LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Educateur spécialisé

L'éducateur spécialisé est un travailleur social qui participe à l'éducation d'enfants et d'adolescents dits inadaptés. Il soutient aussi des adultes présentant des déficiences physiques et/ou psychiques pour les aider à retrouver de l'autonomie.

Pour une psychopédagogie de l'etonnement : de l'interêt de l'étonnement dans la relation éducative

Pour une psychopédagogie de l'etonnement : de l'interêt de l'étonnement dans la relation éducative

Dans mon cheminement personnel et professionnel l’étonnement et la surprise ont toujours tenu une place importante. Mais c’est en rencontrant les enfants reçus au Centre Médico-PsychoPédagogique (CMPP) de Bagatelle ainsi que le personnel qui les accompagne qu’il m’a été permis de penser que l’étonnement pouvait constituer un outil pertinent de l’éducateur et être le fil conducteur d’une positon professionnelle à travailler. En effet, c’est en juin 2002 que je débute mon stage à responsabilité éducative au CMPP de Bagatelle. Je suis supposée y rencontrer des enfants qui manifestent des troubles du comportement et de la personnalité ayant des répercussions sur leur vécu scolaire. Or, lors de mes premiers jours dans ce lieu, j’y ai rencontré des enfants qui me paraissaient tout à fait « ordinaires ». Certes, leur langage n’était pas châtié, certes leurs histoires n’étaient pas celles de tous les enfants. Mais celui-là qui a tenté d’étrangler son camarade de classe, je l’ai vu rester tranquillement assis prés d’une demi-heure pour écouter un conte. Ces quatre-là qui ont régulièrement des problèmes de comportement au collège, je les ai vu se raconter leurs histoires belliqueuses autour d’un thé et de petits gâteaux. Celui-là qui passe son temps à se défendre parce qu’il croit toujours qu’on l’agresse, je l’ai vu éclater de rire quand je l’ai arrosé au pistolet à eau quand il est sorti de l’épicerie. Quant à ce petit qui ne sait même pas compter, je l’ai vu trouver en un clin d’œil la clé qu’il lui fallait pour dévisser le boulon de son vélo. Ces enfants m’étonnent….Dés le premier jour je me demande ce qu’il y a de si différent ici pour que ces enfants puissent se montrer si loin des discours qui s’entretiennent sur eux. Et je me dis que pour que ces enfants m’étonnent, c’est peut-être qu’eux-mêmes sont étonnés par ce lieu et par ces personnalités qu’ils rencontrent au CMPP, par cet espace dans lequel on les pense peut-être différemment, dans lequel on leur propose des choix différents, dans lequel on leur dit des mots qui ne prennent pas le même sens qu’ailleurs. Mais on peut comprendre que l’on arrive pas en troisième année de formation au CMPP de Bagatelle en se disant que l’on va écrire un mémoire sur l’étonnement. Il a fallu pour cela que j’observe ses effets à plusieurs reprises dans mes différentes expériences professionnelles. Il y a d’abord eu cette petite fille atteinte d’un autisme grave et qui, malgré les suspicions qui portent sur l’autisme quant à la faculté d’adaptation aux repères spatio-temporels, c’est en jouant autour de l’imprévu et de l’inattendu qu’elle a pu structurer quelque chose de ces repères. Et puis il y a eu ces adolescents déficients mentaux que j’ai rencontré lors de mon premier stage de découverte et qui, tous les jours m’ont étonné par leurs capacités à rendre le quotidien plus agréable par leur humour. Il y a ensuite eu cette personne SDF qui jouait étonnamment bien de la guitare un dimanche après-midi devant un marchand de tabac et à qui j’ai laissé penser par des remerciements sincères que c’était lui qui apportait du bonheur aux pauvres quidams dépendants qui s’agglutinaient devant la boutique. Et puis, l’étonnement c’est aussi cet adulte psychotique qui effrayait les animateurs du centre de vacances et de qui j’ai pu approcher en me contentant de l’imiter. L’étonnement, enfin, c’est cette stagiaire qui fait parler pour la première fois depuis longtemps un enfant en lui soutenant que, dans sa bande-dessinée préférée, le chien s’appelle Tintin et que son maître se nomme Milou… Cependant, il ne s’agit pas de faire de l’étonnement tout azimuts. L’étonnement n’est pas une activité, c’est une posture particulière qui pour remplir son rôle et être apprécié à sa juste valeur doit être mutuel et partagé. Mais dans cet espace qu’est le CMPP et qui reçoit des enfants dont on dit à l’extérieur (à l’école, dans le quartier…) qu’ils sont des « diables », quelle position l’éducateur peut-il tenir pour accompagner ces enfants dans des attitudes différentes de leur conduite habituelle ? Un travail de recherche s’appuyant sur différentes théories (philosophique, pédagogique, psychologique et psychanalytique), m’a permis d’émettre l’hypothèse suivante : Par son fonctionnement particulier et les médiations variées et originales proposées aux enfants, le dispositif d’accueil éducatif du CMPP peut se concevoir comme un espace propice à l’étonnement de tous les acteurs. C’est cet espace d’étonnement possible qui peut créer une ouverture dans les représentations symptomatiques de l’enfant afin de l’amener à penser que les choses peuvent être autrement et ainsi d’accéder à une position de sujet. Consciente d’avoir choisi un sujet dont le terme principal est à travailler théoriquement, je commencerai par faire un détour sur son histoire et sur la façon dont la philosophie, la psychologie cognitive et la pédagogie se sont saisis de ce terme. Dans un deuxième temps, à travers une présentation de la structure où j’ai été en stage et des enfants qui y sont reçus je voudrais préciser comment l’étonnement peut tenir une place intéressante au sein-même des axes de travail et des problématiques rencontrées. Enfin, sous la forme d’un journal professionnel et à travers les différentes fonctions de l’étonnement, je proposerai dans un troisième temps, en m’appuyant sur des éléments théoriques et de terrain, une argumentation propre à tester mon hypothèse. Je ferai ainsi part d’expériences par lesquelles j’ai pu éprouver ma position de manière autonome.

L’idée que mon sujet de réflexion soit trop intuitif et trop abstrait pour être travaillé sans le sens d’une perspective psychopédagogique de l’éducateur, je dois l’avouer, m’a effleuré. Il m’a donc fallu, dans un premier temps « légitimer » et « circonscrire » cette intuition qui me semblait bien fondée, à l’aide de la recherche théorique. Cette démarche de recherche m’a permise de me replonger dans la philosophie et de me souvenir d’elle comme la mère de la réflexion pédagogique et éducative. Les recherches en pédagogie m’ont permises de redéfinir le besoin de sens jailli de l’étonnement comme une condition fondamentale à toute avancée, à toute évolution. Pour les enfants en difficulté que nous rencontrons au quotidien, il est important de garder à l’esprit que le besoin de sens s’exprime quand il peut être entendu comme un besoin de plénitude, besoin de s’insérer dans un environnement fiable et sécure dans lequel il lui sera possible de puiser l’énergie nécessaire pour surmonter cette première étape de mise en branle de la pensée qu ‘est l’étonnement. Il semble également tout autant essentiel de reconnaître dans le besoin de sens des enfants la rupture, la faille dans l’univers habituel et l’échec de l’égocentrisme pré-réflexif. Cette rupture c’est le propre de l’étonnement car c’est par lui que ce que l’on croyait connu au point de passer pour évidence et de donner matière à pédagogie répétitive peut prendre le bon sens à contre-pied. Ainsi, par l’étonnement, la pensée enfantine accède intuitivement et à son rythme à la conscience de sa position de sujet et s’ouvrent, alors, des possibles de progrès. A partir du moment où l’on desserre l’étau qui fait qu’on a plus qu’une solution, on en offre d’autres. Ainsi, l’enfant comprend que le monde ne se réduit pas à ce qu’il vit et qui lui est permis de choisir dans l’éventail des possibilités qui s’offrent à lui. Parmi ces possibilités, celle de se séparer psychiquement pour rencontrer différemment. En effet, ce n’est qu’avec ce vide que révèle l’étonnement que le désir, preuve de l’existence du sujet responsable, peut renaître. Il s’agit alors pour l’éducateur qui travaille auprès d’enfants en difficultés, scolaires notamment, de favoriser l’étonnement, l’envie de savoir, de savoir être, de savoir-faire, car c’est la culture de l’étonnement qui pourra entretenir et enrichir une ouverture intellectuelle indispensable à tout progrès. Alors, l’enfant pourra vivre autrement son temps à l’école et, par là même, améliorer son image de celle-ci. Néanmoins, pour que cela soit possible il faut créer un cadre à cette rencontre entre l’enfant et l’éducateur. Dans ce cadre que l’on nomme espace éducatif, espace médiateur, il s’agit d’accepter l’enfant tel qu’il est, dans ses difficultés présentes et de susciter son étonnement en donnant aux troubles du comportement qui résultent de sa problématique, la chance de s’exprimer afin qu’ils puissent être remaniés. Ainsi, l’espace éducatif et ses acteurs tolèrent le symptôme de l’enfant tout en lui proposant de s’insérer dans cette ambiance libératrice et exprimer son angoisse par la parole et non plus par l’action. C’est dans cette perspective qu’il s’agit de savoir accueillir la nouveauté, l’imprévu, de savoir provoquer le hasard et de s’attacher à repérer ce petit quelque chose qui n’est pas comme d’habitude et dont il convient de se saisir. Ceci semble être le principe même de ce qui se nomme la « métis grecque » que l’historien J.P Vernant définit comme une « prudence avisée ». La métis grecque a pour élément principal le « Kairos » qui est le sens de l’opportunité. Au temps des Grecs, elle était utilisée pour décrire les savoirs et pratiques qu’il convient de mettre en œuvre dans des configurations sociales très instables (telles les compétitions). Dans cet écrit il est également question de l’étonnement de l’éducateur comme élément essentiel pour permettre à l’enfant de se sentir regardé autrement. Ainsi, on peut penser que toutes nos activités de soin c’est montrer que l’autre a quelque chose à voir de différent en lui offrant une continuité qui ouvrira des possibles au sein des mécanismes de défense. Par le travail d’élaboration sur les phénomènes transférentiels et contre-transférentiels, en étant libres à l’intérieur de nous-mêmes pour accueillir l’enfant, on lui permet de penser qu’il nous fait réagir différemment. Il s’agit alors de garder de la fraîcheur, de conserver une capacité à déranger les stéréotypies institutionnelles tout comme celles des enfants et de guetter les déséquilibres où quelque chose peut advenir. En acceptant d’être étonné par les enfants, avec l’écoute et l’intuition qu’il faut, la surprise peut être grande… Je dois également dire que le lieu où j’ai réalisé mon stage m’a donné la chance d’entrevoir cette réflexion sur l’étonnement comme quelque chose d’essentiel, cependant une question subsiste : que se passe-t-il quand l’éducation n’a plus les espaces progressivement élagués pour pouvoir se déployer et construire des projets de découverte et d’étonnement ? Que se passe-t-il quand les projets individualisés ne laissent plus de place à l’étonnement, quand la question de l’évaluation et des pathologies diagnostiquées devient trop prégnante et enfermante ? Il faudrait se poser la question de comment ne pas se départir d’une psychopédagogie de l’étonnement. Enfin, je dois ajouter que l’étonnement ne fait pas tout et qu’au CMPP on ne passe pas notre temps à décaler des enfants. On met du jeu… Mais il m’a semblé important, ici, pour affirmer ma position professionnelle, de réfléchir à la question de l’étonnement comme ce qui succède à la surprise et qui, à la passivité qui agresse les enfants que nous rencontrons, intègre l’activité naissante de la recherche psychique et intellectuelle. Ce moment fondamental pour la pensée est tout d’abord celui où le monde apparaît dans son altérité radicale, puis, c’est ensuite le moment où le sentiment d’impuissance intérieure et d’étrangeté permet aux enfants de faire l’expérience de leur psychisme incarné. C’est dans l’étonnement que la conscience peut faire l’apprentissage d’elle-même et prendre une juste mesure de sa situation et de sa valeur.

Catégorie: Mémoire Educateur spécialisé
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 12-10-2022
Historique du document:

0

Licence

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Accepter le terme et la condition

Documents associés

L'écoute dans la relation éducative
L'écoute dans la relation éducative

La question centrale de mon mémoire est, rappelons-le, de savoir en quoi l’écoute tient une place si importante dans notre travail qu’il faille demander aux futurs éducateurs et autres travailleurs sociaux de posséder cette capacité d’écouter autrui.

Répondre ainsi de but en blanc à cette question n’est pas possible ! Tel un détective privé se lançant sur une première piste, j’ai décidé dans cette première partie de mon travail, de définir ce terme d’écoute afin de savoir ce à quoi il renvoyait et pourquoi tout simplement il existait ! L’écoute, est ce un « mot–valise » qu’il est de bon ton d’employer ou au contraire est- ce quelque chose de bien spécifique ?

Positionnement de l'éducateur auprès de jeunes en recherche d'autonomie
Positionnement de l'éducateur auprès de jeunes en recherche d'autonomie
Les objectifs globaux de l’institution visent l’épanouissement de chaque enfant et adolescent en leur apportant les moyens de réduire leur handicap et leurs troubles, de combler leurs lacunes, de constituer leur personnalité, mais aussi leur insertion sociale et professionnelle dans les meilleures conditions possibles. Ils consistent aussi à leur apporter un bien être, de leur permettre d’accéder à l’autonomie, en leur offrant soutien, compréhension, sécurité. Parmi les adolescents que je côtoie à l’IMpro, une dizaine de jeunes ayant une réussite scolaire favorable suivent une formation sous contrat d’apprentissage en vue de passer un C.A.P. (Certificat d’Aptitudes Professionnelles). Ces jeunes, parmi les plus âgés du groupe, sont dans une bonne démarche d’accession vers l’autonomie et revendiquent davantage de liberté, d’indépendance.
Exclusion et valeur du travail
Exclusion et valeur du travail

« Moi monsieur, sérieusement je n’ai plus de projet, les stages j’en ai marre, de toute façon je trouve pas de boulot, alors maintenant la seule chose que j’attends c’est le R.M.I. » Ce constat abrupt et désabusé a été fait par un jeune âgé de 20 ans lors d’un entretien effectué durant mon deuxième stage de découverte au sein d’un hôtel d’hébergement temporaire. « Je suis surpris par le nombre de questions que vous me posez. Avant, dans les autres endroits où j’ai travaillé, en Contrat Emploi Solidarité , il n’y avait pas des entretiens tout seul comme ça, où l’on cherchait à savoir ce qu’on avait dans la tête et ce que l’on voulait faire après ! ». Cette remarque a été formulée par un usager de 45 ans, lors de notre premier tête-à-tête dans le cadre de l’accompagnement social institué par l’association Actif Insertion lors de mon stage à responsabilité éducative.

Les processus d’exclusion affectant les SDF
Les processus d’exclusion affectant les SDF
Dans cet écrit, je souhaite approfondir les processus d’exclusion affectant les gens de la rue, appelés communément « Sans Domicile Fixe 1», que j’ai pu rencontrer dans un contexte de relation éducative lors de mon premier stage de découverte dans un service de prévention de rue, rattaché à un CHRS2. L’accompagnement professionnel s’est concrétisé autour de mes représentations du public, celles d’une institution et des dispositifs éducatifs mis en place pour répondre aux problématiques liées à l’errance. Qui sont-ils, mais aussi quels facteurs pluridimensionnels viennent alimenter ces processus d’errance ? Comment en tant que future professionnelle vais-je pouvoir accompagner ces personnes dans une possible reconstruction? Quels sont les dispositifs qui permettent à une personne en errance de pouvoir s’ancrer dans une normalité sociale ?

Connexion

Educateur spécialisé

Abonnement

Recherche



Derniers Docs Educateur spécialisé

Les plus vus - Educateur spécialisé

Les plus téléchargés - Educateur spécialisé