LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Educateur spécialisé

L'éducateur spécialisé est un travailleur social qui participe à l'éducation d'enfants et d'adolescents dits inadaptés. Il soutient aussi des adultes présentant des déficiences physiques et/ou psychiques pour les aider à retrouver de l'autonomie.

Hébergement collectif et vivre-ensemble, bases d’un travail de réinsertion sociale auprès des adultes en situation d’exclusion sociale

Hébergement collectif et vivre-ensemble, bases d’un travail de réinsertion sociale auprès des adultes en situation d’exclusion sociale

J’ai donc choisi d’explorer l’action collective de l’éducateur auprès des adultes accueillis en CHRS. Par action collective, je n’entends pas le travail de groupe, mais un travail autour du vivre-ensemble, c’est-à-dire une cohabitation d’un ensemble d’individus. Mon hypothèse de travail est que ce vivre-ensemble crée un étayage à la personne, œuvrant en cela à sa réinsertion. Dans cette recherche, l’ouvrage qui a guidé ma réflexion a été écrit par Thierry Goguel d’Allondans et Myriam Klinger à propos de l’hospitalité comme forme d’accueil des adultes en difficulté sociale[1]. Le vivre-ensemble et l’hospitalité seraient alors les outils-clés de l’éducateur pour une action collective suffisamment étayante. C’est dans ce cadre que l’éducateur est un élément clé, jouant le rôle de médiateur entre la dimension collective du CHRS et l’expérience individuelle du résident, ce que nous chercherons à montrer dans cet écrit.

Pour vérifier ou infirmer ces hypothèses, j’ai développé la problématique suivante : En quoi l’hébergement collectif et le vivre-ensemble peuvent-il être un outil socio-éducatif auprès des personnes exclues accueillies en CHRS et la base d’un travail de réinsertion sociale ?

J’ai alors construit ce mémoire en trois parties, en m’intéressant successivement à chacun des acteurs de ce vivre-ensemble : le résident, l’établissement d’accueil et enfin l’éducateur. Peu à peu, j’ai voulu montrer en quoi la conjugaison de ces acteurs pouvait participer à la réinsertion. En première partie, je me suis intéressée au résident. Mais qui est la personne que nous accueillons ? J’ai utilisé différents angles, descriptifs et théoriques, pour voir ensuite quelle est la situation du résident par rapport au lien social et au vivre-ensemble. Ceci m’a menée à étudier le CHRS, pour voir quelles réponses il pouvait donner au résident. Après avoir étudié le contexte historique et légal, je me suis demandée quelle réalité se cachait derrière les termes si souvent utilisés « habiter » et « héberger ». Enfin, le dernier acteur, l’éducateur, fait l’objet d’une troisième partie, dans laquelle je décris les différentes modalités de son intervention.

[1] GOGUEL D’ALLONDANS Thierry, KLINGER Myriam, Errances et hospitalité. L’accueil et l’accompagnement d’adultes en difficulté La Cité-Relais à Strasbourg, Toulouse, Erès, collection Ethiss, 1991

...

Au terme de cette étude des trois différents acteurs œuvrant dans la réinsertion, on se rend compte que les murs, l’institution, et les résidents, ne s’adaptent pas forcément. Les personnes sont en souffrance, voire désocialisées, et le dispositif est artificiel et technique, ne leur offrant pas de possibilités suffisantes de mettre en œuvre leurs propres stratégies ou une reconstruction dans des conditions idéales. Alors comment créer de la cohésion entre murs et résidents ? L’emploi d’un ciment est essentiel : c’est l’éducateur qui va créer cette cohésion.

Son but, quel que soit son lieu d’intervention, est de donner à la personne la possibilité d’expérimenter et de donner les clés pour s’autonomiser. En effet, suite au parcours des résidents, ceux-ci n’ont plus vraiment confiance envers l’institution et envers eux-mêmes, l’éducateur essaie de leur transmettre cette confiance.

C’est donc bien par le vivre-ensemble que passe cette confiance et cette possibilité d’expérimenter dans une collectivité où le temps et l’espace sont laissés à la personne pour se p(au)ser. Mais par delà cette pause, l’éducateur invite aussi la personne  à s’ouvrir vers le collectif, l’accompagnant dans cette ouverture. Enfin, l’’éducateur œuvre à la citoyenneté, en travaillant autour de la participation au CVS, un travail qui n’est pas encore acquis.

L’éducateur est donc l’élément-clé, l’artisan du lien social devant néanmoins sans cesse se remettre en question, actualiser ses connaissances, et travailler en réseau pour que la connaissance, les expériences et les pratiques circulent.

Mais l’éducateur doit aussi lutter contre les courants actuels qui veulent techniciser les dispositifs, sans penser à la personne au milieu. Il doit œuvrer sans cesse à créer un collectif qui soit un étayage du lien social et non une simple réponse à la demande institutionnelle, c’est-à-dire placer les résidents dans un logement et un emploi, sans penser à la demande véritable de la personne.

Pour cela, l’éducateur doit trouver son équilibre entre l’individuel et le collectif. Là encore, seul, il ne peut pas faire beaucoup de choses, c’est avec l’équipe de l’établissement, mais aussi l’ensemble des éducateurs, que ce travail pourrait être fait. Collectivement unis au profit de la personne et de son projet de vie…

Categorie: Mémoire Educateur spécialisé
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 11-12-2019
Extrait des conditions générales d'utilisation

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Conditions d'utilisation

Documents de même catégorie

AEMO  Négocier pour trouver la bonne mesure
AEMO Négocier pour trouver la bonne mesure

A l'heure où l'assistance sociale n'est plus systématique, n'est plus une mane inépuisable, où des contraintes diverses, en particulier, budgétaires amènent tant le travailleur social que l'usager à négocier leurs actions, leurs actes, leurs interactions, on note une évolution des rapports sociaux : Droits des usagers, droits des enfants. Ainsi, la loi du 6 juin 1984 réformant l'Aide Sociale à l'Enfance (A.S.E) établit la parole de l'usager, c'est-à-dire, son droit d'être informé, d'être accompagné, d'être consulté et de donner son avis, de participer aux décisions. Ces orientations trouveront un sens nouveau avec la Convention internationale des droits de l'enfant. Avec ce texte contraignant pour les Etats, qui comme la France, l'ont ratifié, l'enfant conquiert peu de libertés nouvelles, sinon, mais c'est essentiel, celle de s'exprimer sur tout ce qui le concerne. Il est alors de plus en plus nécessaire pour le travailleur social et l'usager de négocier sa participation au tout social, l'un en tant que professionnel, l'autre en tant que citoyen. Je me souviens de ce courrier adressé par un éducateur spécialisé de la circonscription, à Madame M., mère de Sandra, petite fille de 4 ans : " A trois reprises, je vous ai proposée un rendez-vous à votre domicile. A trois reprises, vous étiez absente. Je ne comprends pas votre attitude. Sans votre coopération, il m'est impossible d'exercer la mesure éducative que vous avez acceptée. Aussi, s'il m'est impossible de vous rencontrer, je serai obligé d'en référer à l'inspecteur de groupement...". A travers cet exemple, se dévoile la caractéristique principale de la mesure éducative administrative, c'est-à-dire l'ADHESION DE LA FAMILLE. Elle répond d'une action éducative en milieu ouvert ou, comme je l'entends parfois, en milieu familial, orientation de l'Action Sociale, notamment la loi de décentralisation et son décret d'application instaurant le schéma départemental.

Il s'agit d'une action de prévention exercée par un éducateur spécialisé. Elle a pour objectif d'éviter les dégradations, en aidant les parents à exercer leurs fonctions éducatives, au cours de périodes caractérisées par une fragilisation du lien familial. Une question se pose alors : Quel outil utiliser pour renforcer ce lien et répondre aux missions de l'A.S.E, de protection de l'enfance quand l'éducateur ne dispose pas d'emblée de "l'ouverture de la porte" du domicile familial ? Je proposerai une méthodologie spécifique, une stratégie coopérative : la technique de NEGOCIATION. J'entends par le terme de négociation, la recherche par le travailleur social et l'usager, c'est-à-dire les parents et/ou le mineur, d'un accord concernant des points précis. L'action éducative en milieu ouvert "administrative" (AEMO administrative) suppose une négociation préalable mais surtout permanente avec la famille. La négociation est un outil nécessaire. Elle permet d'induire des changements chez l'usager. Elle repose sur le fait que l'éducateur reconnaît ou attribue à son interlocuteur une compétence et/ou des connaissances. La négociation rend l'usager auteur et acteur de son propre changement. (participation active) - 3 - Dans mes recherches documentaires, notamment les écrits de G.BILODEAU, maître en service social, la négociation appparaît comme une technique d'intervention qui permet de modifier la situation des usagers. La négociation illustre le passage d'une intervention collective à une intervention individuelle. Dans une première partie, je présenterai les séquences de négociation dans le cadre d'une mesure éducative administrative ; J'en dicerne trois qui sont la négociation préalable, entre l'assistant social et l'usager, aboutissant à la demande de mesure éducative, puis la seconde qui se déroule entre membres de l'instance décisionnelle (dite "équipe de base") et, enfin, la troisième séquence de négociation, celle-ci permanente, entre l'éducateur spécialisé et la famille ; Il s'agit de négocier des contrats d'intervention. Dans une seconde partie, j'exposerai mes recherches sur le terme de la négociation. La négociation n'est plus perçue comme étant l'apanage des seuls diplomates et des commerçants ; Elle tend à devenir une pratique quotidienne, un mode de relations permanent entre les individus. Enfin, dans la dernière partie, je traiterai des interventions éducatives. En affinant ma réflexion sur la négociation, j'ai pu retenir quelques approches nécessaires en vue d'une négociation efficace. En effet, afin de répondre à la nécessité d'instaurer une relation partenariale, j'ai utilisé des procédures telles que la mise en confiance de mon interlocuteur, l'écoute active ou encore le recours à la concession. Dans ce dernier chapitre, je relaterai aussi l'importance faite à l'évaluation d'une telle technique d'intervention : La négociation présente des limites que j'essaierai de soulever. A ce propos, une mise en garde sur le mythe du "tout négociable" sera le leitmotiv de mon écrit.

« L’éducateur en prison ! »  Ou l’intérêt de la pratique de prévention spécialisée dans un lieu fermé.
« L’éducateur en prison ! » Ou l’intérêt de la pratique de prévention spécialisée dans un lieu fermé.

Au cours de mon expérience en prévention spécialisée, j’ai eu à effectuer à de nombreuses reprises, des visites en prison pour rencontrer des personnes avec qui je travaillais au quotidien dans mon quartier d’intervention. Ces rencontres en milieu fermé sont d’un premier abord assez éloignées du travail en milieu ouvert et des prérogatives de la prévention spécialisée. Mes premières visites ont été assez difficiles car je ne savais pas comment appréhender cet environnement inconnu pour moi, je ne savais pas quelles orientations donner à ces visites hormis de maintenir un lien avec la personne détenue.

J’ai affiné au mieux ma pratique par une réflexion personnelle, des échanges avec mes collègues, les supervisions d’équipe, etc. Aujourd’hui, je souhaite profiter de ce mémoire pour organiser ces réflexions et les mettre en lien avec ma pratique ainsi qu’avec quelques éléments de recherche théorique.

La relation d'aide centrée sur la personne déficiente intellectuelle
La relation d'aide centrée sur la personne déficiente intellectuelle
C’est vrai que l’éducateur se doit d’être polyvalent mais la fonction de Dieu en fait-elle partie de son rôle ? Devons-nous avoir des réponses pour tous, connaissons nous ce qui est bon pour l’humanité et pour les personnes déficientes intellectuelles, puisqu’il s’agit d’eux dans ce travail ? J’en doute et ce doute il me semble, nous devons l’avoir ; laissons les certitudes à Dieu. Nous ne voyons pas l’avenir, nous essayons juste d’aider les personnes que nous accompagnons à faire des choix, leur choix et pas le nôtre ; celui que nous pensions juste pour elles.
La Re-Co-Naissance de la femme victime de violences conjugales
La Re-Co-Naissance de la femme victime de violences conjugales

La réalité des violences conjugales est un fait établi et connu depuis longtemps (même si il est parfois mal reconnu), néanmoins le travail effectué avec les victimes de ces maltraitances est beaucoup plus récent. En effet, la victimologie est une science qui s’est créée en se distinguant de la criminologie, Pendant de nombreuses années les scientifiques ont tenté de comprendre ce qui poussait telle personne à transgresser la loi et devenir criminel. Progressivement un nouveau regard est porté sur la victime, qui n’est plus étudiée pour mieux appréhender le phénomène criminel, mais pour que cette dernière retrouve une place dans la société en tant qu’acteur.

Ainsi, dans les années 80, un mouvement féministe prend son essor en France donnant naissance à des associations d’aide aux victimes, à la nouvelle victimologie de la réaction sociale, mais aussi à un droit des victimes. Cependant qu’entendons nous par victime ? Le mot victime du latin « victima » a été créé en 1495 et renvoie à une connotation sacrificielle. Dans les textes juridiques la victime n’a qu’une définition presque inexistante, il s’agit de partie lésée, de plaignant, de partie civile, de personne ayant subi un préjudice ou ayant personnellement souffert du dommage causé par l’infraction.

Connexion

Educateur spécialisé

Abonnement

Recherche