LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Educateur spécialisé

L'éducateur spécialisé est un travailleur social qui participe à l'éducation d'enfants et d'adolescents dits inadaptés. Il soutient aussi des adultes présentant des déficiences physiques et/ou psychiques pour les aider à retrouver de l'autonomie.

L'amour dans la relation éducative : du contre-transfert des éducateurs

L'amour dans la relation éducative : du contre-transfert des éducateurs

Dans son écrit sur le transfert (au sens psychanalytique du terme) en institution, Rémi Sainterose conclut sa réflexion en affirmant que « le transfert en institution, en dehors de la cure analytique, c’est de l’amour tout court » (In Découverte Freudienne, Avril 1993). A la lecture de ces mots c’est l’audace de l’auteur qui me frappe. L’audace et le courage d’avoir prononcé et écrit ce mot : « amour ». Ce mot que je pense si fort et qui se dit pourtant si bas. Derrière ce terme, si peu utilisé dans notre vocabulaire et dans notre culture professionnelle d’éducateurs spécialisés, flotte une espèce d’interdit, une sorte de honte coupable. De quelles dérives les premiers éducateurs ont-ils bien pu faire l’objet pour que le sentiment d’amour se retrouve du côté des tabous ?

A la suite de tout ce qui vient d’être dit, réfléchi et mis en question, il me semble que la problématique posée au départ nécessite d’être reformulée. Je m’aperçois ici que le mot amour n’est peut-être pas celui que je décris dans ma position. Le terme de tendresse à été utilisé à quelques reprises dans cet écrit. Et je me rends compte que le lien particulier dont je fais part comprend fréquemment de la tendresse. J’entends ici que le mot amour et les sentiments qu’il désigne ne semblent pouvoir être utilisés pour qualifier la relation éducative. Peut-être est-ce la tendresse qui m’incite à me rapprocher affectivement de l’autre pour mieux le comprendre et l’aider. Peut-être est-ce cet aspect délicat du lien professionnel que je discute ici. Pour éviter les équivoques je vais donc préférer parler de tendresse concernant ma position. Il ne s’agit pas d’un compromis car au sens phénoménologique l’affect de tendresse correspond davantage à ce que j’éprouve. Je me souviens alors des objets de réflexion choisis dans mon étude de cas et dans ma monographie. Ils étaient clairement motivés par la tendresse éprouvée à un moment donné à l’égard d’un sujet. Ainsi, dans la perspective que le rôle de l’éducateur est d’être présent en tant que personne dans la communication avec les autres tout en refusant de les objectiver, il me semble que c’est la tendresse qui serait l’étayage affectif de ce lien spécifique. 1). De quoi s’agit-il ? « Sentiment affectueux qui présente un caractère de douceur et de délicatesse » ou encore « une tendance altruiste fondamentale » nous dit le Petit Robert. La tendresse est donc un état personnel, une disposition intérieure. Selon Freud (dans « Malaise dans la civilisation »), la tendresse est un érotisme détourné de ses buts sexuels. C’est un lien désexualisé et déplacé, issu d’une éventuelle mise au travail du sujet. D’après A.Delourme dans son ouvrage sur la tendresse et la relation d’aide, la tendresse ne doit pas être pour autant envisagée comme visant une satisfaction libidinale ratée ou pauvre. Il conviendrait, au contraire de la considérer comme « la recherche constante de contacts doux, harmonieux et rassurants » ayant pour fonction d’unifier et de sécuriser. Ainsi, l’importance de la tendresse n’est niée ni dans l’accueil du nourrisson, ni dans son développement d’enfant, ni dans l’épanouissement de l’adulte. Devrait-elle l’être concernant l’accompagnement des personnes en difficultés ? Mais dans un tel lien, la tendresse comme sentiment exprimé demeure de l’ordre du tabou. De plus, à la complexité qu’elle engage s’ajoute la difficulté de lui trouver une place dans la théorie déjà existante. « Entre un désintéressement vaguement méprisant lié à une sorte de pudeur moraliste et la complaisance sentimentaliste » (A.Delourme), il s’agit de trouver l’attitude adéquate. 2). Du sens dans les échanges Ici, nous soutenons que la tendresse fait lien entre relation et signification. En effet, à la sensibilité subjective de l’éducateur, la tendresse peut ajouter une « intelligence intuitive » qui va donner du sens aux échanges. Ainsi les réactions psychiques du sujet dans l’après-coup vont donner aux évènements plus de valeur, de poids, bref de sens. La tendresse nous incite de fait à l’échange et à sa réussite. Les échanges se nourrissent alors des « éléments stabilisants et liants de l’affectivité assumée ». Je n’ai, par exemple, jamais perçu d’ambiguïté ou de défaut d’assomption dans le lien qui me rapprochait de G. (et inversement). Je me suis toujours dit qu’il était question de transfert et de connivence et j’assumais cette tendresse partagée qui ne semblait pas lui porter préjudice. Il peut également s’agir pour le sujet de faire l’expérience de la différence entre l’amour et la tendresse, entre tendresse et désir sexuel. Beaucoup d’enfants dont il est question dans nos institutions ont connu des relations ambiguës avec un proche de l’entourage (qu’il s’agisse d’inceste ou de climat incestuel). Ce type de relation peut cristalliser une confusion entre tendresse et désir sexuel. Il s’agit également, pour l’enfant pris dans sa problématique oedipienne de comprendre l’intérêt de passer par la séparation psychique et de vivre avec ses parents une relation d’amour et non une relation amoureuse. Le vécu et l’expression de la tendresse peuvent donc s’avérer primordiaux dans le travail avec des personnes ayant souffert d’un amour maladroit, insuffisant ou passionnel de la part de l’entourage. 3). Rencontre et réciprocité En cherchant à passer par la question du sens, la tendresse (entre autres) va permettre de transformer la neutralité du lien qui peut être douloureuse pour le sujet en alliance mutuelle favorable au changement. Cependant il n’est pas question d’acceptation inconditionnelle mais de recherche de respect réciproque et de vérité exprimée. En effet, du fait que la tendresse prenne appui sur l’intériorité de celui qui l’exprime, elle mène vers autrui avec l’intention de le rencontrer et d’en faire un alter-égo du point de vue de sa subjectivation. Ainsi, en envisageant la tendresse comme l’expression réfléchie d’une relation de qualité à autrui, elle fait fonction de « confirmation existentielle réciproque » (A.Delourme) et en ce sens elle mérite d’être manifestée sans trop de pingrerie. Elle peut constituer un étayage de poids dans le processus de renarcissisation et de dégagement de la répétition pathogène Une relation nourrie par la tendresse mais réfléchie, telle est la position que je me préfère. Une telle position implique obligatoirement un travail constant de mentalisation et de clarification en maintenant le cadre arbitral de l’intelligible et du raisonnement. Une relation de ce type peut faire la différence avec les relations familiales qui sont, en général, saturées d’affects.

Catégorie: Travaux U.F. Educateur spécialisé
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 10-10-2022
Historique du document:

0

Licence

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Accepter le terme et la condition

Documents associés

DPP dans un centre maternel
DPP dans un centre maternel
En stage en centre maternel, je travaille avec des jeunes femmes « usées » par la vie. Beaucoup d'entre elles ont subi des violences dans leur enfance, et/ou ont connu les foyers de l'Aide Sociale à l'Enfance très jeunes. A leur arrivée au centre maternel, la collectivité n'est pas nouvelle pour elle, et l'arrivée d'un bébé dans leur vie les bouleverse. Il n'est pas rare pour ces jeunes femmes d'infliger des violences à leur enfant ou aux professionnels du centre maternel.
Compréhension de l'environnement institutionnel en ITEP
Compréhension de l'environnement institutionnel en ITEP
Les équipes éducatives se réunissent deux heures par semaines par groupe de vie ou en plénière pour travailler sur la mise en place des projets du secteur éducatif. De plus, chaque semaine, un membre de l'équipe participe à la réunion clinique. Elle concerne des enfants scolarisés en interne ou en externe. Il s'agit d'échanger sur les difficultés du moment, d'échanger des informations... C'est un moment de réflexion permettant aux professionnels de prendre du recul sur diverses situations. Pour approfondir ces réflexions, une réunion d'analyse de la pratique est organisée une fois par mois. Une réunion de coordination est également organisée chaque lundi pour diffuser des informations générales. Les réunions de synthèse pour établir la problématique du jeune à son admission, analyser la pathologie, élaborer ou ajuster son projet individuel sont organisées les mardis ou jeudis.
DC4 - Dynamiques partenariales en foyer de vie
DC4 - Dynamiques partenariales en foyer de vie

J'ai effectué mon stage de deuxième année en Belgique dans un foyer de vie accueillant des personnes adultes handicapées mentales. Dans le cadre du DC4 « implication dans les dynamiques partenariales, institutionnelles et interinstitutionnelles » je dois rendre un dossier sur les notions de partenariat et réseau dans mon institution.

Lors de mes expériences précédentes, j'avais, selon moi, déjà travaillé en partenariat. Notamment en stage en SEGPA avec la maison des ados ou encore les MFR.  Lors de la rédaction de ce dossier je me suis rendue compte que ma notion du partenariat était très floue, il a donc fallu que je m'appuie sur la théorie pour la définir plus précisément. C'est alors que je me suis rendue compte qu'il n'y avait pas de définition consensuelle et que tous les auteurs se contredisaient. Il y a un décalage entre la théorie des auteurs, l'utilisation du terme dans la vie courante et l'utilisation du terme selon les institutions. Afin de répondre au mieux à la commande, j'ai consulté un livre référence dans le domaine du partenariat, à savoir du travail social au travail ensemble de Fabrice Dhume. J'ai également consulté de nombreux sites internet, et quelques cours donnés par Monsieur Dumont (accessibles sur internet). J'ai pu alors revenir sur mon lieu de stage avec des questions plus précises et confronter mon point de vue avec celui de la structure.

Ce dossier est élaboré en trois parties, tout d'abord la partie théorie afin de situer un cadre de référence des notions évoquées. Ensuite une partie pratique, où j'explique et analyse le partenariat mis en place dans ma structure. Enfin une partie que j’appellerai « évaluation » où je reviens sur l'élaboration du partenariat et sur mon positionnement en tant qu'éducatrice spécialisé.

Sociologie de la famille contemporaine
Sociologie de la famille contemporaine
La famille est une institution que certains disent en perdition, qui représente pourtant 8.8 millions de foyer en France . Mais d’abord, qu’est-ce que la famille ? Lorsque ce mot est prononcé dans une conversation, les deux interlocuteurs semblent se comprendre aussitôt, mais y attribuent-ils le même sens ? Or, ce sont les évidences les plus évidentes qu’il est nécessaire de rappeler… La famille n’a pas les mêmes mœurs selon les âges, elle peut être nucléaire, monoparentale, homoparentale, recomposée ; elle peut être patriarcale ou démocratique, monogamique ou polygamique… Pour s’y retrouver, pour savoir quelles sont les caractéristiques de la famille contemporaine, j’étudierais dans une première partie l’ouvrage Sociologie de la famille contemporaine de François de Singly.

Connexion

Educateur spécialisé

Abonnement

Recherche



Derniers Docs Educateur spécialisé

Les plus vus - Educateur spécialisé

Les plus téléchargés - Educateur spécialisé