LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Educateur spécialisé

L'éducateur spécialisé est un travailleur social qui participe à l'éducation d'enfants et d'adolescents dits inadaptés. Il soutient aussi des adultes présentant des déficiences physiques et/ou psychiques pour les aider à retrouver de l'autonomie.

L’unité de la psychologie – Daniel Lagache

L’unité de la psychologie – Daniel Lagache

Mais qu’en est-t-il de la psychanalyse ? On la rencontre à trois reprises dans ce livre.

Pour respecter la chronologie de l’écriture que je connais maintenant, je vais commencer par le texte de 1947.

« En tant que procédé d’investigation, la psychanalyse se différencie-t-elle de la technique clinique autrement que par une technicité plus poussée et plus consciente d’elle-même ? (...) que l’on se demande seulement si une définition de la psychanalyse peut être recherchée ailleurs que  dans le cadre d’une psychologie clinique de la conduite humaine, dont l’attention qu’elle accorde au « transfert » serait sans doute le caractère le plus spécifique. » (p. 35-36)

Puis dans la conclusion : « La psychanalyse est une forme de psychologie clinique et de psychothérapie que spécifie notamment l’étude du transfert. » (p. 70)

La psychanalyse se présente comme une forme de psychologie clinique de la conduite humaine, un procédé d’investigation du psychisme, et j’ajouterai une théorie du développement et du fonctionnement affectif de l’homme. A ce titre, il est donc logique qu’elle soit étudiée par les étudiants en psychologie clinique. 

...

La psychologie est l’étude de la conduite humaine (au sens large) en tant que résolution d’un conflit résultant de l’adaptation d’un organisme à son milieu. Soit ! Il n’en reste pas moins que, la complexité et l’unicité inhérentes à cet objet d’étude nécessitent chacune d’adopter des stratégies d’investigation  et des perspectives variées qui se complètent. Pour moi, chaque théorie, chaque méthode représente un angle d’attaque, un point de vue, une perspective. Elle a ses limites mais a l’intérêt d’illustrer un ou plusieurs concepts. 

Pourquoi insister autant sur l’unité de la psychologie ? N’est-elle pas évidente ? Est-ce que chercher à expliquer le comportement humain sur tous les plans ne vise pas aussi à mieux le comprendre ? Et pourquoi mieux le comprendre si on n’utilise pas cette compréhension au moins pour aider, voire soigner.

Lorsque j’entrevois la multitude des interactions internes et externes et la diversité des combinaisons de construction possible tout au long du développement d’un individu, comment ne pas en tirer la conclusion que la personne qui se tient devant moi est unique, qu’elle est le résultat de ses expériences vécues dans un environnement donné, de ses apprentissages, le point de départ de son évolution future et qu’elle seule peut dire ses expériences, sa représentation du monde de là où elle est, sa problématique… Tout comme moi. Personne n’échappe à cette loi générale : tous pareils et tous différents. Pourquoi en irait-il autrement de la psychologie créée par l’homme ? 

Categorie: Fiche de lecture Educateur spécialisé
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 06-05-2019
Extrait des conditions générales d'utilisation

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Conditions d'utilisation

Documents de même catégorie

Devenir anorexique : Murielle Darmon
Devenir anorexique : Murielle Darmon

Étymologiquement, le terme « anorexie » du grec « anorexia » signifie « absence d’appétit ». On désigne en réalité le comportement qui consiste à se restreindre de nourriture. « L’anorexie est un trouble psychique qui se traduit notamment par une perte de poids importante, mais cette dernière est liée à une restriction déterminée volontairement même si les causes de ces privations auto infligées restent inconscientes pour les personnes qui en souffrent. Dans l’anorexie mentale le patient lutte contre la faim, tandis que dans l’anorexie il a perdu l’appétit . » On distingue deux types d’anorexie mentale : l’une à type restrictif et l’autre à type boulimique.

La compétence des familles  : Guy AUSLOOS
La compétence des familles : Guy AUSLOOS

Parce qu'AUSLOOS nous conseille de nous emparer de son livre comme nous le souhaitons, j'ai choisi de résumer les trois lignes directrices de sa pensée, le temps, le chaos et le processus, sans réellement suivre le squelette du livre. Cela évitera, par ailleurs un grand nombre de répétitions dont l'auteur reconnaît lui-même qu'elles sont nombreuses.

« Corps, infirmes et société », de Henri-Jacques STIKER
« Corps, infirmes et société », de Henri-Jacques STIKER

Dans un premier temps l’auteur expose les difficultés qu’il y a à aborder l’infirmité. En effet, le fait de l’aborder implique un engagement et un questionnement personnel, qui nous touche de près ou de loin. De tout temps l’homme a eu du mal à se confronter à l’infirmité, à ce qu’il nomme la malformation, la débilité… Tous ces termes négatifs qui renvoient à des peurs et qui reflètent une gêne. L’infirmité, pour les personnes concernées, entraîne un bouleversement dans une vie, un changement des représentations, une désorganisation des valeurs et une culpabilité.

Le regard des autres, sur toutes déviances qu’elles soient d’ordre psychique, mental ou physique, conduit à une peur, à un rejet. Comme le pense l’auteur, l’infirmité représente une « a-normalité » qui permet de donner corps à la « normalité ». L’homme dans sa quête d’identité et de similitude, à besoin de voir « son opposé » pour se rassurer dans sa normalité. De fait le handicap est prit en compte dans notre société, mais pas complètement, ce qui occasionne une exclusion, que l’on retrouve dans le système économique, culturel… D’où le dilemme entre exclure et inclure.

Sociologie de l’intégration : Mohand Khellil
Sociologie de l’intégration : Mohand Khellil

e mot intégration est né dans le passé colonial Français c’est dans un contexte colonial qu’une partie de l’immigration s’est effectuée Aujourd’hui le rejet et la xénophobie sont tjrs présents liés à des préjugés difficultés d’embauche, recalé à l’entrée des boites de nuit Selon J. Fijajkowski l’animosité envers les étrangers serait liée aux problèmes quotidiens la modernisation favoriserait le bien-être de 2/3 de la population, tiers restant deviendrait déviant et rejeté.

L’immigré serait rejeté car il réintègre une société qui se dit moderne des éléments traditionnels perçus régressifs. Le rejet se veut donc plus conservateur que raciste Cependant le racisme est bien présent = logement, travail, justice, insultes policières car il y avait une relation de dominant-dominé avec les colonies Suite à ces discriminations les immigrés se replient sur eux et sur leur culture d’origine Selon D. Lapeyronnie, l’égalité et l’identité ainsi que l’universel et la sauvegarde sont compatibles Cependant, il y a un paradoxe = + les immigrés s’intègrent + ils font l’objet de pressions racistes La communauté s’analyse par une appartenance et donc une forme d’intégration Selon Tönnies, la communauté se développerait par la famille, le pays natal.

Connexion

Educateur spécialisé

Abonnement

Recherche