellectuel, face à la violence institutionnelle
La violence, l’agressivité de l’adolescent déficient intellectuel, face à la violence institutionnelle
La violence est devenue un fait de société. Selon le dictionnaire, « elle est une force brutale des êtres animés ou de choses. C’est le fait d’agir sur quelqu’un (ou de le faire agir) contre sa volonté en employant la force ou l’intimidation. C’est aussi l’acte lui-même par lequel s’exerce la violence » ( 1 ). De nos jours journaux, actualités télévisées ou radiographiques relatent quasi quotidiennement les manifestations de violence dont les auteurs sont des jeunes : dégradations, vols, sévices corporelles … Même l’école n’est pas épargnée et elle devient le théâtre où violence et agressivité déroutent enseignants, parents, professionnels chargés des programmes pédagogiques ou responsables politiques. Aussi ai-je été personnellement témoin de scènes de violence au sein d’un I.M.E. (Institut Médico-Educatif).
La parole accompagnatrice dans l'acte éducatif
La parole accompagnatrice dans l'acte éducatif
Durant mes deux années de formation, j’ai pu me rendre compte que l’outil que nous utilisons le plus, dans l’accompagnement de ces personnes, est la parole. Avant sa naissance, l’enfant baigne dans le langage. Après il reçoit les paroles de ses parents puis s’ouvre à son entourage proche et enfin au monde. C’est à travers ses paroles que l’homme va construire son identité, son ethnie. La parole va être pour lui un moyen d’entrer en relation avec les autres et avec lui-même. Elle va être pour qui que ce soit un outil pour exprimer des ressentis, une pensée et approcher ce qui nous entoure.

Connexion

Moniteur-éducateur

Abonnement

Recherche



Derniers Docs Moniteur-éducateur

Les plus vus - Moniteur-éducateur

Les plus téléchargés - Moniteur-éducateur