LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Autre

S.BEAUD, M.PIALOUX : « Violences urbaines, violences sociales, genèse des nouvelles classes dangereuses »

S.BEAUD, M.PIALOUX  : « Violences urbaines, violences sociales, genèse des nouvelles classes dangereuses » Le point de départ du livre est la suite d’émeutes qui a eu lieu à Montbéliard, ville industrielle de Franche-Comté, à la suite d’interpellations de jeunes en juillet 2000. Les émeutes, selon Stéphane BEAUD et Michel PIALOUX, ne sont que le symptôme d’une lente et longue dégradation des conditions de vie des habitants du quartier de la Petite Hollande, classé zone urbaine prioritaire dans le cadre de la politique de la ville. L’originalité de cet ouvrage tient en ce que les auteurs expliquent les émeutes d’un point de vue sociologique mais aussi économique, en prenant notamment appui sur les transformations des conditions de travail et d’emploi dans la région. Cet angle d’approche a déjà été mis en évidence dans un ouvrage précédent des mêmes auteurs « Retour sur la condition ouvrière » - déjà situé à Montbéliard….

Stéphane BEAUD et Michel PIALOUX avec leur ouvrage montre à travers les différents entretiens qu’ils ont pu menés que les jeunes sont soumis à des contraintes déterminantes, liées à des rapports de forces, des rapports de générations, des évolutions sociales et économiques, notamment avec la précarisation de l’insertion professionnelle. Ces jeunes se sentent discriminés, exclus de certaines possibilités d’avenir dès leur entrée à l’école ; alors que l’école est un agent de socialisation, elle peut être un frein à la mobilité sociale des enfants d’origine immigrée. De plus, les syndicats et les partis politiques (mis à part le Front national) ont peu investi le champ des quartiers dits sensibles et leurs habitants. De fait, les jeunes se sentent peu ou pas représentés et n’ont pas les moyens de s’organiser dans un objectif de revendication collective. La violence, illustrée au début du livre par l’émeute qui a suivi l’arrestation d’un jeune, est devenue un moyen de lutte ponctuel pour montrer et faire entendre leurs revendications.
Catégorie: Fiche de lecture
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 28-06-2019
Historique du document: 0
Licence

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Accepter le terme et la condition

Documents associés

L'échec de la protection de l'enfance en France : BERGER Maurice
L'échec de la protection de l'enfance en France : BERGER Maurice
Le dispositif de la protection de l’enfance coûte chaque année pas moins de cinq milliards d’euros aux contribuables français. On dénombre quelque 270 000 mineurs concernés par ce dispositif. Pourtant cet effort important consenti par les pouvoirs publics en faveur de la protection de l’enfance semble inefficace, puisqu’une multitude de rapports d’experts (une dizaine entre 2000 et 2006, dont 3 de l’IGAS) sont venus en pointer les dysfonctionnements, et partant en exacerber les critiques. Celles-ci concernent essentiellement la complexité de l’organisation du dispositif conjuguant des finalités parfois antithétiques, voire même inconciliables, savoir d’un côté la protection de l’enfance en danger, de l’autre, les droits des parents et le soutien à la parentalité. C’est dans cette perspective que s’inscrit l’ouvrage de Maurice BERGER, intitulé : l’échec de la protection de l’enfance, publié dans sa première édition en 2003. Sous la forme d’un véritable réquisitoire, Maurice BERGER dénonce, (outre l’inefficacité de ce dispositif, qu’il qualifie volontiers de « bateau ruineux à la dérive » et « d’irrémédiable gâchis »), la nuisance de celui-ci, non seulement, au regard de l’enfant qu’il ne protège guère, voire même dont il aggrave les déficiences, mais aussi au regard de la société, qui à terme, supportera la charge durable de ces «inadaptés en tout genre», qu’aura engendré un tel dispositif.
La Société des Individus : Norbert Elias
La Société des Individus : Norbert Elias
Né en Allemagne dans une famille juive en 1897, mort aux Pays-Bas en 1990 à l’âge de 93 ans, Norbert Elias se forme à la sociologie après des études de médecine et de philosophie, puis il enseigne en Angleterre où, fuyant l'Allemagne nazie, il s'est réfugié avant la Seconde Guerre mondiale, après une vaine tentative d'installation en France. La réception de l'œuvre d'Elias fut brouillée par ces avatars de l'histoire : ce n'est qu'à partir de la fin des années soixante que ses ouvrages commencent à être traduits en français. Ils portent sur l'histoire de l'autocontrôle de la violence et l'intériorisation des émotions (dans des domaines aussi divers que les manières de table, le sport, la musique, les rapports entre les sexes ou la mort) ainsi que sur les conséquences d'une redéfinition des relations d'interdépendance (dans le rapport au temps, au groupe de référence ou à la situation) qui ouvre à une véritable “ révolution copernicienne” en sociologie
Des parents en quête de parentalité.  Séverine Euillet Chantal Zaouche-Gaudron
Des parents en quête de parentalité. Séverine Euillet Chantal Zaouche-Gaudron
Paru en Août 2008 dans la revue Sociétés et jeunesses en difficulté, l’article que nous étudierons ici, intitulé « Des parents en quête de parentalité. L’exemple des parents d’enfants accueillis à l’aide sociale à l’enfance » est avant tout un article visant à analyser la perception des parents dont un enfant est pris en charge par l’aide sociale à l’enfance, la manière dont ils perçoivent la « nouvelle » parentalité que ce placement engendre, et les relations qu’ils peuvent entretenir avec les intervenants sociaux, thème qui nous intéressera davantage ici puisqu’en rapport direct avec mon sujet de TER. Néanmoins, notons que bien que soulevant des enjeux sociologiques majeurs, il semble important de souligner ici qu’aux vues des domaines de compétences des deux auteurs de cet article que nous présenterons par la suite, nous sommes davantage, avec cet article, dans une approche plus psychologique de la question du placement d’un enfant et de ces conséquences sur ses parents et sur les relations que ceux-ci sont amenés à entretenir avec les éducateurs.
Femmes Sous Emprise : Marie France Hirigoyen
Femmes Sous Emprise : Marie France Hirigoyen
Marie France Hirigoyen : docteur en médecine depuis 1978, elle s’est ensuite spécialisée en psychiatrie. Psychanalyste et psychothérapeute elle anime des séminaires de gestion du stress en entreprise. Formée en victimologie aux Etats-Unis puis en France La destruction morale, les victimes des pervers narcissiques (1995), elle s’est ensuite centrée sur la violence psychologique Le harcèlement moral, la violence perverse au quotidien (1998) avant d’étudier spécifiquement ce domaine dans le milieu du travail (2001). Femmes sous emprise, les ressorts de la violence dans le couple (2005) traite plus spécifiquement des violences dans le couple.

Connexion

Abonnement

Recherche



Derniers Docs Autre

Les plus vus - Autre

Les plus téléchargés - Autre