LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Educateur spécialisé

L'éducateur spécialisé est un travailleur social qui participe à l'éducation d'enfants et d'adolescents dits inadaptés. Il soutient aussi des adultes présentant des déficiences physiques et/ou psychiques pour les aider à retrouver de l'autonomie.

L’éducateur face à la défaillance de la fonction paternelle

L’éducateur face à la défaillance de la fonction paternelle

L’intérêt que j’ai porté à cette réflexion vient du fait que dans le service d’AEMO administrative où j’ai effectué mon stage de troisième année, près de la moitié des familles étaient monoparentales et que dans l’autre moitié le père avait une place effacée. Ce choix m’est venu à l’esprit sur le constat fait face à l’absence physique ou non du père ou son effacement au sein de familles en difficultés. Le père n’est-il pas souvent la cause de l’éclatement de la cellule familiale ? Leur absence, surtout dans les quartiers difficiles, peut-elle expliquer pour une part les comportements des enfants en difficultés ? A travers cette réflexion sur le travail éducatif auprès et autour du père, se pose aussi la question de la place de l’éducateur homme face aux familles qui souffrent de défaillances paternelles dans une profession où les femmes sont majoritaires et qui se féminise de plus en plus. Mon travail va consister dans une première partie à déterminer le rôle du père sous les aspects psychologique et sociologique ainsi que dans le développement de l’enfant. Je dresserai un historique de la paternité, montrerai l’évolution de son rôle des années 1965 à aujourd’hui. Dans une deuxième partie je définirai le rôle de l’éducateur, sa place face à un père « absent », effacé, voir dévalorisé et quel travail éducatif il peut être fait autour du père par rapport aux enfant, la mère, et lui. Une analyse de différentes situations rencontrées sera également faite.

Cette réflexion s’appuie donc sur une recherche psychologique, psychanalytique, sociologique, l’analyse de situations rencontrées dans la pratique professionnelle. Ma pensée est un regard sur l’importance de la place du père auprès de l’enfant, même quand il est absent. Mon objectif est de montrer que la pratique éducative menée autour du père, de sa fonction, est essentielle à la construction de l’enfant, à son développement. Première partie : « le père ». I] Rôle du père . 1) Aspect psychologique. Il est admis par la quasi-totalité des cliniciens que le père, dans la construction de l’enfant, agit comme tiers séparateur dans la relation mère-enfant, « il est d’abord celui qui sépare, qui coupe le cordon ombilical que les conditions de la naissance ont instauré entre la mère et l’enfant »*. Dans cette phase de séparation, il introduit l’enfant à la différence et empêche symboliquement que la fusion mère-enfant ne se prolonge au-delà du nécessaire. Le père est le premier étranger que l’enfant va rencontrer en dehors du ventre de sa mère, et va devenir le troisième élément dans cette histoire d’amour. Par sa simple présence il impose un premier élément de différenciation, il introduit un facteur de séparation entre la mère et l’enfant. Le père est celui qui va créer une brèche dans la relation qu’a l’enfant avec sa mère. Celle-ci va aider, permettre à l’enfant de se tourner vers ce père. La valorisation du père par la mère, peut également faciliter une relation entre le père et l’enfant. Pour éviter un risque de fusion entre l’enfant et sa mère, il faut donc trouver un tiers ( père, famille…). L’enfant et la mère ne doivent pas faire un couple. Ce « père » qui est peu à découvert par l’enfant, n’est pas toujours le bienvenu car il va obliger l’enfant et la mère à prendre de la distance. L’enfant va essayer de contourner ce « père », qui peut devenir un objet à séduire ou un objet à haïr. En le séduisant, l’enfant peut tenir le rôle de la mère par rapport au père. Il peut y avoir identification à la mère, fille ou garçon. On s’aperçoit que la première identification du fils, du garçon est homosexuelle car il s’identifie à la mère pour séduire le père. Il y a fusion union dans le désir. L’identification de la fille est hétérosexuelle car elle va commencer à construire sa sexualité dès son plus jeune âge. La mère n’a pas les mêmes intentions avec son fils. Le père est donc aussi objet à haïr parce qu’il représente un danger, une concurrence vis à vis de la mère. L’enfant se dit que si ce tiers n’existait pas, il n’y aurait plus d’obstacles, que s’il pouvait l’éliminer, il pourrait rester un couple avec sa mère. Ce tiers permet au garçon de trouver un objet à haïr, de détourner ses pulsions de destruction, de mort vers cet objet. Il va y avoir identification à cet objet car finalement s’il n’arrive pas à le détruire, autant s’identifier à lui car il est le plus fort. Le père permet donc au garçon de trouver un modèle identificatoire. Dans la relation père-fille, le père fait également barrage à l’inceste, mais en tant que symbole d’une position virile, il permet à la fille de trouver une sorte d’idéal de l’autre sexe, le modèle de féminité étant donné par la mère. S’il y a rivalité, elle est dans la relation mère-fille. Le regard du père est donc important sur la fille, et il se doit donc d’être vigilant avec elle. Dans la pensée de la mère, la fille est le prolongement d’elle-même. Cela peut-être aussi une forme de pouvoir vis à vis du père, d’une emprise. En figurant les interdictions du « surmoi », le père contribue à la construction psychique de l’enfant des deux sexes. Il va également jouer un rôle majeur dans la construction de l’identité sexuée de l’enfant, « rôle de confirmation pour le garçon, rôle de révélation pour la fille »*. Freud** a également montré l’importance de l’environnement familial dans la construction du « Moi », avec la notion de désir de vivre. Dans le « Surmoi », le rôle du père est essentiel car il représente les premiers interdits. Le « Surmoi » se réfère souvent à une instance morale, un interdit. Il est lié à la vie pulsionnelle et à la culpabilité car nous avons en nous des pulsions, des interdits qui nous envahissent. Cette culpabilité va trouver sa traduction dans la période œdipienne, avec les interdits de l’inceste, du meurtre et aussi tous les autres interdits. L’entrée en scène d’un interdit extérieur, en l’occurrence le père, va donner un sens à la culpabilité qu’éprouve l’enfant.

Catégorie: Mémoire Educateur spécialisé
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 14-04-2021
Historique du document:

0

Licence

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Accepter le terme et la condition

Documents associés

L'individu, du corps malade au corps social
L'individu, du corps malade au corps social

Monsieur Eric déambulait dans le couloir du Centre. Je ne le connaissais pas. Sa démarche était rapide, son regard absent, un lent monologue l’animait. Je m’approchais de lui et le saluais. Il ne me répondit pas, ne marqua pas de pose et se dirigea vers sa chambre. Je rencontrais l’étrangeté d’un individu qui me semblait être hors de la réalité immédiate, me retrouvais seul avec mon bonjour, comme si cette recherche de lien ne prenait pas sens pour l’usager. Au-delà de cette absence de communication, d’échange, c’est la présence, la visibilité du corps dans ce qu’il donnait à voir qui retint mon attention – « le corps (…) est la trace la plus tangible du sujet, dès lors que se distendent la trame symbolique et les liens qui le rattachait aux membres de sa communauté » - et me questionnait : n’avais-je pas été présent physiquement à ses yeux pour que la parole ne puisse émerger entre lui et moi ?

Fallait-il peut-être ne pas chercher de suite à établir un contact mais laisser l’autre appréhender ma personne, le nouvel éducateur de l’équipe ? Comment faire en sorte que le résidant retrouve une adhésion à son environnement immédiat, à l’environnement social ?

L’accompagnement éducatif : un support pour vivre autrement la Classe d’Intégration Scolaire
L’accompagnement éducatif : un support pour vivre autrement la Classe d’Intégration Scolaire
Fort de ces constats issus d’un regard extérieur, je me questionnais déjà avant mon stage de troisième année, quant à la place occupée par l’éducation spéciale dans un tel contexte, pour aujourd’hui et pour demain. Pour mon stage à responsabilité concluant ma formation, j’ai souhaité entreprendre une expérience me permettant d’observer et de comprendre les tenants et les aboutissants du maintien en milieu ordinaire de jeunes déficients intellectuels. Je me suis donc orienté vers un Service d’Education Spéciale et de Soins à Domicile (SESSAD). J’y ai entrepris des accompagnements éducatifs auprès d’enfants et d’adolescents qui, de par leur retard dans leur développement psychologique et cognitif, rencontraient des difficultés pour s’inscrire comme acteurs dans leur environnement.
La valorisation des potentiels
La valorisation des potentiels
Philippe Mérieu, professeur en science de l’éducation, définit le « geste fondateur » dans une démarche éducative comme étant un questionnement permanent sur le sens de son action. « Pourquoi éduquer ? Qu’est ce qui se passe quand tu éduques ? Qu’est ce que tu vas rechercher quand tu es en relation avec quelqu’un ? »
La maîtrise du pronom d'adresse, un outil au service de l'éducateur.
La maîtrise du pronom d'adresse, un outil au service de l'éducateur.

Pourquoi écrire tout un mémoire d’éducateur spécialisé sur une si petite question ? Vous l’êtes-vous déjà posée cette petite question ? Personnellement, je me la suis posée à chaque nouveau stage, et je me la pose encore chaque fois que je rencontre un nouvel interlocuteur, tout particulièrement dans un cadre professionnel. Cela m’a amené à réfléchir sur le sens de ces deux pronoms d’adresse dont je traite et que sont le tu et le vous. Les premières recherches faites sur le sujet m’ont convaincues que le choix du tutoiement ou du vouvoiement n’était pas aussi simple que la question, en elle-même, était petite.

J’ai alors mieux compris pourquoi je me retrouvais si souvent dans des situations où je ne savais pas comment m’adresser à l’autre, l’usager, le jeune, « l’ado », l’adulte. Difficile, en effet, de faire un choix entre deux pronoms d’adresse si polysémiques !

Connexion

Educateur spécialisé

Abonnement

Recherche