LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Educateur spécialisé

L'éducateur spécialisé est un travailleur social qui participe à l'éducation d'enfants et d'adolescents dits inadaptés. Il soutient aussi des adultes présentant des déficiences physiques et/ou psychiques pour les aider à retrouver de l'autonomie.

Elaboration d'un projet avec des enfants trisomiques 21

Elaboration d'un projet avec des enfants trisomiques 21

La différence est ce qui caractérise chaque personne. Il serait totalement inintéressant que tout le monde soit identique. Mais lorsque cette différence pose problème au niveau de l’intégration sociale, il est pour moi primordial de favoriser la différence et l’intégration. En effet, je pense que l’épanouissement d’une personne handicapée est basé sur l’acceptation de sa différence et donc de pouvoir vivre avec elle. En ce qui concerne l’intégration, il faut y penser très tôt ; c’est pourquoi je dirige mon travail de fin d’étude vers les enfants handicapés. Dans l’intégration c’est la famille qui jouera le premier rôle, ensuite ce sera l’école, avec les professeurs et les éducateurs et c’est à ce niveau que j’aimerais agir. Ce projet ne sera qu’une petite partie de tout le travail requis pour atteindre une bonne intégration sociale mais je le pense important. Je voudrais combattre l’idée toute faite que certaines personnes se font des enfants handicapés. « Ce ne sont pas des pauvres malheureux, incapables, qui auraient mieux fait de ne pas venir au monde ». Ce sont des personnes à part entière, des enfants qui ont besoin d’amour et de reconnaissance. Ils ont le droit de vivre et ils ont droit à une place dans notre société. Et quel meilleur moyen de les valoriser que de leur donner l’occasion de s’exprimer librement devant un public. Je vais tenter de vous prouver par le projet que j’ai développé avec eux qu’ils sont capables de réaliser des choses que vous n’auriez même pas imaginées.

1. LA TRISOMIE 21

1.1 INTRODUCTION En 1866, John Langdon Down, médecin anglais, attira l’attention sur un groupe particulier d’arriérés mentaux. Il nomma ces individus les mongoliens en raison de leurs caractéristiques physiques. A cette époque, les thèses racistes étaient à l’honneur en sciences humaines et Langdon Down trouva tout à fait normal de faire référence à la race mongole qui se situait au bas de l’échelle humaine. En 1959, des chercheurs français (Lejeune, Gautier et Turpin ) découvrirent que les cellules du corps des sujets mongoliens contiennent 47 chromosomes au lieu de 46 ; plus précisément 3 chromosomes 21 au lieu de 2, comme chez une personne normalement constituée. C’est suite à cette découverte que l’on tenta d’introduire le terme trisomie 21. Le fait d’appeler le handicap d’un enfant syndrome de Down, trisomie 21 ou mongolisme, ne change rien à sa condition première ni aux réactions qu’il ne manque pas de susciter dans son univers. Au-delà du nom employé pour le nommer, il est plus important de mieux le connaître et de lui permettre de jouir des droits inaliénables de toute personne humaine. La fréquence de la trisomie 21 est de un cas toutes les 600 à 650 naissances. Il faut savoir que grâce aux progrès de la médecine, l’espérance de vie aujourd’hui est de 50 ans alors qu’en 1929, elle n’était que de 9 ans.

1.2 L’ANOMALIE CHROMOSOMIQUE La cause de la trisomie 21 est la présence de 47 chromosomes dans les cellules, au lieu des 46 chromosomes rencontrés chez une personne normale. Chez l’humain, les cellules du corps contiennent 46 chromosomes répartis en 23 paires. Parmi celles-ci, 22 paires sont constituées d’autosomes et une paire de chromosomes sexuels (xx chez la femme, xy chez l’homme). La trisomie 21 est causée par la présence d’un chromosome supplémentaire au niveau de la paire 21 (d’où son nom trisomie 21). Pour comprendre l’anomalie chromosomique, il est nécessaire de connaître ce qui se passe chez l’individu normal lors de la conception. La figure 1 montre comment se développent les premières cellules de l’embryon (uniquement le chromosome 21). Les parents contribuent chacun à un autosome lors de la conception ; l’ovule et le spermatozoïde contiennent chacun un chromosome 21. L’œuf ainsi fertilisé possède donc 2 chromosomes 21. Ensuite, la première cellule de l’embryon se divise en 2 cellules. Chacune de ces deux nouvelles cellules contient 2 chromosomes 21. Ces cellules vont se diviser à leur tour. Les 4 cellules ainsi formées vont contenir chacune 2 chromosomes 21. Ce mécanisme va se poursuivre durant toute la grossesse, jusqu’à la formation complète de l’embryon

Catégorie: Mémoire Educateur spécialisé
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 19-07-2021
Historique du document:

0

Licence

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Accepter le terme et la condition

Documents associés

La prise en charge groupale des personnes atteintes de psychose
La prise en charge groupale des personnes atteintes de psychose

Dans ce mémoire, je voudrais aborder le thème de la prise en charge groupale des personnes atteintes de psychose. Ce sujet m’interpelle particulièrement puisqu’il est en lien direct avec les stages que j’ai effectués à l’institution de réadaptation psychosociale de la fondation John Bost à La Force et à l’hôpital de jour pour enfants à Bergerac. De même, il me semble important de le questionner car il a constitué et il constituera dans le futur une partie majeure de mon travail. Mes impressions des lieux de stage auprès de personnes atteintes de psychose, ont été marquées par l’ambiance prégnante et lourde qui régnait au sein des structures.

Il y a avait quelque chose de menaçant et d’angoissant dans les regards en coins des sujets présents dans les groupes. Dans cette atmosphère solide et pesante, j’avais le sentiment étrange que mes mouvements faisaient des vagues qui venaient rompre un fonctionnement rigide. J’avais alors l’impression que les personnes se considéraient intrusives et dangereuses entre elles. Au quotidien, elles ne communiquaient pas réellement ensemble et semblaient se surveiller mutuellement.

Expression musicale, valorisation et lien social :
Expression musicale, valorisation et lien social :

Dans mon parcours ainsi qu'à travers mes convictions personnelles, j'estime que l'essentiel de la vie se retrouve dans la relation à l'autre. Sartre laissait entendre que « l'enfer c'est les autres » dans sa pièce Huis Clos, selon moi le véritable enfer serait plutôt de n'être plus que le dernier de l'humanité, n'ayant plus rien à apprendre ainsi que plus rien à offrir. Mon parcours s'est davantage orienté sur les rencontres et l'étude de l'être humain. Après une scolarité littéraire et artistique, j'ai eu la possibilité d'effectuer une licence en arts visuels qui m'a permis de développer et enrichir mes techniques artistiques. La création de différents projets et sujets m'ont permis d'approfondir une certaine forme de réflexion et d'y faire véhiculer mes idéaux. C'est vers la fin de ma troisième année que je prends connaissance d'une discipline très particulière : l'art-thérapie. Intriguée, j'effectue différentes recherches et vais à la rencontre d'artthérapeutes afin de comprendre mieux ce métier encore assez inconnu.

Je décide de candidater et réussi à intégrer une formation implantée à Lille, je quitte donc Strasbourg et m'installe seule dans le nord. Mes études d'art-thérapie m'ont permis de me confronter à des publics divers tels que les autistes, les personnes âgées aux pathologies du vieillissement (psychiatriques, maladie dégénératives type Alzheimer, ...) et c'est à la suite de mon dernier stage au sein d'un E.H.P.A.D qu'une offre d'emploi m'a été proposée. Depuis deux années et demi je travaille donc au sein d'un accueil de jour pour patients atteints de la maladie d'Alzheimer et démences apparentées. Fort épanouie dans ce postulat, je constate malgré tout un intérêt croissant pour le monde du social et l'envie de découvrir différents publics. J'ai donc envisagé de reprendre des études afin de m'accorder une nouvelle casquette me permettant d'avoir une autre possibilité d'accompagnement.

C'est dans cette optique que je postule donc à la formation d'éducateur spécialisé où j'ai la chance d'être acceptée. Durant deux ans, je me situe donc entre l'école, les stages mais aussi mon emploi d'art-thérapeute au sein du centre hospitalier. Il a pu être particulièrement difficile en terme de contraintes horaires de réussir à m'impliquer dans tous ces domaines mais la richesse des nouveaux apprentissages et de nouvelles rencontres m'a stimulée et m'a aidé à tenir jusqu'au bout. Dès lors, pour mon premier stage, je choisis d'aller à la rencontre d'adulte en situation de handicap vivant au sein d'un foyer de vie. Je fais alors le constat concret d'un accompagnement très différent de celui que j'amène dans mon premier métier. Le quotidien et l'informel font partie des éléments qui, même en y étant consciente, me surprennent et nécessite des capacités d'adaptation de ma part. Mon deuxième et dernier stage est celui lié à cet écrit, il s'agit d'un centre d'hébergement et de réinsertion social accueillant des hommes seuls de 18 à 60 ans.

C'est un choix très affirmé de ma part que de rentrer en contact avec ce public qui m'intéresse beaucoup et qui avait d'ores et déjà nourrit différents éclairages théoriques. À mon arrivée au sein de la structure, je fais l'observation de divers éléments et prends alors en compte le cadre et le contexte spécifique. J'utilise beaucoup de mon temps à communiquer avec les hébergés, quelque fois la relation est très longue a établir mais de la confiance peut en ressortir. De ces échanges, j'établis là aussi différents constats qui consolident mon diagnostic sur la situation et m'amènent sur un projet de création et développement d'un atelier d'expression musical. Je construis et conserve ce projet jusqu'à la fin de mon stage.

Une démarche d’insertion ou de réinsertion socio‐professionnelle pour les femmes sortant de détention
Une démarche d’insertion ou de réinsertion socio‐professionnelle pour les femmes sortant de détention
Lorsque je me suis lancée dans la recherche d’un stage à responsabilité éducative, j’ai souhaité m’orienter dans le domaine de la réinsertion. Mon objectif était d’appréhender les difficultés, les questionnements inhérents à l’élaboration et à la mise en place d’un projet de réinsertion socio‐professionnelle auprès d’un public majeur. C’est ainsi, que j’ai effectué un stage au sein d’un CHRS1 pour femmes sortantes de détention, avec ou sans enfants. Il m’est difficile d’expliquer quelle était ma motivation pour ce public. Peut être était‐ce par curiosité du milieu carcéral et des personnes l’ayant côtoyé, ou bien encore pour confronter mes représentations, construites et façonnées par les échos que se font les médias de cette question de société, à une certaine réalité de terrain.
Les stratégies de communication parallèles :Une alternative au langage pour les enfants T.E.D
Les stratégies de communication parallèles :Une alternative au langage pour les enfants T.E.D
Ce mémoire trouve son origine dans les questionnements provoqués par mon observation des enfants de l’hôpital de jour de pédopsychiatrie de CAYENNE dans lequel j’ai effectué mon stage à responsabilités. Je me suis notamment interrogée sur la pertinence et sur les modalités de l’intervention éducative dans un établissement essentiellement dédié au soin. Cette recherche porte donc sur les stratégies de communication et d’apprentissage qu’un éducateur spécialisé peut mettre en œuvre pour développer les potentialités existantes des enfants accueillis en hôpital de jour de pédopsychiatrie. Ma formation et les recherches que j’ai effectué avant le début de mon stage, m’ont informé sur les dispositions légales relatives aux pathologies et sur le combat que mènent aujourd’hui les familles d’enfants atteints. Celles-ci se battent pour que leurs enfants soient enfin considérés comme « éducable », « socialisable » et « scolarisable ». Les actions qu’elles mettent en œuvre ainsi que l’avancée des recherches font qu’aujourd’hui les méthodes éducatives d’intervention sont privilégiées. L’emploi de ces méthodes répond aux dispositions légales qui placent aujourd’hui l’usager au centre du dispositif.

Connexion

Educateur spécialisé

Abonnement

Recherche