LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Educateur spécialisé

L'éducateur spécialisé est un travailleur social qui participe à l'éducation d'enfants et d'adolescents dits inadaptés. Il soutient aussi des adultes présentant des déficiences physiques et/ou psychiques pour les aider à retrouver de l'autonomie.

Regards sur les prises en charges

Regards sur les prises en charges

Introduction : Présentation des deux secteurs : Médico-social, Hôpital de jour. Population. Problématique : Comment se place le professionnel dans la prise en charge de l’enfant ? Avec les outils dont il dispose, travaille-t-il dans l’individualité ou en collaboration avec les autres professionnels pour un meilleur équilibre de l’enfant ? Présentation du plan. I. Outils de la prise en charge. A/ Les Bilans réguliers des suivis de l’enfant. B/ Les Réunions. C/ Les Ateliers. II. Analyse des pratiques de la prise en charge. A/ Rôles des professionnels dans la prise en charge. B/ Individualité ou collaboration pour un équilibre de l’enfant ? Conclusion Comment cette situation dans les pratiques des professionnels au niveau des professionnels amène de gros problèmes dans l’orientation des enfants dans l’avenir ?

La maladie mentale et le handicap relèvent respectivement de deux champs d’intervention : le secteur sanitaire de la psychiatrie infanto-juvénile avec les hôpitaux de jour notamment et le secteur médico-social avec les établissements spécialisés (IME, IMPRO, EMPRO, EMP, CAT et Ateliers Protégés). L’intérêt de cette distinction réside dans une différenciation des populations accueillies et vise à favoriser une meilleure intégration ou adaptation des sujets dans la société dite « ordinaire », à partir de prises en charges adaptées au regard des différentes pathologies et des différents handicaps. Toutefois les concepts de maladie mentale et de handicap ne peuvent se réduire à une présentation antinomique. Ils sont en revanche complémentaires et interdépendants. De même que la maladie mentale nécessite une reconnaissance spécifique et des moyens adaptés de soins, de traitements, le handicap induit lui aussi une organisation institutionnelle adaptée et une gestion sociale de l’inadaptation des handicapés. Parler de handicap comme de maladie mentale revient à parler de sujets « souffrants » qui supportent un désavantage social permanent. Les uns comme les autres doivent avoir accès aux soins, ont droit à des prises en charge spécifiques et adaptées, à des moyens financiers et techniques (professionnels, locaux, matériels, appareillages, etc…) qui permettent de compenser ces désavantages pour assurer leurs droits à une existence qui, autant que faire se peut, se rapprocherait de la vie en milieu ordinaire et de l’adaptation sociale. La maladie mentale se définirait comme une altération de la personnalité. Sa prise en charge thérapeutique consiste en deux principes fondamentaux : elle repose sur la compétence des soignants et la collaboration active de l’entourage familial pour permettre au patient de vivre dans la « cité ». En outre, la prise en charge thérapeutique (prévention, dépistage, traitement) nécessite une continuité dans les soins. Le handicap est lui généralement défini comme un désavantage non spécifique mais qui dépend de l’environnement. La loi d’orientation de 1975 définit en termes généraux le handicap et organise « le secteur handicapé et de l’inadaptation ». La loi de 1975, Annexes XXIV Bis et Ter, ne font pas explicitement référence au secteur de la psychiatrie et notamment de la psychiatrie en terme de prises en charge et de moyens (actions éducatives et rééducatives). A l’issue de cette présentation générale, notre travail portera sur les outils et l’évaluation des prises en charge destinées aux sujets souffrant de maladies mentales et aux sujets handicapés. L’analyse des pratiques professionnelles observées sur nos différents lieux de stage nous a permis d’élaborer cette réflexion, nourrie par les projets d’établissement et les orientations en terme de projets individualisés pour ces populations accueillies en hôpital de jour et en IME, IMPRO, EMP, EMPRO. L’organisation du « secteur handicapés » est prévue par les lois sociales de 1975, actualisées par la loi de 1989 et qui seront réexaminées prochainement. CDES, CCPE, CCSD pour les enfants, COTOREP pour les adultes, CROSS pour les structures sont les différentes commissions qui répartissent les populations handicapées dans les différents établissements de soins, éducatifs et pédagogiques. L’objectif et les orientations dans les prises en charge du handicap comme de la maladie mentale sont étayées par des pratiques thérapeutiques institutionnelles, des outils d’intervention sociale et éducative dans le cadre d’équipes pluridisciplinaires. A chaque étape du suivi individuel, une collaboration et une évaluation sont nécessaires afin de placer l’usager au centre du dispositif de prise en charge et de le considérer comme acteur et sujet. Il apparaît que les pratiques rencontrées durant nos stages présentent des points communs quant aux outils de la prise en charge, aux modes d’évaluation et à la nécessaire complémentarité et pluridisciplinarité des professionnels. Les objectifs des prises en charge déterminent l’orientation des enfants et des adolescents, soit vers les hôpitaux de jour soit vers les IME, IMPRO, EMP, EMPRO.

Catégorie: Etude psycho-pédagogique Educateur spécialisé
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 15-09-2021
Historique du document:

0

Licence

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Accepter le terme et la condition

Documents associés

DC 2 : Mathieu en IME
DC 2 : Mathieu en IME
Mathieu connaît une évolution plutôt irrégulière au sein d’un groupe, tant au niveau de sa classe de CLIS, de son groupe à l’IME, et en fonction des différents ateliers qu’il suit, il semble plus nerveux et sujet à des crises. Plusieurs rapports des intervenants pédagogiques mettent en avant le fait qu’il évolue mieux en groupe restreint.
Projet d’atelier : Autour de la voix et des rythmes
Projet d’atelier : Autour de la voix et des rythmes

A l’origine de ce projet se trouve le constat suivant : l’enfant est d’abord un être qui entre en relation avec les personnes et les objets par l’intermédiaire d’actes essentiellement créatifs. Appuyant ma démarche sur cette notion essentielle, j’ai voulu offrir aux enfants de la C.L.I.S. un espace et un lieu qui favorisent l’expression de cette créativité commune à tout être humain, qu’il souffre ou pas d’un handicap. La démarche créatrice ne cherche pas à rétablir une norme, à transformer l’individu ou à signaler une trajectoire allant d’un point à un autre et qu’il faut respecter. La réussite vient à en perdre son caractère obligatoire. En ce sens, l’activité créatrice est un espace de liberté qui permet la reconnaissance de soi et de l’autre pour ce qu’ils sont.

Un usager psychotique en accueil de jour
Un usager psychotique en accueil de jour
La situation qui s’est déroulée au sein de l’association ce jour-là est des plus complexes. La violence à laquelle nous avons été témoin est d’ordre verbal et psychologique. L’accueilli est passé par une phase d’indignation, puis de colère et enfin de désespoir. La violence de ses mots ne peut s’expliquer que par un facteur. Nous sommes obligés de prendre en compte l’ensemble des éléments de la vie de cet homme pour comprendre cette situation.

C’est ainsi le croisement entre conditions de vie difficiles et souffrance psychique, qui explique probablement la réaction de cet accueilli. En revanche, si nous sommes amenés à comprendre la souffrance et donc le comportement de cet homme, nous comprenons moins comment un homme malade physiquement et mentalement, est encore à la rue, sans solution de prise en charge. Car même en étant dans le délire, même en niant certains éléments ou en en rajoutant, c’est tout de même cette réalité-là que l’accueilli pointe du doigt…
Réflexion sur l’institution
Réflexion sur l’institution

L’institution génère de la souffrance chez l’individu. En subissant l’autorité de l’institution, l’homme se heurte à une décision arbitraire. Dans le travail social, la violence faite aux familles et aux enfants qui rencontrent les institutions sur le chemin de leur vie ne peut être niée. La séparation de l’enfant d’avec sa famille constitue une première violence surtout quand elle est imposée par un tiers. Pour l’enfant, elle provoque une perte de repères affectifs, spatiaux, humains. A chaque changement de placement ou d’établissement, l’enfant perdra un peu de sa capacité à aimer, à s’investir dans une nouvelle relation. Cette séparation n’est pas sans conséquences pour les parents. Elle pointe leur défaillance, elle les dévalorise, ce qui engendre souvent une rivalité entre les professionnels et la famille. L’intervention vient disqualifier la famille dans l’exercice de l’autorité parentale.

Connexion

Educateur spécialisé

Abonnement

Recherche