LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Educateur spécialisé

L'éducateur spécialisé est un travailleur social qui participe à l'éducation d'enfants et d'adolescents dits inadaptés. Il soutient aussi des adultes présentant des déficiences physiques et/ou psychiques pour les aider à retrouver de l'autonomie.

L'autisme le silence

L'autisme    le silence

L’autisme aujourd’hui, grâce en partie à l’action d’associations de parents puissantes, jouit (pourrait-on dire) d’une certaine notoriété. Aux côtés des personnes souffrant d’un traumatisme crânien, les autistes bénéficient d’une loi particulière (et d’une circulaire) qui vient compléter les lacunes, en terme de prises en charge, de la loi du 30 Juin 1975. Le choix de mon stage est à inscrire dans cet engouement, qu’aujourd’hui, suscite la personne autiste. Son caractère éminemment énigmatique participe à cette explosion récente du souci qui lui est porté. Durant cette année passée auprès d’un tel public, je me suis efforcée de comprendre quels pouvaient être les besoins spécifiques et quels outils éducatifs je pouvais mettre en place afin d’y répondre.

Dès le mois de Mars 1999, mon intérêt s’est tourné vers les difficultés de communication dont les autistes pouvaient souffrir. Ainsi, dans cet écrit de fin d’étude, j’aspire à présenter un outil éducatif, pour le moins original, le silence, qui tente de répondre à cette difficulté particulière dont souffre la personne autiste : celle d’une impossible communication. Or, tout au long de ma formation, (et de mes différents stages plus particulièrement), je me suis interrogée sur les qualités de la parole dans l’acte éducatif et aussi sur les difficultés qu’elle engendre bien souvent. Comment, en effet, aider des adolescentes murées parfois dans un certain mutisme à dire quelque chose de leurs souffrances ? Qu’en est-il aussi de la compréhension de notre parole qui, parfois, sanctionne, auprès d’enfants lourdement handicapés mentaux ? Et enfin, quel sens à notre parole auprès d’adultes autistes ?

C’est avec cette population d’adultes autistiques, dans un foyer de vie, à S que cette problématique de la validité de la parole de l’éducateur s’est révélée. Pourquoi avoir choisi ce stage ? C’est lors de mon premier stage, effectué dans un Institut Médico Pédagogique où il y était accueilli des enfants atteints de graves troubles mentaux et dont quelques-uns étaient autistes que j’ai découvert cette pathologie singulière. Il m’est apparu de graves lacunes dans les prises en charge de ces enfants et aussi dans le «savoir» des professionnels à ce sujet.

J’ai donc souhaité approfondir mes connaissances de cette pathologie des réponses que l’éducateur pouvait y apporter. Puis, à l’entrée de ce stage long, j’ai fait un constat assez paradoxal. Alors que nous étions en présence de résidants pour la plupart mutiques (ou du moins écholaliques) nous vivions dans un univers extrêmement bruyant, parasité par de multiples bruits de fond (musique, cri, bavardage). Que pouvait alors bien dire ce bruit, ce brouhaha constant du non usage de la parole des résidants ? Comment l’éducateur se situait aussi face à ce mutisme de l’autre ? Le silence pouvait-il être d’or alors que la parole ne serait-être que d’argent ? Il me paraît important d’expliciter initialement que, dans tout dialogue, le silence participe à part égale avec le langage et les manifestations du corps qui l’accompagne. Ainsi, comme peut le prétendre David LE BRETON : «Si la possibilité du langage caractérise la condition humaine et fonde le lien social, le silence, lui préexiste et perdure dans l’écheveau des conversations qui inéluctablement rencontrent à leur origine et à leur terme la nécessité de se taire.»p19 Cependant, les ressentis face au silence peuvent être véritablement différent.

Et, c’est sans doute cette différence, ce clivage qui est manifeste dans la rencontre entre l’autiste et l’éducateur. En effet, si certains individus s’établissent dans le silence comme en un refuge, d’autres s’en effraie et n’ont cesse de s’en défendre. A partir de ce constat, il me semblait intéressant d’étudier les particularités de la non communication de l’autiste (qui n’est pas pour autant en non relation). De là, est née la problématique de cet écrit et les hypothèses de travail. Dans ce contexte singulier de la rencontre avec des personnes autistes, qui oscillent entre le mutisme et le cri, l’éducateur ne doit-il pas interroger le sens qu’a sa parole, sa légitimité ? Ne serait-il pas intéressant qu’auprès d’une telle population, celui-ci apprenne à user de son silence ? Ainsi, mes deux hypothèses de travail seront les suivantes : Ø La première tentera de mettre en exergue le pourquoi d’un tel bruit de fond incessant dans cette institution et de comprendre à quels besoins cela répond. ØLa seconde essaiera de promouvoir les qualités du silence de l’éducateur dans la rencontre auprès de personnes autistes.

Pour illustrer cela, cet écrit se présentera selon trois parties. Dans la première, je développerai d’une manière plutôt théorique les concepts, tels que l’autisme, le langage et leurs troubles, le silence, le bruit. Dans la deuxième partie, j’expliciterai les représentations qu’ont les éducateurs des troubles des adultes accueillis au foyer, leurs ressentis, leurs difficultés et je tenterai de définir quelles difficultés particulières sont liées à l‘apparition du langage. Dans une troisième et dernière partie, je présenterai différentes situations dans lesquelles j’ai pu expérimenter cet outil que peut être le silence de l’éducateur. Je m’efforcerai ainsi de montrer que cet espace de l’écoute est porteur d’évolution, de changement pour cet autre que l’on accompagne au quotidien, et qu’il le placera ainsi en position de sujet.

Catégorie: Mémoire Educateur spécialisé
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 17-09-2021
Historique du document:

0

Licence

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Accepter le terme et la condition

Documents associés

Adulte, adulte handicapé, un paradoxe ?
Adulte, adulte handicapé, un paradoxe ?

« Il me faudrait un congélateur » me dit Thierry. C’est ainsi qu’à mon arrivée dans ce foyer d’hébergement pour personnes adultes handicapées à Guebwiller, en Alsace, j’ai pu observer une situation qui m’a interrogé : une demande de la part de Thierry à son curateur, qui lui semble, me semble, nous semble (équipe éducative, pluridisciplinaire) simple, intéressante, appropriée et réalisable, et qui ne l’est pas forcément pour son curateur ; parce que chacun la vit justement, à son niveau, avec son histoire, ses références et sa propre représentation des choses. Et là, je me questionne sur cette notion d’adulte, en l’occurrence handicapé, un paradoxe ? Comment pour la personne adulte handicapée, ce statut d’adulte est-il pris en compte, comment dans mon quotidien je la perçois parce que je voudrais qu’elle puisse être, devenir « celle qui parle », celle qu’on entend et non « celle dont on parle ». Qu’elle puisse accéder à sa façon et à son rythme à ce qu’elle est, en tant que sujet humain, à la fois séparé de l’autre, parent/référent et donc unique et insérée dans des circuits d’échanges sociaux et affectifs. C’est une démarche éthique que je souhaite questionner.

Qui sont les gens du voyage
Qui sont les gens du voyage
Au cours de ma rencontre avec le public des “ gens du voyage ”, j’ai pu constater dans un grand nombre de cas, que les sujets rencontraient des problèmes identitaires importants. A de multiples reprises, j’ai été témoin de l’autodépréciation des personnes, au travers de leur discours, de leur comportement…. La mission à laquelle nous répondons, a pour objectif global : l’accompagnement en vue de l’insertion sociale des personnes. Le but étant d’apporter des réponses aux difficultés rencontrées notamment en matière : d’emploi, de logement, de santé, d’intégration culturelle, de mobilité… Ces problèmes peuvent aussi se cumuler et alourdir l’inadaptation des individus, les entraînant parfois jusqu’à la “ disqualification sociale ”.
L'inceste, mieux comprendre, pour mieux intervenir.
L'inceste, mieux comprendre, pour mieux intervenir.

Introduction Août 1998, je fais les derniers préparatifs avant de partir en camp d’été, avec quelques garçons de l’établissement et mon collègue de travail. La Directrice de l’époque nous demande de la rejoindre dans son bureau, car un changement doit se faire dans l’effectif des jeunes. En effet, elle nous signifie qu’un garçon de douze ans doit arriver dans quelques heures à la gare. Je lui demande tout naturellement quelques renseignements concernant ce garçon. Ses réponses me font l’effet d’une « douche glacée ». Ce jeune est admis en urgence, car les services de l’A.S.E. ont fait un signalement pour « abus sexuels sur mineur de moins de quinze ans, par personne ayant autorité sur ledit mineur ». En d’autres termes, cet enfant a été victime d’inceste.

La situation est urgente et ne peut permettre la mise en place du protocole d’accueil habituellement usité. Un silence pesant s’est installé dans le bureau… Indescriptible, personne ne dit mot. Chacun est (peut-être) entrain de chercher ce qu’il va pouvoir dire… Mais que dire, à une victime de l’inceste ? Comment et faut-il aborder le sujet d’emblée ? Qu’allais-je faire avec lui durant ces dix jours de vacances à passer en sa compagnie ? Comment l’aider à « porter » ce poids ?… Je pourrais ainsi lister un répertoire de questions qui m’étaient venues à ce moment là. Mais c’est sur la route et en sa présence que j’ai compris que ce n’était pas tant de savoir quelles actions éducatives étaient à mettre en place qui me posait problème, mais qu’il s’agissait de moi, de ce que je pouvais ressentir face à cette situation. Les images qui venaient à mon esprit étaient insoutenables. Je ne savais pas comment « regarder » cet adolescent. Pour la première fois, je ne savais pas su me situer professionnellement car un « malaise profond » vis à vis de cette situation entravait mon action. Ainsi, ma recherche tentera-t-elle de cerner et de comprendre ce qui est en jeu dans la relation d’aide au public victime de violences sexuelles, avec pour objectif une utilisation de ces données, tant dans ma réflexion que dans ma pratique. De ce fait, mon étude, au delà de l’intérêt sociologique et théorique, met en évidence des enjeux professionnels qui méritent à la fois réflexion et approfondissement. Aussi, mes préoccupations d’ordre professionnelle constitueront-elles les tenants et les aboutissants de ma recherche.

A noter que le travail de théorisation est alimenté à chaque phase de mon travail par des éléments directement liés aux besoins des publics concernés et/ou à mes actions. De plus, ces apports théoriques permettront de « nourrir » des éventuels débats, réflexions, autour des pistes qu’elles suggère, pour une action plus efficace. Mon mémoire de fin d’études, n’est pas le lieu d’une évaluation du travail social, ni celui de plaidoyer ou de polémiquer sur telle ou telle institution, ou telle ou telle profession. Ainsi, tenterais-je à partir de ma propre expérience, d’identifier les raisons pour lesquelles un malaise « trouble et profond » surgi, face à une situation d’inceste. Il ne s’agit pas de savoir, uniquement ce qu’est l’inceste, bien que cela soit nécessaire de manière théorique, mais bien au delà de l’identification de ces situations, tenter de mieux me situer, pour mieux intervenir… Tenter de « balayer » mes a priori, mes préjugés.

Septembre 1986, le livre d’Eva Thomas, « Le viol du silence »·, est publié : témoignage émouvant et poignant d’une femme victime d’inceste à l’âge de quinze ans. Apporté par une victime, ce témoignage met à nu du ressenti et non une approche théorique à distance. Pour la première fois en France, le voile du silence est levé sur un sujet aussi tabou, les valeurs fondamentales sociales ébranlées et les discours forcément passionnels. Personne n’est indifférent, choqué, outré, curieux, compatissant, ce « séisme » provoque une résonance en chacun de nous. L’été 1988, meurtrier, on se souvient des enfants retrouvés assassinés après avoir été violés, n’a fait qu’amplifier cette prise de conscience collective et médiatique des dangers encourus par les enfants. En mars 1989, l’émission télévisée « Médiations », de François De Closets, est consacrée au thème de l’inceste, une première : de nombreuses femmes témoignent et livrent leur vérité au grand public, choqué, mais parfois incrédule, doutant d’une réalité insupportable. 

La visite à domicile dans le cadre d’une mesure d’assistance éducative
La visite à domicile dans le cadre d’une mesure d’assistance éducative
« Madame, Monsieur. Dans le cadre de l’exercice de la mesure d’aide éducative décidée par le Juge des enfants pour votre fille, je vous propose de vous rencontrer, à votre domicile, le 12 avril 2007 à 17h. Dans le cas où vous ne seriez pas disponible, merci de bien vouloir m’en informer afin que nous fixions ensemble un autre rendez vous ». On commence d’ores et déjà par un paradoxe. Un paradoxe, parce qu’en règle générale, on ne s’invite pas chez les gens. C’est une coutume, une pratique sociale qui convient que l’on choisisse ses hôtes, et qu’on les invite, de façon volontaire. Pourtant, ce paradoxe peut être légitimé par le motif d’une rencontre particulière entre les individus.

Connexion

Educateur spécialisé

Abonnement

Recherche