LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Autre

les bandes de jeunes

les bandes de jeunes

En guise de conclusion, on peut dire que la situation dans les banlieues est le résultat de processus dont certains ont une existence historique. Effectivement, à travers l'histoire on constate que le phénomène de bande n'est pas nouveau, par contre actuellement il y a une surenchère de la violence. Cette surenchère est certainement due à la raréfaction des moyens de manifester sont mécontentement, dans ce que l’on appelait les « banlieues rouges », il existait des formes d’entraide et d’organisation des familles ouvrières ; il y avait aussi des militants politiques, des syndicalistes et même des curés. La disparition de ses médiateurs sociaux a contribué à l’augmentation d’un sentiment d’abandon que l’on remarque dans ces quartiers. De plus, les problèmes sociaux comme le chômage, les emplois précaires et surtout l'échec scolaire, tous ces mécanismes négatifs contribuent à enfermer dans un cercle vicieux des jeunes qui par leurs réactions se marginalisent encore plus. Se sentant rejetés, ils adoptent des comportements qui les exclus encore davantage, décourageant du même coup les rares bonnes volontés qui se manifestent à leur égard. D’autre part, au lieu d’analyser les causes du problème et d’y apporter des réponses, les hommes politiques se livrent à une surenchère sécuritaire, stigmatisant encore plus des jeunes en quête de reconnaissance. Enfin, les médias ont leur part de responsabilité, ils érigent les faits divers en événements prétendus symptomatiques, sur fond de catastrophisme permanent.

Catégorie: Autre
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 07-01-2022
Historique du document:

0

Licence

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Accepter le terme et la condition

Documents associés

Travail de recherche et d'analyse de ressources : Les jeunes en errance en France
Travail de recherche et d'analyse de ressources : Les jeunes en errance en France
Le phénomène grandissant des sans-abri parmi la population des jeunes est un problème complexe lié aux facteurs culturels, économiques et sociaux qui doivent être pris en compte tant au niveau national qu’européen. Le « sans-abrisme » a été décrit par la Commission européenne comme « la forme la plus extrême d’exclusion sociale et de pauvreté en Europe ». Les solidarités familiales peuvent constituer l’ultime recours, lorsque celles-ci sont compromises, la perspective de la rue devient obsédante. Il est difficile de traiter le problème de l’errance des jeunes en France. Tout d’abord parce que les jeunes en errance sont avant tout nomades et mobiles, mais aussi parce qu’en France, comme dans les autres pays européens, ce phénomène reste encore méconnu.
Livret 2 Aide Soignant validé
Livret 2 Aide Soignant validé
Livret 2 Aide Soignant validé
Repères pour un monde sans repères: Philippe Meirieu
Repères pour un monde sans repères: Philippe Meirieu
Après avoir voulu recentrer l’éducation autour de l’enfant, on parle aujourd’hui de déclin de l’autorité et de la nécessité de redéfinir des valeurs et des normes au sein de la société. Philippe Meirieu a approfondi ce thème dans son livre Repères pour un monde sans repères. Sa réflexion peut intéresser tout un chacun, entre faillite de l’autorité et crise de l’éducation libérale, quelles valeurs notre société peut-elle transmettre aux générations à venir ? Doit-on faire preuve d’autorité quand on éduque ? Et si oui, quel type d’autorité est possible
Les deux dimensions fondamentales du jugement social : compétence et sociabilité
Les deux dimensions fondamentales du jugement social : compétence et sociabilité
Actuellement, nombreuses sont les initiatives qui tentent de lutter contre les croyances stéréotypées au sujet des femmes et des hommes. Mais est-il réellement possible de supprimer les stéréotypes que nous avons concernant certains groupes sociaux? Les recherches en psychologie sociale montrent que la suppression des stéréotypes ne se passe pas sans conséquences, dans la mesure où ceux-ci tendent à réapparaître de manière plus extrême après avoir été supprimés, phénomène connu sous le nom d’ « effet rebond » (Macrae, Bodenhausen, Milne, & Jetten, 1994). En outre, cet effet rebond peut se manifester de manière subtile : la suppression des stéréotypes basés sur la catégorie (p.e. le genre : homme/femme) peut susciter la réapparition de ces mêmes stéréotypes, basés sur des caractéristiques individuelles et présentes à l’intérieur même de la catégorie (p.e. féminité de la voix) (Ko, Muller, Judd, Stapel, 2008). L’objectif de la présente étude est d’examiner si, à l’instar de ce qui se produit dans ces études, la suppression des stéréotypes de genre sur la dimension de compétence produit un effet rebond sur la dimension de sociabilité.

Connexion

Abonnement

Recherche