LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Educateur spécialisé

L'éducateur spécialisé est un travailleur social qui participe à l'éducation d'enfants et d'adolescents dits inadaptés. Il soutient aussi des adultes présentant des déficiences physiques et/ou psychiques pour les aider à retrouver de l'autonomie.

Le judo un moyen pour canaliser la violence

Le judo un moyen pour canaliser la violence

Il est important de distinguer la violence fondamentale de l’agressivité et de proposer des activités susceptibles de canaliser des « pulsions violentes » . Cette énergie débordante que j’ai rencontré chez ces enfants lors de mon stage ne demandait qu’à s’exprimer. La fonction- cadre de l’unité 1 ne remplissait pas son rôle de soutien. En outre, l’activité judo offrait cette possibilité de contenir, d’exprimer et par conséquent d’intégrer une violence au sein d’un cadre défini , le dojo . La réflexion qui fait suite à cette activité est relative à l’importance de l’aspect contenant d’un tel lieu. Cette expérience et le retour que j’en fis à l’équipe éducative permirent de mettre en place un projet de réaménagement de l’atelier. Il consiste en la délimitation de l’espace des enfants par de simples barrières, marquant une frontière entre le dedans et le dehors, les autres groupes et le notre.

INTRODUCTION Selon une idée largement répandue les arts martiaux ou sports de combat contribueraient à l’effort de canaliser la violence . Pratiquant ces disciplines depuis un certain nombre d’ années c’est avec grand intérêt que j’écoutais la présentation du projet « judo » de la part du chef de service de l’institut de rééducation psychothérapeutique. Selon lui, les comportements des jeunes durant cette activité diffèrent des autres moments de la vie institutionnelle . Je décidais par conséquent de participer pendant ce stage de découverte à cet atelier Judo mis en place par le Moniteur de sport, professeur de judo par ailleurs. Les enfants qui y sont reçus ont entre neuf et quatorze ans et présentent des difficultés diverses telles que troubles de la parole et du langage , incontinence sphinctérienne instabilité, agressivité, violence . Placés pour des raisons scolaires et /ou familiales leurs troubles du comportement les rendent « insupportables » pour les autres enfants leurs parents, les enseignants et il n’est pas rare qu’ils soient exclus du système scolaire . Bien qu’ayant une faible expérience auprès d’enfants présentant des troubles du comportement je partageais l’opinion selon laquelle un sport de combat favorisait la contenance de la violence chez les jeunes . Mon parcours de pratiquant de divers arts martiaux et sports de combat dés l’âge de douze ans me permet d’avancer une telle hypothèse . Cependant nous assistons à une dérive de ces disciplines . La devise de Pierre de Coubertin : « L’important c’est de participer » se voit peu à peu évincer en faveur d’une idéologie de la victoire, l’essentiel étant de vaincre à tout prix . Nombre de clubs traditionnels d’arts martiaux retiennent comme qualité essentielle cette « rage de vaincre » la « pulsion du tueur » afin de fabriquer des bêtes de compétition . Nous voyons même sur la scène internationale l’émergence de nouveaux combattants qui tels des gladiateurs de la Rome antique s’empoignent à l’intérieur de cages de fer au travers de combats sanglants sans règles et largement médiatisés. Ce culte de la violence à l’état brut nous éloigne de l’idéal philosophique des arts martiaux de paix intérieur. Le Judo par exemple signifie « Voie de la souplesse ». A regarder les compétiteurs modernes s’entraîner comme de véritables guerriers et où les coups de tête, de pieds fusent nous sommes bien loin de l’idéal contenant de telles pratiques . Aussi c’est avec réserve que je m’apprêtai à participer activement à cet atelier . En effet, je me demandais si pratiquer un sport de combat n’allait pas engendrer des comportements violents chez des enfants qui semblaient s’exprimer largement sur le mode de l’agressivité tant verbale que physique . Cette réserve tenait au fait que l’institution vivait une période « d’éclatement » durant laquelle les enfants exprimaient la violence dans des passages à l’acte nombreux et souvent dirigés contre les adultes . Hypothèse Interpellé par la violence lors de ce stage de découverte je m’emploierai à démontrer l’utilité d’une activité « judo » telle qu’elle était mise en place dans l’institution . Outre mon soucis de distinguer ce que renferment les notions de « violence » et d’ « agressivité »je tâcherai de souligner l’intérêt du cadre spatio-temporel que propose une telle activité . Son aspect contenant constituera l’hypothèse centrale que je m’efforcerai d’analyser au travers des notions de règles, de rituels, de temps de parole . J’utiliserai par ailleurs l’hypothèse selon laquelle les arts martiaux permettent d’exprimer une violence naturelle . Outre son aspect cathartique commun à tout sport, je postule l’idée que l’atelier judo favorise l’intégration de la « violence fondamentale »de l’enfant. Distinguant cette dernière de l’agressivité selon la théorie de J.Bergeret, je m’intéresserai à la notion de pulsion d’emprise, c’est-à-dire une pulsion non sexuelle qui vise à dominer l’objet par la force. Le judo et les arts martiaux d’une manière générale favoriserait à mon avis l’expression de ce besoin de domination au sein d’un cadre socialisant. Par ailleurs, J.Bergeret nous dit que « les attitudes individuelles ou collectives correspondent à l’agressivité, c’est-à-dire un mélange pulsionnel réalisé secondairement à partir des pulsions sexuelles et des pulsions violentes de survie ». Ce mouvement de déplacement vers un lieu propice à l’affrontement physique ne constituerait-il pas l’ébauche d’une sublimation de cette agressivité ?

Catégorie: Etude psycho-pédagogique Educateur spécialisé
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 08-01-2021
Historique du document:

0

Licence

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Accepter le terme et la condition

Documents associés

L’heure du conte
L’heure du conte
En fouillant dans ma mémoire, en remontant le fil du temps, j'ai des souvenirs, des images et des souffles qui me reviennent à l'annonce du mot conte : Maman, assis sur une chaise, qui nous raconte l'histoire de Cendrillon ; Papa, en se baladant en forêt, qui nous joue "loup, y es-tu ?"; Mes institutrices qui nous emmènent autour du monde avec ce canard qui voulait décrocher la lune. Bon sang, il n'y a que les canards, trop bêtes pour être des adultes, qui peuvent croire qu'on peut décrocher la lune ! Et pourtant, on a grandi avec ces histoires à dormir debout qui nous tenait (r)éveillé. Quand le monde faisait trop de bruit, que les questions se bousculaient à l'entrée (alors qu'à l'intérieur, on n'est pas encore prêts), qu'on avait peur que tout se brise et disparaisse sans raison, alors je partais dans ce monde enchanté où je pouvais avoir le silence (si je voulais), où les questions avaient des réponses (si je voulais), où je pouvais jouer à cache-cache avec mes peurs et mes angoisses. Quelques années plus tard et c'est moi qui raconte les histoires. C'est à mon tour maintenant. En attendant de passer la main le plus tard possible. Car avant moi, c'était mes parents, et avant, mes grands-parents, et avant, encore un avant… Il semble que le conte se perde dans la nuit des temps. Comme il se perd au plus profond de nous, en ce qu'il y a de plus terrible mais aussi de plus merveilleux en nous.
La méthode verbotonale
La méthode verbotonale
AIDER, ACCOMPAGNER L'ENFANT SOURD SANS LE SURPROTEGER. L'enfant sourd reste très dépendant des adultes qui l'entourent. Il ne peut assimiler un concept nouveau par ses propres moyens à cause des images auditives déformées qu'il est susceptible de recevoir. Il a donc besoin qu'on lui fasse vivre des situations qui illustrent et enrichissent la connaissance des concepts. I l a besoin qu'on lui explique, qu'on l'aide à prononcer correctement à reconnaître auditivement et à employer les concepts à bon escient. Il faut vérifier sans cesse qu'il a bien compris. C'est pourquoi le travail individuel orthophonique (entraînement de l'audition action sur la voix, l'articulation l'enrichissement de la langue orale et écrite) et le soutien pédagogique spécialisé restent absolument indispensables et pour longtemps, à moins que les parents puissent assumer ce travail totalement. La surveillance médicale et le suivi prothétique de toute évidence, doivent également être poursuivis. Ce travail est donc délicat. Il s'agit d'aider, d'accompagner l'enfant sourd et sa famille, mais sans les surprotéger, de le rendre autonome le plus vite possible, mais sans lui demander l'impossible, en tenant compte de chaque situation particulière.
ITEP:La violence des adolescents
ITEP:La violence des adolescents
Dans cette note de réflexion, j’ai choisi de parler de la violence agie des jeunes rencontrés en ITEP*, mon lieu de stage. Je ne souhaite pas expliquer cette violence. Mon sujet est de mieux comprendre ces jeunes par ce qu’ils nous donnent à voir ; les symptômes psychopathologiques mettent en cause la relation de l’enfant avec son entourage ; cette agressivité qui m’a interpellée est le signe prépondérant d’une construction identitaire « inadéquat », une réponse à un environnement subi comme lui-même violent.
La psychose chez l'adulte
La psychose chez l'adulte
Le terme psychose a été introduit par Ernst Von Feuchtersleben, un psychiatre autrichien en 1845 pour remplacer le terme folie. En effet avec l’évolution de la société, les spécialistes vont s’intéresser à ce type de personne reconnu comme fou. La folie va devenir une maladie mentale, la psychose. Celle-ci se caractérise par une perte de contact avec la réalité et des troubles de l’identité dont le sujet n’a pas forcément conscience. Afin de mieux comprendre le cheminement de prise en charge d’usager psychotique nous avons voulu dans une première partie traiter de l’évolution historique de la notion de psychose. En deuxième partie, pour permettre un repérage des différentes formes de psychoses un listing des troubles est établi à partir des deux classifications utilisées. En troisième partie, le champ de la psychanalyse est abordé avec les notions de S.Freud et de J.Lacan sur la psychose.

Connexion

Educateur spécialisé

Abonnement

Recherche