LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Autre

la "réhabilitation psychosociétale" des personnes en situation de handicap psychique...

la On ne devrait plus dire « handicap psychique » mais « handicap psycho sociétal ».Ce serait refléter avec exactitude aujourd’hui les problématiques des personnes en situation d’exclusion plurielle. Combinaison de troubles, conséquences multiples. Tableau psychiatrique composé d’une morbidité à lecture « tripolaire » : un schizophrène anxieux se promène en ville et les regards se portent sur lui inévitablement. Il parle à des voix logées dans sa tête. Des voix qui envahissent son histoire, son champ d’audition et de vision. Il y a du monde apparemment invité à la fête de l’exclusion psychosociale !! Trois éléments d’une situation auto générée et entretenue par une méconnaissance réciproque.

Loin de ce contexte de logiques et stratégies croisées, contradictoires, le schizophrène continue d’errer dans les couloirs d’un monde insensible à sa souffrance. Sa stratégie consiste à s’adapter comme il peut. Il fait face ; il nous renvoie à nos problématiques et nos dysfonctions collectives, à nos schémas organisationnels d’une action sociale au cadre rénové. Mais tenterons-nous le parcours de l’esprit des lois à l’esprit des œuvres ? Tenterons-nous le pari de l’accueil social dans nos schèmes de représentation ? Sommes nous prêts à la déconstruction des visions ordinaires et à l’accession par le plus grand nombre à une aide transversale, imaginative, innovatrice ? Comme disait Bachelard, le réel projette toujours quelque part des zones d’ombre…..
Catégorie: Autre
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 28-06-2019
Historique du document: 0
Licence

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Accepter le terme et la condition

Documents associés

Les deux dimensions fondamentales du jugement social : compétence et sociabilité
Les deux dimensions fondamentales du jugement social : compétence et sociabilité
Actuellement, nombreuses sont les initiatives qui tentent de lutter contre les croyances stéréotypées au sujet des femmes et des hommes. Mais est-il réellement possible de supprimer les stéréotypes que nous avons concernant certains groupes sociaux? Les recherches en psychologie sociale montrent que la suppression des stéréotypes ne se passe pas sans conséquences, dans la mesure où ceux-ci tendent à réapparaître de manière plus extrême après avoir été supprimés, phénomène connu sous le nom d’ « effet rebond » (Macrae, Bodenhausen, Milne, & Jetten, 1994). En outre, cet effet rebond peut se manifester de manière subtile : la suppression des stéréotypes basés sur la catégorie (p.e. le genre : homme/femme) peut susciter la réapparition de ces mêmes stéréotypes, basés sur des caractéristiques individuelles et présentes à l’intérieur même de la catégorie (p.e. féminité de la voix) (Ko, Muller, Judd, Stapel, 2008). L’objectif de la présente étude est d’examiner si, à l’instar de ce qui se produit dans ces études, la suppression des stéréotypes de genre sur la dimension de compétence produit un effet rebond sur la dimension de sociabilité.
Mémoire de recherche : Le locataire face à l’impayé de loyer : de l’expulsion à l’exclusion
Mémoire de recherche : Le locataire face à l’impayé de loyer : de l’expulsion à l’exclusion
Depuis dix ans, le nombre de décisions de justice prononçant l’expulsion locative est en augmentation. Celles-ci étaient de 37 % fin 2012. 120 363 décisions ont été rendues dont 115 086 pour impayés de loyers. À l’heure où les phénomènes conjugués de hausse du coût du logement (loyers et surtout les charges) et de tassement ou fragilisation du pouvoir d’achat frappent fort sur les familles aux budgets serrés. Chaque année des milliers de familles sont expulsées de leur logement et doivent quitter leur logement sous la contrainte. A la fin de chaque trêve hivernale fixée au 30 mars, les médias retracent les parcours de ces personnes. L’expulsion locative est un événement traumatisant pour la famille ou l’individu qui la vit. La Loi n° 98-657 du 29 juillet 1998 d'orientation relative à la lutte contre les exclusions a introduit une nouvelle logique dans la prise en charge des expulsions, substituant une approche de sécurité publique à une logique de prévention. Mais bien avant, la Loi n° 90-449 du 31 mai 1990 visant à la mise en oeuvre du droit au logement a inscrit la problématique du logement des personnes défavorisées dans le paysage politique. « Toute personne ou famille éprouvant des difficultés particulières en raison notamment de l’inadaptation de ses ressources ou de ses conditions d’existence, a droit à une aide de la collectivité, dans des conditions fixées par la présente loi, pour accéder à un logement décent et indépendant, ou s’y maintenir. » (Article 1er) Cette loi organise un volet social des politiques du logement. Avec cette loi la question de l’expulsion locative est prise en compte pour la première fois sous l’angle des difficultés de maintien. Elle vise aussi le maintien dans les lieux et l’accès au logement par l’intermédiaire de dispositifs spécifiques et des aides financières. Il a fallu attendre 1998 pour une prise en charge au titre de la prévention, et voir apparaître les Plans Départementaux d’Actions pour le Logement des Personnes Défavorisées (PDALPD) avec un volet financier assuré par les Fonds de Solidarité Logement (FSL). Par ce dispositif, les politiques tentent d’adapter leur politique publique aux besoins et problèmes des bénéficiaires. La loi du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les expulsions modifie dans son volet logement, la procédure des expulsions en l’inscrivant dans une logique de prévention. Cette logique permettant de trouver des solutions avant une résiliation du bail par voie judiciaire. Le logement conditionne les chances de ne pas basculer dans l’exclusion. La loi Besson de 1990 affirme dans son article 1er : « garantir le droit au logement constitue un devoir de solidarité pour l’ensemble de la nation »5. Face aux nombres de procédure d’expulsions sur le territoire du Roannais et le nombre de nonréponse aux différents courriers de mise à disposition, je me suis posée la question suivante : « Pourquoi, malgré les dispositifs d’aides et de prévention existants certaines personnes sont encore expulsées ? » Cela m’amène à d’autres questions : Quel est le parcours des personnes en impayés de loyers ? A quel moment réagissent-elles ? Pourquoi ne réagissentelles pas ? Quel est le parcours locatif/résidentiel des personnes en impayés ? Est-ce le premier impayé ? L’accompagnement social peut-il éviter l’expulsion ? Selon les statistiques du Conseil général de la Loire, les chiffres des expulsions locatives restent stables sur le département avec en moyenne 600 commandements de quitter les lieux.6 Ces chiffres restent malgré tout inquiétants.
PAROLES POUR ADOLESCENTS ou le complexe du homard : Françoise DOLTO
PAROLES POUR ADOLESCENTS ou le complexe du homard : Françoise DOLTO
l’éducation, s’est occupé du bien être des tous petits. Née sous le nom de Françoise Marette le 6 novembre 1908, élevée dans la religion, très jeune, elle parle de devenir « médecin d'éducation », elle deviendra infirmière puis médecin. En1932, elle entreprend une psychanalyse qui durera trois ans avec le professeur Laforgue, un pionnier de la psychanalyse en France. En 1939, sur les conseils de Laforgue, elle devient membre adhérente de la Société psychanalytique de Paris.
L’érotomanie
L’érotomanie
Avant d’entrer dans le vif du sujet, il nous parait important de parler de la psychose. On distingue la psychose de la névrose par le degré de conscience. La personne atteinte de névrose est consciente de l'irrationalité de ses pensées. Ce qui est différent dans la psychose c’est la relation à la réalité et à autrui. Il faut alors aborder l’enfance, et plus précisément la période du processus d’individuation, pour comprendre la psychose.

Connexion

Abonnement

Recherche



Derniers Docs Autre

Les plus vus - Autre

Les plus téléchargés - Autre