LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Educateur spécialisé

L'éducateur spécialisé est un travailleur social qui participe à l'éducation d'enfants et d'adolescents dits inadaptés. Il soutient aussi des adultes présentant des déficiences physiques et/ou psychiques pour les aider à retrouver de l'autonomie.

Participation et expression des usagers accueillis en CHRS

Participation et expression des usagers accueillis en CHRS

Le CHRS où j’ai établi cette note souhaite encourager, dans le cadre de l’insertion socioprofessionnelle, différentes mesures dont l’expression de l’usager, ceci afin de favoriser l’apprentissage de la citoyenneté des personnes qui y sont accueillies. Cela en accord avec les principes énoncés par la Fédération Nationale des Associations de Réinsertion Sociale (FNARS), pour qui une des priorités est de leur permettre d’exercer leurs droits et leurs devoirs dès le début de leur hébergement, en vue d’un retour aussi rapide que possible au droit commun, en matière de logement, d’emploi, de santé, de vie familiale... Que “le droit à l’insertion passe en priorité par le respect ou la restauration de la citoyenneté des personnes en difficulté... Les populations accueillies ont droit au droit commun ; celui-ci est la règle de base, les aménagements apportés à cette règle devant être les plus limités possibles, transitoires, et susceptibles de recours ”. Également que les équipes éducatives s’engagent à travailler pour “inventer des formes adaptées d’expression et de participation dans l’établissement ”.

Les modalités en sont diverses, autant que sont diverses les personnes en détresse : certaines ne sont plus socialisées de façon “normale” depuis des mois, d’autres depuis des semaines. Imposer une forme unique de participation des usagers à la vie de ces établissements serait manquer de réalisme, et se fixer des règles inapplicables. Mais toutes les associations recherchent des formes d’expression et de participation adaptées à leur réalité. La diversité des formes de participation financière des hébergés en CHRS peut servir de comparaison dans cette démarche : dans les deux cas, les modalités retenues doivent respecter la dignité et le libre arbitre de l’usager et faciliter sa progression vers la citoyenneté. Je suis en accord avec ces principes, je pense également que l’éducateur ne saurait pas faire son travail sans un conseil d’établissement ou des lieux multiples de concertation avec les hébergés, et bien d’autres travailleurs sociaux ont vécu cette expérience. L’expression, la prise d’initiatives, la participation des usagers des établissements et structures sont des moyens irremplaçables dans une démarche d’insertion, vers l’autonomie. En même temps, il peut arriver que des résidants qui revendiquent haut et fort qu’on leur donne des responsabilités, peuvent se trouver accablés devant des difficultés qui les dépassent. En tant que salarié, on peut hésiter parfois à s’exprimer devant son employeur ou s’exprimer de façon inutilement agressive ; on imagine les hésitations et les violences intérieures d’un hébergé qui peut se retrouver sans ressources et sans abri si un conflit mène à son expulsion. Le respect des droits des résidants ne s’accommode pas de simplismes, et remet en cause bien des fausses évidences. Droit d’avoir leur clé et de rentrer tard s’ils le souhaitent, oui mais pas si cela aboutit à du tapage nocturne et des bagarres... Droit de conserver ses objets personnels, oui mais pas s’il s’agit d’armes... Droit de gérer son argent et ses médicaments, oui mais pas si cela mène à un suicide involontaire... Alors, peut-on négocier le règlement intérieur, élire librement des délégués ? Le problème de la durée est aussi un handicap évident : certains des usagers des CHRS ne font que passer. Mais se posent aussi des problèmes plus fondamentaux, car la prise de parole et d’initiative des usagers modifie nécessairement la conception des rôles de chacun et la répartition du pouvoir. Dans la structure où j’ai effectué cette note, les usagers vivent une tension permanente entre le besoin d’aide sociale et la volonté de bénéficier du droit commun. Parce qu’ils sont divers, que leurs problèmes, leurs envies, leurs possibilités ne se ressemblent pas d’une personne à l’autre, cette tension se concrétise sous d’innombrables formes... Le respect des droits des résidants interroge aussi les devoirs des intervenants, qu’ils soient bénévoles ou salariés. Devoir d’aider les personnes en détresse, oui mais pas de leur fabriquer une solution à tout pris. Devoir d’insérer les exclus, oui mais pas de leur imposer un projet non partagé. Devoir de protéger les plus démunis, oui mais pas de les enfermer dans un cocon qu’ils ne parviendront plus à briser. Alors, peut-on éduquer sans infantiliser des adultes ? La relation professionnelle qui s’instaure, à caractère pédagogique, n’efface pas le devoir civique de reconnaissance d’une personne dans sa dignité. Réfléchir à l’expression, la prise d’initiatives, la participation des usagers des établissements et structures, c’est toucher au plus profond de nos pratiques quotidiennes, au coeur même du travail social, la relation entre l’intervenant et la personne accueillie. Mais c’est aussi renouveler le sens de ce travail, en acceptant de ne pas avoir la certitude et de chercher à faire mieux, en retrouvant dans les populations accueillies des personnes riches de leur individualité. Vouloir l’expression, la prise d’initiative et la participation des usagers va, il est vrai, à contre-courant d’une société où la tendance est au repli individualiste plus qu’à l’expression collective. Mais la tendance est aussi à l’exclusion. Le passage en CHRS favorise-t-il l’insertion, en incitant à l’expression, à la prise d’initiative et à la participation de l’usager à la vie de l’établissement ? Et en quoi, au juste, constituent l’expression, la prise d’initiative et la participation ? Et quels sont les dysfonctionnements rencontrés ? Cette réflexion sur ce thème présentera dans un premier temps les bases fondatrices de la démarche participative des usagers, pour ensuite s’appuyer sur une enquête de la F.N.A.R.S. de 1996, qui me permettra d’aborder les difficultés et obstacles liés à cette démarche, et je terminerai cet écrit par la proposition d’un projet d’élaboration et de conduite d’un échange institutionnel participatif issu de mon expérience professionnelle. 1. PRÉSENTATION DE L’ÉTABLISSEMENT Cette note a été rédigée dans un CHRS. L’établissement est situé à P, il accueille un public de jeunes garçons et filles (18 résidants) de 18 à 28 ans, en difficulté mais désireux de trouver une formation, un travail, un logement, une vie sociale, une occasion de reprendre souffle dans un parcours difficile. Créée par l’association D J, l’association L F R gère le CHRS du même nom. Le CHRS L F R a ouvert ses portes le 5 avril 1993. Il accueille 18 jeunes (12 garçons, 6 filles) en difficultés sociales (rupture familiale, SDF, sortie de prison...). Par ailleurs, l’Association loue ces quatre studios où sont hébergés actuellement deux jeunes femmes et deux jeunes hommes. L’accompagnement social est réalisé par l’équipe.

Catégorie: Rapport de stage Educateur spécialisé
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 24-02-2021
Historique du document:

0

Licence

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Accepter le terme et la condition

Documents associés

Stage découverte : foyer départemental
Stage découverte : foyer départemental
En formation d’éducateur spécialisé depuis quelques mois et ne justifiant que de quelques courtes expériences dans le secteur social, j’ai choisi de faire mon stage auprès du public de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE). Ce public sujet à de nombreuses difficultés sociales m’a semblait intéressant pour une première approche du milieu. De plus, l’ensemble de l’ASE est un maillon important du secteur social en France. J’attendais donc de pouvoir en découvrir le fonctionnement général. Mon choix s’est orienté vers un foyer départemental de l’enfance : se situant au confluent des nombreux partenaires de l’ASE, ce type d’établissement m’intéressait plus particulièrement car je souhaitais découvrir le rôle de l’éducateur d’internat, la spécificité de la prise en charge en institution et le fonctionnement global d’un tel foyer. Mon envie de connaître le secteur adolescents m’a amené à effectuer mon stage dans un service de jeunes filles âgées de 14 à 18 ans. Il s’agît d’un souhait motivé par la méconnaissance que j’ai j’avais alors de ce public malgré un projet professionnel en lien avec celui-ci.
Stage en ITEP
Stage en ITEP
J’ai effectué mon stage de découverte n°1 en I.T.E.P. (Institut Thérapeutique, Educatif et Pédagogique) (décret n° 2005-11 du 6 janvier 2005). L’établissement a été crée pour recevoir des enfants présentant des troubles du comportement et de la conduite. Ils ont une intelligence « proche de la normale » et n’ont pas de pathologies. Il est essentiellement sollicité pour la prise en charge de garçons dont la pathologie s’exprime de la façon la plus insupportable et la moins supportée, par de très grandes difficultés à accepter les contraintes, ou apprécier les plaisirs d’une vie en société. Exclusifs ou tyranniques à l’égard des parents et des proches, ils présentent une absence totale de limites avec son cortège d’agressivité, de violence et d’échecs scolaires et relationnels.
Stage découverte à l’EEAP (Etablissement Pour Enfants et Adolescents Polyhandicapés
Stage découverte à l’EEAP (Etablissement Pour Enfants et Adolescents Polyhandicapés
Durant ce stage, j’ai été amené à faire des toilettes ou des changes à des usagers. C’était une expérience nouvelle pour moi, les deux premières fois, j’étais un peu gêné devant la nudité des ces personnes. Lors de mes premiers contacts durant les toilettes, j’étais assez hésitant dans mes gestes. Je m’aidais en regardant sur le professionnel qui était à mes côtés pour bien installer la sangle du lève personne afin qu’il ne se produise pas d’accidents si une sangle venait à se détacher. Au premier abord, je me disais que l’éducateur spécialisé n’avait aucune utilité à effectuer des toilettes, que cela n’était pas son travail, mais seulement celui des aides médico-psychologiques. Mais je me suis très vite aperçu que ces temps d’intimités étaient des moments privilégiés qui permettaient d’instaurer une relation de confiance avec l’usager.
Rapport de stage dans un CHRS
Rapport de stage dans un CHRS
La première prise de contact avec le majeur protégé est primordiale, elle permet de fixer les grandes lignes de la prise en charge mais également de commencer à tisser une relation de confiance. J’ai pu constater lors de mon passage au C.H.R.S. combien cela était vrai. Un entretien d’accueil qui se déroulait mal aboutissait souvent à une prise en charge difficile car un antagonisme s’était crée. Le public accueilli sollicitait le foyer mais c’était quasiment toujours une solution par défaut.

Connexion

Educateur spécialisé

Abonnement

Recherche