LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Educateur spécialisé

L'éducateur spécialisé est un travailleur social qui participe à l'éducation d'enfants et d'adolescents dits inadaptés. Il soutient aussi des adultes présentant des déficiences physiques et/ou psychiques pour les aider à retrouver de l'autonomie.

Etude de situation dans un centre d'accueil de jour

Etude de situation dans un centre d'accueil de jour

SOMMAIRE INTRODUCTION 1. PERSONNALITÉ 2. FAMILLE 3. PARCOURS INSTITUTIONNEL 4. ÉTUDE CLINIQUE 5. PROJET ÉDUCATIF CONCLUSION INTRODUCTION Mon étude de cas a été effectuée au Centre d'Accueil de Jour à P. Cet établissement reçoit des adultes handicapés présentant des déficiences ou des troubles mentaux. J. est arrivé au C.A.J. quelques jours après ma venue dans l'institution. Cela a facilité mon choix pour établir cette étude de cas. Celle-ci a été réalisée sur une période de deux mois et demi, deux stages d'admission de quinze jours , un transfert et sa présence semi-définitive au C.A.J. 1. PERSONNALITÉ J. est un garçon de 20 ans qui présente un déficit intellectuel moyen secondaire à une trisomie 21. Le problème majeur de J. est plus son immaturité et sa tendance abandonnique que son efficience intellectuelle. Il n'est pas autonome dans les transports et a des difficultés à s'inscrire dans le travail, ce qu'il ne désire d'ailleurs pas toujours. J. est un garçon charmant et sociable lors des loisirs, mais il peut avoir des comportements d'opposition massive dans le cas de frustrations. J. est très heureux lorsqu'il peut avoir une vie relationnelle propre en dehors de celle de ses parents. 2. FAMILLE La situation familiale est complexe. Les parents sont isolés par rapport à leur famille. Le père reste là uniquement pour J. Il y a aussi le sentiment de culpabilité de la mère et le désaccord entre les parents sur la façon d'élever J. La mère comprend avec quelque malaise que son fils a grandi et n'est plus, dans le nouveau milieu qui l'accueille, le caïd qu'il fut auparavant. Elle larmoie néanmoins sur les difficultés qu'il lui traduit chaque soir, lesquelles, selon elle, sont inhérentes à la vie familiale. Le tableau relèverait du mauvais vaudeville si, par malheur, J. n'avait à en souffrir. En effet, dans un bel HLM que Mme B. a pu obtenir au mois de janvier 1997, Mr B. transforme chaque pièce en roulotte. Le blanc des murs tendrait à tirer sur le gris tant son désordre cause de ravage. J. s'inquiète des préférences - douteuses aux dire de Mme B. , que son père manifeste à l'égard de sa chienne briard "Bérénice". J. nourrit à l'égard de l'animal une jalousie larvée qui se manifeste depuis quelques jours (les chaussettes de l'adolescent, régulièrement dévorées par Bérénice, ont suscité ses réactions). Depuis, lorsqu'il lui est donné de venir saluer son père au moment du coucher, il lui faut prendre garde à la chienne, laquelle gronde et manifeste sa mauvaise humeur. Ce père fait "figure d'invité". Il va, et vient et son fils s'inquiète de le voir absent en dehors des horaires de travail. Mme B., l’œil humide, semble excuser les incartades de son mari, son fils beaucoup moins. Il convient d'ajouter que le support affectif représenté par son oncle, frère de Mme B., tend à disparaître. Celui-ci s'est marié, va devenir père et ne peut plus consacrer à son neveu handicapé le temps qu'il lui donnait jadis. J. traduit ses difficultés verbalement et Mme B., "masochiste en diable" et désormais totalement solitaire, reste passive. Lourdes violences du père à la maison sur la mère, absences répétées de celui-ci, tissent la trame de la vie quotidienne de J. Mme B. refuse la séparation, J. aime son père, mais les ressources personnelles de ce dernier ne lui permettent pas de vivre dignement seule avec son enfant. 3. PARCOURS INSTITUTIONNEL COMPORTEMENT DE J. à L'E.M.P : Attitude très pleurnicharde à la moindre frustration, mais cela s'arrête vite : J. fuit le système scolaire alors qu'il avait son cahier de récitation, et une trousse qu'il gardait jalousement. Il avait aussi un jouet, un revolver. D'ailleurs, son attitude est celle d'un petit dur (cuir, blouson). J. manifeste beaucoup de défense physique et se fait une place en tapant. Il a le coup de pied et le poing assez facile avec les petits. J. est un peu chapardeur. Il nie même quand c'est évident, et dit : "c'est pas moi" quand on intervient. Il y a deux personnages en lui qui prennent place dans son discours, dont le "policier américain" avec des histoires de grosses voitures et de bagarres. Néanmoins, J. semble capable de réclamer des activités. Il a une grosse demande d'affection. Il connaît beaucoup de chose, a peu de vocabulaire, et sa prononciation est mauvaise.

Catégorie: Etude psycho-pédagogique Educateur spécialisé
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 11-01-2021
Historique du document:

0

Licence

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Accepter le terme et la condition

Documents associés

La résilience
La résilience
Dans le cadre de ma formation, il m’a été demandé de travailler sur un concept. Notre groupe a beaucoup réfléchi sur la question du stigmate, du traumatisme et de ses conséquences ainsi que de l’exclusion. La question de la résilience s’est ensuite posée à savoir si cela n’était qu’un concept ou si une personne traumatisée pouvait devenir résiliente. Il nous a été très difficile de définir ce mot. Et finalement beaucoup connaissait ce concept mais peu arrivaient à le décrire réellement. De plus, depuis plusieurs années, j’entends parler de résilience et c’est un concept qui me questionne beaucoup. J’ai voulu en faisant cet écrit réussir à définir la résilience et à y mettre mes propres mots. Je voulais aussi comprendre comment ce concept est arrivé dans les discours psychologiques alors qu’il ne s’agissait auparavant que de métallurgie.
La communication
La communication
INTRODUCTION : La communication est un terme qui englobe une large variété d’interactions. la théorie de la communication utilise un schéma explicatif simple qui montre ce qui se passe lorsque nous communiquons. L’expéditeur envoie un message via un canal à l’aide d’un code vers le destinataire qui renvoie une réaction. Lorsque l’expéditeur envoie un message, il doit l’encoder afin de le rendre transmissible. Cela signifie, par exemple, traduire le message en le faisant de la pensée à la parole, ou d’un sentiment à un état de rougissement. Des messages peuvent être envoyés de façon intentionnelle ou non-intentionnelle. Il est possible que certains messages soient envoyés inconsciemment. Le destinataire doit décoder et interpréter le message reçu. Cette interprétation sera influencée par le passé du destinataire, ses valeurs, son environnement, son statut et ses relations, en plus de facteurs individuels et culturels tels que le groupe économique et social auquel il appartient et le pays où il vit. Il peut sembler artificiel de traiter les parties de la communication séparément étant donné qu’elles sont toujours complètement intégrées dans le processus de prise en charge. Toutefois, il est nécessaire d’analyser la communication séparément afin de bien comprendre son fonctionnement.
Etude de situation dans une maison d'enfants
Etude de situation dans une maison d'enfants
J’ai remarqué tout de suite que K a le regard fuyant. Il n’arrive pas à regarder l’adulte qui s’adresse à lui dans les yeux, surtout lorsqu’il a quelque chose à se reprocher. Quand je lui parle, il baisse la tête, se cache les yeux avec les mains. Ce doit être pour lui une façon d’éviter d’entrer en relation avec l’adulte car il est vrai que le regard est un élément important si l’on veut entrer en interaction avec quelqu’un.
L’heure du conte
L’heure du conte
En fouillant dans ma mémoire, en remontant le fil du temps, j'ai des souvenirs, des images et des souffles qui me reviennent à l'annonce du mot conte : Maman, assis sur une chaise, qui nous raconte l'histoire de Cendrillon ; Papa, en se baladant en forêt, qui nous joue "loup, y es-tu ?"; Mes institutrices qui nous emmènent autour du monde avec ce canard qui voulait décrocher la lune. Bon sang, il n'y a que les canards, trop bêtes pour être des adultes, qui peuvent croire qu'on peut décrocher la lune ! Et pourtant, on a grandi avec ces histoires à dormir debout qui nous tenait (r)éveillé. Quand le monde faisait trop de bruit, que les questions se bousculaient à l'entrée (alors qu'à l'intérieur, on n'est pas encore prêts), qu'on avait peur que tout se brise et disparaisse sans raison, alors je partais dans ce monde enchanté où je pouvais avoir le silence (si je voulais), où les questions avaient des réponses (si je voulais), où je pouvais jouer à cache-cache avec mes peurs et mes angoisses. Quelques années plus tard et c'est moi qui raconte les histoires. C'est à mon tour maintenant. En attendant de passer la main le plus tard possible. Car avant moi, c'était mes parents, et avant, mes grands-parents, et avant, encore un avant… Il semble que le conte se perde dans la nuit des temps. Comme il se perd au plus profond de nous, en ce qu'il y a de plus terrible mais aussi de plus merveilleux en nous.

Connexion

Educateur spécialisé

Abonnement

Recherche