LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Assistant de service social

L'assistante de service social, qui est parfois spécialisé (drogue, alcoolisme, santé scolaire, enfance en danger…), apporte aide et soutien à des personnes, familles ou groupes en difficulté, en les aidant à s'insérer socialement ou professionnellement.

La situation des personnes sans abri: quand le social ne suffit plus.

La situation des personnes sans abri: quand le social ne suffit plus.

Si je n’ai pas effectué de stage professionnel auprès de cette population, mes stages de première et de deuxième année en polyvalence de secteur, m’ont permis de rencontrer des usagers en difficulté : surendettement, travail précaire, illettrisme, étrangers ne parlant pas français, chômeurs, rmistes, personnes en risque d’expulsion leur logement, hébergés, personnes vivant dans un garage, divorcés, mères seules… Si leurs difficultés étaient toutes particulières par leur individualité, j’ai pu constater que certaines personnes étaient rentrées dans un processus qui pouvait les conduire à la rue. Comme ce couple que j’ai accompagné durant mon stage de 2 ème année, et pour qui, suite à l’accident du travail d’un des conjoints et à l’accumulation d’autres difficultés, était menacé de la vente de sa maison aux enchères publiques.

Ce couple n’a pu franchir le pas du service social et s’autoriser à demander de l’aide qu’à la dernière limite. Son mal être était palpable, il était inerte, « au bout du rouleau ». L’isolement, la dissolution des liens sociaux et familiaux, le chômage, la précarisation de l’emploi et l’incertitude quant à l’avenir provoquent un mal être dans la population qui se constate dans les services sociaux. Si la pauvreté et la misère ont toujours existé, l’exclusion contemporaine touche des franges de plus en plus diversifiées et de plus en plus jeunes de la population. Notre système économique actuel prône l’individualisme, la réussite. L’accent est mis sur le quantitatif au détriment du qualitatif. La pression exercée sur les employés et les ouvriers est très forte et chacun a peur de perdre sa place aussi précaire soit elle.

Ce système génère des « inutiles au monde » . La situation du « sans abri », du « clochard », du « SDF », du « zonard », de « l’errant », nous interpelle sur ce processus d’exclusion et sur le mal être qu’il entraîne , puisqu’il en est à l’extrémité. Lors de la phase exploratoire de la recherche, j’ai rencontré un travailleur social intervenant auprès de cette population qui m’expliquait que paradoxalement il est difficile de sortir du monde de la rue et qu’il ne suffit pas à la personne de retrouver un logement pour se « réinsérer ». Xavier Emmanuelli a crée le Samu social de Paris car force était de constater que les personnes sans domicile ne faisaient appel ni aux structures sociales, ni aux structures de soin…il fallait aller vers elles. La même enquête de l’INSEE montre une corrélation entre les conditions de vie à la rue des sans domicile et leur état de santé psychique : 23% souffrent d’états dépressifs, 22% de nervosité, de tension de stress très fréquent, et 5% de troubles mentaux (annexe 2).

La perte des liens qui rattachent l’individu à la société, par les processus de désaffiliation, de disqualification sociale et de désocialisation, produit une souffrance psychique qui perturbe l’individu dans ses dimensions personnelles et sociales. Mais le traitement de cette souffrance psychique dépasse le champ de compétences du social. Cela m’a menée à me poser la question de recherche suivante : Est-ce que actuellement les réponses sociales apportées auprès de la population sans abri, en situation d’exclusion et de souffrance psychique, sont suffisantes ? J’ai émis l’hypothèse suivante : Face à l’étendue des problèmes sociaux et psychiques des personnes sans abri, le travail social articule son intervention auprès de ces personnes par un travail de partenariat avec les professionnels de la santé mentale.

Dans un premier temps une approche historique nous permettra de comprendre la situation des personnes sans abri au fil des siècles, car leur situation de misère extrême a toujours posé question. Ceci nous permettra de dégager les réponses sociales qui se sont succédées. Nous aborderons ensuite les processus qui mettent en œuvre l’exclusion sur le plan sociétal et individuel, à travers les concepts de désaffiliation et de disqualification sociale. Puis nous étudierons les effets de l’exclusion sur la personne en nous appuyant sur les écrits du psychiatre Jean Maisondieu. Dans la seconde partie de la recherche, nous confronterons notre hypothèse au terrain afin de la vérifier, au vu de l’éclairage théorique de la première partie.

 

INTRODUCTION page 1 PREMIERE PARTIE I. APPROCHE HISTORIQUE page 4 1. De la charité… page 4 1.1 La pauvreté sacralisée page 4 1.2 La charité territorialisée page 5 1.3. La répression organisée page 6 2. …à l’apparition du social page 7 2.1. Le droit à l’assistance page7 2.2. L’Etat interventionniste page 8 2.3 Réadapter les pauvres à la société page 9 2.4 Réinsérer face à l’exclusion page 10 II. L’EXCLUSION : UN PROCESSUS page 13 1.L’exclusion : une apparition récente page 13 1.1 La pauvreté page 13 1.2 La précarité page 13 1.3 Un cumul de difficultés page 14 2. La désaffiliation page 15 2.1Le rôle central du travail page 15 2.2Le basculement dans la zone de désaffiliation page 15 3. La disqualification sociale page 16 3.1 L’épreuve de la disqualification sociale page 17 3.2La rupture page 18 III. LA RUPTURE DU LIEN SOCIAL EST PATHOGENE page 21 1. Santé et exclusion page 21 1.1 La santé page 21 1.2 La souffrance psychique page 23 2. Exclusion et souffrance psychique page 23 2.1 Les origines de la souffrance psychique page 23 2.2 Le syndrome de l'exclusion page 25

SYNTHESE de la première partie page 27 DEUXIEME PARTIE I. ELABORATION DE L’ENQUETE page 28 1. La conception de l’enquête page 28 1.1 L’univers d’enquête page 28 1.2 La population à enquêter page 28 2. Le mode de recueil des données page 28 2.1 L’enquête par entretien page 28 2.2 Le déroulement des entretiens page 29 3. Le traitement des données page 29 3.1 La composition de l’échantillon page29 3.2 L’analyse page 30 II. DES PARCOURS CHAOTIQUES page 31 1. Un cumul de difficultés page 31 2. L’épreuve de la marginalité page 32 3. Une histoire morcelée depuis l’enfance page 33 4. Des blessures non cicatrisées page 34 5. Synthèse page 34 III. LES FREINS A L’INTERVENTION SOCIALE page 35 1. Un relationnel difficile page 35 2. Une identité perturbée page 37 3. La résistance au changement page 40 4. Quand ça casse avec le social page 43 5. Synthèse page 45 IV. VERS UN TRAVAIL DE PARTENARIAT ? page 47 1. De la nécessité de mieux comprendre la souffrance psychique page 47 2. A la co-intervention page 49 3. Synthèse page 51 V. CONCLUSION page 52 PERSPECTIVES PROFESSIONNELLES page 53 ANNEXES Guide d’entretien Bibliographie Documents

Catégorie: Mémoire Assistant de service social
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 28-06-2019
Historique du document:

0

Licence

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Accepter le terme et la condition

Documents associés

le harcèlement moral au travail : quelle pratique professionnelle pour les assistants de service soc
le harcèlement moral au travail : quelle pratique professionnelle pour les assistants de service soc

J’ai choisi comme thème de mémoire, le harcèlement moral au travail pour plusieurs raisons. Il s’agit d’une forme de maltraitance particulièrement destructrice pour l’identité de la personne, son équilibre psychique, sa vie familiale, et son insertion professionnelle. En tant que professionnels, nous sommes chargés de pallier ou de remédier aux processus d’exclusion, c’est pourquoi nous pouvons être amenés aussi bien dans un service social du personnel qu’en polyvalence de secteur à rencontrer des situations de harcèlement moral. Cette forme de maltraitance au travail tend à se développer et à devenir un fait de société. H.LEYMANN1, psychosociologue, a été le premier à parler de « mobbing » au travail.

Mais c’est le livre de M.F HIRIGOYEN2 dont les ventes se sont envolées à sa sortie, qui a mis à jour et un nom sur une souffrance au travail qui a toujours existé mais qui demeurait cachée, vécue dans la honte par les victimes et ignorée des pouvoirs publics. Ce livre a permis une prise de conscience auprès des responsables politiques qui, suite à un rapport effectué par le Conseil Economique et Social en 2001, ont décidé de légiférer afin de combler un vide juridique. Cette loi votée le 17 janvier 2002 est une reconnaissance du harcèlement moral et a donné une définition légale à cette réalité. Or en dépit de tous ces faits, mes lectures et mon enquête exploratoire auprès des assistants de service social du personnel, semblent montrer que le problème du harcèlement moral au travail était peu évoqué. Comment expliquer ce paradoxe ?

Les assistants de service social du personnel semblaient rencontrer peu de situations de harcèlement moral dans leur pratique, ma problématique partant de cette interrogation. A partir de là des questions se posaient : qu’est ce que le harcèlement moral ? Comment pouvait-on en expliquer les causes ? Quelles en étaient les manifestations et les conséquences en particulier psychiques et médico-sociales ? Comment se faisait-il que les assistants de service social soient si peu sollicités ? Quels étaient les obstacles qui rendaient difficile la prise en charge ?

Grandir sans maison… Quel avenir pour les enfants sans domiciles ?
Grandir sans maison… Quel avenir pour les enfants sans domiciles ?

La pauvreté n’a pas de saison, elle n’a pas d’âge non plus. Souvent il est question d’homme, mais ils peuvent être aussi des femmes, des enfants. C’est de ces derniers dont traite ce mémoire d’initiation à la recherche. Les enfants pauvres sont de plus en plus nombreux, mais au-delà de l’enjeu politique qu’ils peuvent représenter qu’advient-il de ces jeunes qui commencent leur parcours de vie dans ces conditions ? Comment le vivent-ils ? Qu’est-il mis en place pour eux ? Quelles répercussions sur leur avenir ?

L’observance thérapeutique des personnes vivant avec le VIH/SIDA en situation de précarité
L’observance thérapeutique des personnes vivant avec le VIH/SIDA en situation de précarité

J’ai choisi de conclure ces trois années de formation d’Assistante de Service Social par une étude plus approfondie sur le thème de la précarité au regard de la problématique de la santé. En effet, différentes études des sciences humaines (épidémiologie, sociologie, psychologie…) ont pu déterminer l’influence des déterminants sociaux sur l’état de santé des personnes. Dans son livre « Santé, précarité, exclusion »1, le sociologue Emilio La Rosa, souligne que « bien que les déterminants sociaux ne se substituent pas aux facteurs biologiques, ils agissent plutôt de façon imbriquée » et parle de causalité en chaîne.

Nombreux ouvrages font apparaître des inégalités de santé tant au niveau de l’accès que du comportement de soin. Ainsi, le sociologue Luc Bolstanski2 mettait en évidence dans un article publié en 1971, l’importance de l’appartenance à une classe sociale dans la détermination du recours aux soins, de la relation au corps, de la perception de santé et de la maladie, et enfin de la relation aux professionnels de santé.

L'insertion professionnelle des femmes bénéficiaires du RMI
L'insertion professionnelle des femmes bénéficiaires du RMI

Les lois du 1er décembre 1988 et du 29 juillet 1992 instituant le Revenu Minimum d’Insertion (R.M.I) s’inscrivent dans la logique de nombreuses politiques menées ces dernières années pour mieux vaincre la grande pauvreté en France. Cette loi a été une nouvelle étape dans la lutte contre l’exclusion, dans le combat pour l’insertion, pour la dignité de l’homme et pour une société plus solidaire. En 1998, la situation des populations exclues du marché de l'emploi et de la consommation touche des publics plus nombreux et très diversifiés.

C'est pourquoi, le 29 juillet 1998 est votée la loi n°98-657 d'orientation relative à la lutte contre les exclusions. Cette loi prévoit différentes mesures visant à favoriser l'insertion des personnes dites "exclues": garantir l'accès aux droits fondamentaux, prévenir les exclusions, répondre aux situations d'urgence, mieux agir contre les exclusions. Aujourd’hui encore, les allocataires du RMI rencontrent des difficultés d’accès à l’emploi. Le travail reste une valeur essentielle dans notre société. Il représente pour la plupart le moyen d’insertion le plus important parce qu’il confère un statut et il permet à la famille de s’autofinancer.

Connexion

Assistant de service social

Abonnement

Recherche