LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Autre

L'anorexie à l'Hopital

L'anorexie à l'Hopital

A l’heure actuelle, il n’est pas un seul magazine féminin qui ne fasse pas l’éloge de la minceur et ne recense pas les moyens pour y parvenir, depuis les régimes amaigrissants jusqu’aux interventions chirurgicales, en passant par les exercices physiques : « 100 idées minceurs auxquelles vous n’aviez pas pensé »,  « Minceur express : Perdez une taille en une semaine »… Beaucoup d’anorexiques sont rentrées dans leur maladie par un régime qui a mal tourné.

Ce mémoire est consacré à l’étude de la prise en charge de ces adolescentes anorexiques. Si la littérature médicale est riche de protocoles thérapeutiques, d’articles théoriques, d’analyses psychopathologiques et d’autobiographie, peu de publications décrivent la prise en charge de l’anorexie. La spécificité de mon mémoire, et son objectif,  est la construction d'une approche sociologique sur un objet a priori psychologique, voire clinique : l'anorexie. Mais comment peut-on faire une sociologie de l’anorexie et de sa prise en charge ?

Le «culte de la minceur», les représentations médiatiques du corps féminin, les changements des habitudes alimentaires, sont souvent invoqués pour expliquer la multiplication des cas d'anorexie mentale chez les adolescentes. L’anorexie semble alors faire appel à la sociologie seulement pour mesurer l’impact du contexte socioculturel sur la maladie.

Or, ce mémoire utilise la sociologie pour étudier l’anorexie en général, et les difficultés que rencontrent les soignants lors de la prise en charge des patientes anorexiques.

...

Certains mangent pour vivre, d’autres vivent pour manger. L’anorexique ne mange pas pour vivre. Ne pas manger pour vivre, voilà l’énoncé paradoxal exprimé par la patiente anorexique à travers son refus. En écho à une telle prétention, « vivre de rien », des sentiments interviennent avec force chez les soignants. Le traitement se heurte à un obstacle majeur : le DENI des patientes. Les anorexiques ne se considèrent pas comme malades et refusent parfois jusqu'au bout, entretiens et soins.

Le travail des soignants auprès de ces personnes demande alors un investissement physique et psychologique important, et des aptitudes particulières au contact humain. Leur travail s’étend sur plusieurs domaines. Ils ont une fonction d’aide, d’écoute, de surveillance du poids, de prise en charge efficace de situations à évolutions rapides. Pour travailler dans ces services traitant des anorexiques mentales, on pourrait dire qu’ils doivent avoir une personnalité sur mesure pour créer une ambiance propice à établir une bonne relation, réconforter, communiquer, apporter un soutien affectif et informer les familles des malades. Ils doivent surtout faire face à des situations difficiles et complexes.

Ainsi, mon hypothèse de départ, trouve-t-elle ici toute sa validité. Les soignants sont confrontés à de nombreuses difficultés. L’anorexie entraîne un certain « malaise » chez le personnel hospitalier, de par sa complexité mais aussi par ce qu’elle implique et renvoie à un niveau personnel d’une part, et professionnel, d’autre part.

En ce qui concerne ma démarche, j’ai rencontré des difficultés dans la délimitation du sujet, avec une tendance à vouloir absorber la question de l’anorexie trop globalement. Il a été difficile de formuler une problématique centrale.

Par ailleurs, le manque de références bibliographiques, excepté le livre de Muriel Darmon, Devenir anorexique, traitant de la sociologie de l’anorexie, a été ressenti comme un manque pour analyser un sujet a priori extérieur du champ sociologique. Cela dit, de nombreux ouvrages sont consacrés à l’anorexie proprement dite.

Quant au terrain, même si il paraissait difficile d’accès au départ, il a été finalement assez accessible malgré que le « rôle » de la sociologie n’ait pas toujours été bien saisi par les soignants.

Categorie: Mémoire
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 23-12-2019
Extrait des conditions générales d'utilisation

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Conditions d'utilisation

Documents de même catégorie

Master 2 « Direction, pilotage et coordination dans l’intervention sociale et médico-sociale » : De la Section d'Initiation et de la Première Formation Professionnelle à l'Etablissement et Service d'Aide par le Travail
Master 2 « Direction, pilotage et coordination dans l’intervention sociale et médico-sociale » : De la Section d'Initiation et de la Première Formation Professionnelle à l'Etablissement et Service d'Aide par le Travail

Le Conseil de la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie (CNSA) écrit dans ses préconisations 2015 qu’il est nécessaire de « faire de chaque intervenant du parcours des personnes (MDPH, établissements et services, acteurs du soin, école, etc…) un acteur de l’inclusion, au service de la continuité de ce parcours et de son adéquation avec le projet de vie de la personne».


La simple énonciation de cette attente suffit à rappeler que cette continuité et cette adéquation ne sont pas toujours les caractéristiques principales du parcours de vie des personnes en situation de handicap.

Jusqu’ici, pour nombre de familles, l’éducation d’un enfant en situation de handicap s’apparente encore souvent à un « parcours du combattant », au cours duquel elles souhaiteraient bien ne pas être obligées « de réclamer pour obtenir ce que n’importe quel enfant obtient quand il n’est pas handicapé »


Tout au long de la vie, chaque transition est ainsi, pour beaucoup, l’occasion de se confronter à nouveau à la réalité « administrative » que paraît aussi imposer le handicap.

Au délicat « deuil » des espoirs d’un parcours ordinaire, s’ajoute bien souvent le deuil d’un parcours simple et fluide, comme si le système chargé d’accompagner ces transitions y ajoutait sa propre part de difficultés à surmonter.

sociologie urbaine/jeunesse - Quel développement pour la jeunesse Marocaine ?
sociologie urbaine/jeunesse - Quel développement pour la jeunesse Marocaine ?

Ceci est un mémoire de fin d'étude premier en sciences politiques spécialité sciences sociales  le travail correspond à la correlation entre l'urbanisme et le développement de la jeunesse  etude de cas faite à Casablanca, quartier Hay mohammadi. Maison des jeunes ( dar chabab) institution étatique :

Face aux réalités démographiques, économiques et sociales du Royaume avec, entre autres, une population des moins de 24 ans atteignant les 20% d’après le HCP. Le Maroc dresse le tableau : inévitablement, la jeunesse devient le centre des préoccupations du pays, celle-ci étant également le sujet de bon nombre de débats et d’interrogations.

La jeunesse se définit dans un premier temps comme étant « la période de la vie humaine comprise entre l’enfance et l’âge mûr ». Suivant cette définition il est dont possible de catégoriser la jeunesse. Par ailleurs, pour Bourdieu, la jeunesse [3]n’est pas un groupe social, et sa définition ne dépend pas de l’âge. D’après Bourdieu, la division des âges est « arbitraire » pour lui, la jeunesse est le fruit d’un rapport de lutte, l’enjeu est la lutte.   La jeunesse est en quelque sorte une représentation idéologique des plus vieux. Ce sont eux qui déterminent et imposent « l’ordre auquel chacun doit se tenir ». Autrement dit, les vieux ont une emprise sur la jeunesse, ils la façonnent en quelques sorte.

Le traumatisme des abus sexuels : les effets sur l’identité masculine.
Le traumatisme des abus sexuels : les effets sur l’identité masculine.

Cette recherche souligne l’impact destructurant que de tels actes entraînent sur l’enfant, adulte en devenir. Les répercussions de la maltraitance sont tout aussi importantes sur le plan physique que psychique. Etre maltraité physiquement entraîne une douleur dans la mesure où le corps reçoit des coups, mais aussi une souffrance psychique car la personne est atteinte dans son intégralité. L’enfant n’est pas reconnu ni respecté en tant que personne mais considéré comme un objet.

Aussi, je me suis interrogée sur la représentation qu’ils avaient d’eux mêmes, sur la construction de leur identité individuelle.

Pour répondre à cela, dans une première partie, il nous est, tout d’abord, apparu important et nécessaire de définir et de situer le cadre des abus sexuels. Puis, nous nous sommes intéressés aux dommages causés, pour enfin en dégager les conséquences.

Dans une deuxième partie, nous illustrerons notre recherche par l’étude de la personnalité d’enfants et d’adolescents ayant connus des abus sexuels et qui sont actuellement placés en centre éducatif, placement qui entre dans le cadre de mesures de protection de l’enfance.

Connexion

Abonnement

Recherche