LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Educateur spécialisé

L'éducateur spécialisé est un travailleur social qui participe à l'éducation d'enfants et d'adolescents dits inadaptés. Il soutient aussi des adultes présentant des déficiences physiques et/ou psychiques pour les aider à retrouver de l'autonomie.

Soutien aux toxicomanes

Soutien aux toxicomanes Les drogues ont toujours existé. Elles ont été utilisées autrefois pour soigner et soulager les soldats de leurs blessures de guerre en Occident. Chez d’autres peuples d’Asie ou d’Afrique, les drogues sont toujours considérées comme un usage culturel et convivial, ancré dans les coutumes du pays. Les drogues sont aujourd’hui en France et dans d’autres pays intégrées à notre vie quotidienne. Symptôme d’une incapacité à surmonter des difficultés d’origine relationnelle ou sociale, la toxicomanie n’est pas une maladie, mais une déviance qui condamne la vie d’une personne et l’instaure dans un processus de marginalisation. Cette dépendance à un produit peut-être traiter en aidant le toxicomane à aborder les problèmes qu’il croit résoudre avec la drogue. C’est dans cette perspective d’aide aux usagers de drogues, que l’association C accueille une population extrêmement marginalisée et dépendante de substances illicites. Cette structure aborde les problèmes liés à l’usage et travaille à la réduction des risques et à la réinsertion sociale et professionnelle.

Introduction I. Le Contexte du stage 1) Présentation générale de la structure 2) Présentation de la boutique et ses caractéristiques 1) Situation géographique 2) Organisation 3) Les différents espaces 4) Historique 5) Les statuts juridiques et administratifs 6) Le projet institutionnel 7) Le fonctionnement interne 8) Les différents intervenants 3) Caractéristiques des usagers 1) La situation 2) Les origines 3) L’âge 4) Les produits consommés 5) Les effets de la drogue sur la personne II. Restitution de l’expérience de stage 1) Découverte du monde de la toxicomanie 2) Mon implication au sein de la structure 3) Expérience originale menée par le stagiaire III. Analyse de la pratique professionnelle 1) Par rapport à l’institution 2) Par rapport aux usagers Conclusion Annexes Les mots de la drogue Les différentes mesures prises par la France pour lutter contre la toxicomanie I. LE CONTEXTE DU STAGE 1) PRESENTATION GENERALE DE L’ASSOCIATION C L’association C est un centre de soins pour toxicomanes crée en 1972. Elle intervient à tous les moments du parcours des toxicomanes et leur offre des soutiens diversifiés sur un plan thérapeutique, matériel et social. Cette association comprend plusieurs structures : · 1 centre d’accueil de jour. · 1 centre sanitaire de moyen séjour « La Pyramide ». · 11 studios et 1 appartement relais. · 4 appartements de coordinations thérapeutiques. · 1 réseau hôtelier. · 2 centres d’accueil de proximité « La Boutique », dont une des boutiques comprenant un espace mixte, un espace femmes et une antenne mobile. 2) PRESENTATION DE LA BOUTIQUE ET SES CARACTERISTIQUES. 1) Situation géographique : La boutique est un centre d’accueil de proximité pour usagers de drogues, implantée dans le 18ème arrondissement de P, près du métro "Marx Dormoy" et"La chapelle". L’emplacement de cette boutique est spécifique. Il tient lieu du déplacement de la population toxicomane, chassée de la place Stalingrad, vers le quartier de la Chapelle dans les années 1990. 2) Organisation : Cette boutique se constitue de trois espaces qui sont : · l’espace mixte, · l’espace femmes, · l’antenne mobile. Pour ces trois unités le travail est axé et s’articule autour des même objectifs et activités suivants : 1-l’accueil : La fonction d’accueil est primordiale dans la mesure où le reste du travail en dépend. Les membres de l’équipe accueillent les usagers, les écoutent et échangent avec eux sur leurs pratiques, sur leurs problèmes quotidiens et sur leurs conditions de vie. Les usagers ont accès aux diverses prestations offertes sur place (douches, café, machines à laver). 2-l’information et la prévention : Elles sont relatives aux pratiques à risques et à la réduction des dommages, et aux structures sanitaires et sociales, qui accueillent des usagers de drogues. Une information écrite se trouve à la disposition des usagers, cependant elle passe mieux par les échanges oraux qu’ont les intervenants avec les usagers. Le travail de prévention passe d’abord par les échanges avec les usagers autour des pratiques à risques liées à la consommation de drogue ou à la sexualité non protégée. Ensuite, et dans le même sens, intervient le programme d’échanges de seringues et la mise à disposition d’un ensemble d’outils de prévention (seringues, eau, tampons alcoolisés et préservatifs) 3-les prestations : Ø sanitaires : (hygiène, “douches, machines à laver et vestiaires”, soins de première urgence, consultations médicales). Ø sociales. : (hébergement temporaire à l’hôtel, démarches). Ø administratives : (lettres, coups de téléphones…). Ø juridiques : (démarches auprès de services judiciaires, aide sociale à l’enfance, centres pénitentiaires…). 4-les orientations : Ø sociales : Elles concernent principalement les questions liées à : l’hébergement, les rétablissements des droits sociaux (carte d’identité, sécurité sociale, domiciliation, revenu minimum d’insertion, Cotorep…). Ce travail s’effectue en partenariat avec les structures de droits communs concernées et les services spécialisés en toxicomanie. Ø Médicales : Elles concernent les hospitalisations des usagers et les demandes de substitution. 3) Les différents espaces : ¨ L’espace mixte : Cet espace est ouvert du lundi au vendredi de 10h45 à 13h et de 14h à 17h aux usagers de drogues. Il reçoit entre 50 à 90 personnes par jour. La très grande majorité des consommateurs de drogues qui fréquentent l’espace sont non sevrés. ¨ L’espace femmes : C’est un lieu d’accueil réservé exclusivement aux femmes toxicomanes, marginalisées, subissant des pressions provenant de leurs proxénètes, dealers, clients ou autres usagers de drogues. L’état de dégradation générale de ces femmes nécessite des soins spécifiques. Ce lieu est ouvert du lundi au vendredi de 12h à 13h et de 14h à17h. Il accueille entre 10 et 20 femmes par jour et permet à ces dernières de se détendre, de se reposer et de bénéficier des prestations offertes. Le travail d’orientation est spécifique dans cet espace. Il concerne : - la consultation gynécologique, - le dépistage, - le bureau d’aide sociale, - les foyers d’hébergements et les hôtels, - les autres associations et structures à caractère social ou médical. ¨ L’antenne mobile : Cette unité a pour objectifs d’établir des contacts avec les personnes les plus marginalisées, en situation de détresse physique et psychique, de diffuser des informations sur les maladies infectieuses en leur proposant un éventail de matériels de prévention, d’échange de seringues, d’assurer des soins infirmiers de première urgence et de lutter contre l’exclusion des usagers en favorisant leur accès aux soins. Cette unité intervient dans les 10ème,18ème et 19ème arrondissements de P. Elle a pour mission de repérer les lieux et d’aller vers une population plus ancrée dans la rue et qui a des difficultés pour venir dans les structures de proximité. 4) Historique : Loi du 31/12/1970 : Elle est relative aux mesures sanitaires de lutte contre la toxicomanie, à la répression du trafic et de l’usage illicite de substances vénéneuses. 1972 : Ouverture de l’association C. 1980 : Découverte du Sida. Des études mettent en évidence une corrélation entre les usagers de drogues et le nombre important de ces mêmes usagers contaminés par le virus du V.I.H. 1987 : Décret sur la vente libre des seringues. 1988 : Création d’une structure « Division Sida » dont l’un des rôles et d’organiser la prévention de la population toxicomane. 1992 : Modification de la loi de 1970. 28/07/1993 : Ouverture de la boutique du 18ème arrond de P. Plan gouvernemental de lutte contre la drogue en septembre 1993, en 5 mesures : 1&2&3&4&5& 1994 : Mise en place de l’espace femmes et de l’antenne mobile. 1994 : Modification de la loi de 1970 et 1992 par l’article 22-37. 1995 : Existence de 15 boutiques de proximité en France. 1995 : Circulaire relative aux orientations dans le domaine de la prise en charge des toxicomanes et définit des lieux de contacts « les boutiques ». 1996 : Une mission interministérielle contre la drogue et la toxicomanie est créée. Elle est chargée de veiller à l’application de cette politique et répartit les crédits entre les ministères concernés. 5) Les statuts juridiques et administratifs. L’association C relève de la loi du 01/07/1901, considérée comme une loi de liberté, qui a fait disparaître l’interdiction du droit de s’associer née de la loi Le Chapelier en 1791. Cette association déclarée d’utilité publique est à but non lucratif et est conventionnée par le Ministère de la Santé. Elle reçoit une dotation globale de financement du Ministère de la Santé pour ce qui concerne son rôle de prévention, et une subvention de la D.D.A.S.S pour ce qui concerne le fonctionnement de la structure et l’accueil des toxicomanes. 6) Le projet institutionnel. L’idée motrice du fonctionnement de la boutique passe par des objectifs : 1) Pédagogie de l’accueil. 2) Prévention. 3) Accompagnement. 4) Soins et orientations pour une population d’usagers de drogues vivant dans des conditions précaires. Ces objectifs à terme permettront d’approcher les toxicomanes actifs et de leur facilité l’accés aux soins dans des structures spécialisées. 7) Le fontionnement interne. Ø Les réunions d’équipe : Ces réunions ont lieu une fois par semaine, le jeudi matin. Elles permettent aux intervenants de se retrouver, d’échanger sur le travail qui a été amené pendant la semaine sur les différents usagers fréquentant les espaces. Le travail auprès de personnes toxicomanes étant particulièrement difficile, les réunions d’équipe permettent aussi d’exposer ses appréhensions, ses sentiments et de même d’organiser le travail éducatif et médical.
Categorie: Rapport de stage Educateur spécialisé
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 28-06-2019
Historique: 0
Extrait des conditions générales d'utilisation

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Conditions d'utilisation

Documents de même catégorie

Rapport de stage dans un centre de soin et d’éducation spécialisée du pôle enfance
Rapport de stage dans un centre de soin et d’éducation spécialisée du pôle enfance
Ce service intervient sur une zone de 40 km autour de B pour s'occuper d'enfants de 0 à 7ans présentant une déficience motrice avec ou sans troubles associés et polyhandicapés. Il intervient au domicile des enfants ainsi que sur les lieux d'intégrations (crèche, école, halte-garderie, etc…). L'association accueille ainsi aujourd'hui des enfants, des adolescents et des adultes avec une philosophie de respect des personnes handicapées, d'adaptation de l'accompagnement à leurs besoins et de mobilisation de leurs potentiels.
Rapport de stage au sein d’une Maison d’Accueil Spécialisée
Rapport de stage au sein d’une Maison d’Accueil Spécialisée
La communication non verbale et ses limites dans la compréhension
Certes, la communication ne peut pas toujours être idéale, il n’y a pas de réponses toutes faîtes pour une communication de qualité, c’est en fait un équilibre à créer, en un instant donné, avec une personne donné et la personne que nous sommes. Aujourd’hui, je me rends compte que dans l’accompagnement éducatif, peu importe la manière de communiquer, il faut adapter notre communication dans la temporalité pour plus d’efficacité, rechercher un équilibre dans la relation afin de créer un lien de confiance et se questionner constamment sur sa pratique professionnelle afin d’ajuster celle-ci. Comme le dit Carl Rogers « tout être est une île, au sens le plus réel du mot, et il ne peut construire un pont pour communiquer avec d’autres îles que s’il est prêt à être lui-même et s’il lui est permis de l’être »

En tant que stagiaire, j’ai trouvé que les activités proposées dans l’institution et le cadre déjà mis en place ne laissaient pas de possibilités de changements. Normalement, l’activité ne se fait pas à deux voix, en sortant du cadre habituel de l’activité nous avons provoqué chez Sarah une réaction étonnante. En imaginant que ma voix lui ai rappelé une voix familière, Sarah était peut-être dans du transfert. Cela signifie que les sentiments, les pulsions et les désirs qui apparaissent dans un moment présent et par rapport à une personne déterminée, ne peuvent être expliqués d’après les aspects réels de cette relation mais, en revanche en les référant au passé. Sarah est dans un mode de communication non verbal, il est difficile de pouvoir échanger avec elle sur ce qu’elle ressent vraiment et la difficulté majeure est d’interpréter trop vite. La communication non verbale se définit par le fait d’envoyer et de recevoir des messages sans passer par la parole, elle est basée sur la compréhension des signes non exprimés verbalement (gestes, mimiques, vocalises, expressions du visage, postures….).
Rapport de stage ES 2ème année en MECS
Rapport de stage ES 2ème année en MECS
Je souhaitais tout d’abord découvrir le secteur de la Protection de l’Enfance que je méconnaissais quasiment. Mon objectif était donc d’identifier le mode de prise en charge, la mission de l’institution, le rôle des intervenants extérieurs, des partenaires et des organismes de tutelles. Mais également de travailler avec les familles dans le soutien à la parentalité (autant que possible et que nécessaire), et de travailler enfin auprès des usagers cette « fameuse » RELATION EDUCATIVE, cette relation dite de confiance que l’éducateur doit savoir instaurer pour travailler avec un individu. Enfin dans le cadre de mon stage j’ai souhaité mettre en place un projet basé sur des temps en groupe de partage d’activités, balades, jeux, le tout pour passer un moment différent ensemble.
Stage en Maison d'Enfants à Caractère Social
Stage en Maison d'Enfants à Caractère Social
· Remerciements Je tiens à remercier tous les membres de l’équipe des Marmousets, qui m’ont très bien accueillie et m’ont presque intégrée à leur travail d’équipe, en me faisant participer à la vie quotidienne au foyer et en me laissant la liberté de prendre des initiatives par rapport à mes relations avec les enfants. Je leur en suis extrêmement reconnaissante. Je remercie également M. Hahn, qui m’a fait suffisamment confiance pour me permettre de faire un stage dans un lieu où il n’est pas évident pour l’équipe en fonction, comme pour les enfants, d’intégrer une nouvelle personne surtout pour une durée aussi courte.

Connexion

Educateur spécialisé

Abonnement

Recherche