LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Autre

LA MEDIATION : Analyse du processus à travers les pratiques de médiateurs

LA MEDIATION  : Analyse du processus à travers les pratiques de médiateurs Il semble que de tous temps, dans toutes civilisations, certains hommes ont tenté de se poser comme médiateurs. On trouve des traces de ce rôle archaïque dans les tribus traditionnelles d’Asie centrale et les plaines sibériennes où le chaman, tout à la fois guide religieux, sorcier et médecin sert de médiateur entre les dieux et les hommes.1 Plus près de nous, depuis les années 70 aux états unis2, les expériences de nombreuses personnes dans des domaines professionnels divers à la recherche de modes alternatifs de résolution des conflits ont fait se développer une vague de médiateurs. On voit ainsi apparaître des travailleurs sociaux médiateurs, avocats médiateurs, enseignants médiateurs…

La médiation revêt de multiples formes, nous l’avons vu, selon qu’elle est interprétée par tel ou tel médiateur. Chacun lui donne son empreinte, sa chaleur ou sa distance, faisant de chaque médiation un moment unique. Aucune médiation ne se déroule exactement selon le même schéma, même en respectant en tout point une procédure établie. La garantie d’une médiation qui porte ses fruits en permettant d’aplanir les différends, c’est bien sûr une solide formation, mais aussi une personnalité particulière, une attitude faite de respect de l’autre et d’autorité bienveillante.
Categorie: Rapport de stage
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 28-06-2019
Historique: 0
Extrait des conditions générales d'utilisation

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Conditions d'utilisation

Documents de même catégorie

Le traitement médiatique de l'anorexie mentale
Le traitement médiatique de l'anorexie mentale
Afin de comprendre le fonctionnement de l’appareil médiatique, il est important de prendre un objet, un sujet culturel exploité par les médias mais dont la logique est assurément différente. L’anorexie mentale est alors apparue comme un objet particulièrement adéquat pour une étude du traitement médiatique. En effet cette maladie est constituée de multiples facettes et a été étudiée par la psychiatrie, la médecine mais également par la sociologie. Tout cela constitue un objet extrêmement complexe. Le traitement médiatique de l’anorexie mentale est donc apparu comme un sujet permettant de répondre à un ensemble de questionnements. La télévision est-elle régie par l’audimat ? Les médias peuvent-ils aborder un sujet médical ? Internet est-il une source d’information ou de désinformation ? Autant de questions auxquelles nous essayerons d’apporter des réponses.

Le choix de cet objet d’étude est venu suite à une réflexion personnelle sur les apparences. Les individus basent effectivement leur jugement sur autrui principalement sur le critère physique, sur les apparences. Les anorexiques souffrent justement d’une caractéristique physique facilement stigmatisante, la maigreur. Ayant personnellement une corpulence comparable à celle d’un anorexique, je reçois couramment des remarques par rapport à mon poids. La maigreur serait ainsi un caractère qui dérange et soulève un questionnement sur l’état de santé et sur l’anormalité. Face à cela, le jeu médiatique actuel me semble également porter une importance particulière à l’image, aux apparences et à son rôle normatif. Devant ces hypothèses, analyser le traitement médiatique de l’anorexie mentale permettrait de les confronter à la réalité et ainsi d’obtenir des réponses.
La société disciplinaire et une lecture foucaldienne des nouveaux modes de domination capitaliste
La société disciplinaire et une lecture foucaldienne des nouveaux modes de domination capitaliste
Le projet de ce mémoire est né d’une réflexion quant à l’application possible des analyses foucaldiennes du pouvoir aux pratiques de contrôle social caractéristiques du régime capitaliste contemporain. Ce dernier a en effet profondément évolué depuis la mort du philosophe cartographe ; les critiques et les résistances dont il a fait l’objet l’ont poussé à se transformer, de sorte que l’on puisse parler, dans le cadre d’un espace économique mondialisé, de l’émergence d’un nouvel « Esprit du Capitalisme », destiné à justifier le processus de démantèlement de l’Etat social où les nouveaux mécanismes de régulation du travail sont concomitants à une inflation pénale. Le paradigme d’analyse grâce auquel nous avons tenté d’aborder ce phénomène puisera donc essentiellement ses concepts dans la « boîte à outils conceptuels » que constitue l’œuvre philosophique de Foucault. Le sujet étant pour le moins large et complexe, nous restreindrons notre perspective aux nouvelles formes dominantes de gestion des populations, en essayant, à l’aide d’auteurs contemporains, de dégager la rationalité politique qui les sous-tend et dont Foucault a fourni les bases généalogiques et historiques.
Mémoire de recherche : Le locataire face à l’impayé de loyer : de l’expulsion à l’exclusion
Mémoire de recherche : Le locataire face à l’impayé de loyer : de l’expulsion à l’exclusion
Depuis dix ans, le nombre de décisions de justice prononçant l’expulsion locative est en augmentation. Celles-ci étaient de 37 % fin 2012. 120 363 décisions ont été rendues dont 115 086 pour impayés de loyers. À l’heure où les phénomènes conjugués de hausse du coût du logement (loyers et surtout les charges) et de tassement ou fragilisation du pouvoir d’achat frappent fort sur les familles aux budgets serrés. Chaque année des milliers de familles sont expulsées de leur logement et doivent quitter leur logement sous la contrainte. A la fin de chaque trêve hivernale fixée au 30 mars, les médias retracent les parcours de ces personnes. L’expulsion locative est un événement traumatisant pour la famille ou l’individu qui la vit. La Loi n° 98-657 du 29 juillet 1998 d'orientation relative à la lutte contre les exclusions a introduit une nouvelle logique dans la prise en charge des expulsions, substituant une approche de sécurité publique à une logique de prévention. Mais bien avant, la Loi n° 90-449 du 31 mai 1990 visant à la mise en oeuvre du droit au logement a inscrit la problématique du logement des personnes défavorisées dans le paysage politique. « Toute personne ou famille éprouvant des difficultés particulières en raison notamment de l’inadaptation de ses ressources ou de ses conditions d’existence, a droit à une aide de la collectivité, dans des conditions fixées par la présente loi, pour accéder à un logement décent et indépendant, ou s’y maintenir. » (Article 1er) Cette loi organise un volet social des politiques du logement. Avec cette loi la question de l’expulsion locative est prise en compte pour la première fois sous l’angle des difficultés de maintien. Elle vise aussi le maintien dans les lieux et l’accès au logement par l’intermédiaire de dispositifs spécifiques et des aides financières. Il a fallu attendre 1998 pour une prise en charge au titre de la prévention, et voir apparaître les Plans Départementaux d’Actions pour le Logement des Personnes Défavorisées (PDALPD) avec un volet financier assuré par les Fonds de Solidarité Logement (FSL). Par ce dispositif, les politiques tentent d’adapter leur politique publique aux besoins et problèmes des bénéficiaires. La loi du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les expulsions modifie dans son volet logement, la procédure des expulsions en l’inscrivant dans une logique de prévention. Cette logique permettant de trouver des solutions avant une résiliation du bail par voie judiciaire. Le logement conditionne les chances de ne pas basculer dans l’exclusion. La loi Besson de 1990 affirme dans son article 1er : « garantir le droit au logement constitue un devoir de solidarité pour l’ensemble de la nation »5. Face aux nombres de procédure d’expulsions sur le territoire du Roannais et le nombre de nonréponse aux différents courriers de mise à disposition, je me suis posée la question suivante : « Pourquoi, malgré les dispositifs d’aides et de prévention existants certaines personnes sont encore expulsées ? » Cela m’amène à d’autres questions : Quel est le parcours des personnes en impayés de loyers ? A quel moment réagissent-elles ? Pourquoi ne réagissentelles pas ? Quel est le parcours locatif/résidentiel des personnes en impayés ? Est-ce le premier impayé ? L’accompagnement social peut-il éviter l’expulsion ? Selon les statistiques du Conseil général de la Loire, les chiffres des expulsions locatives restent stables sur le département avec en moyenne 600 commandements de quitter les lieux.6 Ces chiffres restent malgré tout inquiétants.
Comment Remédier à une chute importante d’effectif ?
Comment Remédier à une chute importante d’effectif ?
Il est maintenant temps de conclure ce mémoire. Je porterai l’accent sur les évolutions de la MFR qui anticipe les orientations politiques ministérielles. Lorsque l’on se penche sur les unités stratégiques de la Maison Familiale Rurale de BIAS, il est intéressant de s’intéresser au potentiel d’évolution de celle-ci. La filière 4ème – 3ème , comme nous l’avons vu, avec l’apparition des classes alternées de l’Education Nationale risque de baisser sensiblement en terme d e part de marché. Si cette baisse des effectifs est compensée par une hausse des filières techniques agroalimentaires, comme il est raisonnable de le prévoir, cela devrait engendrer une augmentation de la plus value dans la mesure ou les classes techniques ( BEPA et Bac Professionnel ) sont davantage subventionnées par le Ministère de l’Agriculture. Par ailleurs, le public des jeunes qui compose les classes de 4ème et de 3ème est beaucoup plus difficile ( jeunes en situation de déracinement familial et social pour la plupart ) et participe à l’augmentation du stress de l’équipe pédagogique.

Connexion

Abonnement

Recherche