LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Autre

Des quartiers mal-aimés au coeur des stratégies de communication : exemple de Saint-Étienne.

Des quartiers mal-aimés au coeur des stratégies de communication : exemple de Saint-Étienne. Afin de mettre en relief cette politique médiatico-urbaine, je privilégierai l’angle suivant, celui de l’intégration des quartiers de grands ensembles au coeur des projets municipaux locaux. En d’autres termes, celui de l’intégration de ces morceaux de cité qui incarnent la ville « mal-aimée » 3 au sein de stratégies d’images qui ont pour but de présenter aux regards une urbanité qui corresponde aux canons actuels (maisons individuelles – petits ensembles, valorisation des espaces publics, multiplication des équipements, mixité sociale…). La question centrale sera donc de savoir ce que deviennent ces fragments de ville mal-aimée dans cette quête de cité « bien-aimée » ou du moins considérée comme telle actuellement d’un point de vue architectural, urbanistique et social.

Le parti que j’ai pris d’étudier la place des grands ensembles – en tant que symbole actuel de la cité « malaimée » - au sein du discours médiatico-urbain tissé par les équipes municipales successives – construction discursive de la ville rêvée – a permis de mettre en lumière le phénomène d’échelle dans la mise en image. J’ai pu identifier au moins quatre types d’acteurs participant tous à un niveau différent à la mise en scène du quartier d’une part et à l’action publique d’autre part. Les habitants tout d’abord interviennent individuellement par leurs pratiques locales, régulières, répétées d’une part tout en jouant leur rôle dans la construction et l’évolution des représentations sociales. Les associations ensuite, élaborent et diffusent une certaine conception de leur quartier, acquérant ainsi une légitimité, prise en compte sous différentes formes (opposition, régulation sur des scènes interindividuelles, collectives…).
Catégorie: Autre
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 28-06-2019
Historique du document: 0
Licence

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Accepter le terme et la condition

Documents associés

Jalons structurels pour une clinique psychanalytique de l'autisme.
Jalons structurels pour une clinique psychanalytique de l'autisme.
« Les points les plus importants du corps en sont les orifices, et, naturellement, ils sont le siège de sensations très particulières.Quand nous respirons en fermant la bouche, nous éprouvons des sensations particulières dans le nez ; mais aussi quand nous respirons bouche ouverte et que nous ne sommes pas conscients de respirer, nous sentons distinctement l’intérieur des narines. Ce qui est important, c’est que nous les sentons près de l’orifice, non pas vraiment au bord des narines mais à environ un centimètre de retrait.À ce niveau nous sentons ou bien quelque chose de spécifique, ou bien la fraîcheur de l’air. Il en va de même pour la bouche. Nous ne sentons pas notre bouche véritablement au bord des lèvres. La zone sensible est, là encore, à environ un centimètre de retrait. Quand nous respirons par la bouche,nous sentons l’air sur la voûte du palais mais il semble que nous le sentions aussi dans le tiers antérieur de la cavité buccale. Si nous respirons très profondément, nous sentons l’air au fond de la bouche et même dans la région du sternum et pas plus avant qu’à un ou deux centimètres de la surface. Nous pouvons dire d’une manière générale que les zones les plus sensibles du corps sont situés près des orifices, mais à un ou deux centimètres en retrait de la surface»
L'épuisement professionnel
L'épuisement professionnel
Mes entretiens exploratoires mettent en lumière une usure professionnelle chez les intervenants sociaux des chantiers d’insertion. Ce processus naît vraisemblablement dès le départ de leur prise de fonction, avec probablement, une certaine idée utopique de leur métier. L’absence de collègues ou de référence institutionnelle nécessite de puiser dans ses ressources personnelles. Le tarissement de celles- ci provoquant l’épuisement professionnel.
L'autre, réflexion personnelle durant ma formation
L'autre, réflexion personnelle durant ma formation
Dans sa définition de la langue française, l'autre signifie différent, distinct; l'opposé quand le mot est accompagné de l'article indéfini. Ceci est à mon sens bien dans un jugement pour définir une personne qui nous côtoie, puisque nous la citons, c'est qu'elle est connue, reconnue par nous en tant qu'être. Je ne souhaite pas parler de l'altérité abordée dans les regards psychosociaux et ainsi dans les problématiques sociétales actuelles telles que le racisme, la xénophobie, le sexisme, la gestion du passé colonial, les relations entre l'occident et le reste du monde, la citoyenneté européenne ou les réactions collectives en période de crise. Ce sont autant de questions conflictuelles qui invitent la psychologie sociale à ouvrir ses horizons conceptuels. Je voudrais juste démontrer l'importance de cet être, si dissemblable et si attirant.
PROJET de mise en place d’un site de production pour personnes présentant un handicap psychique et d’un Atelier Thérapeutique
PROJET de mise en place d’un site de production pour personnes présentant un handicap psychique et d’un Atelier Thérapeutique
En reconnaissant les troubles psychiques comme pouvant constituer la cause d’un handicap, la loi du 11 février 2005 ouvre aux malades mentaux stabilisés l’accès aux ESAT. Mais l’offre de services existante, développée initialement pour un public de personnes présentant une déficience intellectuelle, est inadaptée aux attentes et aux besoins des personnes handicapées psychiques. Le souhait de « normalité », revendiqué par ces personnes souffrant de troubles psychiques, nous oblige à mettre en place des activités plus proches du milieu ordinaire avec un soutien psychologique et psychiatrique. Il ressort aussi des difficultés des professionnels quant à la gestion des crises et la complexité de cet handicap pour lequel ils ne sont pas forcément formés et préparés. Cette évolution interroge tout particulièrement les professionnels sur : - le sens de leurs pratiques, - les adaptations nécessaires à mettre en œuvre.

En effet, nombre d’accompagnements semblent régulièrement être mis en échec notamment de par la complexité et la sévérité des troubles observés. De sorte qu’il est à craindre que la perception de l’usager par son environnement ne se réduise progressivement qu’à son symptôme et au statut de « mauvais objet », avec à la clé le risque d’être exclu des dispositifs d’accompagnement. Il faut donc tenter de comprendre les « fonctionnements mentaux spécifiques », car c’est de cette compréhension posée comme un préalable que peuvent se déduire les positionnements éducatifs, les démarches à entreprendre, les conduites à tenir. La difficulté actuelle la plus aiguë tient probablement à la raréfaction des psychiatres dans le champ médico-social ; peut-être aussi à la place très secondaire donnée à la psychopathologie dans la formation des acteurs médico-sociaux. Comment adapter l’accueil et l’accompagnement de personnes handicapées psychiques au sein des ESAT « Rive Gauche » et « Les Ecluses » ? L’accueil de cette nouvelle population interroge légitimement les équipes sur un certain nombre de points : - Quelles activités proposées ? - Quel plateau technique mettre en place ? Avec quel partenariat ? - Quel support éducatif, pédagogique développer ? - Quel rythme, quelle durée de travail ?

Connexion

Abonnement

Recherche



Derniers Docs Autre

Les plus vus - Autre

Les plus téléchargés - Autre