LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Educateur spécialisé

L'éducateur spécialisé est un travailleur social qui participe à l'éducation d'enfants et d'adolescents dits inadaptés. Il soutient aussi des adultes présentant des déficiences physiques et/ou psychiques pour les aider à retrouver de l'autonomie.

Surveiller ou veiller sur

Surveiller ou veiller sur

D’une manière générale, la vie sexuelle et affective des personnes présentant une déficience intellectuelle paraît être questionnante, inquiétante, un souci nécessitant une réflexion tant pour les parents que pour les professionnels. Longtemps occultée, ignorée, cette vie affective et sexuelle était inexistante, non envisageable, impossible, inconcevable dans l’esprit des parents, de la société, des professionnels. Aujourd’hui, malgré quelques grandes avancées comme la reconnaissance de la personne présentant une déficience intellectuelle comme personne, sujet de droits donc autorisée à vivre dans des conditions les plus naturelles possible, nous pouvons tout de même faire le constat suivant : La révolution des mentalités au niveau de la sexualité des personnes déficientes intellectuelles s’est arrêtée aux portes de certains établissements spécialisés et celles de la maison des parents. Pourtant, la loi de 1975 et sa réforme prône pour les personnes déficientes intellectuelles le droit de vivre le plus naturellement, de la façon la plus proche possible des conditions de vie normales. Cependant, il faut constater que si les savoirs leur sont fournis, il n’en est pas toujours de même des savoirs être et des savoir-faire, notamment en ce qui concerne leur sexualité et leur affectivité. La sexualité des personnes déficientes intellectuelles est souvent un sujet tabou, rarement abordé par les établissements spécialisés ou les parents. Il a fallu, par exemple, attendre la circulaire ministérielle du 10 décembre 1996 pour qu’une politique de prévention du V.I.H soit développer alors que cela faisait déjà 12 ans que l’on parlait du SIDA, notamment à l’école.

INTRODUCTION 5 Première partie : Faisons connaissance avec une association, un établissement et trois adolescentes déficientes intellectuelles qui (se) posent (des) questions en adéquation avec leur âge 8 I- Une politique, un lieu, des adolescentes et des bribes de leurs histoires de vie 9 1.1- Une association : les Papillons Blancs de Lille 9 1.2- Un établissement : l’Institut Médico Professionnel C V 11 1.2.1- Historique sur la création de l’I.M Pro 11 1.2.2- Des projets 12 1.2.3- Des groupes en fonction de l’âge et des besoins des adolescentes 13 1.3- Un public : des adolescentes avec une déficience intellectuelle légère ou moyenne 15 1.4- Des tranches de vie 16 1.4.1- Ludivine 17 1.4.2- Linda 19 1.4.3- Hayat 21 1.5- Des actions menées 25 1.5.1- Apports «théoriques » 25 1.5.2- Sorties à thème 27 1.5.3- «Rencontre du troisième (... sexe...) type» 28 1.5.4- Se servir de toutes les occasions pour parler de sexualité 29 Deuxième partie : Les représentations de la sexualité des adolescentes déficientes intellectuelles par leur entourage et l’incidence de celles-ci sur leur vie de tous les jours 35 II- L’adolescent déficient intellectuel et la sexualité ? ... Un adolescent, avant tout, avec ses besoins, sa maturation et ses désirs malgré ce que l’on imagine ! 36 2.1- La déficience intellectuelle 36 2.1.1- La déficience intellectuelle d’hier... 37 2.1.2- ... à aujourd’hui 39 2.2- Adolescence et puberté 42 2.2.1- Les modifications corporelles chez les adolescents 43 2.2.2- L’effervescence psychologique caractérisant cette période 44 2.2.3- Adolescence, puberté, sexualité et déficience intellectuelle 46 2.3- Sexualité, génitalité, affectivité de (tous les) adolescents 48 2.3.1- La sexualité, c’est quoi ? 48 2.3.2- Les différents types de comportements 49 2.3.3- Qu’en est-il de la vie affective des adolescents déficients intellectuels ? 51 2.4- Les représentations sur la sexualité des personnes déficientes intellectuelles 52 2.4.1- Les représentations que les parents se font de la sexualité de leur enfant déficient intellectuel 53 2.4.2- Les représentations sociales des éducateurs quant à la sexualité de la population qu’ils accompagnent 55 2.4.3- Les représentations que les adolescentes ont de leur propre sexualité 56 2.5- Une certaine considération de la personne déficiente intellectuelle : Une personne d’abord ! 57 2.5.1- Aplanir les différences ou la théorie de la normalisation 57 2.5.2- Reconnu par et dans la société : la valorisation des rôles sociaux 58 2.5.3- Réflexion autour de la qualité de vie 58 2.5.4- De l’apartheid à.… l’intégration : la loi de 1975 59 2.5.5- La promotion de la santé 59 Troisième partie : Que proposer aux adolescentes, leur parent pour que leur sexualité ne soit plus un sujet douloureux, tabou, fantasmatique ? 61 III- Perspectives d’actions, réflexion et apports 62 3.1- Qu’envisager pour que la sexualité ne soit plus un sujet tabou ? 64 3.1.1- (in)formations 64 3.1.1.1- « Parlez moi d’amour … » ou l’éducation sexuelle pour adolescentes déficientes intellectuelles 65 3.1.1.2- Un éducateur au clair avec LA sexualité 67 3.1.1.3- Une direction qui se positionne 69 3.1.1.4- Exemple d’un programme d’éducation sexuelle 70 3.1.1.5- La participation des parents 73 3.1.2- Et si on envisageait la mixité ? 75 3.2- Réfléchir au positionnement à adopter au quotidien pour un accompagnement de qualité 78 CONCLUSION 80 BIBLIOGRAPHIE 81

Catégorie: Mémoire Educateur spécialisé
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 03-12-2021
Historique du document:

0

Licence

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Accepter le terme et la condition

Documents associés

le contexte de l'emploi en france met une partie de la jeunesse en danger
le contexte de l'emploi en france met une partie de la jeunesse en danger
J’ai mis à profit mes trois années de formation pour comprendre comment l’exclusion touche les individus, et cela dans une approche multidimensionnelle ; c'est-à-dire ne pas uniquement me focaliser sur les situations d’exclusion, mais sur les processus qui ont conduit les individus à ces situations. Pour cela les apports théoriques des différentes disciplines (économie, sociologie, droit, …) m’ont été nécessaires pour faire constamment un lien avec la pratique que j’ai pu exercer sur les terrains de stage, et ainsi mieux articuler le sens du travail éducatif dans une approche pluridisciplinaire. De ce fait, j’ai pu aborder ma première année de formation en effectuant mon stage de découverte au SAMU SOCIAL de Lille. Celui-ci s’inscrit dans un groupement d’association contre l’exclusion appelé CMAO (Coordination Mobile d’Accueil et d’Orientation) et intervient au titre de l’urgence sociale. Sa mission première est de résoudre la problématique de l’hébergement dans le cadre d’un accueil d’urgence.
La visite à domicile dans le cadre d’une mesure d’assistance éducative
La visite à domicile dans le cadre d’une mesure d’assistance éducative
« Madame, Monsieur. Dans le cadre de l’exercice de la mesure d’aide éducative décidée par le Juge des enfants pour votre fille, je vous propose de vous rencontrer, à votre domicile, le 12 avril 2007 à 17h. Dans le cas où vous ne seriez pas disponible, merci de bien vouloir m’en informer afin que nous fixions ensemble un autre rendez vous ». On commence d’ores et déjà par un paradoxe. Un paradoxe, parce qu’en règle générale, on ne s’invite pas chez les gens. C’est une coutume, une pratique sociale qui convient que l’on choisisse ses hôtes, et qu’on les invite, de façon volontaire. Pourtant, ce paradoxe peut être légitimé par le motif d’une rencontre particulière entre les individus.
Les enfants errants de l’immigration.
Les enfants errants de l’immigration.

Aussi, il ne s’agira pas ici de tenter de traiter le problème de l’immigration en tant que telle, avec son cortège de tragédies, de difficultés et parfois de réussite. Il ne sera pas question non plus de décrire ni de proposer quelque alternative que ce soit à l’épineux problème des sans papiers. Ni même d’évoquer des corollaires du phénomène migratoire en terme d’intégration culturelle : port du foulard, la beur- génération etc.… . Il ne s’agira encore moins de proposer une solution à quoi que ce soit. Mais, plus humblement, de tenter en premier lieu de décrire une situation faisant problème. En effet nombre de ces images, fantasmées des enfants errants de l’immigration, prennent corps dans les couloirs des gares avant que de hanter les commissariats pour se voir, un soir, accueillir dans un foyer chargé de la protection de l’Enfance. Car il s’agira ici, de démontrer qu’un mineur est avant tout un enfant et seulement un enfant et qu’a ce titre là, il sera protégé quoi qu’il en soit de sa situation légale concernant ces papiers.

L'éducateur et les figures du paradoxe
L'éducateur et les figures du paradoxe

J’ai déjà eu à connaître au cours de ma carrière, et à d’autres moments, des épisodes d’ « effraction ». Le sentiment particulier et désagréable que quelque chose se passait à mon insu, sans trop pouvoir dire de quoi il retournait. Bien souvent, ce sont des évènements mineurs qui ne prêtent qu’à peu de conséquences.

Parfois, l’ « effraction » en question est insupportable dans la mesure où elle nous fait tenir un rôle malgré nous, un rôle dont nous ne voulons pas. Parfois, cette « effraction » permet d’accéder à des moments riches, formateurs, structurants, elle peut être une attaque psychique qui nous interroge sur nous mêmes dans notre rapport au monde.

Connexion

Educateur spécialisé

Abonnement

Recherche