LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Educateur spécialisé

L'éducateur spécialisé est un travailleur social qui participe à l'éducation d'enfants et d'adolescents dits inadaptés. Il soutient aussi des adultes présentant des déficiences physiques et/ou psychiques pour les aider à retrouver de l'autonomie.

Histoire de vie

Histoire de vie

            Nous façonnons tous notre parcours de vie, jour après jour. Ponctué d'évènements, de changements, d'envies, de renoncements, nous faisons des choix, des non-choix, le temps passe et notre histoire se construit. Sommes-nous conscients de ce qui se joue? Chacun fait-il ce qu'il veut de sa vie? Sommes-nous seuls à décider? Comment interprète-t-on ces évènements? Quel sens donnons-nous à ce que nous faisons et que faisons-nous de ce qui nous fait? Donner du sens à notre vie, c'est peut-être ce vers quoi mènent les ateliers d'histoire de vie.

            Resitué tout d'abord dans un contexte historique et théorique, je vais tenter de comprendre ce que revêt le terme « histoire de vie » aujourd'hui et quel fut son parcours depuis les bios de l'antiquité.

            Dans une deuxième partie, je reviendrai sur chaque outil utilisé pendant l'option afin d'observer leurs conséquences et limites. J'essaierai de comprendre en quoi la personnalisation de l'écrit puis celle du discours sont des éléments clés dans la démarche d'histoire de vie.

            Pour terminer, j'expliciterais les motivations qui m'ont orienté vers cette option, en quoi elle m'a intéressée et je ferai le lien entre la pratique de l'histoire de vie et le travail social, et plus particulièrement, en quoi elle élargie ma pratique éducative.

...

En conclusion, je dirais que les outils d’histoire de vie permettent de donner du sens, de tisser des liens entre notre histoire personnelle et le contexte social, d’aller chercher en soi de quoi agir pour pouvoir s'émanciper et se re-connaitre. Restaurer l’identité, lui faire appel, remet la personne à sa place de sujet et lui montre qu’elle a des ressources en elle-même.

Petit-à-petit, les évènements se lient, se dotent de sens, prennent place dans un contexte. Le parcours de la vie prend sens et la vie du présent aussi, l’envie de vivre resurgie.

Cependant, les histoires de vie ont leurs limites, et je voudrais citer un extrait de Souci et soin de soi de C. Niewiadomski et G. de Villers qui souligne un aspect important de ce que sont (et ne sont pas) ces ateliers: « Si les ateliers biographiques visent un effet transformateur, celui-ci n'est pas à confondre avec l'effet thérapeutique d'un travail introspectif réalisé dans le contexte d'une psychothérapie.

Le projet de soi qu'engage le travail biographique dans le sens où nous l'entendons se développe dans le cadre de la socialisation d'un récit de vie qui postule une intelligibilité partagée du même et de l'autre et qui me permet de comprendre l'autre et qui me permet de me comprendre moi-même à travers l'autre. ». Cet aspect non-thérapeutique est essentiel si l'on souhaite que cela reste un travail de réflexion et de cheminement personnel pour la personne accompagnée.

Categorie: Travaux U.F. Educateur spécialisé
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 13-12-2019
Extrait des conditions générales d'utilisation

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Conditions d'utilisation

Documents de même catégorie

Travail de déontologie dans un service de prévention
Travail de déontologie dans un service de prévention
Cette alternative m'a permis de faire restituer le budget sans compliquer ma relation avec le bénéficiaire. Nous avons tous évité d'être pénalisé et au final, cela aura permis à Ahmed de pouvoir se remettre en question. Pour ma part je me suis à nouveau fait de nouvelle suggestion dans ma pratique professionnelle, j'ai eu l'occasion de discuter avec mon maitre de stage sur l'élaboration d'une stratégie à mettre en place pour éviter que la situation s'envenime et sois préjudiciable à l'ensemble du système. L'argent et le téléphone ont été récupérés et je me suis confronté à une situation auquel je pourrais faire face à l'avenir. Le débat sur l’éthique et la morale m'a servi à me questionner, sur ma conduite et dans l'action. L'acquisition de nouvelle connaissance d'éléments théoriques m’ont servi à appréhender et confirmer la nécessité d’agir de façon « éthique » dans ma fonction. Désormais, j'essayerai d'avoir la vision de pouvoir évoluer dans un cadre qui protège l'éducateur que je pourrais "être" et les bénéficiaires. Pour autant que je garde à l'esprit, la clarification de mes rapports avec eux. En définitive, Je pense que ce travail m'aura servi de revenir sur des questions d'ordre déontologiques. Je ne suis qu'un stagiaire qui pourrait être sensible aux récits qui lui ont été confiés. Ceux-ci prouvent l’utilité de notre fonction même si dans certains cas cela impulse des rejetons. C'est dans une vision d'anticipation que nous acceptons d'être confrontés et que nous trouvons le courage de prendre assez de recul pour trouver des pistes de solutions adéquates. Le métier d'éducateur de rue est train de se réformer en l'absence de la reconnaissance officielle de ce métier. Il faudrait travail sur un cadre déontologique propre lié aux spécificités de cette profession. Pour ma part je me suis aidé du code de déontologie de l'aide à la jeunesse qui se trouve dans le cours et des articles de loi plus élargie à la profession. J'ai appris les notions de "secret professionnel" et me suis documenter sur le secret "professionnel partagé". Ce qui m'a éveillé quant au cadre juridique qui englobe toute nos actions. Il m’a également permis de procéder à l'analyse d’une situation socioéducative que j'ai vécue. Et m'a rassurer en me confirmant que même si je ne pensais ne pas avoir les bagages nécessaires pour y être confronté, je possède les bons réflexes pour pouvoir agir dans ce genre de cas.
Le désir et l’envie comme  éléments de support pour devenir « sujet dans son environnement socioprofessionnel»
Le désir et l’envie comme éléments de support pour devenir « sujet dans son environnement socioprofessionnel»
Dans cet écrit je vais tenter de démontrer comment quelque chose d’aussi anodin que d’apprendre à téléphoner, peut devenir un outil éducatif. Comment à partir de ce qui pourrait apparaître de prime abord comme un « pas grand-chose » pour une personne ordinaire, peut amener une personne déficiente à devenir sujet dans son environnement socioprofessionnel. Dans un premier temps je vais présenter le cadre institutionnel dans lequel je travaille, afin de bien comprendre le cadre juridique de mon intervention, et découvrir quels sont les missions et outils au service des usagers. Ensuite je présenterai Sophie, et ferai un détour théorique autour du désir et de l’envie comme éléments de support pour devenir « sujet dans son environnement ».
La relation de face à face
La relation de face à face
Nous considérons que l’être humain communique avec ses semblables selon deux modes : le mode DIGITAL et le mode ANALOGIQUE. LE MODE DIGITAL est le contenu de la communication. Les mots, les phrases, les symboles que nous utilisons pour transmettre l’information. LE MODE ANALOGIQUE regroupe tous les phénomènes non verbaux qui servent ou parfois desservent notre communication (la gestuelle, les regards…) mais également les phénomènes psychologiques qui viennent s’y greffer. La relation – cordiale ou non – avec notre interlocuteur en fait partie. Le psychologue Gregory Bateson a étudié la relation interpersonnelle et en a donné une explication « scientifique » inspiré par les mathématiques qu’il a appelé la SYSTEMIE.
UF8 : La prévention spécialisée
UF8 : La prévention spécialisée
La prévention spécialisée est une action individuelle et/ou collective qui se met en place « Dans les zones urbaines sensibles et dans les lieux où se manifestent des risques d’inadaptation sociale » pour les jeunes et leurs familles en voie de marginalisation, dans le but de faciliter leur insertion et leur promotion sociale. Ainsi, avant l’élaboration de cet écrit, l’approche et les méthodes d’intervention de la prévention spécialisée me posaient de nombreuses questions. Les principes de la prévention spécialisée étaient également source de questionnement car il s’agit d’une forme singulière de méthodologie d’action au sein du secteur de l’action sociale et plus particulièrement au sein du secteur de l’action sociale en milieu ouvert. Ma principale question était la suivante : comment tisser une relation de confiance avec les jeunes quand les principes de la prévention spécialisée ne semblent offrir qu’un cadre restreint ? Autrement dit, les principes de la prévention spécialisée n’étant constitués d’aucune contrainte, obligation ou devoir, pourquoi et comment les jeunes choisissent-ils de passer la porte de la prévention spécialisée et comment se saisissent-ils de ces principes afin de construire, avec l’éducateur, cette relation de confiance qui permettra la mise en œuvre d’un accompagnement individuel ? Du côté du travail de l’éducateur de prévention spécialisée, ma question est très simple : quelles méthodes d’intervention l’éducateur utilise-t-il afin de créer une accroche avec les jeunes qui permette la construction de cette relation de confiance si difficile à élaborer ?

Connexion

Educateur spécialisé

Abonnement

Recherche