LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Educateur spécialisé

L'éducateur spécialisé est un travailleur social qui participe à l'éducation d'enfants et d'adolescents dits inadaptés. Il soutient aussi des adultes présentant des déficiences physiques et/ou psychiques pour les aider à retrouver de l'autonomie.

Je est-il un autre ? ou la question de l'idole à l'adolescence

Je est-il un autre ? ou la question de l'idole à l'adolescence

Préambule Dans le cadre de ma licence, je souhaite réaliser mon mémoire dans le module de psychologie. Educateur depuis plusieurs années, j’exerce ma profession auprès d’enfants, mais aussi d’adolescents dit «en difficulté ». La psychologie, et la psychanalyse en particulier, ont toujours été pour moi des disciplines de références avec lesquelles l’analyse des situations auxquelles je suis confronté devient possible. En choisissant le module de psychologie pour la rédaction de mon mémoire, je fais le choix de l’approfondissement dans une discipline que je côtoie (à travers la lecture notamment) depuis longtemps. Le choix du sujet qui va nous préoccuper tout au long de cet écrit, est né l’an passé, lors de ma première année de licence, dans le cadre de l’U.E consacrée à l’adolescence. Dans le cadre de cette U.E j’ai débuté un travail en groupe sur le thème « Maître Modèle Idole à l’adolescence » qui devait aboutir à la réalisation d’une note de recherche. Pour des raisons que je ne développerai pas ici, ce travail n’a pu être mené à son terme. Une nouvelle opportunité pour traiter ce sujet m’est offert, je souhaite donc, et cette fois seul, mener à terme ce projet dans le cadre d’un mémoire.

Toutefois, et ce à la lueur du nécessaire travail effectué en amont de la rédaction proprement dite, le sujet est maintenant plus précis, et il s’agira pour nous de n’envisager que la question de « l’idole » à l’adolescence. En effet, les toutes premières recherches que nous avons menées auprès d’adolescents font apparaître que la question du modèle et du maître ne sont pas, ou plus, des préoccupations suffisamment vivantes pour quelles puissent faire l’objet d’une recherche. D’autre part, la précision d’un sujet est aussi la restitution du tout premier travail de réflexion qu’il est nécessaire de mener en préambule à la rédaction. Mais au fond pourquoi ce sujet ? A cette question, quelques éléments de réponse : Tout d’abord, la question de l’adolescence revêt un intérêt particulier tant sur le plan personnel que professionnel. Personnel parce que cette période de la vie reste encore pour moi source de bien des souvenirs mais aussi des questionnements. Dans ce contexte, l’écriture de ce mémoire est sans doute aussi l’occasion d’un retour sur cette période de ma vie. L’adolescence interrogée dans cet écrit est peut-être aussi la mienne. Professionnel, car, comme précisé plus haut, éducateur spécialisé de formation, mon action s’exerce souvent auprès d’adolescents, ce qui rend à ce travail un intérêt supplémentaire dans lien entre terrain et conceptualisation.

Partons maintenant à la recherche de l’idole à l’adolescence… Avertissement… Tout au long de cet écrit, nous questionnerons le sujet de l’idole à l’adolescence. L’idole à laquelle l’adolescent se réfère, et telle qu’elle a été décrite au cours de notre recherche renvoie à une production de la société, en un mot à une personne issue du champ culturel, chanteur, acteur. Il ne s’agit pas pour nous de porter un jugement sur le « phénomène » idole, et encore moins de juger en terme qualitatif les idoles dont nous ont parlé les adolescents, ni même d’entrer dans la polémique « avoir ou non une idole ». Ce que nous interrogeons ici c’est avant tout un fait : l’adolescent dit avoir une ou des idoles. D’où qu’elle provienne, qui soit-elle ne nous importe peu, l’intérêt pour nous est de tenter de comprendre, sur le plan psychologique, à quoi « sert » l’idole pour l’adolescent qui s’y réfère. Enfin, l’adolescence que nous interrogeons est celle de notre société occidentale, voir européenne. Nous ne saurions prendre le risque d’étendre nos conclusions à d’autres cultures. Introduction Nous allons, tout au long de notre recherche tenter d’isoler la problématique de l’idole à l’adolescence. Pour ce faire, nous débuterons ce travail par une définition de l’idole, au sens étymologique, pour ensuite envisager l’évolution de ce terme à travers le temps ce qui nous amènera à la définition de l’idole telle nous la concevons dans le cadre de notre recherche.

Nous examinerons ensuite l’adolescence à travers un rapide retour dans l’histoire pour ensuite définir la problématique adolescente autour de la question de la désidéalisation des imagos parentaux. Pour cela notre réflexion sera étayé par l’apport de la psychanalyse sur le sujet. Une fois posées et définies clairement l’idole et la problématique adolescente, nous entrerons dans le questionnement lié à notre recherche, en tentant d’effectuer des liens entre concepts théoriques et la problématique idole/adolescence. Au terme de ce travail, nous serons en mesure de poser notre hypothèse. A travers une brève conclusion, nous effectuerons une synthèse de cette première partie

Catégorie: Mémoire Educateur spécialisé
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 17-05-2021
Historique du document:

0

Licence

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Accepter le terme et la condition

Documents associés

Pour ceux qui ont le silence entre les oreilles
Pour ceux qui ont le silence entre les oreilles

Au C.R.E.S.D.A, nous répétons souvent cette phrase: " Il faut apprendre à l'enfant sourd à communiquer " Mais lui permet-on de s'exprimer ? de naître à la parole ? Le langage entre nous et les enfants sourds doit-il être seulement utilitaire ? peut-il être authentique ? C'est à ces questions, que j'ai tenté de répondre dans ce mémoire. Mais les " réponses " engendrent presque toujours d'autres questions. Pour M. Jousse: Faire taire un enfant, c'est le brutaliser, on doit accepter l'exubérance. oui, mais il est vrai qu'accepter l'exubérance de l'enfant sourd n'est pas toujours facile à assumer et je suis souvent partagé entre: la conviction que l'enfant, parce que sourd doit s'exprimer le plus souvent possible, et celle que, parce qu'il va devenir un adulte, un être social, ce même enfant doit intégrer un certain nombre de règles qui régissent toute vie collective. Par exemple, lorsqu'un enfant sourd fait un geste obscène, il déroge aux règles de la politesse; ou encore lorsqu'au réfectoire Karine entame une conversation avec Béatrice qui est assise à l'autre extrémité de la table, cette conversation est importante, mais elle dérange d'une certaine manière " le bon déroulement " du repas. Ainsi, permettre l'expression de l'enfant sourd tout en maintenant l'esprit collectif du groupe n'est pas toujours aisé et quelque fois il faut en payer le prix.

Favoriser la « participation sociale » des personnes en situation de handicap
Favoriser la « participation sociale » des personnes en situation de handicap

Au cours de ce mémoire, je parlerai de personnes « en situation de handicap », conformément au modèle situationniste qui considère que le handicap de la personne résulte d’une interaction entre des facteurs personnels et des facteurs environnementaux. En effet, lors de mes expériences professionnelles dans le secteur du handicap mental ou psychique, je me suis interrogée sur la question de la participation à la vie sociale des personnes accueillies au sein des institutions médico-sociales. Il me semble que l’accompagnement des personnes en situation de handicap vers une participation à la vie sociale optimale est primordial. Je me suis appuyée sur la loi dite « loi 2005 », « pour l’égalité des droits, des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ».

Le moi-prison  de la toxicomanie
Le moi-prison de la toxicomanie
En quoi l’éducateur spécialisé peut accompagner et soutenir les personnes toxicomanes dans un changement de leur rapport au monde ? Dans un premier temps, j’exposerai le contexte professionnel et présenterai les problématiques des personnes toxicomanes. Ensuite, je présenterai mes constats au travers de deux situations professionnelles. Puis, je conceptualiserai les notions principales de mes questionnements afin d’apporter des pistes de travail et de réflexion. Finalement, je présenterai le projet éducatif mis en place en m’appuyant sur les entretiens individuels et l’évaluerai.Pour mettre en place ce projet, il a été nécessaire de modifier certaines pratiques institutionnelles. Mon regard sur la toxicomanie est quelque peu différent de celui de l’équipe. Les professionnels s’appuient sur une vision psychanalytique de la toxicomanie que je partage en partie. Me concernant, ma conception est plus orientée vers la sociologie voire la psycho-sociologie. Après avoir expliqué ma démarche, j’ai reçu le soutien de l’ensemble de l’équipe. Cela m’a permis d’affirmer mon positionnement professionnel et me prépare à mes futurs rôles et missions.
Le partenariat éducateurs spécialisés /familles au nom de l'intéret de l'enfant
Le partenariat éducateurs spécialisés /familles au nom de l'intéret de l'enfant
Dans le cadre de ma formation d’éducateur spécialisé, j’ai choisi d’effectuer mon stage à responsabilités à l’unité éducative de la baie de Morlaix (U.E.B.M). De cette structure, dépend le foyer éducatif Bellevue-La Madeleine qui prend en charge des enfants et adolescents âgés de 10 à 18 ans placés dans le cadre de mesures de protection de l’enfance (régies par l’article 375 du code civil ou à la demande des familles elles-mêmes dans le cadre d’un contrat signé avec l’Aide Sociale à l’Enfance (A.S.E). En 2006, en France, 150 000 enfants ont été séparés de leur famille dont 50 000 sont accueillis en internat éducatif. Pourtant, envisager qu’un enfant puisse être éduqué ailleurs que dans sa famille va à l’encontre du discours dominant actuel. Ainsi, pour Bruno Bettelheim, « la pire des familles vaut mieux que le meilleur des internats ». Cependant, dans certaines situations, la séparation outre qu’elle représente une mesure de protection peut aussi être un moyen de développement de la qualité des liens entre un enfant et ses parents. J. Trémintin va dans ce sens en indiquant que « ce dont a besoin l’enfant, ce n’est pas d’un lien avec ses parents biologiques qui serait par essence bon, mais de leur présence adéquate lui procurant un sentiment de sécurité et d’estime de soi ainsi qu’un plaisir partagé. Or, ces qualités, on ne les retrouve pas d’emblée chez les parents. Leur capacité d’attachement peut être suffisante et permettre un étayage suffisant. Mais elle peut tout autant s’avérer défectueuse et s’exercer d’une façon traumatisante devenant alors source d’une excitation angoissante ou d’une désorganisation pathologique ». De ce fait, pour Michel Chapponnais, « il est donc des circonstances où les accidents de la vie obligent les institutions à se substituer aux parents pour le bien de l’enfant ».

Connexion

Educateur spécialisé

Abonnement

Recherche