LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Educateur spécialisé

L'éducateur spécialisé est un travailleur social qui participe à l'éducation d'enfants et d'adolescents dits inadaptés. Il soutient aussi des adultes présentant des déficiences physiques et/ou psychiques pour les aider à retrouver de l'autonomie.

L'autisme le silence

L'autisme    le silence

L’autisme aujourd’hui, grâce en partie à l’action d’associations de parents puissantes, jouit (pourrait-on dire) d’une certaine notoriété. Aux côtés des personnes souffrant d’un traumatisme crânien, les autistes bénéficient d’une loi particulière (et d’une circulaire) qui vient compléter les lacunes, en terme de prises en charge, de la loi du 30 Juin 1975. Le choix de mon stage est à inscrire dans cet engouement, qu’aujourd’hui, suscite la personne autiste. Son caractère éminemment énigmatique participe à cette explosion récente du souci qui lui est porté. Durant cette année passée auprès d’un tel public, je me suis efforcée de comprendre quels pouvaient être les besoins spécifiques et quels outils éducatifs je pouvais mettre en place afin d’y répondre.

Dès le mois de Mars 1999, mon intérêt s’est tourné vers les difficultés de communication dont les autistes pouvaient souffrir. Ainsi, dans cet écrit de fin d’étude, j’aspire à présenter un outil éducatif, pour le moins original, le silence, qui tente de répondre à cette difficulté particulière dont souffre la personne autiste : celle d’une impossible communication. Or, tout au long de ma formation, (et de mes différents stages plus particulièrement), je me suis interrogée sur les qualités de la parole dans l’acte éducatif et aussi sur les difficultés qu’elle engendre bien souvent. Comment, en effet, aider des adolescentes murées parfois dans un certain mutisme à dire quelque chose de leurs souffrances ? Qu’en est-il aussi de la compréhension de notre parole qui, parfois, sanctionne, auprès d’enfants lourdement handicapés mentaux ? Et enfin, quel sens à notre parole auprès d’adultes autistes ?

C’est avec cette population d’adultes autistiques, dans un foyer de vie, à S que cette problématique de la validité de la parole de l’éducateur s’est révélée. Pourquoi avoir choisi ce stage ? C’est lors de mon premier stage, effectué dans un Institut Médico Pédagogique où il y était accueilli des enfants atteints de graves troubles mentaux et dont quelques-uns étaient autistes que j’ai découvert cette pathologie singulière. Il m’est apparu de graves lacunes dans les prises en charge de ces enfants et aussi dans le «savoir» des professionnels à ce sujet.

J’ai donc souhaité approfondir mes connaissances de cette pathologie des réponses que l’éducateur pouvait y apporter. Puis, à l’entrée de ce stage long, j’ai fait un constat assez paradoxal. Alors que nous étions en présence de résidants pour la plupart mutiques (ou du moins écholaliques) nous vivions dans un univers extrêmement bruyant, parasité par de multiples bruits de fond (musique, cri, bavardage). Que pouvait alors bien dire ce bruit, ce brouhaha constant du non usage de la parole des résidants ? Comment l’éducateur se situait aussi face à ce mutisme de l’autre ? Le silence pouvait-il être d’or alors que la parole ne serait-être que d’argent ? Il me paraît important d’expliciter initialement que, dans tout dialogue, le silence participe à part égale avec le langage et les manifestations du corps qui l’accompagne. Ainsi, comme peut le prétendre David LE BRETON : «Si la possibilité du langage caractérise la condition humaine et fonde le lien social, le silence, lui préexiste et perdure dans l’écheveau des conversations qui inéluctablement rencontrent à leur origine et à leur terme la nécessité de se taire.»p19 Cependant, les ressentis face au silence peuvent être véritablement différent.

Et, c’est sans doute cette différence, ce clivage qui est manifeste dans la rencontre entre l’autiste et l’éducateur. En effet, si certains individus s’établissent dans le silence comme en un refuge, d’autres s’en effraie et n’ont cesse de s’en défendre. A partir de ce constat, il me semblait intéressant d’étudier les particularités de la non communication de l’autiste (qui n’est pas pour autant en non relation). De là, est née la problématique de cet écrit et les hypothèses de travail. Dans ce contexte singulier de la rencontre avec des personnes autistes, qui oscillent entre le mutisme et le cri, l’éducateur ne doit-il pas interroger le sens qu’a sa parole, sa légitimité ? Ne serait-il pas intéressant qu’auprès d’une telle population, celui-ci apprenne à user de son silence ? Ainsi, mes deux hypothèses de travail seront les suivantes : Ø La première tentera de mettre en exergue le pourquoi d’un tel bruit de fond incessant dans cette institution et de comprendre à quels besoins cela répond. ØLa seconde essaiera de promouvoir les qualités du silence de l’éducateur dans la rencontre auprès de personnes autistes.

Pour illustrer cela, cet écrit se présentera selon trois parties. Dans la première, je développerai d’une manière plutôt théorique les concepts, tels que l’autisme, le langage et leurs troubles, le silence, le bruit. Dans la deuxième partie, j’expliciterai les représentations qu’ont les éducateurs des troubles des adultes accueillis au foyer, leurs ressentis, leurs difficultés et je tenterai de définir quelles difficultés particulières sont liées à l‘apparition du langage. Dans une troisième et dernière partie, je présenterai différentes situations dans lesquelles j’ai pu expérimenter cet outil que peut être le silence de l’éducateur. Je m’efforcerai ainsi de montrer que cet espace de l’écoute est porteur d’évolution, de changement pour cet autre que l’on accompagne au quotidien, et qu’il le placera ainsi en position de sujet.

Catégorie: Mémoire Educateur spécialisé
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 17-09-2021
Historique du document:

0

Licence

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Accepter le terme et la condition

Documents associés

« S’entendre !!!! » ou l’intégration des jeunes sourds dans le monde entendant par le jeu comme médiateur
« S’entendre !!!! » ou l’intégration des jeunes sourds dans le monde entendant par le jeu comme médiateur

Mon idée au départ était d’observer comment des éducateurs spécialisés pouvaient travailler dans le cadre de l’école. Je me suis alors posé quelques questions : Pourquoi l’Institut Paul Cézanne, structure dans laquelle j’effectue mon stage, a implanté des classes à l’extérieur de ces murs dans des écoles de l’éducation nationale. Parce que depuis une dizaine d’années, il y a une volonté politique d’intégration des personnes sourdes dans le monde entendant.

Cette volonté d’intégration se traduit sur le terrain par l’implantation de classes de jeunes sourds dans des maternelles, des écoles primaires, des collèges et des lycées. Il y a encore quelques années, toutes les structures étaient à l’intérieur de l’Institut. Cette politique se concrétise donc par une ouverture sur l’extérieur, dans le monde entendant.

Co-éducation et « faire ensemble » :Pour un soutien à la Parentalité cohérent.
Co-éducation et « faire ensemble » :Pour un soutien à la Parentalité cohérent.

Au fil des années, la population française s'est transformée. Au fil des années, les inégalités entre les individus se sont creusées... Nous assistons, parfois les bras baissés, à la montée de la solitude, à cette prise de pouvoir de l'individualisme que finalement beaucoup finissent par accepter. Dans un pays où la solidarité se veut être une valeur commune, pourquoi des familles en grande précarité se retrouvent-elles isolées faisant face, seules, à leurs difficultés ? Depuis l’existence du champ de l'éducation spécialisée et du travail social, les professionnels ont vu se modifier, s'accroître leurs cadres d'intervention. Si l'éducation de l’enfance dite inadaptée demeure l'une de ses premières missions, l'éducateur spécialisé doit aussi répondre à de nouveaux besoins exprimés par la population concernée par le secteur social. On parle d'insécurité, de violence ou encore de nouvelle pauvreté...

L'acceptation de l'autorité par les adolescents dans le cadre d'un foyer d'acueil d'urgence.
L'acceptation de l'autorité par les adolescents dans le cadre d'un foyer d'acueil d'urgence.

Le travail de l’éducateur spécialisé en foyer d’accueil pour adolescents implique d’assurer le bon déroulement de la vie du groupe. Les droits de chaque enfant accueilli devant être respectés par tous. J’ai fait le choix d’aborder le thème du travail de l’éducateur spécialisé auprès des adolescents dans le cadre de l’accueil d’urgence depuis la question de l’autorité et des moyens de faire appliquer les règlements intérieurs. En effet, il émerge de ce rapport beaucoup de tensions, de confrontations, et parfois même, de souffrances aussi bien chez les enfants que chez les éducateurs.

Les lieux de vie sont-ils une alternative à l'échec des institutions médico-éducatives traditionnelles ?
Les lieux de vie sont-ils une alternative à l'échec des institutions médico-éducatives traditionnelles ?
Le dispositif de l’Aide Sociale à l’Enfance ( A.S.E.) continue comme dans le passé à trier, cacher, sauvegarder en sachant qu’il pulvérise sur son passage le fragile équilibre des familles Depuis de nombreuses années une crise profonde traverse la profession, aussi bien du côté des éducateurs spécialisés que des assistantes sociales La problématique de cette recherche est celle du dépassement de cette situation. Y’a-t-il d’autres solutions que le discours politico-institutionnelles centralisé ? Peut-on envisager de nouvelles stratégies éducatives ? Qu’ont à nous apprendre les structures alternatives, les lieux de vie, les communautés thérapeutiques, etc... ?

Connexion

Educateur spécialisé

Abonnement

Recherche