LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Conseiller en économie sociale et familiale

Le conseiller en économie sociale et familiale (CESF) a pour objectif d'aider les adultes à résoudre leurs problèmes de vie quotidienne. Individuelle et collective, son action passe par l'information, le conseil et la formation.

Stage dans une structure E

Stage dans une structure E

INTRODUCTION Employée dans une association d’Aide Familiale à Domicile depuis un an et demi, j’ai obtenu successivement un poste d’aide ménagère puis un poste de travailleuse familiale. Ce travail me permettait d’acquérir une expérience professionnelle non négligeable dans le domaine du social. Cependant, les tâches dont je m’acquitte ne sont pas en adéquation avec mes ambitions professionnelles. C’est pourquoi, en accord avec ma directrice, j’ai repris la formation de conseillère en Economie Sociale et Familiale. Dans le cadre de ma formation, j’ai eu la possibilité d’effectuer mon stage de 8 semaines au sein d’une structure appartenant à l’association « E D ». Ce mouvement né du combat d’un homme n’a cessé de prendre de l’ampleur et de se structurer en s’efforçant de toujours respecter sa devise : « Servir premier le plus souffrant ». Force est de constater que la personnalité de l’Abbé Pierre constitue aujourd’hui encore, les fondements essentiels de la notoriété du mouvement d’E. La Maisonnée « S B », une des quatre structures du mouvement d’E D est un foyer d’accueil d’urgence pouvant accueillir des femmes seules avec ou sans enfants. Cette structure se veut un lieu de rencontre, d’échange qui permet de créer de fortes relations avec les personnes dans le besoin, de créer un sens à leur existence. Son équipe se compose de Conseillères en Economie Sociale et Familiale. Celles-ci interviennent dans des domaines diversifiés. Au nombre de deux, elles s’acquittent de leurs missions spécifiques. Ainsi, j’ai pu m’apercevoir de l’étendu de leurs compétences et de leur polyvalence. Dans une première partie, je présenterai l’association « E D » et son contexte socio-économique pour mieux comprendre le fonctionnement de la Maisonnée « S B ». Ensuite, j’analyserai le travail de mon maître de stage en tant que conseillère sociale Fonds Solidarité Logement Aide à l’Installation : missions et actions. Dans ma dernière partie, je décrierai plus précisément mon implication personnelle sur le lieu de stage et ceci dans le cadre d’un accompagnement social individuel. Première partie : LA MAISONNEE « S B » I/ CONTEXTE SOCIO-ECONOMIQUE Pour comprendre la nécessité d’un accueil d’urgence dans le D, il semble utile de connaître l’environnement socio-économique dans lequel il évolue. Le D, au même titre que la région N P, connaît depuis plusieurs années des difficultés liées au vieillissement de sa population et aux mutations des grands secteurs économiques traditionnels. A/ Caractéristiques démographiques : Le dépeuplement du D La population du D a diminué de 0,7% entre 1990 et 1995 alors qu’elle a augmenté de 1,1% dans le département du NORD.(Source CEJE 1996) En 1999, le D comptait 217015 habitants.(source CLI 1999) Le vieillissement progressif de la population laisse prévoir à terme une diminution de la population. En effet, le pourcentage des 0-19 ans est légèrement inférieur à celui de la région ; Le pourcentage des 20-39 ans est parmi les plus faible de la région alors que le pourcentage des 60-74 ans est parmi les plus élevés. La part des 40-59 ans correspondant aux actifs d’âge moyen est en forte baisse, ce qui correspond vraisemblablement à une émigration liée à la disparition des emplois miniers et sidérurgiques. B/ Caractéristiques économiques 1) Le déclin industriel minier Le D s’inscrit dans une zone semi-rurale qui a gardé les stigmates d’une époque minière aujourd’hui révolue : Présence de nombreux corons et terrils. 2) Le déclin du secteur secondaire La reconversion industrielle dans le D s’est effectuée autour de la création d’une véritable filière automobile avec l’exemple le plus probant qu’est l’usine RENAULT. L’émergence de l’industrie automobile a permis dans un premier temps de limiter le nombre de demandeurs d’emploi. Car, aujourd’hui nous observons une diminution de la demande d’emploi dans l’automobile. Au même titre, le secteur métallurgique, avec comme exemple l’entreprise ARBEL connue et reconnue par le passé pour ses embauches est en difficulté. 3) Les conséquences d’une époque révolue En dépit des efforts de reconversion, le taux moyen de chômage dans la circonscription est en progression régulière. Fin 1998, le secteur de Douai comptait 17382 demandeurs d’emploi soit 18%. Parmi eux, 44,5% sont des demandeurs d’emploi de longue durée.(CLI 1999) Globalement les statistiques du chômage demeurent parmi les plus mauvaises de la région. Le taux de chômage du D étant supérieur à celui du département (+2,3 points en 1998). Parallèlement, le pourcentage de demandeurs d’emploi de longue durée du D est également supérieur à celui du département et connaît une augmentation de 6 points entre 1996 et 1998. Sur l’ensemble des demandeurs d’emploi , 6021 sont bénéficiaires du R.M.I fin 1998. Ainsi, on observe que l’augmentation régulière du nombre de demandeurs d’emploi et de bénéficiaires du R.M.I des dernières années est liée au recul de l’emploi industriel. D’autre part, les offres d’emploi sont de plus en plus qualifiées alors que le nombre de demandeurs d’emploi non qualifiés est de plus en plus important. D’ou le développement massif des emplois précaires.

Catégorie: Rapport de stage Conseiller en économie sociale et familiale
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 28-12-2020
Historique du document:

0

Licence

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Accepter le terme et la condition

Documents associés

EP : étude et l'analyse de la qualité organoleptique et nutritionnelle de l'alimentation dans une maison d'enfants
EP : étude et l'analyse de la qualité organoleptique et nutritionnelle de l'alimentation dans une maison d'enfants
< /u>Les résidents de la maison d'enfants constituent une population captive ; ils sont obligés de manger ce qu'on leur propose. La qualité organoleptique des repas est essentielle, afin qu'ils puissent manger de tout et suffisamment. En conséquence, la qualité nutritionnelle globale de leur alimentation sera respectée. La qualité nutritionnelle des repas est également importante, pour permettre une juste répartition des apports énergétiques sur une journée. Ces facteurs sont fondamentaux pour les enfants, de façon à assurer la meilleure croissance possible et d’éviter toutes pathologies liées à la nutrition. Pour toutes ces raisons l’objet de mes recherches consiste à déterminer la qualité organoleptique et nutritionnelle de l’alimentation à la maison d’enfants. < br>< br>< u>
ICAF :Donner des repères sur l’hygiène dans l’habitat
ICAF :Donner des repères sur l’hygiène dans l’habitat
Lors de mon arrivée en stage, l’appartement d’un résident s’est retrouvé infesté de blattes. Lors d’entretien avec les professionnels, qui ont pour mission de veiller à l’hygiène des résidents, j’ai pu comprendre que cette situation s’était déjà produite très récemment. Toute l’équipe avait donc pu déceler un problème en matière d’hygiène chez certains résidents. Il est donc apparu rapidement un réel besoin des résidents en matière d’hygiène dans l’habitat individuel.
L'accompagnement social des personnes âgées et la place de la prévention au CLIC-CCAS de D..
L'accompagnement social des personnes âgées et la place de la prévention au CLIC-CCAS de D..
En lançant en juin 2006 le plan Solidarité Grand Age, Philippe Bas, ministre délégué à la Sécurité Sociale, aux Personnes Agées, aux Personnes Handicapées et à la Famille, a voulu ouvrir une réflexion approfondie et concertée sur la prise en charge de la dépendance. En effet, une part importante de ces dépenses reste à la charge des personnes âgées et de leur famille. Même si à un âge donné, la dépendance est de moins en moins forte du fait de la prévention et des progrès de la médecine, dans les dix années à venir, la population des plus de 85 ans doublera, soit une hausse potentielle de 25% des personnes âgées dépendantes. M. Bas souhaite par conséquent anticiper les enjeux du vieillissement et de la dépendance pour que chacun puisse avoir accès à une prise en charge adaptée et de qualité quels que soient ses revenus. Cela ne remet aucunement en cause les financements qu’opèrent les Conseils Généraux par l'Allocation Personnalisée à l’Autonomie et l'Aide Personnalisée à l'Habitat , puisque ceux-ci prennent déjà en charge certaines dépenses liées à la dépendance et à l’accomplissement des actes de la vie quotidienne. Au contraire, M. Bas propose que le Conseil National pour la Solidarité et l'Autonomie participe non plus à 34% mais à 50% de ces coûts, au vu de la pression qu’opère déjà la croissance de la dépendance sur le budget et la fiscalité locale des Conseils Généraux.
Alimentation en ZEP (cycle premier des apprentissages)
Alimentation en ZEP (cycle premier des apprentissages)
L’alimentation, c’est dire « l’action de s’alimenter » est un besoin fondamental commun à tous les hommes. Il n’est donc guère étonnant que la question revête une importance notable bien que différente dans toutes les cultures. La manière de s’alimenter dépend en effet d’un nombre infini de facteurs, au premier rang desquels s’imposent cependant le climat, la richesse et la tradition. Avec ces éléments à l’esprit, il est absolument inenvisageable de vouloir éluder la question des habitudes alimentaires dès lors que l’on souhaite s’adresser à une population donnée. Ce raisonnement est plus patent encore dès lors que ladite population est composée d’enfants en pleine croissance.

Connexion

Conseiller en économie sociale et familiale

Abonnement

Recherche