LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Autre

Les enfants de Midas

Les enfants de Midas

Il est coutumier d’attribuer à la culture le rôle de gardien de traditions immémoriales et de creuset entre les peuples. Celle-ci s’exprimant aussi bien à travers les arts les plus divers tels que la littérature, la peinture, la musique, que par des pratiques religieuses, communautaires ou familiales spécifiques et parfois incongrues pour l’observateur étranger. Cette conception est aujourd’hui battue en brèche C’est aux contacts des «Autres» que les cultures se font. Ce processus est connu sous le nom d’acculturation, le «a» étant non-privatif mais additif, et témoigne de l’enrichissement mutuel des rencontres culturelles.

La «question» de l’émigration L’assimilation, l’intégration, l’insertion sont au cœur du débat politique français depuis de nombreuses années. De façon sous-jacente est présente la question de l’identité nationale et des risques (s’ils existent ?) qu’elle encourt à accueillir des étrangers, des émigrés, ceux qui ont immigrés. Ces dénominations parfois utilisées péjorativement cachent le fait qu’un certain nombre d’entre eux soient de nationalité française. Par ailleurs, le terme français peut apparaître tout aussi restrictif aux regards de la diversité et des particularismes locaux ou régionaux, même si certains d’entre eux tendent à disparaître. La France a, nous dit-on, une longue tradition de terre d’accueil. Il est vrai aux dires des statistiques qu’un français sur trois au moins a des ascendances étrangères. Paradoxalement chacune des vagues d’immigration a suscité xénophobie et violences. Chaque fois, les mêmes troubles resurgissent sans que nous tirions enseignements de la période précédente. C’est pourtant dans ces tourmentes sociales que doivent se construire peu à peu les nouvelles identités culturelles de ces populations migrantes. Parfois nommée culture de «l’entre deux» ou culture de «l’émigration-immigration», cette construction n’est pas chose facile à faire. Remise en cause de valeurs personnelles ou collectives, abandon au moins partiel de la culture d’origine, le tout dans un climat parfois, pour ne pas dire souvent, hostile, voilà bien des difficultés à surmonter. Cette nouvelle culture se construit majoritairement sur trois points d’appui et le plus souvent de manière concomitante : - Pratiques culturelles d’origine transposées telles quelles dans le pays d’accueil. - Emprunt sans modification d’une pratique du pays d’accueil. - Production originale plus ou moins inspirée d’une pratique culturelle du pays d’origine ou du pays d’accueil. (La Tontine illustre par exemple cette forme de compromis. Très pratiquée en Afrique, elle consiste à associer des personnes versant régulièrement de l’argent dans une caisse commune et dont le montant est remis à tour de rôle à chacun des membres, elle prend en occident la forme du «time-sharing »ou Tontine immobilière.

Catégorie: Autre
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 06-12-2021
Historique du document:

0

Licence

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Accepter le terme et la condition

Documents associés

Parcours historique de la notion de salariat
Parcours historique de la notion de salariat
L’histoire ne nous est pas donnée, c’est quelque chose qui se construit et dans laquelle il nous appartient de nous inscrire pour nous dégager d’une perception trop limitée de notre présent et comprendre que nous n’avons rien inventé. Afin d’approfondir cette idée selon laquelle le travail social n’est qu’une dimension de ce que l’on qualifie de social, j’ai souhaité m’intéresser plus particulièrement à la question du social à partir de la relecture de l’ouvrage de Robert CASTEL,Les métamorphoses de la question sociale. Son postulat est que le cœur de la question sociale se situe dans celle du salariat.
L'autre, réflexion personnelle durant ma formation
L'autre, réflexion personnelle durant ma formation
Dans sa définition de la langue française, l'autre signifie différent, distinct; l'opposé quand le mot est accompagné de l'article indéfini. Ceci est à mon sens bien dans un jugement pour définir une personne qui nous côtoie, puisque nous la citons, c'est qu'elle est connue, reconnue par nous en tant qu'être. Je ne souhaite pas parler de l'altérité abordée dans les regards psychosociaux et ainsi dans les problématiques sociétales actuelles telles que le racisme, la xénophobie, le sexisme, la gestion du passé colonial, les relations entre l'occident et le reste du monde, la citoyenneté européenne ou les réactions collectives en période de crise. Ce sont autant de questions conflictuelles qui invitent la psychologie sociale à ouvrir ses horizons conceptuels. Je voudrais juste démontrer l'importance de cet être, si dissemblable et si attirant.
Le brainstorming : pour développer la créativité
Le brainstorming : pour développer la créativité
Aujourd'hui, de nombreux groupes de créativité tentent de proposer des solutions originales à tous les problèmes d'innovation et de recherche que nous impose l'évolution des techniques et des habitudes sociales. Nous appelons créativité “le processus par lequel un individu, ou un groupe, placé dans une situation donnée, élabore un produit nouveau ou original adapté aux contraintes et aux finalités de la situation” .
Travail de recherche et d'analyse de ressources : Les jeunes en errance en France
Travail de recherche et d'analyse de ressources : Les jeunes en errance en France
Le phénomène grandissant des sans-abri parmi la population des jeunes est un problème complexe lié aux facteurs culturels, économiques et sociaux qui doivent être pris en compte tant au niveau national qu’européen. Le « sans-abrisme » a été décrit par la Commission européenne comme « la forme la plus extrême d’exclusion sociale et de pauvreté en Europe ». Les solidarités familiales peuvent constituer l’ultime recours, lorsque celles-ci sont compromises, la perspective de la rue devient obsédante. Il est difficile de traiter le problème de l’errance des jeunes en France. Tout d’abord parce que les jeunes en errance sont avant tout nomades et mobiles, mais aussi parce qu’en France, comme dans les autres pays européens, ce phénomène reste encore méconnu.

Connexion

Abonnement

Recherche



Derniers Docs Autre

Les plus vus - Autre

Les plus téléchargés - Autre