LeSocial Emploi Prepa Doc Formateque

Assistant de service social

L'assistante de service social, qui est parfois spécialisé (drogue, alcoolisme, santé scolaire, enfance en danger…), apporte aide et soutien à des personnes, familles ou groupes en difficulté, en les aidant à s'insérer socialement ou professionnellement.

L'accueil des demandeurs d'asile isolés : le passage de l'exile à l'asile

L'accueil des demandeurs d'asile isolés : le passage de l'exile à l'asile

Être issue d’une double culture m’a sans doute influencé dans le choix de mon thème de mémoire. Je suis en effet sensible au thème de la migration qui suscite de nombreuses questions : que représente le départ de l’étranger dans sa société d’origine ? Comment l’étranger s’adapte t-il à une autre culture ? Comment celui-ci est-il perçu par la société d’accueil ?

Dans mon questionnement, je suis partie du principe que le migrant a choisi de partir, mais que se passe t-il lorsque celui-ci est contraint de s’exiler ? Comment dans ce cas la migration « forcée » est-elle vécu ?
On peut être contraint de quitter son pays pour de nombreuses raisons : économiques, de santé, pour des raisons familiales…Mais aussi, parce que l’on est persécuté ou que l’on craint de l’être pour des raisons politiques, ethniques, en raison d’une guerre civile… C’est sur l'exil contraint, en raison de persécutions ou craintes de persécutions, que j’ai souhaité approfondir ma réflexion.

...

Au terme de cette analyse, il apparaît que les difficultés inhérentes à l’exil constituent un frein à l’accompagnement social de ces personnes. En effet, la réalité psychologique des demandeurs d’asile isolés est celle de la perte et du deuil qui nécessite un temps pour penser et accepter cette situation, et de nouveau se tourner vers l’avenir. De plus, cette période d’incertitude de l’octroi ou du refus du statut de réfugié, la réalité socio-économique des demandeurs d’asile qui mobilisent toute leur énergie pour gérer le quotidien et l’attente ne sont pas favorables pour commencer le travail de deuil. En outre, durant le voyage, les demandeurs d’asile perdent même jusqu’à leur identité de papier lorsqu’ils doivent user d’une autre identité pour franchir les frontières et parvenir à demander l’asile.

Avant et après l’exil : les demandeurs d’asile doivent trouver de nouveaux repères identitaires, sans avoir la certitude de pouvoir rester en France. Face à cette expérience, les travailleurs sociaux qui accueillent et accompagnent ce public dans leur parcours gèrent l’attente, leur impossibilité de se projeter vers le futur et les incertitudes liées à la situation des demandeurs d’asile. Ils établissent une relation d’aide qui nécessite une écoute, un respect et du temps pour qu’une relation de confiance puisse s’établir. Sans cela les travailleurs sociaux peuvent être amenés à subir eux aussi les effets de l’attente, ainsi que le caractère impossible et incertain que revêt l’accompagnement social des demandeurs d’asile.

Categorie: Mémoire Assistant de service social
Type de fichier: application/pdf
Date de création: 15-07-2020
Extrait des conditions générales d'utilisation

Chacun des éléments constituant le site SocioDoc.fr sont protégés par le droit d'auteur. Il est donc strictement interdit d'utiliser, reproduire ou représenter même partiellement, modifier, adapter, traduire, ou distribuer l'un quelconque des éléments.

En cochant la case ci-dessous, j'accepte les conditions générales d'utilisation de SocioDoc.fr.

Conditions d'utilisation

Documents de même catégorie

Le maintien à domicile des personnes âgées dépendantes : une alliance entre la personne, son aidant et le professionnel
Le maintien à domicile des personnes âgées dépendantes : une alliance entre la personne, son aidant et le professionnel

« Plutôt que le terme usité du maintien à domicile des personnes âgées qui peut suggérer l’idée de limiter les capacités de mobilisation de la personne, je préfère celui du soutien à domicile qui me parait davantage correspondre à la réalité de notre quotidien professionnel» affirme une Assistante de Service Social référente en gérontologie d’un Centre Communal d’Action Sociale. Cette réflexion est le signe d’une évolution du maintien à domicile des personnes âgées dépendantes et de la globalité d’une prise en charge médicale mais aussi sociale et bien entendu psychologique.

Le concept de « maintien à domicile » résume l’ensemble des moyens personnalisés mis en place pour permettre à une personne âgée en perte d’autonomie de continuer à vivre chez elle dans de bonnes conditions. Le maintien à domicile concerne en majorité les personnes âgées. Or, il est difficile de donner une véritable définition de la personne âgée, tout dépend du contexte, des représentations et du pays. Pour le sens commun, elle désigne une personne dont l’âge est avancé et qui présente les attributs physiologiques et sociaux de la vieillesse tels que la société se les représente. En France, les instruments réglementaires définissent comme personnes âgées les personnes de 60 ans et plus pour certaines prestations la concernant. Dans ce mémoire, par souci de simplification, j’utiliserai le terme générique de «personnes âgées » pour parler des personnes de plus de 60 ans.

La situation des personnes sans abri: quand le social ne suffit plus.
La situation des personnes sans abri: quand le social ne suffit plus.

Faire un mémoire de fin d’études d’assistant de service social sur la population sans abri, c’est étudier la figure emblématique de l’exclusion et interroger la capacité d’intégration d’une partie de la population par l’Etat dans notre société. Pour le travailleur social c’est aussi être témoin du décalage pouvant exister entre les lois et leur application effective sur le terrain. Ma question de départ pour cette recherche était : « quel travail social adopter face à la population sans abri ? ». En effet, malgré la loi du 1er décembre 1988 instaurant le Revenu Minimum d’Insertion, la loi dite Besson du 31 mai 1990 instaurant le droit au logement, et la loi de lutte contre les exclusions du 29 juillet 1998, on constate que des personnes passent « entre les mailles du filet » de la protection sociale et du droit. L’INSEE estimait en 2002 le nombre de personnes sans domicile à 63500 adultes et 16000 enfants (annexe1).

C’est majoritairement une population masculine plus jeune que la moyenne de la population et issue des classes populaires. Les personnes ont perdu leur logement à la suite d’une séparation du conjoint, d’un changement de ville, de région ou de pays (il y a 29% d’étrangers), de l’impossibilité de régler le loyer, et pour finir d’une expulsion du logement. De plus un quart des interviewés qui n’a jamais eu de logement (des jeunes de moins de 30 ans en majorité) a connu une enfance difficile : famille éclatée, placement en famille d’accueil ou en foyer. Si la majorité est au chômage (43%), 29% travaille et 28 % est inactive. Enfin, les contacts avec les organismes sociaux diminuent avec la précarité de l’hébergement. Bien que cette population soit hétérogène, il ressort plusieurs éléments de compréhension de la situation de ces personnes: une rupture conjugale, une rupture avec le travail et un éloignement des organismes sociaux.

 

 

Femmes victimes de violences conjugales: les tourments de l'emprise
Femmes victimes de violences conjugales: les tourments de l'emprise

En France, chaque année, une femme sur dix est victime de violence dans son couple et une femme en meurt tous les trois jours. On peut légitimement s’interroger sur les raisons pour lesquelles elles maintiennent ces liens destructeurs avec leur agresseur. Pourquoi ne partent-elles pas dès les premières atteintes à leur intégrité psychique ? Une étude bibliographique et documentaire permet de repérer des concepts utiles pour donner du sens au comportement de la femme. Une double approche est ainsi décrite : psychologique et psychosociale.

Les femmes ne sont pas soumises, mais elles font l’objet d’un processus d’emprise. L’attitude de l’agresseur situe la femme dans un statut de coupable et non de victime. Cette violence psychologique comporte une indéniable composante destructrice pour la victime. Les sentiments de peur, de honte, de culpabilité, de perte d’estime de soi mais aussi de dépendance à l’agresseur accompagnent les victimes dans leur quotidien. A travers ce cheminement, l’auteur propose de confirmer ou d’infirmer l’hypothèse suivante : « Le processus d’attribution biaisé de la violence, constitue un frein à la prise de conscience du statut de victime pour la femme violentée.

Quel accompagnement pour les seniors du rmi en milieu rural?
Quel accompagnement pour les seniors du rmi en milieu rural?

Le thème de l’insertion socioprofessionnelle en milieu rural m’intéresse sur le plan professionnel. Mes expériences de vie et mon passé professionnel se sont en effet déroulés en grande partie dans l’espace rural. J’en ai retiré un certain sens du travail, celui des relations humaines, et un profond respect pour l’environnement. Par ailleurs, j’ai acquis des connaissances en terme de culture, histoire, géographie, techniques professionnelles, comportements et politiques locales en matière de développement agricole et social.

Lorsque j’ai envisagé une reconversion professionnelle, j’ai pu mesurer les difficultés que rencontrent certaines personnes pour entreprendre des démarches en milieu rural. Ces difficultés sont liées à l’éloignement géographique et à l’absence de structures de formation. J’ai pu vérifier l’importance du rôle des réseaux associatifs, personnels et institutionnels et la pertinence d’une information précise, ciblée.

Connexion

Assistant de service social

Abonnement

Recherche