LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Autre

Le sentiment d’insécurité

Le sentiment d’insécurité La peur est une expérience universelle et commune à tous. Elle est individuelle mais aussi épidémique. L’homme peut connaître la peur par ses remarquables facultés de représentations et d’imagination. Ces capacités font de lui le principal artisan de ses effrois et en même temps le propagandiste de ceux des autres. La peur a une fonction révélatrice des difficultés, des désespoirs et besoins individuels et aussi collectifs : lorsqu’une peur s’empare d’une collectivité, elle polarise l’essentiel de la vie sociale du moment. La peur du crime, dans nos sociétés, sert de révélateur et renseigne sur nos productions imaginaires, nos espoirs et désespoirs. Elle révèle un malaise dans la masse, une instabilité sociale et institutionnelle, des lacunes du pouvoir politique par exemple, mais elle indique aussi un besoin de sauvegarde et de sécurité. Elle est certes, un indicateur d’un besoin de stabilité sociale et de sécurité, mais elle témoigne aussi de disparités et différences sociales : les écarts se creusent en France, par rapport aux lieux d’habitations, à travers l’accès ou non à l’emploi, le niveau de revenu et la mixité sociale.

Afin de faire diminuer le sentiment d’insécurité et de générer un décalage entre l’évaluation primaire et secondaire de la menace, l’individu va mettre en place soit des stratégies de coping centrées sur l’émotion (cognitive ou comportementales), soit des stratégies centrées sur le problème en lui-même. Les stratégies d’interventions qui en découleront, si elles sont positives, permettront de réduire la peur, l’anxiété et l’angoisse ressenties dans un tel contexte. Les stratégies de maîtrise affective viseront à baisser le niveau des émotions négatives comme la peur, la colère et la tristesse et, les stratégies de mobilisation ou de changement chercheront à ce que le sentiment d’insécurité baisse par la mise en place de mesures concrètes. Il est important de neutraliser l’information négative que transmet la peur pour réorganiser ses priorités via des pensées positives et rechercher le bien-être. Pour atteindre le bien-être il faut du contact social.
Catégorie: Autre
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 28-06-2019
Historique du document: 0
Licence

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Accepter le terme et la condition

Documents associés

Lettre au père : F. Kafka
Lettre au père : F. Kafka
Cette lettre est bien plus qu’une lettre puisqu’elle tient à peu près sur 73 pages (en allemand comme en français) et qu’elle a une valeur littéraire, à la fois parce que son auteur est un écrivain et parce qu’elle a un véritable contenu sociologique et philosophique. Cette lettre est un long monologue où F. Kafka expose ses sentiments à son père, sentiments qu’il ne peut garder pour lui, mais qu’il ne parviendra pas pour autant à lui dire.
L'AGORAPHOBIE: approche cognitivo-comportementale
L'AGORAPHOBIE: approche cognitivo-comportementale
Le concept d'agoraphobie est aujourd'hui assez bien connu et a fait l'objet de nombreux écrits et études. Il s'agit d'une névrose faisant partie de la catégorie des phobies sociales. L'essor théorique et thérapeutique du modèle comportemental et cognitif a permis et a joué un rôle important dans la conceptualisation des troubles anxieux. Concernant le traitement psychothérapeutique de l'agoraphobie, seules les thérapies comportementales et cognitives ont fait l'objet d'une évaluation standardisée. C'est pour cela qu'à travers ce dossier, nous allons aborder la question du traitement de l'agoraphobie dans une approche cognitivo-comportementale. Dans une première partie, nous présenterons l'agoraphobie. Dans la seconde partie, nous expliquerons la méthode comportementale et cognitive, pour aboutir à la troisième et dernière partie qui développera la prise en charge de l'agoraphobie par les thérapies comportementales et cognitives.
Dossier sur les représentations sociales et dynamiques de groupe
Dossier sur les représentations sociales et dynamiques de groupe
En effet, en tant qu’éducatrice spécialisée les notions de représentations sociales et de dynamique de groupes ont une résonnance toute particulière. Cependant je n’ai jamais eu l’occasion ou je ne l’ai jamais saisie, au-delà de quelques définitions vues en école d’éducateur, de comprendre ce qu’est la psychologie sociale et comment cette discipline peut amener à une meilleure compréhension de nos conduites humaines. Notre regard, nos jugements, nos préjugés, nos relations sociales, sont autant éléments mouvants qui dépendent du contexte dans lequel on a grandit, dans lequel on vit et dans celui que nous allons connaître après. La psychologie sociale nous amène à évoluer en tenant compte de ce qui nous entoure et de sa réalité particulière. Elle ne se situe pas dans un champ de savoirs absolus, elle soumet son savoir à une propre autocritique en fonction des évolutions.

La place de nos représentations sociales, et leurs incidences sur nos vies, notre société, voilà un thème que je souhaiterai approfondir. Car au fil des cours de ce semestre je me suis rendu compte de son importance et de l’impact que cela pouvait avoir sur ma vie professionnelle et privée. Ces premiers éléments de connaissance mon permis à la hauteur de mon niveau d’interpréter certaines situations et d’essayer de modifier mon comportement face à celles-ci. Dans le cadre de ce travail, j’ai essayé au mieux de synthétiser l’ensemble des cours en y intégrant ce qui pour moi relevait de l’essentiel dans le domaine de cette unité d’enseignement. J’ai intégré des exemples différents du cours, pour étayer ce résumé théorique.
Le traumatisme des abus sexuels : les effets sur l’identité masculine.
Le traumatisme des abus sexuels : les effets sur l’identité masculine.

Cette recherche souligne l’impact destructurant que de tels actes entraînent sur l’enfant, adulte en devenir. Les répercussions de la maltraitance sont tout aussi importantes sur le plan physique que psychique. Etre maltraité physiquement entraîne une douleur dans la mesure où le corps reçoit des coups, mais aussi une souffrance psychique car la personne est atteinte dans son intégralité. L’enfant n’est pas reconnu ni respecté en tant que personne mais considéré comme un objet.

Aussi, je me suis interrogée sur la représentation qu’ils avaient d’eux mêmes, sur la construction de leur identité individuelle.

Pour répondre à cela, dans une première partie, il nous est, tout d’abord, apparu important et nécessaire de définir et de situer le cadre des abus sexuels. Puis, nous nous sommes intéressés aux dommages causés, pour enfin en dégager les conséquences.

Dans une deuxième partie, nous illustrerons notre recherche par l’étude de la personnalité d’enfants et d’adolescents ayant connus des abus sexuels et qui sont actuellement placés en centre éducatif, placement qui entre dans le cadre de mesures de protection de l’enfance.

Connexion

Abonnement

Recherche



Derniers Docs Autre

Les plus vus - Autre

Les plus téléchargés - Autre