LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Conseiller en économie sociale et familiale

Le conseiller en économie sociale et familiale (CESF) a pour objectif d'aider les adultes à résoudre leurs problèmes de vie quotidienne. Individuelle et collective, son action passe par l'information, le conseil et la formation.

Les difficultés du parcours d'insertion des jeunes en rupture familiale.

Les difficultés du parcours d'insertion des jeunes en rupture familiale. Depuis 1980, la France vit une situation de crise complexe et délicate ; nombreuses sont les personnes exclues du système économique. Les jeunes générations sont particulièrement touchées par les mutations profondes de la société : chômage, précarisation des emplois. Leur insertion dans la vie active se retarde, et emprunte des parcours souvent difficiles. L’absence d’activité professionnelle est un obstacle majeur à l’élaboration de tout un projet de vie : recherche d’une autonomie propre, accès à un premier logement. Or, le logement représente le premier lieu de construction personnelle, sociale et familiale de tout individu. Louis Besson, secrétaire d’Etat a déclaré en 1998 : « Dans une période où l’on a vu s’accroître la pauvreté, la précarité économique et professionnelle, mais aussi les déchirures familiales, la montée de l’individualisme avec la perte des valeurs de solidarité, le logement, nous devons même dire l’habitat, représente indéniablement ce facteur d’insertion, de reconnaissance sociale et de sécurisation. »

Les difficultés d’insertion des jeunes sont les conséquences d’une société en mutation, avec de nouvelles formes de travail, nouvelles formes de pauvreté, qui touche une large partie de la population. Le développement du travail précaire, de la paupérisation ; les difficultés croissantes à se loger lorsque l’appui de la famille est impossible sont les causes profondes de ces situations. Rechercher un emploi et un logement parallèlement, pour des jeunes n’ayant pas d’entourage proche sur qui s’appuyer, pouvait peut être paraître évident, mais en pratique, les conditions d’accès et de maintien sont telles, que l’on s’interroge sur la priorité à donner. Bien souvent, les jeunes mettent une priorité sur l’emploi après avoir été confrontés à la réalité du marché du logement. L’emploi permettant de survivre grâce au revenu. Mais pour favoriser leur bien être, éviter qu’ils ne basculent vers une forme de marginalisation, il est nécessaire de les aider à écourter leur chemin difficile vers une autonomie et de considérer l’emploi et le logement dans un ensemble. C’est en ce sens que l’accompagnement social associé à un travail en partenariat étroit se justifie.
Catégorie: Mémoire Conseiller en économie sociale et familiale
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 28-06-2019
Historique du document: 0
Licence

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Accepter le terme et la condition

Documents associés

En quoi la crise identitaire masculine des jeunes de banlieue peut-elle être un frein à l’insertion professionnelle de ceux-ci ?
En quoi la crise identitaire masculine des jeunes de banlieue peut-elle être un frein à l’insertion professionnelle de ceux-ci ?
J’ai choisi comme thème de mémoire l’insertion professionnelle des jeunes hommes de moins de 25 ans vivant au sien d’une banlieue populaire. Beaucoup parlent des difficultés d’une jeune fille à se développer pleinement dans une banlieue, mais qui en est-il de ces jeunes hommes ? Confrontés au stéréotype du « macho », ils doivent rechercher leur identité. Au sein des grands ensembles, les garçons se construisent et évoluent dans la société avec l’héritage culturel du pays d’origine. Leurs identités sont morcelées par leurs histoires personnelles, l’héritage historique de leurs parents, les normes sociétales et les médias créant leur propre culture. Cette richesse est l’un des instruments d’échange entre les différents habitants.
Symbolique de la consommation dans les familles ayant un faible pouvoir d'achat
Symbolique de la consommation dans les familles ayant un faible pouvoir d'achat
La production en occident croit de plus en plus vite et ce depuis la révolution industrielle. C’est la naissance de la société dite de consommation, une société où la population est soucieuse de son niveau de vie. On peut repérer plusieurs étapes depuis un demi-siècle. Dans les années 1950 et 1960, le salariat est intégrateur, les classes sociales sont hiérarchisées. Les consommateurs sont fiers d’arborer les signes de leur enrichissement : voiture, appareils électroménagers, vacances...Nous entrons dans la production standardisée et dans la consommation de masse. Les années 1970 et 1980 se caractérisent par la tertiarisation des emplois et la qualification de la main-d’œuvre. La structure familiale ne contraint plus les comportements. Le symbolique de la consommation s’y emploie activement : hypersegmentation des consommateurs, prolifération artificielle de l’offre, publicités fondées sur les styles de vie. Les années 1990 marquent un revirement brutal. Le chômage est massif, précipitant les consommateurs dans l’inquiétude. La peur de l’avenir incite au repli sur soi. Selon R. Rochefort , une nouvelle symbolique de la consommation voit le jour, liée à ces temps de crise : « la rassurance ». Les thèmes qui lui sont associés sont le terroir, la famille, la tradition, la santé et la solidarité.
Réaménagement d'une salle d'accueil dans un foyer d'hébergement.
Réaménagement d'une salle d'accueil dans un foyer d'hébergement.
« Il faudra bien, un jour, inscrire, parmi les droits civiques, celui d’être différent sans être exclu ni frustré, sans être perçu ou contraint de se percevoir comme étrange ou comme étranger ». KARIN LUNDSTROM C’est souvent au nom du « droit à la différence » que des associations et des organisations humanitaires affirment la nécessité de respecter les personnes handicapées. A l’opposé, les personnes déficientes mentales veulent avant tout se faire reconnaître comme des êtres semblables à tous et non comme des hommes différents des autres.
Le surendettement des personnes âgées
Le surendettement des personnes âgées

Particulièrement touchée par le public des personnes âgées avec lequel je souhaiterais pouvoir travailler, et étant en contact régulier avec plusieurs maisons de retraite, le chapitre "entrée en institution" dans ces établissements m’a toujours interpellée, sans pour autant avoir pu m’attarder sur le sujet. C’est un moment particulier pour la personne qui emménage, ce qui m’a amené à poser la question suivante : « Pourquoi le choix de l’entrée en maison de retraite et quelles sont les difficultés qu’entraîne un placement en institution pour la personne âgée ? ».

Il m’a semblé que ce travail de recherche permettrait d’appréhender davantage la population des personnes âgées vivant en maison de retraite, afin de toujours pouvoir répondre au mieux à leurs besoins. En effet, les institutions elles-mêmes et leur public ne sont pas immuables, ils changent, s’adaptant à l’évolution de notre société.

Pour répondre à la question posée et poursuivre ma réflexion, je présenterai trois parties : après avoir expliqué les choix et transformations qu’implique une entrée en maison de retraite, j’analyserai leurs impacts pour aboutir à une problématique, puis à une hypothèse. Cette dernière sera alors confirmée ou infirmée dans une dernière partie, à travers différents témoignages.

Connexion

Conseiller en économie sociale et familiale

Abonnement

Recherche