LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Cadre socio-éducatif

Le chef de service éducatif est un relais entre la direction et les équipes socio-éducatives, il joue un rôle d’interface. Il a pour mission principale l’encadrement des équipes et la coordination des actions socio-éducatives directement engagées auprès des personnes accueillies et de leurs proches auprès de qui il intervient très régulièrement.

Le projet personnalisé : un levier pour mobiliser l'institution autour du résident - UF1 - Mémoire CAFERUIS

Le projet personnalisé : un levier pour mobiliser l'institution autour du résident - UF1 - Mémoire CAFERUIS

Depuis cette première rencontre avec le milieu du handicap lors de ma formation d’éducateur, les choses ont évolué dans le secteur social. Deux lois majeures sont venues poser un cadre sur l’ensemble du secteur social. Il s’agit bien sûr des lois du 2 janvier 2002 et celle du 11 février 2005 « pour l'égalité des chances, la participation et l'accès à la citoyenneté ». Plus tard, le décret du 20 mars 2009 est venu poser un cadre pour les structures accueillant des personnes handicapées. Ces lois ont permis de faire évoluer la prise en charge des usagers. Ces derniers ont une place située au cœur du dispositif. À travers cette législation, plusieurs outils ont été pensés pour faciliter leur accompagnement, comme le livret d’accueil, le contrat de séjour, mais aussi le Projet Personnalisé qui n’apparaît pas comme un outil dans la loi de 2002. Dans cette dernière, il fait son apparition sous le terme d’avenant au contrat de séjour.

Cet outil de prise en charge me semble un élément indispensable dans le cadre de l’accompagnement d’un résident. L’adjectif qui complète le mot « projet » en dit long sur son importance selon moi et va dans le sens d’une « mise au cœur du dispositif » de l’usager. Il s’agit du terme « personnalisé ». Ce mot vient au moins signifier que le projet d’un résident ne peut pas être le même que celui d’un autre. De toute évidence, une personne reste singulière. Elle ne peut pas avoir les mêmes besoins qu’un autre usager. C’est pour cette raison, entre autres, que le Projet Personnalisé reste un outil important. Il va permettre à un résident ou usager de participer à l’élaboration de son projet, à sa mise en œuvre ou encore d’exprimer quelque chose par rapport à celui-ci. Par ailleurs, le projet personnalisé vient aussi mettre en cohérence et en articulation l’organisation institutionnelle des professionnels autour du résident. Il est pour moi la partition du musicien, celle qui va permettre à un orchestre de mettre en musique un morceau. Sans elle, quand est-il de la chanson ? Sans Projet Personnalisé, quand serait-il de l’accompagnement d’un résident ? Probablement, ne deviendrait-il qu’une juxtaposition d’activités ou de soins ne tenant peut-être pas compte de la globalité de la personne ? 

Depuis la loi de 2002, « l’avenant au contrat de séjour » a amené des bouleversements dans les habitudes de certaines institutions dans la façon qu’ont les professionnels à porter un regard sur les résidents, mais aussi dans la manière de penser le projet personnalisé. Les questions qu’il convient alors de se poser sont de savoir comment donner une place de sujet à l’usager, comment le faire exister ou encore comment faire en sorte que le projet personnalisé ne soit pas qu’un empilement de propositions. Tout ne va pas toujours de soi et ne se fait pas souvent dans la simplicité. Il ne s’agit pas juste de rédiger un projet personnalisé dans lequel le résident s’épanouirait, encore faut-il faire vivre cet outil et le faire exister en tenant compte réellement du résident, mais aussi du contenu du document.

...

Je reste conscient que ce travail est loin d’être novateur ou révolutionnaire. Toutefois, il garde son importance. Il reste nécessaire en tant que cadre de venir questionner les pratiques afin de réajuster ces dernières si nécessaire. L’intérêt sera d’impliquer et d’accompagner les professionnels dans ce questionnement sur le fonctionnement. En fond, il s’agit de les aider à prendre du recul afin que le quotidien ne soit pas enfermant dans une souffrance pour le professionnel ou encore l’usager.

Les lois de 2002 et 2005 sont venues combler un besoin pour tenir compte de l'évolution des populations, ou encore de nombreuses autres nécessités comme la prise en compte du quotidien dans sa globalité (animation, soins, socialisation). Ainsi, on retrouve toute la question du projet personnalisé qui nous a accompagnés à travers ce sujet. Comment lui donner une juste place : celle d’un outil au cœur d’une articulation entre professionnels, et d’une articulation entre professionnels et résidents.

C’est en amont de mon stage CAFERUIS de 6 semaines que j’ai pu commencer à réfléchir au projet personnalisé. Ce dernier reste un thème important de la vie d’une institution. Il est même la pierre angulaire des prises en charge de chaque résident. À mes yeux, le cadre intermédiaire doit être garant de son bon fonctionnement et doit le réfléchir pour apporter des améliorations le cas échéant.

Categorie: Mémoire Cadre socio-éducatif
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 30-12-2019
Extrait des conditions générales d'utilisation

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Conditions d'utilisation

Documents de même catégorie

L’accompagnement des personnes handicapées vieillissantes
L’accompagnement des personnes handicapées vieillissantes

La réflexion que j’ai pu conduire dans ce mémoire sur la fonction de Responsable d’Unité d’Intervention du Social est loin d’être achevée. Elle m’a permis d’aborder une approche managériale qui ne tient ni de la recette ni du modèle mais qui à mon sens tente de privilégier la philosophie d’ensemble et d’expérience. Les pistes que je développe restent à adapter au fur et à mesure de leur mise en application dans l’établissement. Le diagnostic que j’ai établi a mis en évidence le besoin d’apporter de vraies solutions à dimensions humaines au besoin des résidants handicapés retraités. L’accompagnement des personnes handicapées vieillissantes relève d’une réflexion approfondie sur le cheminement de chacune d’elles. La longévité dont elles bénéficient nous oblige à nous interroger sur les conditions de vie que nous leur offrons. Afin de permettre aux professionnels de s’engager sur la voie de l’accompagnement individualisé de chacun des résidents dans un objectif de bientraitance, j’ai engagé un processus de changement progressif basé sur la responsabilité des acteurs, leur participation et leur implication.

L’initiative et l’autonomie des équipes sont cependant soutenues par l’autorité de ma délégation, conférée par le directeur général, dont j’ai la charge, les délégations et les relations hiérarchiques que j’organise. Mais pour recevoir délégations et innover, dans le sens de la Loi 2002-2, les équipes doivent atteindre un niveau de compétences et de motivation adapté aux besoins de tous les résidents qui vivent à la résidence « Le Cèdre ». Comme le souligne Marc Hees « On ne manage pas la qualité, mais des personnes en vue de les aider à améliorer la qualité de ce qu’elles font. On ne gère pas la qualité, mais des dispositifs organisationnels, techniques, et psychoculturels ». Ce dispositif d’opérationnalité dont j’ai pu tracer les grandes lignes dans l’exposé de ma stratégie de management, devra également être soumis à une pratique d’amélioration continue des processus, en termes de cohérence et de cohésion avec l’objectif et les priorités recherchées, au fur et à mesure des évolutions de l’environnement internes et externes, des besoins des résidants au regard de leur évolution de vie. Cette pratique prendra appui sur le cadre plus vaste d’une démarche d’autoévaluation de l’ensemble des processus de l’établissement en s’appuyant sue le référentiel fégapei, en le complétant, en vue de préparer l’évaluation externe. Toutefois le dialogue au sein de l’établissement sur ce que Philippe Ducalet et Michel Laforcade nomment « l’inacceptable, le nécessaire, et l’idéal » peut déjà questionner utilement les pratiques de l’ensemble des professionnels de l’établissement, y compris mes pratiques de RUIS. Ces questions « que souvent nous nous posons dans le feu de l’action et sur lesquelles il est parfois urgent de revenir » permettent une évaluation continue de nos actions. Elles renvoient à loi et à la norme, mais également à l’éthique, à notre conception de notre responsabilité vis-à-vis des autres. La satisfaction des besoins relève de l’opérationnalité et des moyens.

L’arrêt de l’activité professionnelle des personnes handicapées mentales travaillant ou non en Esat
L’arrêt de l’activité professionnelle des personnes handicapées mentales travaillant ou non en Esat

Dans la conduite d’élaboration de ce travail de mémoire CAFERUIS, il m’apparait important d’interroger la question de l’arrêt de l’activité professionnelle des personnes handicapées mentales travaillant ou non en Esat. Cette question d’actualité me parait importante car elle est aujourd’hui  au cœur des débats de nos institutions et associations, mais aussi partagée par nos  tutelles administratives et financières.

Pour mener à bien ce travail de réflexion et d’écriture, je vais tenter de mettre en œuvre une réelle « démarche – projet – qualité », c'est-à-dire développer « la quête du sens, l’anticipation stratégique, l’intelligence opératoire, la bonne organisation, la recherche de qualité des prestations et la maitrise des dépenses ».

Cette question de l’arrêt de l’activité professionnelle des personnes handicapées est partagée par l’ensemble des acteurs, bénéficiaires, professionnels et gestionnaires.

Diversifier et moduler les prises en charge en ITEP
Diversifier et moduler les prises en charge en ITEP

En temps que chef de service, je veux interroger l'aptitude actuelle du dispositif à répondre aux besoins exprimés, implicites et potentiels des usagers. Si l’institution remplit sa mission ; en effet une étude statistique montre que la scolarisation externe a évolué significativement, en 1997 elle atteignait tout juste 30%, actuellement elle dépasse les 65% (cf. annexe n°1) ; plusieurs événements provenant de l’extérieur interrogent, au- delà des chiffres, l’efficacité même des prestations offertes aux usagers :

Définir l'identité d'un dispositif
Définir l'identité d'un dispositif

Pourquoi se poser la question de l'identité d'un dispositif de formation ? La réponse peut paraître simpliste, c'est parce qu'il existe. En effet, nous avons entamé, il y a trois ans, la construction d'un dispositif de formation et d'insertion à l'Institut des Hauts Thébaudières. Ce dispositif fonctionne maintenant, nous en terminons la dernière phase d'élaboration. J'y participe en tant que responsable hiérarchique et en assure le pilotage du développement et de la mise en oeuvre quotidienne. Ce dispositif qui a pris une certaine dimension dans l'institution, est maintenant reconnu comme tel. Mais il se trouve que, plongés dans l'action depuis que nous en avons jeté les bases, nous n'avons pas pris le temps, ou la peine, de nous pencher sur ce qui faisait son unité, sur ce qui constituait cette « conscience » collective qui permettait tant aux professionnels qu'aux usagers du dispositif de se sentir appartenir au « même » groupe, en « concordance ».

Connexion

Cadre socio-éducatif

Abonnement

Recherche