LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Educateur spécialisé

L'éducateur spécialisé est un travailleur social qui participe à l'éducation d'enfants et d'adolescents dits inadaptés. Il soutient aussi des adultes présentant des déficiences physiques et/ou psychiques pour les aider à retrouver de l'autonomie.

La toilette en Maison d’Accueil Spécialisée

La toilette en Maison d’Accueil Spécialisée

Introduction L’institution où je prépare ma formation d’éducateur spécialisé est une Maison d’Accueil Spécialisée dans un des pavillons de la Fondation JB. Les personnes qui y résident sont des adultes déficients qui nécessitent une aide importante pour la plus grande partie des actes quotidiens. Elles sont dépendantes de l’accompagnant. Chaque résident vit dans un groupe, il y a 6 groupes de 10 personnes. Chaque groupe est encadré par une équipe de 5 ou 6 professionnels : aide soignant, aide médico-psychologique, moniteur éducateur et exceptionnellement éducateur spécialisé. Personnels soignants et éducatifs se côtoient, travaillent ensemble, remplissent les mêmes tâches au quotidien. Dans ce pavillon, il y a très peu d’admissions et de sorties ; les résidents vieillissent. Ceci pose de nouvelles difficultés d’accompagnement pour l’équipe : ce vieillissement aggrave le handicap, la place du soin est donc de plus en plus importante. Les projets individuels sont très souvent orientés vers un maintien des acquis, on ne parle que rarement de nouvelles acquisitions. Il s’agit d’adultes, et non d’enfants : l’avenir est moins porteur d’illusion. Je souhaite réfléchir sur la toilette. Ce qui pourrait paraître un acte banal est le premier moment relationnel de la journée entre l’accompagnant et le résident. C’est aussi un acte incontournable dans notre travail. La toilette est un acte soignant, un acte obligatoire, peut-il être un acte éducatif ? Je m’interroge sur la place de l’éducateur spécialisé ? Comment celui-ci peut-il s’inscrire dans ce contexte ? 1 - La toilette, un acte soignant Etymologiquement, le mot Toilette vient du latin "Texere, textus" qui signifie "tisser". De tellette (toile), fin 14 em siècle, ce mot désignait une petite pièce de toile qui servait à envelopper la marchandise. Aujourd'hui, la toilette est surtout un acte d'hygiène corporelle; se laver, se décrotter, se décrasser, acte dirigé vers soi-même, acte quotidien et naturel, pratiqué dans l'intimité de sa salle de bain. Acte d'hygiène, donc de santé, mais aussi acte de propreté qui permet de bonnes relations sociales; l'aspect de la personne, son odeur, sont chargés de sens. Se laver, c'est également ôter la souillure, souillure réelle ou symbolique: comme être lavé de tout soupçon, ou être lavé de ses péchés. Dans l’institution, la toilette est considérée comme un soin. Elle est une protection individuelle contre les maladies, ainsi qu'un acte préventif contre un risque de contamination envers les autres : la vie en collectivité, le partage pour un grand nombre de personnes de mêmes locaux ( une salle de bain pour dix personnes, par exemple ) est une contrainte supplémentaire . Mais elle est également considérée comme un acte social. 1.1 - Les objectifs de la toilette Un article dans une revue soignante précise les différents objectifs de la toilette du malade en institution ; 1 - L'hygiène et la propreté. C'est, par définition, l'objectif de la toilette, souvent le seul enseigné, avec des protocoles classiques. 2 - La communication verbale. Une étude réalisée en long séjour (de 1983 à 1985) montrait qu'il y avait, en moyenne sur 24 h, 120 secondes de communication verbale entre le soignant et le "patient", certaines bandes d’enregistrement restant vierges si le patient extériorisait peu ou semblait ne pas comprendre. D'où nécessité de travailler cette communication, ne serait-ce que pour permettre au patient de ne pas s'enfoncer dans un syndrome d'immobilisme toujours iatrogène, c'est à dire, fabriqué par l'institution. 3 - La communication non verbale. Ce type de communication est considéré comme le plus important. La sécurité des gestes, comme leur douceur, sont indispensables au patient comme au soignant. Pour les auteurs, il est nécessaire de former les soignants au toucher tendresse voir au toucher « amour », termes qu’ils ne définissent pas davantage dans cet article.

Catégorie: Etude psycho-pédagogique Educateur spécialisé
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 21-07-2021
Historique du document:

0

Licence

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Accepter le terme et la condition

Documents associés

La psychose chez l'adulte
La psychose chez l'adulte
Le terme psychose a été introduit par Ernst Von Feuchtersleben, un psychiatre autrichien en 1845 pour remplacer le terme folie. En effet avec l’évolution de la société, les spécialistes vont s’intéresser à ce type de personne reconnu comme fou. La folie va devenir une maladie mentale, la psychose. Celle-ci se caractérise par une perte de contact avec la réalité et des troubles de l’identité dont le sujet n’a pas forcément conscience. Afin de mieux comprendre le cheminement de prise en charge d’usager psychotique nous avons voulu dans une première partie traiter de l’évolution historique de la notion de psychose. En deuxième partie, pour permettre un repérage des différentes formes de psychoses un listing des troubles est établi à partir des deux classifications utilisées. En troisième partie, le champ de la psychanalyse est abordé avec les notions de S.Freud et de J.Lacan sur la psychose.
Accompagnement socio-éducatif en IME
Accompagnement socio-éducatif en IME
Dès le commencement de mon stage à l’Institut Médico Educatif, je me suis rendue compte que les préadolescents présents sur mon groupe éprouvaient tous des difficultés plus ou moins importantes. Ces obstacles survenaient généralement à des moments précis, comme durant les repas, lors de certains exercices ou activités ou lorsqu’ils devaient se laver les mains. Au fil du temps, je me suis attardée sur plusieurs enfants. Mais, pour ce dossier, je m’appuierai sur le travail que j’ai effectué auprès de Camille. Elle rencontrait certaines difficultés, notamment au moment du lavage des mains. Cela m’a semblé important à travailler, pour lui permettre une meilleure autonomie dans sa vie quotidienne.

Au terme de ce dossier, je pense m’être impliquée dans une relation d’aide mettant l’accent sur la confiance et certaines valeurs, pour arriver à un but précis, celui de favoriser l’autonomie de Camille. Certes dans cette situation, la dépendance de Camille est liée à son handicap (déficience intellectuelle sévère). Mais chaque professionnel, dans le domaine de l’action sociale, tend à promouvoir la valeur de l’autonomie et à la développer afin que les individus puissent avoir la capacité de se restaurer comme acteurs de leur propre vie. Pour compléter et clore ce dossier, j’ajouterai une citation de J. Rouzel : « L’éducateur doit être celui qui accompagne un être dans le passage et lui proposer son appui pour avancer dans la voie de l’autonomie et de la responsabilisation ».
Approche Anthropologie et Structurelle des Situations Difficiles des Populations Exclues
Approche Anthropologie et Structurelle des Situations Difficiles des Populations Exclues
Conditions réelles des personnes ?, Qui sont-elles ?, Quelle est leur histoire ?, Leur culture ?, leur fonctionnement ?, leur place au sein de la société ? Entre les individus, il y a des passerelles, la société les quantifient et les incluent dans un groupe (Rmiste,…) ; en les évaluant économiquement (faible, sans rien, modéré,…) également du point de vue humain (tant de femmes, d’hommes, de célibataires, …), donnant lieu ainsi à des statistiques : photographie floue de la société. La société met des portes, des sas, permettant ainsi de savoir si un individu peut passer d’exclu au statut de salarié inséré dans la société. Ce qui ferait de ce même individu, une personne normalisé/normative/socialisé. L’anthropologie, ne veut les considérer comme des individus seuls, mais les intégrer dans un groupe, défini par un aspect humain, la rue, normaliste, addiction ; les situer dans un territoire. Réfléchir à l’exclusion, c’est réfléchir à la géographie, ces personnes s’approprient des espaces, des lieux qui « provoquent », des lieux qui font porter l’attention sur eux. A souligner le combat qui existe entre les territoires, même au sein de la rue il existe des territoires, qu’importe ne peut s’y installer. La pauvreté avant était folklorisée, « le clochard poète, qui a un grain de folie » - cf. .Erasme « Eloge de le Folie » XIIIème siècle
Etude sur le symptôme de l'enfant
Etude sur le symptôme de l'enfant
Le symptôme est le substitut de représentations tombées sous le coup d'un interdit et refoulées dans l'Inconscient. Il est le déguisement de ces représentations pour qu'elles puissent réinvestir le champ de la conscience, en étant acceptable. Et, il apporte une satisfaction de remplacement au désir inconscient, sans éveiller la censure et même en satisfaisant les exigences défensives. Cette double-satisfaction explique la capacité de résistance du symptôme car il est maintenu des deux côtés.

Connexion

Educateur spécialisé

Abonnement

Recherche



Derniers Docs Educateur spécialisé

Les plus vus - Educateur spécialisé

Les plus téléchargés - Educateur spécialisé