LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Socio Doc

SocioDoc.fr est une plate-forme collaborative d'accès et de partage de plusieurs milliers de documents du Secteur du Travail Social et de l'Action Sociale : mémoire, fiches de lectures, rapports de stage, d'annales, études juridiques , études de cas psycho-pédagogique, étude de cas clinique, ect.

La mère suffisamment bonne - Donald W. Winnicott

La mère suffisamment bonne - Donald W. Winnicott

Né en Angleterre, à Plymouth en 1896, Winnicott meurt à Londres en 1971. Il grandit dans un univers marqué par la présence des femmes. Sa mère, sa grand-mère, une nourrice et ses deux soeurs aînées jouèrent un rôle majeur dans son éducation. Il n’eut jamais d’enfant.

Après une formation médicale, il devient, en 1923, chef de service de l'hôpital d'enfants de « Paddington Green », à Londres, où il exercera pendant quarante ans.

Winnicott entreprit, la même année, en 1923, une longue analyse personnelle, qui dura 10 ans, avec James Strachey, le traducteur anglais de Freud.

D'après sa femme, Clare Winnicott, il aurait aimé faire une nouvelle période d'analyse avec Mélanie Klein. Mais Il la fit en fait avec Joan Rivière, qui était une élève et amie de Mélanie Klein, pendant 5 ans, de 1933 à 1938.

WINNICOTT fit ensuite des supervisions, de 1935 à 1941, avec Mélanie Klein.

En 1927 WINNICOTT devint membre de la « Société psychanalytique britannique » mais il ne rallia ni le groupe des kleiniens ni celui des freudiens orthodoxes réunis autour d'Anna Freud.

WINNICOTT rejoindra le « Middle Group », un « troisième groupe » caractérisé par son éclectisme et une démarche plus empirique que dogmatique, un groupe qui refusa de s'inféoder aux deux groupes opposés des Kleiniens et des Anna Freudiens.

Il occupe donc une place à part dans la psychanalyse infantile du fait de son originalité, de son non-conformisme et de sa position en marge des deux écoles britanniques d'Anna Freud et de Mélanie Klein.

Winnicott s’est toujours considéré comme un analyste freudien, il est resté fidèle aux grands concepts fondamentaux que sont l'inconscient, le transfert, le refoulement, l’OEdipe, mais il s’est éloigné de Freud sur d’autres points.

...

La préoccupation maternelle primaire

Dès la naissance, l'enfant se trouve dans un environnement humain spécifique, marqué par l'état psychique très particulier de la mère, qui consiste en un repli total de sa libido sur elle même, un état que WINNICOTT appelle la préoccupation maternelle primaire.

Cet état particulier, WINNICOTT le décrit de la façon suivante, « Cet état organisé (qui serait une maladie, n’était la grossesse) pourrait être comparé à un état de repli, ou à un état de dissociation, ou à une fugue, ou même à un trouble plus profond, tel qu’un épisode schizoïde au cours duquel un des aspects de la personnalité prend temporairement le dessus. » (De la Pédiatrie à la psychanalyse p. 287)

Winnicott parle d’un état normal, mais les mots qu’il utilise, empruntent beaucoup au registre pathologique : il parle de dissociation, d’épisode schizoïde, de trouble plus profond…

Cette disposition de la mère caractérisée par son extrême sensibilité à l’égard de tout ce qui a trait à son nourrisson, permet l’étayage du moi de l’enfant en lui offrant une continuité d’existence et la possibilité d’évoluer dans un milieu sécurisant, parfaitement adapté à ses besoins.

Categorie: Fiche de lecture Educateur spécialisé
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 18-10-2019
Extrait des conditions générales d'utilisation

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Conditions d'utilisation

Documents de même catégorie

Les marges du handicap mental : Philippe Chavaroche
Les marges du handicap mental : Philippe Chavaroche

Dans l’accompagnement, le professionnel doit faire attention à ne pas s’identifier aux parents en partageant les mêmes sentiments. De plus, Zucman remarque que ces derniers sont trop souvent stigmatisés ou mis de côté car on aurait plus de savoir chez les professionnels. Au contraire, chaque partie doit faire partager ce qu’elle sait à l’autre.

Pour conclure Chavaroche rappelle le décret du 20 mars 2009 et souligne que désormais « l’autonomie » est devenue le maître mot des travailleurs sociaux (retrouvé dans les projets etc). Pourtant, il est plus employé pour parler d’une réduction de dépendance et non pour une autonomie à proprement parler.

Les Sans Domicile Fixe un phénomène d’errance : Louis MOREAU DE BELLAING Jacques GUILLOU
Les Sans Domicile Fixe un phénomène d’errance : Louis MOREAU DE BELLAING Jacques GUILLOU

Cet ouvrage évoque le parcours de vie des personnes sans domicile fixe. Il insiste particulièrement sur la différence qu’il existe entre les différentes personnes SDF. Elles ne vivent pas toute de la même manière, ni au même endroit, ne mangent pas les mêmes choses, ne consomment pas les mêmes services, n’ont pas la même hygiène, n’ont pas les mêmes addictions. Elles ont des parcours de vie totalement différents. Les auteurs insistent particulièrement sur le fait que toutes les personnes SDF ne sont pas clochardisées, et de ce fait certaines demeurent hébergées le plus souvent possible.

L'identité de l'éducateur spécialisé : Paul Fustier
L'identité de l'éducateur spécialisé : Paul Fustier

Paul FUSTIER est professeur émérite, à la retraite, de psychologie à l'Université Lumière Lyon 2. Il s’est toujours intéressé aux métiers du social et aux Institutions qui organisent le cadre dans lequel évoluent les professionnels du social. Au moment de la sortie de cet ouvrage, il participe à la formation des éducateurs spécialisés dans le cadre de Recherche et Promotion. J’ai eu l’opportunité de travailler avec lui dans le cadre de régulation institutionnelle et de régulation d’équipe d’une part en MECS (Maison d’enfant à Caractère Sociale) et d’autre part en CHRS (Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale).

Stanley Milgram : Le dilemme de l’obéissance
Stanley Milgram : Le dilemme de l’obéissance

Milgram veux mesurer la force de l’obéissance pour cela il va mettre en situation un sujet dans un laboratoire qui devra administrer des chocs électriques à une autre personne. Il appel obéissance la période où le sujet obéit aux instructions avant de refuser de continuer. A ce moment là il sera dans l’acte de désobéissance.

Connexion

Abonnement

Recherche