LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Educateur spécialisé

L'éducateur spécialisé est un travailleur social qui participe à l'éducation d'enfants et d'adolescents dits inadaptés. Il soutient aussi des adultes présentant des déficiences physiques et/ou psychiques pour les aider à retrouver de l'autonomie.

L'internat pour jeunes sourds : un lieu pour s'entendre ?

L'internat pour jeunes sourds : un lieu pour s'entendre ?

C’est tout naturellement que je suis entrée en formation d’éducateur spécialisé. Mes activités d’enfant et d’adolescente, l’éducation que j’ai reçue m’y ont conduite avec évidence. Ma famille m’a transmis une ouverture d’esprit certaine et surtout une grande curiosité du monde qui nous entoure et des gens qui y vivent. De nombreux voyages et des relations multi-culturelles m’ont amenée à appréhender naturellement la différence, à l’accepter et à m’en enrichir. C’est, sans aucun doute, cet aspect de mon éducation qui m’a donné l’envie de m’orienter vers une profession sociale. Le fait d’avoir beaucoup travaillé en colonie de vacances et d’avoir eu l’occasion d’encadrer des enfants atteints de maladies ou de handicaps mentaux (dans le cadre d’une activité équestre) et, de ce fait, de côtoyer des éducateurs spécialisés, m’a fait choisir, plus particulièrement, ce métier. Avant d’entrer à l’IRTESS de Dijon, je m’étais fixé un parcours de formation. Je souhaitais tout d’abord travailler auprès d’adultes atteints de handicap mental (pour avoir déjà côtoyé des enfants déficients mentaux, je m’interrogeais sur ce que leur proposaient les services médico-sociaux lorsqu’ils devenaient adultes).

Ensuite, j’étais attirée par la communauté sourde que je connaissais déjà pour pratiquer la Langue des Signes Française (LSF) en association, depuis plusieurs années. Touchée par la problématique des enfants handicapés en général, et des sourds en particulier, ce n’est pas par hasard que je m’étais fixé comme objectif de travailler dans une institution pour jeunes sourds lors du stage long. Outre ma connaissance de leur langue et de leur communauté, je souhaitais mieux connaître le parcours de vie (et de développement) des personnes sourdes que je ne côtoyais qu’adultes.

Pour des raisons d’organisation, je n’ai pu choisir le lieu de mon premier stage. J’ai été accueillie à l’Institut Médico-Professionnel Vesvrotte à Beire le Chatel (21) pendant trois mois. J’y ai travaillé avec un groupe d’adolescents présentant de graves troubles de la personnalité (psychoses, autisme). J’y ai appréhendé une population que je ne connaissais pas. Mes représentations des enfants atteints de psychoses graves ont changé : je ne pensais pas que l’on pouvait établir une réelle relation avec ces jeunes. Pour mon second stage, j’ai passé quatre mois au Centre d’Aide par le Travail Ste Anne à Dijon (21) où j’ai côtoyé des adultes atteints de déficience intellectuelle, parfois associée à une maladie mentale. Lors de ce stage j’ai monté un projet basé sur l’activité « danse ». Pendant quatre mois, j’ai mené seule ce projet auprès de quatre adultes choisis pour leurs propres envies et motivations.

Une telle entreprise m’a permis de mieux comprendre la problématique de ces adultes, mais aussi d’être confrontée à des responsabilités de professionnelle. Enfin, cette année, je suis allée en stage à l’Institut de Jeunes Sourds (IJS) de Bourg-en-Bresse. J’ai choisi ce lieu de stage car la prise en charge qui y est proposée aux jeunes répondait à mes attentes. L’IJS propose à des enfants, adolescents et jeunes adultes sourds (de 3 à 20 ans), un enseignement adapté à leur handicap (de la maternelle à la formation professionnelle), dans des classes spécialisées ou en intégration. Ce type de structure étant rare en France, l’IJS accueille des jeunes venant de loin dans son internat de semaine. C’est dans cet internat que j’ai effectué mon stage d’année terminale de formation d’éducateur spécialisé. Je souhaitais approfondir ma connaissance de la population sourde et mettre en pratique ce que j’avais déjà appris à son sujet. Mon stage s’est déroulé du 5 juin 2000 au 31 mai 2001. Le premier mois m’a permis de découvrir l’établissement : les jeunes accueillis sont répartis dans différents groupes de vie au sein de l’internat (cinq). J’ai profité des premières semaines (jusqu’aux vacances d’été) pour passer un peu de temps dans des groupes différents.

J’ai ensuite choisi celui avec lequel je travaillerais les mois suivants. A la rentrée scolaire 2000/2001, en regardant tous ces jeunes vivre au sein de l’internat de l’IJS, je me suis posé plusieurs questions. Je me suis demandé si j’aurais moi-même accepté d’être séparée de ma famille pendant la semaine et d’avoir un espace de liberté aussi restreint, dès l’âge de 3 ans. C’est en effet ce qui me frappait alors. Je pensais que l’internat était plutôt synonyme de souffrance pour ces jeunes dont le seul handicap semblait, à première vue, résider dans leurs difficultés à communiquer dans une société majoritairement entendante et oralisante. Puis je me suis rendu compte que certains adolescents ou certaines familles préféraient l’internat à l’externat, sans avoir pourtant de problèmes de transports quotidiens. Par ailleurs, d’autres parents, au départ peu enjoués par la perspective de voir leur progéniture s’éloigner d’eux la semaine (ou une partie de la semaine), se disaient par la suite satisfaits de l’influence de l’internat sur leur enfant.

J’ai été également étonnée de remarquer que les rentrées scolaires étaient plus synonyme de retrouvailles que de chagrin. Après la rentrée de septembre où j’ai aperçu un enfant pleurer dans les bras de ses parents, je n’ai plus assisté à ce type de scènes lors des autres retours de vacances. Ces observations m’ont fait prendre conscience qu’il était nécessaire de réfléchir sur les tenants et les aboutissants de l’internat. Mon questionnement a donc évolué pour faire l’objet de la problématique de ce mémoire. Je me demande aujourd’hui si l’internat spécialisé est un facteur de développement positif pour les jeunes sourds. Pour répondre à cette question, il me semble tout d’abord indispensable de présenter la population concernée. C’est ce que je ferai dans une première partie où j’exposerai les aspects cliniques de la surdité, les différents modes de communication à la disposition des personnes sourdes et l’historique de leur prise en charge de l’Antiquité à nos jours.

Je tenterai aussi d’expliquer la notion de communauté sourde. Une seconde partie sera consacrée à la présentation de l’IJS de Bourg-en-Bresse : la population accueillie, ce que l’institution lui propose, le fonctionnement de l’IJS et les principales valeurs sur lesquelles elle s’appuie. Une telle description permettra tout d’abord de donner un exemple d’institut pour sourds, mais aussi de définir le cadre dans lequel je vais mener ma réflexion. La troisième partie de ce mémoire concernera les besoins spécifiques aux jeunes sourds : un parallèle entre la psychologie du développement de l’enfant et de l’adolescent (entendant), et les difficultés que le jeune (enfant et adolescent) sourd rencontre lors de son propre développement, me permettra de définir ses principaux besoins. Il me semble en effet essentiel de mener une analyse approfondie qui définisse ces besoins pour pouvoir déterminer si l’internat y répond. Au vu de tous ces éléments je formaliserai une hypothèse de compréhension précise par rapport à la problématique, et je tenterai, dans une quatrième et dernière partie, de valider cette hypothèse.

Catégorie: Mémoire Educateur spécialisé
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 18-05-2022
Historique du document:

0

Licence

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Accepter le terme et la condition

Documents associés

Le polyhandicap : de la découverte à la qualité de vie
Le polyhandicap : de la découverte à la qualité de vie

Aborder la problématique du polyhandicap et ce, dans le cadre d’un développement de qualité de vie peut paraitre ambitieux. En effet, il s’agit d’abord de prendre conscience de la connaissance de soi-même, de ses limites, pour aborder une relation d’aide, adéquate à la personne polyhandicapée. Ensuite, partir à la découverte de l’autre, considérer l’autre avec ses différences, ni plus, ni moins que soi-même. Voilà la base pour développer tous les outils qui sont à notre portée.

« Vous n'avez pas besoin d'être handicapé pour être différent, car nous sommes tous différents. »Là réside la finesse dans l’accompagnement  de l’éducateur : observer, prendre en considération les différents besoins, les capacités possibles et personnelles de chacun en partant des besoins individuels pour en faire un épanouissement, et développer celui-ci, si possible dans le quotidien. 

Quels sont les outils que l’éducateur spécialisé peut mettre en place afin d’améliorer la qualité de vie des personnes polyhandicapées en fonction de leurs capacités et de leurs besoins ?

Les jeux de console, une expression de modernité
Les jeux de console, une expression de modernité

Un phénomène économique, social, s'amplifie et se médiatise, de plus en plus, depuis le début des années 80. Aujourd'hui, à la fin des années 90, nous pouvons dire que le phénomène s'est imposé dans notre environnement quotidien, mettant ainsi un terme à une première période d'expansion. A l'aube de l'an 2000, les jeux vidéo se sont répandus sur l'ensemble de la planète, profitant des dernières innovations technologiques. Pourtant, tous les initiés nous disent que nous n'en sommes qu'à la « préhistoire » des jeux vidéo. Au-delà de l'émergence d'un phénomène de masse, nous ne pouvons ignorer que les jeux vidéo ont essentiellement un public d'enfants et d'adolescents. Mais les enfants grandissent et les jeunes des années 80 sont aujourd'hui devenus des adultes qui utilisent, créent et améliorent des concepts de jeux de plus en plus attractifs. Le fait est que les individus passent de plus en plus de temps à jouer ou à utiliser des logiciels.

Les enjeux de la citoyenneté dans le Conseil de la Vie Sociale pour les usagers des I.M.E.
Les enjeux de la citoyenneté dans le Conseil de la Vie Sociale pour les usagers des I.M.E.
Educateur Spécialisé depuis un peu plus de 20 ans au sein d’institutions du secteur médico-social, je constate l’évolution des prises en charges des personnes accueillies. L’enfant, l’adulte, est de plus en plus sollicité pour donner son point de vue sur sa prise en charge, ses attentes en matière de choix de vie (projets professionnels, relations familiales, conditions d’hébergement, choix dans les loisirs, orientation sexuelle…). Cette transformation lente, mais certaine, des pratiques sociales et éducatives, s’accompagne également d’une évolution des relations entre les institutions et celles et ceux qu’elles accueillent. Cette évolution se déroule en parallèle avec celle de la société, et les adaptations institutionnelles de nos pratiques, nos ajustements professionnels ne sont bien souvent que les transpositions de l’évolution des valeurs sociétales, au sein même du secteur sanitaire et social. Ces évolutions sont souvent entérinées par la loi, qui parfois les incite, quelque fois les impose.
La personne à la rue:attention fragile! L'ES entre ancrage social et repère dans la survie.
La personne à la rue:attention fragile! L'ES entre ancrage social et repère dans la survie.

Comment je suis passée « de la rue à l’équipe » Mes premiers mois à l’antenne, j’étais vraiment dans l’émotion, l’émulation de la découverte et complètement conquise par cette apparente convivialité si simple, si accueillante des gens de la rue. Je me sentais plus proche d’eux que de l’équipe. D’ailleurs, je me sentais plus extérieure (sentiment d’être étudiante et observatrice, du à la formation toutes les matinées au siège de l’association) que membre à part entière d’une équipe et à ce titre responsable vis à vis de sa position avec les gens de la rue.

Avec du recul, je trouve cette période dangereuse tant pour le néophyte que pour l’équipe. Cette période a également été une période de tension car ma perception des situations étant faussée, je ne comprenais pas toujours les décisions d’équipe. Peu à peu, j’ai perdu mes illusions et mes idéaux (« Il suffit de les aimer pour que tout se débloque ») pour y gagner une attitude plus sereine, une humilité qui reconnaît son impuissance. J’ai notamment compris que protéger ces personnes était inutile. En vivant à la rue, ils ont déjà supporté l’insupportable. Ils peuvent vivre - survivre - sans nous. C’est à eux de faire des choix. De toute façon, il est inutile de les porter à bout de bras : au moindre relâchement de notre part, tout s’effondre. L’équipe et l’expérience m’ont appris à garder du recul par rapport aux évènements (positifs ou négatifs) qui leur arrivent et d’une manière générale, j’ai aujourd’hui plus de méfiance vis à vis de leurs propos et plus de distance vis à vis de leurs émotions.

Connexion

Educateur spécialisé

Abonnement

Recherche



Derniers Docs Educateur spécialisé

Les plus vus - Educateur spécialisé

Les plus téléchargés - Educateur spécialisé