LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Educateur spécialisé

L'éducateur spécialisé est un travailleur social qui participe à l'éducation d'enfants et d'adolescents dits inadaptés. Il soutient aussi des adultes présentant des déficiences physiques et/ou psychiques pour les aider à retrouver de l'autonomie.

La psychosomatique chez les adolescentes

La psychosomatique chez les adolescentes

Le Dictionnaire Larousse donne cette définition de la psychosomatique : du grec “ psukhê ” = âme et “ sôma ” = corps . Qui concerne à la fois le corps et l’esprit . Celon le même dictionnaire , les troubles somatiques sont relatifs à une “ maladie organique dont le déterminisme et l’évolution sont soumis de façon prioritaire à des facteurs d’ordre psychique ou conflictuel , alors que les symptômes de maladie mentale font défaut . ” La psychanalyse explique que l’appareil psychique se constitue par étayage corporel . Puis , le moi psychique façonne le corps où s’inscrit l’histoire du sujet , avec ses troubles émotionnels et existentiels . Lorsque le sujet ne peut élaborer psychiquement des conflits ou symboliser des traumatismes insoutenables , le symptôme va venir “ remplacer ” ce conflit et se fixer sur le corps . On peut donc se demander , de notre place d’éducateur , comment prendre en compte les manifestations corporelles des usagers dans le travail éducatif .

I. OBSERVATIONS ET CONSTATS: 1.1) Présentation de l’établissement et population accueillie: J’ai réalisé ce dossier santé dans le cadre de mon dernier stage , c’est-à-dire lors du stage à responsabilité éducative , au sein du Foyer T (Foyer d’Adolescentes à Caractère Social) . Ces adolescentes, en difficultés sociales, individuelles ou familiales, ont entre 14 et 18 ans. Elles sont confiées par l’A.S.E sous la forme d’un placement administratif ou judiciaire. L’établissement n’est pas un établissement habilité justice. 1.2) Les manifestations somatiques: Depuis que j’effectue mon stage dans cet établissement , j’ai pu remarquer de nombreuses manifestations somatiques chez les adolescentes accueillies . En effet , très régulièrement , les jeunes se plaignent de différents maux , tel que le mal de tête , le mal de ventre , la fatigue , et demandent souvent à consulter un médecin . Ces manifestations , sont encore plus importantes au moment du coucher, souvent source d’angoisse : Alors que l’activité est reliée aux pulsions de vie, le sommeil , lui , réactive les pulsions de mort . Les manifestations somatiques sont très variées , individuelles , et n’ont toutes la même signification . Elles témoignent toutes cependant d’une souffrance , le corps apparaissant comme un moyen d’exprimer une douleur intolérable , impossible à symboliser ou à verbaliser . Catherine et Nathalie sont deux jeunes de 16 et 15 ans , qui viennent très régulièrement se plaindre d’un mal de tête ou de ventre . Afin d’envisager des pistes de travail éducatif , pour que ces manifestations puissent être dépassées, je vais tenter d’analyser les raisons de ces maux , et ce qu’ils signifient II. LES MESSAGES DU CORPS: 2.1) Les manifestations corporelles comme mode d’expression: Catherine est une jeune de 16 ans qui n’a pas de place dans sa famille : Sa mère la rejette , et ceci de manière plus importante depuis que Catherine revoit son père et qu’elle a un droit de visite chez lui (l’origine du placement étant l’alcoolisation de son père et les conditions de vie “ précaires ”de cette famille . Ces parents se sont séparés depuis le placement) . Catherine souffre beaucoup de cette situation de rejet . Cela se manifeste chez elle par des crises de tétanie, éprouvant de grandes difficultés à verbaliser ses angoisses et sa souffrance. . A ce sujet , F.DOLTO , dans “ L’image inconsciente du corps ”-Editions du S, page 367, écrit: “ Tout est langage chez l’être humain . Le corps lui-même , par la santé , ou par la maladie , est langage . La santé , c’est le langage du bien portant ; la maladie est un langage d’éprouvé et parfois d’angoisse . ”

Catégorie: Etude psycho-pédagogique Educateur spécialisé
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 03-05-2021
Historique du document:

0

Licence

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Accepter le terme et la condition

Documents associés

Etude de cas clinique dans un Foyer Départemental de l'Enfance
Etude de cas clinique dans un Foyer Départemental de l'Enfance
Autour de la table où est disposé le plateau du jeu se trouve Zhor, Nassim, Roy. Florent vient nous rejoindre quelques minutes plus tard. Le jeu se déroule dans la bonne humeur. J'observe au cours de la partie que ces enfants ont plutôt une bonne culture générale. L'éducatrice s'absente quelques instants pour se réunir avec les éducatrices du secteur de la Petite Enfance.
Le judo un moyen pour canaliser la violence
Le judo un moyen pour canaliser la violence

Il est important de distinguer la violence fondamentale de l’agressivité et de proposer des activités susceptibles de canaliser des « pulsions violentes » . Cette énergie débordante que j’ai rencontré chez ces enfants lors de mon stage ne demandait qu’à s’exprimer. La fonction- cadre de l’unité 1 ne remplissait pas son rôle de soutien. En outre, l’activité judo offrait cette possibilité de contenir, d’exprimer et par conséquent d’intégrer une violence au sein d’un cadre défini , le dojo . La réflexion qui fait suite à cette activité est relative à l’importance de l’aspect contenant d’un tel lieu. Cette expérience et le retour que j’en fis à l’équipe éducative permirent de mettre en place un projet de réaménagement de l’atelier. Il consiste en la délimitation de l’espace des enfants par de simples barrières, marquant une frontière entre le dedans et le dehors, les autres groupes et le notre.

La glace et la main : deux insécurités
La glace et la main : deux insécurités
A l’Institut Médico-Educatif (I.M.E.), lors des réunions d’équipe pluridisciplinaire, nous nous questionnons sur la situation d’un jeune que nous appellerons Mathieu. Mathieu a quatorze ans, il a été diagnostiqué autiste à l’âge de cinq ans. Il paraît souvent angoissé : son regard est fuyant, ses mains sont constamment frottées l’une contre l’autre, sa posture est figée et Mathieu répète des phrases du type : « je veux pas », « pas la main », …
L’heure du conte
L’heure du conte

En fouillant dans ma mémoire, en remontant le fil du temps, j'ai des souvenirs, des images et des souffles qui me reviennent à l'annonce du mot conte : Maman, assis sur une chaise, qui nous raconte l'histoire de Cendrillon ; Papa, en se baladant en forêt, qui nous joue "loup, y es-tu ?"; Mes institutrices qui nous emmènent autour du monde avec ce canard qui voulait décrocher la lune. Bon sang, il n'y a que les canards, trop bêtes pour être des adultes, qui peuvent croire qu'on peut décrocher la lune ! Et pourtant, on a grandi avec ces histoires à dormir debout qui nous tenait (r)éveillé. Quand le monde faisait trop de bruit, que les questions se bousculaient à l'entrée (alors qu'à l'intérieur, on n'est pas encore prêts), qu'on avait peur que tout se brise et disparaisse sans raison, alors je partais dans ce monde enchanté où je pouvais avoir le silence (si je voulais), où les questions avaient des réponses (si je voulais), où je pouvais jouer à cache-cache avec mes peurs et mes angoisses. Quelques années plus tard et c'est moi qui raconte les histoires. C'est à mon tour maintenant. En attendant de passer la main le plus tard possible. Car avant moi, c'était mes parents, et avant, mes grands-parents, et avant, encore un avant… Il semble que le conte se perde dans la nuit des temps. Comme il se perd au plus profond de nous, en ce qu'il y a de plus terrible mais aussi de plus merveilleux en nous.

Connexion

Educateur spécialisé

Abonnement

Recherche