LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Educateur spécialisé

L'éducateur spécialisé est un travailleur social qui participe à l'éducation d'enfants et d'adolescents dits inadaptés. Il soutient aussi des adultes présentant des déficiences physiques et/ou psychiques pour les aider à retrouver de l'autonomie.

L’autorité parentale

L’autorité parentale

Des parents, à quoi ça sert ? Qu’est-ce qui constitue leur fonction parentale ? Quels sont leurs droits et quels sont leurs devoirs face aux besoins de l’enfant et à ses droits propres ? Comment cela s’organise-t-il et se partage-t-il entre le père et la mère, suivant qu’ils sont mariés, séparés, ou qu’il s’agisse d’un enfant naturel ? Quel contrôle la société exerce-t-elle par l’Education Nationale, les services sociaux, le juge des enfants ? L’autorité parentale n’est-elle pas parfois limitée ou en liberté surveillée ? Et l’enfant dans cela, a-t-il son mot à dire ? Comment va-t-il faire, peu à peu, l’apprentissage de l’autonomie ? Toutes ces questions renvoient donc la société à se positionner, à s’impliquer et à reconsidérer en permanence les lois de chaque époque.

Sommaire Introduction : - l’autorité parentale - la notion de danger - les transferts de l’autorité parentale I) La protection administrative La décentralisation A) La Protection Médicale Infantile B) L’Aide Social à l’enfance C) Le placement familial D) Le placement en foyer de l’enfance E) L’Action Educative en Milieu Ouvert II) La protection judiciaire Le juge pour enfants A) L’article 375 du Code Civil 1) Les décision judiciaires 2) Les mesures d’investigations 3) L’Action Educative en Milieu Ouvert 4) Le placement a) Chez un tiers b) en Maison d’Enfants à Caractère Social B) L’ordonnance du 2 février 1945 1) Le Service Educatif Auprès du Tribunal 2) Le Centre d’Action Educative 3) Les Unités à Encadrement Educatif Renforcé HISTORIQUE De la toute puissance à l’autorité parentale 1- L’ancien régime : la toute puissance paternelle C’était un pouvoir absolu sur la personne et sur les biens des enfants qui se poursuivait après la majorité et tant que le père vivait (chez les Grecs ou les Romains). Pendant toute l’enfance et l’adolescence, à Rome, le père de famille conserve un droit de vie et de mort sur sa progéniture - et en use – jusqu’au IV siècle, date à laquelle ce privilège sera aboli. 2- La Révolution : liberté et égalité Avec les idées révolutionnaires, nous assistons à une montée des pouvoirs de l’Etat et à une limitation des droits familiaux. “ Les enfants appartiennent à la République avant d’appartenir à leurs parents. ” dira DANTON. La puissance paternelle sera remise en cause. Les déclarations de CAMBACERES en 1793 sont encore porteuses de messages pour nous : “ Les premiers tuteurs sont les père et mère. Qu’on ne parle donc pas de puissance paternelle. Loin de nous ces termes de plein pouvoir, d’autorité absolue…, qui n’a que trop déshonoré la tutelle paternelle en changeant la protection en domination, les devoirs en droits et l’amour en empire. ” Ces positions impliquèrent de nombreuses réformes : la puissance paternelle sera limité à la majorité. 3- Le 19 siècle : limitation du pouvoir des parents

A partir du 19 siècle se développe un mouvement en faveur de l’enfant qui se traduit par une montée du pouvoir de l’Etat et du recul du pouvoir du père. La société reprendra à son compte et assurera : - le droit de l’enfant à une survie : loi du 28 juin 1793 complétée par le décret de 1811 puis par la loi de 1904 - le droit à une protection dans ses conditions de travail, en 1811 - le droit pour tous à une éducation, en 1882 (l’école obligatoire) - le droit à une protection contre les mauvais traitements, avec la loi du 24 juillet 1889 La nouveauté étant que le législateur protège l’enfant contre ses parents, avec toutefois la crainte que le gouvernement ne veuille organiser une tutelle générale de l’Etat sur les enfants, donc que l’Etat devienne Père universel et confisque les enfants au profit de l’Etat laïque et républicain. a) L’autorité parentale en 1970 La loi du 4 juin 1970 marque une étape essentielle en remplaçant la puissance paternelle par l’autorité parentale. Cela montre bien l’évolution des conceptions, la puissance est remplacée par l’autorité et elle n’est plus l’apanage du père. Pour l’enfant légitime, l’idée centrale est celle exprimée par l’article 371-2 du Code civil : “ l’autorité appartient au père et à la mère pour protéger l’enfant dans sa santé, sa sécurité et sa moralité. Ils ont à son égard droit de garde, de surveillance et d’éducation. ” L’autorité parentale n’est pas un droit, c’est une mission éducative. Les parents n’ont pas de droit de propriété, ils ont une mission à remplir, une responsabilité à assumer ; Il y a donc trois conséquences : - l’autorité parentale est une mission d’ordre public - l’autorité parentale est aménagée dans l’intérêt de l’enfant - la responsabilité première de l’éducation revient aux parents Ce texte donne une place nouvelle à la mère puisque au lieu d’être paternelle, cette autorité est désormais parentale c’est à dire exercée en commun par les deux parents.

De plus cette loi règle l’aménagement de l’autorité parentale (assistance éducative) et ses modalités de transfert : délégation et déchéance. Dans la famille naturelle, le père a perdu son privilège car si la mère reconnaissait l’enfant, que le père l’ait ou non reconnu, elle détenait alors l’exercice de l’autorité parentale. b) Les réformes de 1985 et 1987 La loi du 23 décembre 1985 réglemente l’égalité des époux dans les régimes matrimoniaux et des parents dans la gestion des biens de leurs enfants mineurs. Elle était essentiellement conçue pour aménager les relations dans la famille légitime. Mais il fallait bien constater que cet instrument législatif était inadapté à l’évolution législative, et à l’évolution de la jurisprudence. La loi du 22 juillet 1987 est venue reconnaître et légaliser ces évolutions selon deux principes : - le principe de l’exercice conjoint de l’autorité parentale après divorce, sauf impossibilité. Le juge désigne seulement le parent chez lequel l’enfant aura sa résidence habituelle. Dans le cas où l’autorité parentale est attribuée à l’un des parents, le parent qui n’a pas l’exercice de l ‘autorité parentale a l’obligation de contribuer à l’entretien de l’enfant. Il dispose surtout d’un droit de surveillance et d’un droit de visite et d’ hébergement. - Une simplification des procédures pour que les parents naturels exercent en commun l’autorité parentale ; une simple déclaration conjointe suffit désormais. c) La réforme de 1993 Le 20 novembre 1989 : Convention des droits de l’enfant (signature par la France le 6 janvier 1990). Ce texte qui a une force supérieure aux lois nationales, établit largement un droit à l’enfance. La loi n° 93-22 du 8 janvier 1993 : - instaure un juge unique, le juge aux affaires familiales (JAF), qui sera compétent entre autre pour toutes les affaires de divorce, d’exercice de l’autorité parentale…

Ces compétences étaient exercées auparavant par le juge aux affaires matrimoniales et le juge des tutelles ou le tribunal de grande instance. - elle établit une plus grande égalité des parents dans l ‘exercice de l’autorité parentale sur l’enfant naturel. - Elle étend les conditions d’audition, voire de consentement de l’enfant (au-delà de 13 ans) “ dans toute procédure le concernant ”. Lorsque les parents ne remplissent pas les critères de l’autorité parentale, une intervention extérieure est possible. La France bénéficie, pour ce faire, d’un double système de protection des mineurs : - une protection administrative - une protection judiciaire

Catégorie: Etude juridique Educateur spécialisé
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 22-01-2021
Historique du document:

0

Licence

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Accepter le terme et la condition

Documents associés

Loi RMI, loi 2002 et toxicomanie
Loi RMI, loi 2002 et toxicomanie

Ce texte souligne le double statut de l’usager considéré par le législateur à la fois comme délinquant et comme malade, ce qui laisse supposer une complexité dans l’intervention auprès de ce public. Enfin, elle met l'accent sur une prise en charge des personnes agissant tant au point de vue médical, que du point de vue social et psychologique. En ce qui concerne la procédure juridique, le Procureur de la République peut être saisi par la police, la gendarmerie ou la douane. En fonction des faits révélés par l’enquête, le Procureur décide seul de la procédure à suivre :

La cour d'assises: le juge des crimes
La cour d'assises: le juge des crimes

Lors de mon stage à responsabilités éducatives, j’ai eu l’occasion d’assister à une Cour d’Assises. J’ai choisi de présenter cette situation car c’est une procédure judiciaire importante qui a nécessité un travail de longue haleine et une préparation toute particulière pour S sachant qu’elle devrait témoigner à la barre devant son père et toute la Cour. Je vais dans un premier temps vous présenter la situation à travers un historique et son contexte général, dans un deuxième temps je vais vous énoncer les faits, suivis de la réglementation juridiction d’une Cour d’Assises ainsi que son déroulement en m’appuyant sur le Code de Procédure Pénale et pour terminer je vous exposerai ma réflexion personnelle sur le délibéré de cette Cour d’Assises. Je conclurai en mettant en avant ce que la réalisation de ce travail m’a apporté tant sur le plan professionnel que personnel.

Les ETT (Entreprises de Travail Temporaire).
Les ETT (Entreprises de Travail Temporaire).

En France, le travail précaire est défini en termes de statut de l’emploi et de conditions de vie, la norme de l’emploi sous-jacente étant le temps plein à durée indéterminée. Dans un contexte de ralentissement économique, de baisse du pouvoir d’achat des ménages français, le paysage du marché du travail change. L’ouverture à la concurrence dans ce dernier secteur pousse les entreprises à adapter leurs ressources humaines pour faire face aux variations intempestives dans leur secteur d’activité.

Quand la maladie prend le dessus sur la personne
Quand la maladie prend le dessus sur la personne

Après un temps d’observation et de prise de connaissance du contexte juridico-administratif de l’établissement, j’ai été interpellé par la situation de Mme D.. Elle me parlait d’une « dame qui lui donnait son argent », « du monsieur qui venait» quand elle rendait visite à sa fille, des pompiers qui l’avaient « emmenés de force à l’hôpital »… En me renseignant auprès de l’équipe éducative, j’ai compris que si Mme D. semblait un peu perdue face à son histoire et sa situation, c’est parce qu’elles étaient réellement complexes. J’ai entendu beaucoup d’éléments qui se contredisaient parfois, mais personne ne pu me renseigner sur les différents points qui constituaient l’histoire de Mme D.

J’ai décidé de m’en référer à son dossier, mais il était aussi complexe à consulter que ce que me renvoyait sa situation. A vrai dire, il m’a fallu toute la durée de mon stage et de nombreuses " investigations" pour reconstituer et éclaircir la situation de Mme D. Mme D. est née le 24 août 1971 au Cap Vert. Tout ce que j’ai pu savoir de son enfance c’est que sa mère a quitté le foyer lorsque Mme D. avait 10 ans. Ensuite, c’est sa grand-mère qui l’a élevée. Puis lorsque son père vient en France avec sa nouvelle femme, il amène Mme D. avec lui. De cette 1ère période en France non plus, Mme D. ne parle pas.

Connexion

Educateur spécialisé

Abonnement

Recherche