LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Educateur de jeunes enfants

L’éducateur de jeunes enfants favorise le développement et l’épanouissement des enfants de moins de 7 ans. Il intervient principalement dans les lieux de garde collectifs et toutes les structures d’accueil de la petite enfance.

L'enfant déficient intellectuel : une personne... un enfant

L'enfant déficient intellectuel : une personne... un enfant

Après avoir présenté l'institution où je travaille et donné les grandes lignes des projets de l'I.M.P., il m'a paru important dans un premier temps de retracer l'historique de la déficience mentale et les grandes étapes qui l'auront marquée. Dans une seconde partie, je présenterai et décrirai ces enfants. Mais on ne peut parler d'eux sans parler de leur naissance, de leur histoire, de leur famille. La représentation de leur corps a aussi une position importante dans notre accompagnement et c'est ce corps qui déterminera notre regard. C'est ce corps souffrant, quelquefois déformé, qui stigmatisera l'enfant. Dans une troisième partie, j'aborderai l'accompagnement éducatif de ces enfants : il faut apprendre à communiquer avec ces enfants mais aussi tout faire pour leur laisser une place de sujet désirant et, pour cela, nous devons établir des projets qui mèneront aux activités adéquates.

Dans une dernière partie, je parlerai de la place de l'éducateur de jeunes enfants auprès de ces enfants. Cette place est souvent remise en cause. Alors, il m'a paru important d'évoquer sa fonction. Pourquoi sommes-nous là ? Sommes-nous là pour éduquer ? Et que signifie ce terme ici ? Personnellement, j'irai plus dans le sens d'élaborer une relation avec l'enfant, lui reconnaître une qualité de vie mais tout cela ne peut se mettre en place que si nous construisons une étique qui nous servira de garde-fou dans notre pratique au quotidien. Présentation de l'Institut Médico-Pédagogique. I-1) Descriptif général. L'I.M.P. est un établissement spécialisé à caractère médical, éducatif et pédagogique fonctionnant en externat géré par l'Association pour Adultes et Jeunes Handicapés (A.P.A.J.H., Comité de P). Il accueille 40 enfants et adolescents de 3 à 16 ans atteints d'une déficience mentale moyenne ou profonde semi-éducable avec des troubles associés (sensoriels, moteurs, de personnalité...) à l'exclusion de troubles graves de la personnalité ou de troubles épileptiques non stabilisés ainsi que de handicaps moteurs importants. L'I.M.P. fonctionne sous tutelle du Ministère des Affaires Sociales (D.A.S.S.) et de l'Education Nationale (Académie de P).

Il est géré par une directrice faisant partie de l'Education Nationale. Une équipe pluridisciplinaire y travaille constituée : * d'une équipe éducative composée d'une éducatrice spécialisée, d'une éducatrice technique, d'une jardinière éducatrice spécialisée, de deux éducateurs de jeunes enfants dont un en formation, de cinq instituteurs spécialisés et d'une animatrice socio-éducative. * d'une équipe médicale et paramédicale composée d'un médecin psychiatre, d'une psychologue, d'une infirmière D.E., de deux orthophonistes, d'un kinésithérapeute, d'une psychomotricienne, d'une assistante sociale . * de deux personnels administratifs et de quatre d'entretien. Les locaux se répartissent ainsi : une salle par groupe, une grande salle polyvalente, une salle de psychomotricité, un atelier cuisine, une salle à manger et des salles de soin. Le reste est partagé entre les bureaux administratifs, des salles de séances individuelles et une cour qui permet aux enfants de se détendre. I-2) Les grandes lignes du projet pédagogique.

Les objectifs. Les objectifs généraux de l'IMP sont la prise en charge globale de l'enfant, ce qui signifie que nous avons des objectifs de travail et de prise en charge correspondant à des perspectives générales : • recherche de l'autonomie maximale, permettant d'être le moins dépendant possible : on est véritablement sujet que si on bénéficie de l'autonomie que l'on peut réellement assurer. • agir dans le sens d'un épanouissement de la personnalité, indispensable à une insertion sociale satisfaisante. • accéder au meilleur niveau de connaissances et d'acquisitions possibles, y compris les acquisitions scolaires quand les possibilités du sujet le permettent. • et en parallèle, ne pas mettre la famille à l'écart de ses responsabilités éducatives vis à vis de l'enfant et l'inviter à y faire face en collaboration avec l'équipe. La prise en charge de ces enfants tend donc à favoriser leur épanouissement, la réalisation de toutes leurs potentialités intellectuelles, affectives et corporelles et tend à une autonomie maximale quotidienne sociale.

Elle tend aussi à assurer l'intégration dans les différents domaines de la vie. L'institution est le lieu de l'enfant, elle doit s'adapter à ses besoins et à son handicap. Les enfants accueillis. Ils viennent d'horizons divers : ils sont envoyés par la crèche ou la protection maternelle infantile ou sont orientés après avoir fréquenté l'école maternelle car l'entrée ou le maintien en structure scolaire normale n'a pas été possible en raison de causes diverses qui auront leur importance dans la prise en charge de l'enfant.

Catégorie: Mémoire Educateur de jeunes enfants
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 12-07-2021
Historique du document:

0

Licence

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Accepter le terme et la condition

Documents associés

L'accompagnement de la dyade mère-enfant: un enjeu pédagogique pour l'équipe pluridisciplinaire
L'accompagnement de la dyade mère-enfant: un enjeu pédagogique pour l'équipe pluridisciplinaire

Les C.H.R.S. (Centres d’Hébergement et de Réinsertion Sociale) ont pour mission d’héberger, d’accompagner et d’insérer des familles qui se trouvent en difficultés sociales. Depuis plus de trente ans, les C.H.R.S. tentent d’apporter une réponse au problème de l’exclusion et doivent tenir compte de l’évolution de la société ainsi que de la mutation progressive de la structure familiale. Au-delà des seules modalités d’hébergement, il s’agit pour ces établissements de rechercher une réponse adaptée à chaque situation de détresse sociale. Les familles accueillies rencontrent, en plus du problème lié au logement, des difficultés d’emploi, d’accès à la santé ou encore d’intégration. Le C.H.R.S. dans lequel j’ai effectué mon stage à responsabilité éducative accueille des femmes majeures avec ou sans enfants.

Elles sont, pour la plupart, affectivement en souffrance (séparation d’avec le conjoint, pour la majorité ayant subi leur violence) et sollicitent un hébergement principalement à la suite de violences conjugales. Elles vivent alors la monoparentalité sans l’avoir réellement choisie. Cela nécessite de leur part une réorganisation de leur vie tant sur le plan administratif, matériel, financier que dans le prise en charge des enfants qui vont connaître, eux aussi, un travail intense de réaménagement psychique pour s’adapter à leur nouvelle réalité. De ce fait, ces mères ne parviennent pas toujours à agir de façon adaptée sur le plan éducatif et se sentent en difficulté. L’image qui leur est bien souvent renvoyée est celle d’un parent incompétent et défaillant. Ceci les laisse en état de souffrance, écrasé par l’angoisse, la honte et la culpabilité.

Le langage émotionnel de l'enfant: un témoignage du dedans vers le dehors
Le langage émotionnel de l'enfant: un témoignage du dedans vers le dehors

Durant ma formation, j’ai progressivement pris conscience de toute l’importance des échanges avec le jeune enfant, qui se trouve être un individu de langage. Dans l’ensemble de mes stages, certaines situations d’échanges avec l’enfant m’avaient déjà interrogée. En effet, parfois le langage verbal ne suffit pas pour entrer en relation. Quels sont alors les moyens de l’enfant et du professionnel pour instaurer un échange ?

Lors de mon premier stage en ludothèque, j’ai travaillé avec des enfants porteurs de handicaps physiques et/ou mentaux, où cette question s’est manifestée. Avant d’entrer en relation avec eux, j’ai ressenti une appréhension, liée à la peur de ne pas comprendre leurs besoins, de ne pas savoir comment instaurer un échange. Certains ne parlaient que dans un langage m’apparaissant comme incompréhensible. L’interaction était alors basée sur ce que je pouvais voir de leurs manifestations corporelles. Mais quel sens donner à ces gestes ? Comment les interpréter au plus juste ?

Pour une cohérence éducative: le partenariat entre parents et professionnels
Pour une cohérence éducative: le partenariat entre parents et professionnels

En tant qu’éducatrice de jeunes enfants, mon intervention se fait à différents niveaux : pédagogique, éducatif, administratif, organisationnel ; et aussi en fonction des personnes rencontrées : l’enfant, les parents, l’équipe professionnelle (qui peut être pluridisciplinaire selon les lieux) et les différents partenaires (collectivités territoriales, commerces, espaces culturels…). Pour mon mémoire, j’ai voulu centrer mes recherches sur la famille car mon identité professionnelle est basée sur les relations au sein de la triade enfants / parents / professionnels. En effet, pour moi, l’enfant ne peut être accueilli seul : sa famille constitue son principal repère (surtout dans son enfance). Je pense qu’il ne peut y avoir de rupture entre les deux principaux lieux de vie de l’enfant. Les relations parents / professionnels sont positives dans le sens où les échanges vont permettre à l’équipe d’adapter sa pratique et ses positionnements vis à vis de l’enfant. Cependant, il faut préciser que toute relation peut conduire à des situations conflictuelles, difficiles à gérer.

Ainsi, il est essentiel pour moi de définir ce que représente la famille, notamment dans ce qu’elle apporte à l’enfant. Avant d’aborder la question des fonctions de la famille, il est important de définir ce terme, car il englobe diverses acceptions : Tout d’abord, la famille est un ensemble de personnes formé par le père, la mère et les enfants, c’est aussi l’ensemble de toutes les personnes ayant un lien de parenté par le sang ou par alliance (c’est à dire, une succession d’individus qui descendent les uns des autres, de génération en génération). Enfin, la famille peut également être l’ensemble des enfants issus d’un mariage. En analysant ces données, je remarque que c’est l’enfant qui définit la famille : il peut alors y avoir famille sans couple (famille monoparentale, par exemple) et couple sans famille, donc sans enfant(s). La notion de descendance a alors une valeur très forte. Nous sommes actuellement dans un contexte de mutations sociales, avec l’apparition de nouvelles structures familiales (familles monoparentales, recomposées, homoparentales…) qui conduisent à une centration sur l’enfant : les parents veulent ce qu’il y a de mieux pour leur enfant et sont prêts à en avoir moins pour y parvenir.

De plus, cela est aussi accentué par la multiplication d’ouvrages à visée éducative, destinés aux parents désireux d’acquérir des connaissances. Dans cette optique, la famille constituerait selon moi, une institution du fait de son caractère durable : par exemple, dans le cas où deux personnes qui un enfant divorcent, on peut dire que le couple conjugal est désormais dissout, par contre le couple parental continue d’exister en raison de la présence de l’enfant. La famille semble avoir pour fonction de répondre à une série de besoins (protection, sécurité physique et affective, alimentation, sommeil, hygiène et santé) et de relations essentielles pour le devenir de l’enfant et de son développement psychique. Ainsi la relation parents / enfants reste le noyau principal de la constitution de la personnalité de l’enfant. De plus, la famille est le premier lieu social où vit l’enfant : c’est le premier relais entre celui-ci et son environnement. L’enfant se socialise par le biais des relations avec son proche entourage (c’est une socialisation intra-familiale ou primaire).

Maintien des liens en institution: Idéologie ou Réalité ?
Maintien des liens en institution: Idéologie ou Réalité ?

Tout au long de ce mémoire, j’ai tenté de mettre en évidence comment un EJE peut, au quotidien, accompagner un enfant placé et ses parents, tout en m’interrogeant sur le maintien des liens et sa légitimité dans certains cas. En effet, l’EJE qui voit mise à mal sa mission de « maintien des liens parents / enfants » se doit d'évaluer la possibilité de ce maintien des liens ou de constater la rupture. Dans le cas d’un maintien, il s’agit d’abord pour l’EJE d’intervenir auprès de l’enfant, pour l’aider à se reconstruire et à supporter la séparation. Tout en aidant les parents à retrouver leur fonction parentale auprès de leurs enfants. Dans le cas d’une rupture, il me paraît nécessaire que l’EJE, en dépit de l’idéologie du lien, mette tout en oeuvre afin d'accepter une réalité souvent difficile.

De plus, il me semble raisonnable de se détacher de l'idée que : le statut de l'enfant qui n'a plus ou trop peu de relations avec ses parents est la pire destinée. Les recherches actuelles, notamment sur le processus de résilience, nous montre qu'une séparation définitive ne semble pas insurmontable pour l'enfant. Toute cette réflexion m’amène à la conclusion que l’EJE doit (en collaboration avec l’équipe et les partenaires sociaux) tout faire pour aider au maintien, à la rénovation ou la reconstruction des liens parents/enfants, mais qu’il doit aussi permettre à l’enfant d’entrer dans un processus de résilience lorsque la rupture semble inévitable. L’écriture de ce mémoire m’a fait prendre conscience de la complexité du concept de « maintien des liens ». En effet, l’avenir de l’enfant maltraité doit-il s’envisager avec ou sans ses parents ? Cette question est épineuse et divise.

Mais il me semble que l’on ne peut se prononcer définitivement car chaque situation est différente, demande une attention et une évaluation bien spécifique. Je pense qu’il faut avoir le souci de ne pas enfermer les personnes dans leurs actes. Les équipes ont pour première mission de discerner si le lien parent/enfant est structurant ou au contraire « destructeur »40. Ce dont je suis convaincue c'est que l’EJE doit ouvrir les yeux, pour s’ouvrir aux voies où l’enfant pourra évoluer dans un climat propice qui l’aidera à s’épanouir et à devenir un être social capable de vivre harmonieusement parmi ses pairs. En gardant à l’esprit que quelle que soit la « fragilité » des parents, quel que soit le danger auquel l’enfant est confronté, ils restent « ses » parents malgré tout. Il semblerait que les liens du sang aient un poids important, qui empêche souvent l’enfant de s’investir totalement dans un ailleurs. Ne constate-t-on pas que beaucoup d’enfants abandonnés, puis adoptés éprouvent cet irrésistible besoin de connaître leurs origines ? Le fait de connaître ses origines, c'est s’inscrire dans une histoire, une filiation, s’identifier et construire sa propre personnalité.

Connexion

Educateur de jeunes enfants

Abonnement

Recherche